Nos réseaux sociaux

SANTÉ & BIEN-ÊTRE

WILLIAM NGUEUMAIN: « Le judo est le seul sport conseillé aux enfants atteints d’autisme »

Publié

Le

Le judo c’est un mot japonais qui signifie la voie de la souplesse de l’esprit  et du corps. Le judo a été crée en 1882 par maître Jigorō Kanō. C’est un sport pratiqué  par tous et très adapté aux enfants autistes. Nous en parlons avec Mr NGUEUMAIN William professeur de Judo à happy sport

Ce sport n’est donc pas sélectif Mr William NGUEUMAIN ?

Non, toute personne peut pratiquer le judo. Les handicapés, les malvoyants, les hommes, les femmes également. Quand je dis tout le monde, c’est vraiment tout le monde.

Le judo a-t-il des bienfaits pour la santé ?

Bien sûr ! Le judo développe la capacité physique et psychologique. Le judo est le seul sport conseillé aux enfants atteints d’autisme. Le judo équilibre le mental du pratiquant. Le judo est le sport par excellence pour tout enfant et c’est un sport d’éducation. En plus, le judo met en avant le self-control. Il  permet aussi  aux pratiquants d’être concentrés et humbles. Voila quelques vertus du judo

Vous avez dit plus haut que les enfants pouvaient pratiquer le judo. Pourquoi  les parents devraient-ils envoyer leurs enfants faire du judo ?

 Les parents doivent envoyer leurs enfants faire le judo parce que le judo canalise l’énergie des enfants. Un enfant qui pratique le judo dès l’âge de trois ans a un comportement différent des enfants de son âge qui ne pratiquent pas le judo, et pour une raison simple: le judo forme le mental et le physique.

En tant que sport de combat, y’a-t-il pas de risque de rendre les enfants violents ?

Tout au contraire ! Dans le code moral du judo nous avons le contrôle de soi qui est l’élément fondamental des arts martiaux. C’est le seul sport qui a un code moral et non un code d’éthique. Ce code moral permet au pratiquant de rester loyal. Le pratiquant de judo ne peut pas combattre dans la rue, c’est interdit. Et puis même, dans  l’une des maximes du judo on le considère comme un sabre et la meilleure façon d’utiliser le sabre par un samouraï est de le laisser dans le four, donc le pratiquant ne fait pas le judo n’importe comment parce qu’il connait ce que le judo peut créer et ses dommages sur le profane.

Les parents vous expliquent-ils les raisons pour lesquelles ils envoient leurs enfants vers le judo ?

Oui. Parmi ces raisons, il y a la timidité des enfants, les enfants qui débordent d’énergie, les enfants obèses, et même des enfants autistes.

Parlez nous de votre expérience avec les enfants autistes

Dans mon expérience j’ai eu à travailler avec trois enfants autistes et deux ont trouvé la guérison grâce au judo. L’autre malheureusement a abandonné les cours une semaine après, parce que le parent n’avait pas compris que c’est un travail qui se fait à long terme et il faut être patient pour obtenir le résultat.

Est-ce toujours facile de travailler avec les enfants autistes ?

Ce n’est pas évident, mais  il suffit de les comprendre. Il y a plusieurs sortes d’autisme. Il y a des enfants autistes qui sont agressifs, d’autres ne vous regardent pas dans les yeux, certains ne parlent pas, et d’autres vous veulent pour eux seuls une fois qu’ils s’attachent à vous, et ça suscite la jalousie des autres enfants. Cependant, on utilise des astuces pour les amener à comprendre. On échange avec eux, on joue avec eux, et c’est toutes ces combinaisons qui me permettent de deceller leur problème et à mieux les comprendre. Le plus dommage est que certains parents violentent les enfants autistes et pourtant, même le climat peut rendre un enfant autiste nerveux.

