Nos réseaux sociaux

ABK ACTU

OUPS !!! TOTAL A LIVRÉ DU MAUVAIS CARBURANT À UN MINISTRE. ABK VOUS DIT POURQUOI

Publié

Le

L’information est tombée. Une station service Total de Douala aurait été prise en flagrant délit de vente de carburant frelaté à… un Ministre, le ministre des Mines de l’Eau et Energie. Une boulette qui ne devrait pas rester sans conséquences pour le plus gros distributeur de carburant au Cameroun.

On peut effectivement se poser la question de savoir si Total a vraiment été prise la main dans le sac à Douala et s’il est vrai que le Ministre de l’Eau et de l’Énergie a découvert un réseau mafieux de carburant frelaté à Total Dibamba après avoir lu des articles de blogueurs sur cette actualité qui aura marqué ce Samedi. La vérité pourrait bien être ailleurs. En attendant, une association de consommateurs (RNC Réseau National des Consommateurs) s’est emparée de l’affaire et demande des comptes à la multinationale. Et les témoignages d’autres incidents apparaissent, comme celui de ce client à Yaoundé :  » J’en ai fait les frais ce matin… J’allais à Sa’a et j’ai consommé à la station Total Nlongkak… Premier constat: une forte odeur. Ensuite, à peine j’avais roulé sur trois km et le niveau de carburant avait baissé de 1/4, et à 10km il avait baissé de moitié…C’est grave!!! »

Et Selon un ex-client régulier que nous avons approché, la raison de cette déconvenue est simple :
« Leurs cuves sont régulièrement infiltrées. C’est manifeste. J’ai arrêté de prendre du carburant à la Dibamba quand je l’ai constaté… » Un problème récurrent qui serait donc spécifique à cette installation, réputée être le fleuron du réseau Total au Cameroun et située non loin du fleuve Dibamba à la sortie de la capitale économique du Cameroun, sur la Nationale N°3 qui relie Douala à la capitale Yaoundé.

Cet incident a fait sortir Total de son habituelle réserve dont voici en intégralité la version de l’affaire :
« …Ce matin, aux environs de 8h, le Ministre de l’Eau et de l’Energie du Cameroun et sa délégation en partance pour Yaoundé, après avoir passé la journée de vendredi à la SCDP, se sont arrêtés en station-service (Total Dibamba) pour s’approvisionner en carburant.

Certains de leurs véhicules n’ont pas pu redémarrer. Le Ministre m’a aussitôt appelé pour m’en informer. Nous avons tous les deux immédiatement instruit un contrôle qualité qui a révélé la présence d’eau dans 3 compartiments de gazole. Une cellule de crise a immédiatement été mise en œuvre avec le déplacement le site par le DEX et le responsable HSEQ. La priorité a été donné à faire repartir la délégation qui a pu prendre la route vers 13h et nous regrettons le retard que cela a pu causer dans l’agenda du Ministre.

Selon une première hypothèse, la livraison en produits blancs du matin, chargée à la SCDP, par un de nos transporteurs, contenait de l’eau qui aurait contaminé le gazole et serait la cause de cet incident. Les autres cuves de la station ont été vérifiées et sont parfaitement conformes

Enfin, nous sommes en droite ligne des prescriptions des autorités et des investigations vont être réalisées afin de faire toute la lumière sur cet incident.

Adrien Béchonnet
DG Total Cameroun.. »

La sortie du Directeur Général de Total Cameroun suscite plusieurs réactions dont celle de ce journaliste qui s’interroge :

«…De l’eau à la SCDP ? Cela est-il possible ? Auquel cas plusieurs stations services devraient être concernées. Sinon, il faudrait que le transporteur fournisse des explications…»

Et le champs des possibilités est vaste. Selon l’avis d’un responsable d’une autre société de distribution, « le produit n’étant pas servi directement du camion vers le réservoir de la voiture du ministre, il faut juste questionner l’étanchéité des cuves sur ce point de vente. Il y a souvent des infiltrations d’eau dans les cuves. Que cette eau se retrouve dans le réservoir suppose que l’eau était à plus de 4 cm dans les cuves gasoil sur ce point de vente. Et la station n’a pas stoppé les ventes, ainsi que recommandé en pareille circonstance… »

Cette affaire qui met sous les feux de la rampe le plus gros distributeur de carburant du Cameroun mérite des investigations auxquelles la rédaction d’ABK Radio entend souscrire. Que s’est-il réellement passé à Total Dibamba ? Y a t’il de l’eau dans les cuves de cette station Total ? Est – il possible que le carburant ait subi une contamination à l’eau depuis la SCDP? En quoi consistent les process de sécurité et de contrôle qualité de carburant ? Sont ils toujours respectés ?

Pour y repondre, RDV dans ABK Matin sur son antenne ce lundi entre 7h et 10h.

