Nos réseaux sociaux

SANTÉ & BIEN-ÊTRE

AU CAMEROUN SUR 100 GROSSESSES 15 AU MOINS SONT A HAUT RISQUE

Publié

Le

Etre enceinte c’est vivre à deux dans un même corps au même rythme et au bout de 8 mois pour certaines primipare et 9 mois pour les habituées vient au monde ce petit être qui est resté longtemps hébergé dans le sein de sa mère qui  va devoir sortir de ce cocon pour vibrer à son propre rythme. Seulement pour mener à bon port la grossesse il faut  continuellement se rassurer que tout se passe bien à travers les visites prénatales.

La consultation prénatale  communément  appelée visite prénatale est le suivi que la femme reçoit au cours de la grossesse. Ce suivi est une sorte de surveillance et de contrôle qui traite et prévient les problèmes de santé potentiels tout au long de la grossesse. Son objectif ? Préparer la femme enceinte à un accouchement à moindre risque et d’assurer une meilleure santé pour la future maman et son bébé.

Ces dernières années le taux des consultations prénatales  au Cameroun est passée de 4% à 8%.Plusieurs  femmes camerounaises  nous ont confié faire de façon systématique leurs consultations prénatales au cours de leurs grossesses. Winy  call boxeuse au quartier sable est une  jeune camerounais de 31 ans  fait parti de ces nombreuses  femmes.

« J’ai fais toutes mes visites prénatales quand j’étais enceinte. Quand on parle de visite prénatale c’est en fait pour contrôler comment le bébé se porte dans le ventre, s’il se développe bien. Et si tu as un problème de santé on peut anticiper en te mettant sous traitement, si tu prends trop de poids on peut te mettre sous régime, en plus il y a des vaccins qu’il faut prendre pour protéger son bébé, bref c’est une belle expérience! franchement toutes les femmes doivent passer par là« 

Une belle expérience oui, mais que certaines femmes enceintes ne connaissent pas. Cette absence de suivi obstétrical peut être lourde de conséquences pour la santé du futur bébé. D’après les chiffres publiés par l’OMS

Près de 303 000 femmes et adolescentes sont décédées en 2015 à la suite de complications liées à la grossesse et à l’accouchement.

 Environ 2,6 millions d’enfants sont mort-nés la même année. La quasi-totalité des décès maternels, et  infantiles respectivement de 99%  et 98% sont survenus dans des pays à revenu faible et intermédiaire. Ces décès maternels auraient pu être évités d’après les conclusions de cette organisation mondiale si les femmes ou adolescentes enceintes avaient eu accès à des soins prénatals de qualité.

Toujours du même rapport, 60 % des mort-naissances  soit 1,46 millions sont survenues pendant la période prénatale et étaient principalement dues à une infection ou une hypertension maternelle non traitées et à un retard de croissance intra-utérin.

Au Cameroun sur 100 grossesses 15 au moins sont à haut risque. 538 femmes sur 100 000 décèdent de suite d’un accouchement, c’est ce que révèle  une étude du ministère  de la santé publique en 2014.

Pour réduire les risques liés à cette situation notamment en ce qui concerne le volet information par rapport à la fameuse question épineuse des visites prénatales le jeune entrepreneur camerounais Alain NTEFF a mis sur pied  une application  GiftedMom en 2016.

Il s’agit d’une application grâce à laquelle des SMS sont envoyés aux femmes enceintes des zones rurales, afin de leur rappeler les dates de leur rendez-vous pour les visites prénatales dans les hôpitaux. Grâce à ce service, le nombre de décès de suite d’accouchements a considérablement diminué dans les zones où le projet est implémenté. Cependant au delà de l’information, qu’est ce qui peut conduire une femme enceinte à se soustraire des soins prénatals ? plusieurs arguments sont avancés ; manque de finance, insuffisance d’infrastructures hospitalières, mauvais accueil, la multitude des examens à effectuer, sont entre autre les raisons que les femmes que nous avons rencontrées mettent en avant.

Rappelons que lors de la consultation prénatale au Cameroun la femme enceinte a droit à certains examens sans frais  et certaines prestations sont gratuites on peut citer entre autre le test de dépistage du VIH  du traitement préventif contre le paludisme de la moustiquaire imprégnée, la vaccination antitétanique.

