Nos réseaux sociaux

ABK ACTU

RENDEZ-VOUS ABK RADIO: OSONS LE DIRE avec Hervé-Emmanuel Nkom, militant et membre du Comité central du RDPC

Publié

Le

Ce dimanche 15 septembre de 8h à 9h30

L’histoire de Hervé-Emmanuel Nkom (HEN) oscille entre le passé d’une carrière glorieuse à l’international, ses prises de position d’alors sur le système gouvernant et l’intérêt que son engagement au sein du RDPC a toujours éveillé. Son verbe haut et ses airs de premier de la classe agacent mais ils l’ont aidé à se distinguer à la cour du Roi et, paradoxalement, l’ont conduit à une forte et nuisible exposition médiatique : Pourquoi suscite-t-il tant d’intérêt entre fascination et rejet ?

Plus qu’un politique, HEN est une espèce de mystique inspirant qui a trouvé la beauté dans l’obscurité, a bousculé la physique politique et nous a permis de comprendre cet univers autrement. Avec ses propres codes. Parfois déroutants. Il affirme souvent qu’il est juste un homme extrêmement curieux. Cette facette de lui, sa curiosité ainsi que sa créativité, ont sans doute été son plus grand atout dans sa belle carrière de banquier international.

Pas forcément dans son aventure politique au pays. Parler de tout et se mêler de tout avec autorité et assurance peut être mal perçu dans un écosystème fait d’hypocrisie. Il s’est toujours défini comme quelqu’un de pacifiste, de libre et de chrétien évangélique engagé. Haut gradé du Grand Orient, ce maçon se veut aussi une sentinelle qui « doit rester en éveil et ne peut fermer les yeux sur les atteintes aux droits de l’homme et à la démocratie. Et encore moins les perpétuer ». Certains détracteurs crient à l’imposture. Ses partisans louent le génie. Il tient probablement son énergie de débatteur infatigable de sa forte musculature. Nous connaissons tous la célèbre équation d’équivalence entre la masse et l’énergie : E=mc*2. En politique, HEN tient à la fois de l’équilibre statique et de la mécanique quantique. Difficile à cerner. Il semble debout immobile au milieu de toutes ces particules et forces qui gravitent autour de lui. Aucun mouvement : ni horizontal, ni vertical. Peut-être plus pour longtemps. Car le militant et membre du comité central du RDPC, Hervé-Emmanuel Nkom qui a grandi dans les quartiers de la cité sic et Nkongmondo, a annoncé sa candidature pour être Député du Wouri-Est à Douala.
• Que pense-t-il de l’offre de dialogue du Président de la République ?
• Comment imagine t-il la participation de toutes les composantes citées par le Chef de l’Etat, y compris les groupes armés ?
• Pourquoi son militantisme zélé n’a pas encore été récompensé ?
• Quelles sont ses ambitions politiques ?
• Ses relations avec les leaders politiques de l’opposition…

OSONS LE DIRE : l’interview sans langue de bois.

Voici les règles du jeu :
1- il est interdit de donner sa langue au chat.
2- il est fortement recommandé de tourner sa langue 7 fois dans le sens des aiguilles d’une montre.
3-un questionnaire osé, toute la vie des personnalités assises sur le fauteuil de leur contradiction.

Osons le Dire de ce dimanche 8h est dirigée par Luc Ngatcha
Sur 89.9 FM et sur www.abkradio.com

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'INFO EN 89 SEC.

☕L’INFO EN 89 SECONDES DU 14 OCTOBRE 2019

Publié

Le

Precedent1 de 5
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Les 7 maires de l’Union des Populations du Cameroun ne sont pas contents. Ils se plaignent de l’ingérence du ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji, dans la gestion des affaires du parti historique.

Les élus du peuple craignent que cette situation débouche sur un soulèvement populaire. Le 08 octobre dernier, 7 maires élus, ainsi que des conseillers municipaux de l’UPC, ont rédigé une volumineuse lettre à l’attention du président de la République. Dans ce manifeste signépar les maires des communes d’Edéa 1er, de Ngog-mapubi, de Ngambe, de Makak, de Matomb, d’Eseka et de Bot-Makak, ces élus du peuple s’insurgent contre le non-respect des textes et règles de la république, de la création de trouble à l’ordre public ainsi que de l’ingérence dans les affaires internes de l’UPC.