Le Ministre de l’énergie ( En boubou bleu) à la station de Dibamba au moment du constat
Prélèvement effectué immédiatement dans les cuves de la station

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'INFO EN 89 SEC.

☕L’INFO EN 89 SECONDES DU 14 OCTOBRE 2019

Publié

Le

Precedent1 de 5
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Les 7 maires de l’Union des Populations du Cameroun ne sont pas contents. Ils se plaignent de l’ingérence du ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji, dans la gestion des affaires du parti historique.

Les élus du peuple craignent que cette situation débouche sur un soulèvement populaire. Le 08 octobre dernier, 7 maires élus, ainsi que des conseillers municipaux de l’UPC, ont rédigé une volumineuse lettre à l’attention du président de la République. Dans ce manifeste signépar les maires des communes d’Edéa 1er, de Ngog-mapubi, de Ngambe, de Makak, de Matomb, d’Eseka et de Bot-Makak, ces élus du peuple s’insurgent contre le non-respect des textes et règles de la république, de la création de trouble à l’ordre public ainsi que de l’ingérence dans les affaires internes de l’UPC.

Et l’un des cas les plus illustratifs de l’ingérence, est la nomination par le ministre de l’Administration territoriale, d’un secrétaire général de l’UPC en la personne de Bapooh Lipot,

le parti historique sortait d’un congrès de 3 jours au palais des congrès de Yaoundé, au cours duquel près de 300 militants ont élu Pierre Baléguel Nkot comme secrétaire général de l’UPC et Habiba Issa à la tête du Comité directeur de l’UPC. Ils considèrent le geste d’Atanga Nji comme une insulte  à l’endroit des leaders historiques de l’UPC. L’UPC sollicite donc l’intervention du Président de la République, afin que le parti historique retrouve sa légalité constitutionnelle.

Precedent1 de 5
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Lire la suite

ABK ACTU

⏯Célestin Djamen : « Monsieur le Président, je vous demande de quitter très rapidement le pouvoir. Vous avez fait trop de mal au peuple camerounais. »

Publié

Le

Par

Invité à  l’émission ABK MATIN ce 14 octobre 2019, le Secrétaire National aux Droits de l’Homme et de la gouvernance locale pour le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun(MRC) et Conseiller Municipal  pour la circonscription de Douala 1er Célestin Djamen, s’est prêté aux rudes questions de Luc Ngatcha et de l’équipe d’ABK matin. Il est revenu sur son incarcération lors des ‘marches pacifiques’, de contestation post-électorales. Le nœud de l’interview fut le message de l’invité à l’endroit du président de la République du Cameroun son excellence Paul Biya. Voici la lettre de DJAMEN au Paul BIYA.

Replay:

Monsieur le Président,

«  Je vous  demande de quitter très rapidement le pouvoir. Quittez les choses avant qu’elles ne vous quittent. J’espère que la sagesse que je sais que vous avez, vous commande de libérer le peuple camerounais. A défaut de comprendre cela, nous libèrerons nous-mêmes notre peuple. Les camerounais sont prêts pour l’alternance, les camerounais sont prêts, non pas à vous dire merci  car  vous avez détruit le Cameroun, mais les camerounais sont prêts à vous oublier ; car  vous avez fait trop de mal au peuple camerounais, ce peuple était debout avant que vous n’arriviez, ce peuple était vaillant, plein d’espoir.

Aujourd’hui, ces espoirs sont  perdus, dilapidés à cause de votre régime. Le peuple camerounais a besoin de voir d’autres horizons. Arrêtez la saignée des jeunes camerounais contraints de s’exiler parce qu’ils ne trouvent plus de perspectives dans leur  propre pays ! Vous avez tout  bouché, vous avez institutionnalisé le tribalisme, la corruption, on n’a  plus d’industrie, on n’a plus d’économie, un taux de croissance à moins de 4%, on n’a pas d’industrialisation, le système de santé couverture pour tous n’existe pas, il n’y en a que pour vous. Vous mettez en place un régime de grabataires, les jeunes n’ont aucune reconnaissance. Dans ce pays, l’effectif des « benskineurs » ne cesse de grossir, ce n’est  pas un métier ça.

Donc, il faut  arrêter le massacre et  quitter les choses avant qu’elles ne vous quittent, parce que la prison ne nous cassera pas, elle nous revigore, elle nous fait comprendre l’ampleur de notre combat et le temps que ça prendra,  nous le martèlerons.

Monsieur Biya, vous avez été un accident de l’histoire et à ce moment, nous ferons le diagnostic et le peuple prendra sa décision ». J’en ai terminé.

SCRIPT : LA REDACTION

Lire la suite

Contenu Sponsorisé

Abonnez-vous à notre newsletter

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité.

Podcast

app officielle

Disponible sur Google Play Disponible sur App Store

On AIR

Facebook

LES PLUS POPULAIRES