Nos réseaux sociaux

SANTÉ & BIEN-ÊTRE

SANTE VOUS BIEN: Comprendre la maladie d’Alzheimer

Publié

Le

Oublier des objets, des destinations, des souvenirs, confondre les prénoms et bien d’autres choses peut sembler banal mais pourrait être des alertes à la maladie d’Alzheimer. Identifiée par le psychiatre et neuropathologiste allemand Aloïs Alzheimer en 1907, la maladie d’Alzheimer est, plus d’un siècle plus tard toujours mal connue, plusieurs personnes atteintes de celle-ci se sont vues incomprises par leur familles et d’autres traitées de folle Pourtant plusieurs signes cliniques peuvent orienter les proches sur les pas d’une éventuelle présence de la maladie.


La maladie d’Alzheimer est la première cause de démence dans le monde, d’après l’OMS parmi les 50 millions de personnes atteintes de démences dans le globe 60 à 70 % sont atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Par ailleurs les malades d’Alzheimer ne sont pas des fous mais sont victimes de la destruction des neurones, on parle alors de maladie neurodégérative.

Rappelons que les neurones sont les principales cellules du système nerveux, dont le rôle est d’acheminer et traiter les informations dans l’organisme. Il en existe des milliards dans notre corps. Ces derniers sont par conséquent des éléments vitaux pour la mémoire .Toutefois, quoi que n’étant pas curable, puisqu’il est impossible de remplacer ces neurones une fois détruits, il est tout de même possible d’aider le patient souffrant d’Alzheimer à mieux vivre à travers un bon encadrement et leurs famille à travers les associations le but étant de leur apporter un soutien psychologique.

Au Cameroun, la seule association jusqu’ici portée à la cause de la maladie d’Alzheimer est l’association comprendre la maladie d’Alzheimer en abrégée ACMA dont le siège est basé à Douala.

Dans lemission ci-dessous, notre Consultant le Dr Hervé Nambou, répond à toutes vos questions sur la maladie d’Alzheimer⬇⬇

ABK Replay

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

SANTÉ & BIEN-ÊTRE

⏯SANTE MENTALE: Sachez repérer une personne qui veut se suicider

M. John NTAMACK, sociologue et Dr Samuela NOUMEDEM psychologue clinicienne étaient des nôtres pour parler des facteurs qui peuvent pousser un individu à se suicider. Pour eux, il suffit d’être un peu attentif pour repérer ces personnes qui veulent mettre un terme à leur propre vie de façon brutale.

Publié

Le

Huit cent personnes mettent fin à leur vie chaque année d’après l’organisation mondiale de la santé, soit une personne toutes les 40 secondes. En Afrique, le Cameroun occupe le 5e rang parmi les pays où le taux de suicide est élevé. Selon le rapport intitulé « Suicide in the World, Global Health Estmates », publié le 9 septembre dernier, le Lesotho est champion d’Afrique des suicides, suivi de la Côte d’Ivoire. Le Cameroun occupe la 5e place derrière la Guinée Équatoriale et l’Ouganda. Le suicide est donc une réalité triste qui devient de plus en plus fréquente dans nos sociétés.

« Le regard social et le rejet dans les familles font que la société peut pousser un individu à se suicider. »

John NTAMACK, sociologue

Les adeptes de cet acte fatal font recourent soit à l’auto-empoisonnement chimique, soit la pendaison, les armes à feu, la noyade pour ne citer que ceux la. Pour parvenir à leur fin. Ce phénomène social touche toutes les catégories sociales sans distinctions de sexe ou de race .on se souvient encore de ce prêtre catholique du diocèse de douala Antoine de Padoue Chonang déclaré mort par suicide en France où il séjournait, c’était le 28 octobre dernier. Ce qui a suscité beaucoup d’émoi… un acte prémédité qui laisse le vide et les interrogations au sein des familles, des proches et même de la société. Comment prévenir le suicide?

« Soyons plus ouvert plus attentif avec les personnes qui vivent avec nous et restons à leur écoute cela permettrait de sauver des vies. »

samuella NOUMEDEM, psychologue clinicienne

Le suicide ne doit donc plus être considéré comme tabou. Le sujet du suicide doit être abordé dans nos familles et même à l’école. Si on abordait la question du suicide dans toutes ces instances de socialisation, la tendance à cet acte va drastiquement diminuer

Ecoutez l »intégralité de l »émission SANTE VOUS BIEN consacrée au suicide en cliquant sur le lien ci-dessous.

Lire la suite

ABK ACTU

⏯TÉMOIGNAGE : « Ma famille exige que je cesse de m’occuper de mon petit-fils de 2ans porteur de VIH »

Alors que vient de se célébrer la Journée internationale de lutte contre le Sida, notre magazine « Santé Vous Bien » présenté par Cathy Mintsa est allé à la rencontre de Marthe, une grand mère qui affronte le rejet de ses autres enfants depuis qu’elle s’occupe de son petit fils de deux ans infecté par le VIH et resté orphelin suite au décès de sa mère des suites de cette maladie.

Publié

Le

Par

Voici le témoignage poignant d »une femme Marthe délaissée par ses enfants parce qu’elle a décidé de s’occuper de son petit fils « bébé Yohan », aujourd’hui âgé de 2 ans huit mois et infecté par le VIH SIDA.

La mère de bébé Yohan est décédée 6 mois après la naissance de l’enfant des suites de cette maladie. Et depuis un an, les enfants de mama Marthe exigent qu’elle aille remettre l’enfant à son père porté disparu, faute de quoi ils ne subviendront plus aux besoins de cet enfant. Ils disent ne pas vouloir que leur maman soit contaminée. Ecoutons le témoignage de Marthe en cliquant sur le lien ci dessous.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité.

Podcast

On AIR

Facebook

LES PLUS POPULAIRES