Nos réseaux sociaux

ABK ACTU

Crise dans le N.o/S.o : Jean Jacques EKINDI pour une paix immédiate et durable

« Nous avons marre que des camerounais prennent les armes contre des camerounais. On se rapproche de plus en plus dune guerre civile, devant le silence du Gouvernement »

Publié

Le

« Nous disons Non à la Crise. Nous voulons la paix. Il faut stopper la catastrophe, car nos enfants meurent sous nos yeux » voilà les propos scandés ce mardi 6 Août 2019 à la salle de fête d’Akwa par les acteurs politiques et militants de droits de l’homme. C’était à la faveur de la conférence de presse donnée   à l’initiative du « Chasseur de Lion », Jean Jacques Ekindi, président du MP, le Mouvement Progressiste. Une rencontre qui a connu la participation du Cardinal Christian TUMI et des autres chefs religieux et traditionnels de la ville de Douala. Le thème conducteur de cette rencontre était ‘’Le Cameroun en crise : la crise anglophone ».

Pendant plusieurs heures, les représentants de partis politiques et élites traditionnelles du Wouri ont croisé leurs voix,  pour un appel plus retentissant en faveur de la paix et la fin de la crise dans les régions anglophones. Une crise qui paralyse le fonctionnement normal des institutions et déstabilise le pays depuis bientôt 3 ans.

Pourquoi la Paix reste introuvable au Cameroun. Paix où es-tu à Bamenda et Buéa ?

La paix est devenue une denrée rare, dans ces différentes régions anglophones asséchées par le bruit des balles. Les réalités, même les plus insoupçonnées  de cette grave crise aux conséquences multiformes, ont été racontées à suffisance, par les politiques, organisations de la société civile, hommes d’affaires et chefs d’entreprise présents à ce rendez-vous de la paix et de l’unité. Il a été martelé que  des hommes, femmes et enfants tombent au quotidien sous le coup des balles dans le Nord Ouest et le Sud Ouest. ‘’Les femmes et filles sont violées, les villages brûlés, les emplois dévastés, les écoles fermées, les droits de l’homme violés, les soupçonnés « Ambazoniens » tués sans aucune forme de procès par les éléments des forces de l’ordre’’.

Nous sommes la solution de cette crise. Il est temps d’agir pour éviter une éventuelle guerre civile.

De concert, les participants à cette conférence ont retenu qu’il est temps d’agir, de passer de la phase des grandes propositions pour poser des actions efficaces et concertées, face à l’insécurité généralisée dans le NOSO. « Nous avons marre que des camerounais prennent les armes contre des camerounais. On se rapproche de plus en plus dune guerre civile, devant le silence du Gouvernement » a dit le Mouvement Progressiste à cette conférence de rassemblement et de dialogue. 

Le président Paul Biya doit parler, il doit sortir de son silence et organiser une rencontre inclusive pendant la quelle toutes les sensibilités sociales vont largement exprimer leurs propositions. Mais il faudra résoudre le problème depuis la racine ; a dit Son éminence le cardinal Tumi. Après vingt mois d’affrontements, ayant déjà fait plus de 2 000 morts, 530 000 déplacés internes et des dizaines de milliers de réfugiés, le pouvoir de Yaoundé et groupes armés qui opèrent dans les zones en crise doivent se parler, pour mettre un terme à 3 ans de crise sociopolitique transformée en conflit armé, fin 2017. C’est encore possible.   

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'INFO EN 89 SEC.

☕L’INFO EN 89 SECONDES DU 13 DECEMBRE 2019

Publié

Le

Par

Precedent1 de 7
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Session Extraordinaire du Parlement: Cavaye Yeguié a ouvert les travaux ce matin à l’Assemblée Nationale, et ils portent sur l’adoption d’une loi relative à la décentralisation

Les députés statuent sur le projet de loi portant Code général des collectivités territoriales décentralisées. C’est un texte, a dit le président de l’instance, qui va permettre de donner un coup d’accélérateur au processus de décentralisation. Lequel processus est prévue par le Constitution adoptée en 1996. Le projet de loi qui sera déposé sur la table des députés et sénateurs, détaille le contenu du statut spécial à accorder aux régions anglophones.

Precedent1 de 7
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Lire la suite

ABK ACTU

⏯JEAN ROBERT WAFO (à PAUL BIYA) : « Quand on n’en peut plus, on laisse. La fonction présidentielle n’est pas une punition. »

Jean Robert WAFO, Maire Adjoint Douala 2ème et Ministre de la Communication du Shadow Cabinet (SDF) était notre invité dans la matinale d’ABK Radio ce mercredi. Avec le porte-parole du Social Democratic Front, nous avons parcouru les urgences politiques du moment, la participation probable du SDF aux prochaines élections municipales et législatives du 09 février 2020, les raisons du Boycott de la session du vote du budget à l’Assemblée Nationale.

Publié

Le

Un entretien riche en révélations et contradictions. Voici quelques extraits des déclarations de Jean Robert WAFO.

 »Quand on fait la politique, c’est pour la nation. Quand vous travaillez vraiment, ça se ressent. En 3 ans de présidence, Emmanuel Macron a pratiquement vieilli, il en est de même pour l’ancien président Barack OBAMA qui en 2 mandats aux Etats Unis a les cheveux tout blancs. Vous ne constatez pas que ce n’est pas normal qu’un Chef d’Etat se déplace hors de son pays pour passer un à deux mois? On ne délègue pas la fonction présidentielle en période de crise, mais Paul BIYA l’a fait et tout le monde l’a vu et la constaté. Le Président de la République n’est pas venu au grand Dialogue National, même pas à l’ouverture, ni à la fermeture. Quand on ne peut plus on laisse, la fonction présidentielle n’est pas une punition. »

 » A Douala 2e, il y a 41 Conseillers municipaux, raison pour laquelle il y a 4 adjoints au Maire . Un conseiller municipal est quelqu’un qui doit avoir de la jugeote. Dans certaines mairies, l’adjoint au maire est juste là comme un simple membre du personnel. Moi je suis maire-adjoint, mais parfois les décisions sont prises et les populations sont mêmes au courant avant nous, les collaborateurs directs du maire. C’est pitoyable ».

« Les adjoints au maire sont parfois résolu à signer les acte de mariage et de décès dans les mairies et n’occupent des postes que de nom. Moi je suis théoriquement en charge des finances à la mairie de Douala 2ème, mais dans les faits c’est autre chose. »

« Lors de cette campagne je vais faire de grandes révélations sur le fonctionnement de la mairie de Douala 2e. Pour le moment, étant maire-adjoint, il m’est impossible de dénoncer. »

  » Le peuple camerounais est un peuple mature, et il est lent à la colère, mais … Il faut faire attention. »

« Au sujet de la participation du SDF aux prochaines élections au Cameroun, retenez que nous ne transformerons pas nos candidats en chair à canon… Il ne faut pas rêver, la solution viendra du peuple camerounais et non de ce système qui est dépassé.  »

Pour suivre l’entretien intégral cliquez sur ce lien ci dessous:

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité.

Podcast

On AIR

Facebook

LES PLUS POPULAIRES