Nos réseaux sociaux

ABK ACTU

LE REGARD DE JULIO SCRUTE NOS LOGEMENTS

Publié

Le

Bonjour,

La vie sociale du petit Camerounais m’intéresse car se loger, manger et se vêtir font partie des éléments vitaux .Parce que nous vivions dans deux mondes, deux destins comme le disait déjà Mongo Beti, Ezaboto dans son roman « Ville cruelle ». Au Cameroun, nous avons la classe des riches communément appelés dans notre jargon les « bobos » et la classe des pauvres misérables, les « dembrés ». L’Etat, dans un souci de « logement pour tous » a pensé aux logements sociaux pour cette couche dite défavorable mais pas défavorisée.

C’est quoi un logement social alors ? Un logement social est un logement destiné, à la suite d’une initiative publique ou privée à des personnes à revenus modestes qui auraient des difficultés à se loger et à des prix attractifs. Ici il y’a le facteur revenus modestes et prix attractif. Mais dans la pratique qu’est-ce qui cloche ?

Dans l’esprit, très bonne intention de nos dirigeants. Mais dans les faits, c’est pure chimère. Au demeurant, pour permettre à un grand nombre de Camerounais débrouillards car nous savons le degré de précarité des emplois décents dans notre pays ; disais –je pour permettre à un grand nombre de Camerounais d’acquérir un logement décente gouvernement à travers le ministère de l’habitat et du développement urbain a lancé depuis quelques années en programme de construction de 10.000 logements à Douala et Yaoundé sous le nom propagandiste de logements sociaux. Oui logements sociaux pour des couches à revenus minables. Mieux dit, ceux qui perçoivent le SMIG. Le SMIG qui est le salaire minimum interprofessionnel garantie. Au Cameroun, c’est dans l’ordre de 35000 FCFA.

Mais la grande curiosité c’est que le coût d’acquisition oscille entre 17 et 23 millions. Du coup on se rend à l’évidence que les pauvres et les classes moyennes sont exclus de ce programme .Ce qui m’arrive dans tout ça c’est le ministre BWENTCHOU qui dans une interview à la chaine nationale dit que « les Camerounais ont le gros cœur ».

A vrai dire ou à dire vrai, que de parler de logement sociaux, il était judicieux de parler plutôt de logements pour riches et nantis, car comment comprendre qu’on parle de logements sociaux et se sont les riches qui en sont tributaires pour ne pas dire bénéficiaires .Du coup le pauvre Camerounais pour se loger est abandonné à son triste sort ;ceci d’autant plus que se procurer un lopin de terre est un véritable chemin de croix parce que les prix flambent et la spéculation foncière qui rejette les pauvres dans les zones vertes et non titrés.

Et parlant justement de l’acquisition des terrains ce sont toujours les riches qui sont logés à la bonne enseigne. C’est pourquoi au quotidien nous assistons à des litiges domaniaux car obtenir un titre foncier qui est l’acte de propriété sur un terrain devient une véritable gageure. L’affairisme s’est installé dans la vente des terrains urbains et ruraux.

Reste pauvre et tais-toi. Suivez mon regard…

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'INFO EN 89 SEC.

☕ L’INFO EN 89 SECONDES DU 20 FEVRIER 2020

Publié

Le

Par

Precedent1 de 11
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Un homme tué ce matin à Bamenda dans le Nord-Ouest.

Le défunt a été atteint au pied par une balle au quartier Pinyin. Les auteurs du tir restent inconnus. Le défunt se nomme Mume NDAGHA et était conducteur de moto.

Precedent1 de 11
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Lire la suite

ABK ACTU

⏯ Colonel Cyrille Atonfack : « C’est grâce à l’armée que la vie reprend en régions anglophones »

Le Capitaine de Frégate Cyrille Atonfack est chef de division de la communication au ministère de la défense du Cameroun. Alors qu’une polémique enfle au sujet du nombre de victimes (et leur identité) à la suite d’une opération d’agents de nos forces armées à Ngarbuh dans le Donga Mantung, Cyrille Atonfack estime que l’armée camerounaise est composée de soldats professionnels prêts au sacrifice suprême pour leur pays et que ce serait leur faire un mauvais procès que de penser qu’ils s’en prennent de façon délibérée à des populations civiles.

Publié

Le

Réécoutez en intégralité l’interview du Colonel Atonfack en cliquant sur le lien ci-dessous:

Voici quelques propos de Cyrille Atonfack Guemo, Capitaine de Fregate et Chef de division de la communication au Ministère de la Défense, au micro de Luc Ngatcha dans ABK Matin du 20 février 2020:

« L’armée camerounaise ne fait pas la guerre des chiffres avec la société civile ou avec un évêque. (Parlant des Massacres de Ngarbuh) »

« Lorsque Florence Ayafor a été violée, décapitée, écartelée, nous n’avons pas vu l’évêque de Kumbo ou tout autre homme de l’église catholique de la région monter au créneau. On peut se demander pour qui roule l’église catholique »

« C’est qui la société civile au Cameroun ? Est-ce Me AGBOR BALLA? Est-ce Alice SADIO? Est-ce que la Société Civile est celle là qui ne se prononce que lorsque de l’étranger on peut se permettre de donner des chiffres sans être passé sur le terrain? Est-ce que cette Société civile est celle qui répète comme des perroquets des chiffres fictifs qui viennent de l’étranger, sur des évènements malheureux qui se sont passés au Cameroun ? »

« On avait accusé l’armée d’avoir tiré sur un bébé à Muyuka et on avait même montré une douille de balle …Me AGBOR BALLA a reconnu qu’il s’était trompé une fois en accusant l’armée camerounaise. Gardons le recul nécessaire pour se prononcer sur une situation. Pourquoi n’a t-il pas retwitté pour dire qu’il s’était trompé ? Un peu de patriotisme quand même !!! Un peu d’humilité !!! »

« Les populations du Nord-ouest et du Sud-Ouest en ont marre!!! Elles veulent vaquer tranquillement à leurs occupations, sans avoir peur d’être décapitées, sans être obligées de respecter les ghost towns. Et l’armée qui a payé depuis le debut de cette crise un très lourd tribut est justement déployée sur le terrain pour le retour au calme. Ce n’est pas une faveur que nous faisons aux populations, c’est une obligation. »

« La loi camerounaise punit la propagation de fausses nouvelles. La plainte du Ministère de la Défense contre un certain nombre de personnes est simplement une plainte imaginaire. Le ministre a dit « qu’il se réserve le droit de poursuivre », pas qu’il va le faire, ou qu’une plainte a été déposée. »

Soldats camerounais en opération

« L’image que j’ai de l’armée camerounaise est celle des soldats, des militaires qui ont tout sacrifié, y compris leurs familles, pour sauver leur pays qui est le Cameroun. C’est grâce aux sacrifices de cette armée qu’ ABK continue d’émettre, que les transports vers et dans le Nord Ouest et le Sud Ouest se poursuivent, que l’école a repris dans le No/So, que la vie globalement y a repris »

 » L’armée camerounaise est traitée de tous les noms. C’est injuste. Pour cette armée, une vie est une vie et chaque mort est un mort de trop « 

Achille Assako

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité.

Podcast

On AIR

Facebook

LES PLUS POPULAIRES