Et l’un des cas les plus illustratifs de l’ingérence, est la nomination par le ministre de l’Administration territoriale, d’un secrétaire général de l’UPC en la personne de Bapooh Lipot,

le parti historique sortait d’un congrès de 3 jours au palais des congrès de Yaoundé, au cours duquel près de 300 militants ont élu Pierre Baléguel Nkot comme secrétaire général de l’UPC et Habiba Issa à la tête du Comité directeur de l’UPC. Ils considèrent le geste d’Atanga Nji comme une insulte  à l’endroit des leaders historiques de l’UPC. L’UPC sollicite donc l’intervention du Président de la République, afin que le parti historique retrouve sa légalité constitutionnelle.

Precedent1 de 5
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Lire la suite

ABK ACTU

⏯Célestin Djamen : « Monsieur le Président, je vous demande de quitter très rapidement le pouvoir. Vous avez fait trop de mal au peuple camerounais. »

Publié

Le

Par

Invité à  l’émission ABK MATIN ce 14 octobre 2019, le Secrétaire National aux Droits de l’Homme et de la gouvernance locale pour le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun(MRC) et Conseiller Municipal  pour la circonscription de Douala 1er Célestin Djamen, s’est prêté aux rudes questions de Luc Ngatcha et de l’équipe d’ABK matin. Il est revenu sur son incarcération lors des ‘marches pacifiques’, de contestation post-électorales. Le nœud de l’interview fut le message de l’invité à l’endroit du président de la République du Cameroun son excellence Paul Biya. Voici la lettre de DJAMEN au Paul BIYA.

Replay:

Monsieur le Président,

«  Je vous  demande de quitter très rapidement le pouvoir. Quittez les choses avant qu’elles ne vous quittent. J’espère que la sagesse que je sais que vous avez, vous commande de libérer le peuple camerounais. A défaut de comprendre cela, nous libèrerons nous-mêmes notre peuple. Les camerounais sont prêts pour l’alternance, les camerounais sont prêts, non pas à vous dire merci  car  vous avez détruit le Cameroun, mais les camerounais sont prêts à vous oublier ; car  vous avez fait trop de mal au peuple camerounais, ce peuple était debout avant que vous n’arriviez, ce peuple était vaillant, plein d’espoir.

Aujourd’hui, ces espoirs sont  perdus, dilapidés à cause de votre régime. Le peuple camerounais a besoin de voir d’autres horizons. Arrêtez la saignée des jeunes camerounais contraints de s’exiler parce qu’ils ne trouvent plus de perspectives dans leur  propre pays ! Vous avez tout  bouché, vous avez institutionnalisé le tribalisme, la corruption, on n’a  plus d’industrie, on n’a plus d’économie, un taux de croissance à moins de 4%, on n’a pas d’industrialisation, le système de santé couverture pour tous n’existe pas, il n’y en a que pour vous. Vous mettez en place un régime de grabataires, les jeunes n’ont aucune reconnaissance. Dans ce pays, l’effectif des « benskineurs » ne cesse de grossir, ce n’est  pas un métier ça.

Donc, il faut  arrêter le massacre et  quitter les choses avant qu’elles ne vous quittent, parce que la prison ne nous cassera pas, elle nous revigore, elle nous fait comprendre l’ampleur de notre combat et le temps que ça prendra,  nous le martèlerons.

Monsieur Biya, vous avez été un accident de l’histoire et à ce moment, nous ferons le diagnostic et le peuple prendra sa décision ». J’en ai terminé.

SCRIPT : LA REDACTION

Lire la suite

Contenu Sponsorisé

Abonnez-vous à notre newsletter

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité.

Podcast

app officielle

Disponible sur Google Play Disponible sur App Store

On AIR

Facebook

LES PLUS POPULAIRES