Nos réseaux sociaux

CULTURE & SOCIÉTÉ

Ces métiers qu’on a tant aimé – le journalisme

Publié

Le

Une fois de plus à ma fenêtre, tenant ma tasse de café, je vois passer ces hommes et femmes de mon pays la Voxpopulie qui discutent entre eux, des informations lues, vues et entendues sur les médias… Et les discussions parfois sont houleuses, je vous le disais déjà, en Voxpopulie nous avons troqué la démocratie véritable avec la véritable liberté de bavardage. Le président VoxPopaul Premier a mis un point d’honneur dessus, il nomme des personnes qui commandent des personnes que vous avez élues et il vous laisse l’opportunité de commenter ces nominations en toute liberté, mais selon son point de vue. En langage journalistique, on dira qu’il est le rédacteur en chef de Voxpopulie.

Vous feriez bien de vous habituer au langage journalistique les amis, parce que nous sommes tous en 2019 devenus tous un peu journaliste. Oui, c’est un métier que nous avons aimé depuis le temps, depuis les temps anciens où on trouvait que le journal télévisé du soir de Voxpopuli tv dépote avec Denise, que Jean Claude était rempli d’ottou pardon, d’attouts, qu’on n’avait pas besoin d’alibi pour écouter Alain, que Charles était un véritable Pythagore du micro, avec le magnifique Ibrahim dans le rôle du chérif des ondes, pendant qu’on se délectait de la plume de Messager antisystème de Pius…oh il est loin ce temps, bien loin le temps où un habitant de Voxpopulie disait avec force à son voisin spécialiste de la rumeur, du kongossa que  « tu discutes même pourquoi mon pote? On l’a dit à la radio!  » Et on était d’accord.

 l est loin le temps où le cousin le plus informé du quartier portait le surnom d’africa numéro un, et distillait son savoir chez Mami Makala, devant un public conquis.

Oui aujourd’hui en Voxpopulie, les journalistes ne sont plus écoutés, ils sont traités de journaleux par des gueux qui ont pour seul mérite de posséder un téléphone portable connecté à internet et qui leur permet de relayer n’importe quelle rumeur ou n’importe quelle insanité. En Voxpopulie désormais, on dit tout, on montre tout, On voit tout. On montre et partage tous les documents confidentiels relatifs à la sécurité nationale sans crainte, et pour faire taire les sceptiques qui veulent avoir confirmation du bilan de 17 morts d’un accident de la circulation, on ne s’occupe pas des accidentés, on les prend en photo avec de gros plans sur les membres et les cadavres ensanglantés et on envoie à ses amis. Et on devient un véritable TGV de l’intoxication. Et on est contents.

D’autres Voxpopuliens ont tant aimé le journalisme qu’ils préfèrent pout leur part fabriquer de toute pièce des informations depuis leur chambre à coucher et jouir du spectacle des conséquences fâcheuses de leurs actes. Et ils sont contents.

D’autres encore ont tant aimé le journalisme qu’ils sont spécialisés dans les atteintes à la vie privée et en Voxpopuliens  vicieux ils n’hésitent pas à partager des photos et vidéos de leurs compatriotes dans des positions inconfortables et ils en rient… Et ils sont contents.

Non chers Voxpopuliens, le journalisme n’est pas facile comme vous pourriez le croire et il faut bien être alerté sur les dangers qu’il y a à pervertir la vérité quand on est lanceur d’alerte. C’est vrai, le journaliste professionnel de Voxpopulie commet souvent des erreurs. Il peut annoncer la mort d’un artiste encore bien vivant, il peut faire des liaisons z’hazardeuses en donnant la date du premier z’aout, il peut lors d’un commentaire de match de football vous annoncer que le ballon renvoie le poteau et tombe sur un joueur tout de vert vêtu mais avec un maillot blanc… Mais cela n’enlève rien à son mérite : réussir à informer toute la population de Voxpopulie dans le contexte définit par le rédacteur en chef, premier rédacteur, premier lecteur, premier téléspectateur, premier auditeur, le  président VoxPopaul Premier, Et la est le vrai challenge. A demain pour notre regard sur un autre métier que nous avons tant aimé.

Achille Assako

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CULTURE & SOCIÉTÉ

FAYAM CHILD : Et si les parents prenaient du temps pour l’éveil de leurs enfants ?

Publié

Le

Cette préoccupation était au centre de la deuxième édition du séminaire sur l’épanouissement et le développement des enfants, qui s’est tenue le 03 Novembre à Douala-Bonapriso, à l’hôtel Futuris.

Le thème de cette rencontre d’éducation et de formation pratique, portait sur l’impact des activités éducatives et loisirs créatifs pour l’éveil des enfants. Ces tous petits, une cinquantaine au total, âgés de 03 à 09 ans, se sont livrés aux activités éducatives et aux jeux d’éveil d’intelligence de toutes sortes, sous le contrôle des formateurs, psychologues et éducateurs d’enfants présents. Ces moments de loisirs et d’apprentissage se sont déclinés en plusieurs ateliers pratiques, parmi lesquels : L’atelier sur le dessin, la cuisine, la customisation, la confiance en soi, le floral, le potager et sur le tableau de visualisation, pour amener ces enfants à construire leurs rêves et se fixer des objectifs à partir  d’images, de photos ou de dessins. Des exercices qui ont amené les parents à découvrir le potentiel de leurs bouts de choux. 

Pendant plusieurs heures, nutritionnistes, psychologues et éducateurs d’enfants ont démontré aux parents, à travers des exercices pratiques, l’importance pour eux de dégager du temps, pour soumettre leurs progénitures aux activités de loisirs. Cela contribue inévitablement au développement équilibré de l’enfant sur le plan cognitif, social et psychologique; car les loisirs constituent un important champ  d’investigation et de découverte pour l’enfant et même pour l’adolescent en quête de repère.

Cette colonie d’enfants  a aussi donné lieu d’apprendre à ces enfants, à vivre ensemble dans la solidarité et à cultiver un esprit de partage, loin de la violence et la tricherie qui sont légions dans notre société. Rendez-vous à l’édition trois de FAYAM CHILD qui aura lieu dans les prochaines semaines.

Luc NGATCHA

Lire la suite

ABK ACTU

DOUALA: Incendie sur le site du festival NGONDO

Publié

Le

Par

Une vingtaine de stands du Ngondo partis en fumée en ce petit matin du 11 Novembre 2019. Une partie des stands implantés sur le site de festival culturel Sawa a été détruite à la suite d’un incendie, au lieu-dit Parc des Princes à Bali, un quartier situé en plein cœur de la capitale économique camerounaise.

Les flammes se sont déclarées tôt ce matin et les pompiers venus sur les lieux, ont réussi avec beaucoup de difficultés à les maîtriser, mais les dégâts sont énormes. Selon les riverains et occupants du site, tout serait parti des installations électriques défaillantes. Les dégâts sont chiffrés à plusieurs millions de Fcfa. A suivre !

Ci dessous, quelques images du sinistre

Mireille Chimi

Lire la suite

Contenu Sponsorisé

Abonnez-vous à notre newsletter

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité.

Podcast

On AIR

Facebook

LES PLUS POPULAIRES