J’ai eu un cas d’un enfant autiste sur le plateau dernièrement qui avait les bouffées de chaleur sur le tapis. Ce dernier a commencé à transpirer et à frapper sur sa tête. Ni la nounou, ni la maman n’ont compris son problème. Je suis sorti avec l’enfant il s’est calmé et j’ai donné certains conseils aux parents, malheureusement il n’est plus jamais revenu. Nous avons aussi d’autres cas, avec certains enfants autistes qui n’ont pas peur du danger et notre rôle est de les amener à canaliser cette énergie progressivement, sans les gronder. Petit à petit, ils comprennent. Le plus souvent, il faut communiquer avec ce genre d’enfant. Et pour détecter un enfant autiste il ne faut pas des heures. De 20 à 45 minutes suffisent à les identifier.Puis on évalue et à la longue, l’enfant pourra faire deux heures sans converser mais en exécutant les mouvements sans aucun problème.

Combien de séance de travail faut-il pour obtenir des progrès avec un enfant autiste ?

Cela varie d’un enfant à un autre. Le premier enfant autiste dans mon club  avait fait deux ans de judo avant de trouver la guérison. Le deuxième a fait trois ans, le dernier a fait une semaine et il est parti. En parlant de ce dernier, à son arrivée, il ne parlait à personne, mais une semaine plus tard il me parlait, disait bonjour et au revoir quand on venait le chercher. Malheureusement après l’une de ses crises devant sa maman, il n’est plus jamais revenu.

 Le suivi des enfants atteints d’autisme doit être particulier, il y’a une période d’observation, une prise de contact, et la prise en main de l’enfant. Elle se fait quand il y’a une complicité entre l’enfant et vous. Sans cette complicité, l’enfant ne peut pas adhérer au jeu et à l’éducation. Il faut tout cela pour que l’enfant s’attache à vous et lorsqu’il vous voit, il va se jeter sur vous. Le temps importe peu. Les enfants  autistes aujourd’hui sont très intelligents. Dès qu’ils s’adaptent, le reste c’est avec  le temps et un peu de patiente et le résultat est toujours au rendez-vous.

Nous sommes dans une société ou le stress sévit à tous les coups. Le judo peut-il aider à mieux gérer son stress et si oui, comment ?

Ah oui ! Le judo permet aux hommes de gérer le stress. Vous savez, le judo aide à développer l’esprit et aide à être au dessus de tous les problèmes. Ca vous aide à vous contrôler où que vous soyez, au bureau, au sport, dans votre véhicule  et c’est très important pour le pratiquant. Le stress se gère facilement sur le tapis. D’ailleurs on dit souvent abandonne le stress et montons prendre un ippon et la journée sera belle.

Comment se présente une séance d’entrainement avec vos apprenants.

Une séance d’entrainement a d’abord un objectif à atteindre. Cet objectif peut être par rapport au programme du calendrier, l’objectif peut être au niveau technique et tactique des enfants. L’objectif peut également être par rapport à l’amélioration de leur niveau de combat.

Alors !!Sur le tapis l’échauffement est par rapport à la séance. Le judo est le sport qui se fait debout au sol et sol débout. Si c’est peut être une séance qui doit se dérouler débout on commence par un étirement et un échauffement et on n’est sur le tapis et on lance le sujet. Voilà comment la séance se déroule. Et à la fin il y a toujours une évaluation de la journée, on évalue le nombre d’enfants qui ont suivi le cours et ceux qui ont pu démontrer le mouvement qui a été expliqué lors de la séance.

Un message pour tous ceux qui vous liront ?                                                     

Pour ceux qui nous lisent, je conseillerai aux parents d’envoyer les enfants dans les clubs de  judo et d’avoir confiance en l’enseignant. Et aux parents d’enfants autistes, rapprochez-vous des clubs de judo, faites confiance aux maitres, laissez-leur le soin d’encadrer vos enfants, ne soyez pas pressés. Une chose est certaine, il y aura un résultat. Et je précise par exemple dans mon club qui est situé à Happy Sport, nous avons trois séances d’entrainement par semaine. On travaille le mercredi à partir de 14heures 30min, samedi de 14h à 16heures et le dimanche de 10h à 12h. Mais pour les enfants autistes, le programme est élaboré avec les parents pour qu’ensemble on essaye de trouver des heures pour ne pas déstabiliser ces enfants et parfois ces enfants ne sont pas scolarisés parce que certains arrivent à l’âge de sept ans sans parler, mais en pratiquant le judo, progressivement ils arrivent à parler. Il y’a deux formes d’apprentissages : par les gestes et en écoutant, par le geste il commence à écouter et en écoutant il fait le geste et ensuite il va trouver la guérison en parlant.