Kathy Mintsa

Pour informations :

Alain NTEFF – GiftedMom: Siège social (Rte de Melen, Yaounde)

Horaires : Ouvert à 9h Ferme à 17h – Téléphone : 2 42 89 64 80

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

SANTÉ & BIEN-ÊTRE

⏯LE SAVIEZ VOUS ? La mauvaise alimentation est à l’origine de plus 70% des problèmes de santé.

La malnutrition ne se traduit pas que dans le manque mais aussi dans les excès. D »après Elise Tankeu, bien se nourrir commence par un bon agencement des aliments.

Publié

Le

D »après Elise TANKEU : « Plus de 70% des problèmes de santé des camerounais sont dus à leur mauvaise alimentation » Invitée à l’émission ABK MATIN le mardi 10 décembre, la biochimiste et nutritionniste Elise TANKEU, en faisant un état de lieux déclare : « Les Camerounais sont fans de grillades, amoureux des bouillons culinaires qui créent du mauvais cholestérol ; ils sont habitués aux fritures ils  prennent tout en excès en mangeant trop salés, trop gras et trop sucré. Ce qui ne va pas sans conséquences. Tout est poison, et Il n ya de poison que de dose et  bienvenue la surcharge pondérale. On retient également que la malnutrition ne se traduit pas que dans le manque mais aussi dans les excès.. Pendant que nous mangeons, il est conseillé de commencer par bien agencer des aliments, en  commençant par les fruits et légumes avant de manger le repas. Cela réduit les ballonnements et flatulences (pets). Il est aussi conseillé de consommer 50% crus et  50% cuits.

« Quand on mange tard le soir, on doit aller au lit 02h de temps après, le temps de bien digérer, il faut aussi boire un verre d’eau pour faciliter le drainage et l’évacuation de nos déchets. « 

Vous voulez en savoir plus ? Cliquez ici et écoutez entièrement cet entretien…..

Lire la suite

SANTÉ & BIEN-ÊTRE

⏯SANTE MENTALE: Sachez repérer une personne qui veut se suicider

M. John NTAMACK, sociologue et Dr Samuela NOUMEDEM psychologue clinicienne étaient des nôtres pour parler des facteurs qui peuvent pousser un individu à se suicider. Pour eux, il suffit d’être un peu attentif pour repérer ces personnes qui veulent mettre un terme à leur propre vie de façon brutale.

Publié

Le

Huit cent personnes mettent fin à leur vie chaque année d’après l’organisation mondiale de la santé, soit une personne toutes les 40 secondes. En Afrique, le Cameroun occupe le 5e rang parmi les pays où le taux de suicide est élevé. Selon le rapport intitulé « Suicide in the World, Global Health Estmates », publié le 9 septembre dernier, le Lesotho est champion d’Afrique des suicides, suivi de la Côte d’Ivoire. Le Cameroun occupe la 5e place derrière la Guinée Équatoriale et l’Ouganda. Le suicide est donc une réalité triste qui devient de plus en plus fréquente dans nos sociétés.

« Le regard social et le rejet dans les familles font que la société peut pousser un individu à se suicider. »

John NTAMACK, sociologue

Les adeptes de cet acte fatal font recourent soit à l’auto-empoisonnement chimique, soit la pendaison, les armes à feu, la noyade pour ne citer que ceux la. Pour parvenir à leur fin. Ce phénomène social touche toutes les catégories sociales sans distinctions de sexe ou de race .on se souvient encore de ce prêtre catholique du diocèse de douala Antoine de Padoue Chonang déclaré mort par suicide en France où il séjournait, c’était le 28 octobre dernier. Ce qui a suscité beaucoup d’émoi… un acte prémédité qui laisse le vide et les interrogations au sein des familles, des proches et même de la société. Comment prévenir le suicide?

« Soyons plus ouvert plus attentif avec les personnes qui vivent avec nous et restons à leur écoute cela permettrait de sauver des vies. »

samuella NOUMEDEM, psychologue clinicienne

Le suicide ne doit donc plus être considéré comme tabou. Le sujet du suicide doit être abordé dans nos familles et même à l’école. Si on abordait la question du suicide dans toutes ces instances de socialisation, la tendance à cet acte va drastiquement diminuer

Ecoutez l »intégralité de l »émission SANTE VOUS BIEN consacrée au suicide en cliquant sur le lien ci-dessous.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité.

Podcast

On AIR

Facebook

LES PLUS POPULAIRES