Cathy MINTSA

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

SANTÉ & BIEN-ÊTRE

⏯SANTE MENTALE: Sachez repérer une personne qui veut se suicider

M. John NTAMACK, sociologue et Dr Samuela NOUMEDEM psychologue clinicienne étaient des nôtres pour parler des facteurs qui peuvent pousser un individu à se suicider. Pour eux, il suffit d’être un peu attentif pour repérer ces personnes qui veulent mettre un terme à leur propre vie de façon brutale.

Publié

Le

Huit cent personnes mettent fin à leur vie chaque année d’après l’organisation mondiale de la santé, soit une personne toutes les 40 secondes. En Afrique, le Cameroun occupe le 5e rang parmi les pays où le taux de suicide est élevé. Selon le rapport intitulé « Suicide in the World, Global Health Estmates », publié le 9 septembre dernier, le Lesotho est champion d’Afrique des suicides, suivi de la Côte d’Ivoire. Le Cameroun occupe la 5e place derrière la Guinée Équatoriale et l’Ouganda. Le suicide est donc une réalité triste qui devient de plus en plus fréquente dans nos sociétés.

« Le regard social et le rejet dans les familles font que la société peut pousser un individu à se suicider. »

John NTAMACK, sociologue

Les adeptes de cet acte fatal font recourent soit à l’auto-empoisonnement chimique, soit la pendaison, les armes à feu, la noyade pour ne citer que ceux la. Pour parvenir à leur fin. Ce phénomène social touche toutes les catégories sociales sans distinctions de sexe ou de race .on se souvient encore de ce prêtre catholique du diocèse de douala Antoine de Padoue Chonang déclaré mort par suicide en France où il séjournait, c’était le 28 octobre dernier. Ce qui a suscité beaucoup d’émoi… un acte prémédité qui laisse le vide et les interrogations au sein des familles, des proches et même de la société. Comment prévenir le suicide?

« Soyons plus ouvert plus attentif avec les personnes qui vivent avec nous et restons à leur écoute cela permettrait de sauver des vies. »

samuella NOUMEDEM, psychologue clinicienne

Le suicide ne doit donc plus être considéré comme tabou. Le sujet du suicide doit être abordé dans nos familles et même à l’école. Si on abordait la question du suicide dans toutes ces instances de socialisation, la tendance à cet acte va drastiquement diminuer

Ecoutez l »intégralité de l »émission SANTE VOUS BIEN consacrée au suicide en cliquant sur le lien ci-dessous.

Lire la suite

ABK ACTU

⏯TÉMOIGNAGE : « Ma famille exige que je cesse de m’occuper de mon petit-fils de 2ans porteur de VIH »

Alors que vient de se célébrer la Journée internationale de lutte contre le Sida, notre magazine « Santé Vous Bien » présenté par Cathy Mintsa est allé à la rencontre de Marthe, une grand mère qui affronte le rejet de ses autres enfants depuis qu’elle s’occupe de son petit fils de deux ans infecté par le VIH et resté orphelin suite au décès de sa mère des suites de cette maladie.

Publié

Le

Par

Voici le témoignage poignant d »une femme Marthe délaissée par ses enfants parce qu’elle a décidé de s’occuper de son petit fils « bébé Yohan », aujourd’hui âgé de 2 ans huit mois et infecté par le VIH SIDA.

La mère de bébé Yohan est décédée 6 mois après la naissance de l’enfant des suites de cette maladie. Et depuis un an, les enfants de mama Marthe exigent qu’elle aille remettre l’enfant à son père porté disparu, faute de quoi ils ne subviendront plus aux besoins de cet enfant. Ils disent ne pas vouloir que leur maman soit contaminée. Ecoutons le témoignage de Marthe en cliquant sur le lien ci dessous.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité.

Podcast

On AIR

Facebook

LES PLUS POPULAIRES