Nos réseaux sociaux

SANTÉ & BIEN-ÊTRE

⏯Comment prendre en charge l’infertilité au Cameroun? « 15 à 30% des couples en Afrique ont des difficultés à procréer. »

Publié

Le

Avoir un enfant en général et pour les camerounais en particulier est indispensable. Même si on ne le cri pas sur tous les toits un enfant en Afrique est perçu comme un marqueur de virilité des adages allant dans le même sens tendent à comparer l’homme à un bon arbre qui se reconnait à ses fruits. Mais dans la conception africaine quand il y a retard de naissance c’est la femme qui en paye le plus grand prix d’où son aptitude à chercher des solutions pour résoudre les problèmes de fertilité au sein de son couple.

Seulement à la quête de cet enfant qui viendrait solidifier la vie de couple celle-ci est très souvent sous informée sur certains procédés nécessaires pour faire face à la situation. 15 à 30% des couples en Afrique ont des difficultés à procréer et les causes sont nombreuses et diverses elles peuvent être exogènes ou endogènes.

Par ailleurs même si les couples qui vivent dans l’espoir d’avoir un enfant sont de plus en plus nombreux il convient de rappeler que des avancées en ce qui concerne la question d’infertilité vont bon train le plus important aujourd’hui est d’avoir la bonne information.

Nous en parlons dans cette edition de SANTE VOUS BIEN en compagnie des DR NGWET BELL et DR TINGUEN.

Replay

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

SANTÉ & BIEN-ÊTRE

⏯SANTE: Tout savoir sur le mal de dos avec le Dr NAMBOU.

Publié

Le

Il peut être considéré comme le mal du siècle parce qu’il peut toucher tout le monde et toutes les catégories sociales, en réalité personne n’est à l’abri du mal de dos.

Il y a quelques années le mal de dos était l’affaire des personnes âgées, qui en prenant de l’âge selon le cycle normal vieillissaient avec leurs organes ainsi que tout ce qui constitue le corps humain. Malheureusement de nos jours même les plus petits ont mal au dos d’où la nécessité et l’urgence de se pencher sur la question. Généraliste kinésithérapeute et rhumatologue sont tous unanimes que cette partie du corps qui supporte toute les charges pondérales et qui nous permet d’avoir une certaine mobilité est en danger et l’un des principaux adversaires de notre mal être dorsale n’est rien d’autre que nous même.

D’après certaines études nous inclinons notre dos en moyenne 1500 et 35% de ces inclinaisons sont nocives à notre dos, à ces inclinaisons s’ajoutent les mauvaises postures, les nouvelles technologies de l’information, et le mode de vie pour ne citer que ceux la, tous ces facteurs donnent plus ou moins du fil à retordre au dos. Comment vaincre le mal de dos c’est toute suite avec notre consultant.

Lire la suite

SANTÉ & BIEN-ÊTRE

⏯Deuil Périnatal-DANIEL: « J’ai perdu mes deux bébés à l’hôpital. Ma femme a failli faire une dépression. »

Publié

Le

Par

Dans le cadre de l’émission ABK MATIN du 15 octobre 2019, en partie consacrée à la journée mondiale de sensibilisation au deuil périnatal, l’équipe de la matinale autour de Luc NGATCHA, en compagnie de la psychologue et clinicienne Samuella NOUMEDEM ont décrypté ce phénomène avec des témoignages exclusifs de victimes. Voici le témoignage émouvant de Daniel, qui a subi le deuil périnatal. Il l’a partagé avec nous dans l’émission ABK Matin ce mardi 15 Octobre sur ABK Radio.

Bonjour, je suis Daniel.

En 2015, ma femme était enceinte et on attendait des jumeaux. J’étais très content d’être enfin « Tagni », et je me suis apprêté comme tout bon père. Plus tard, quand est venu l’heure de l’accouchement, j’ai conduit ma femme à l’hôpital gynéco-obstétrique de Yassa sans publicité, et elle a mis 24 heures en travail.

24 heures plus tard, le premier enfant est sorti, et le deuxième est sorti trente minutes plus tard. J’étais très content ! Comme c’était très tôt le matin à six heures, je me suis rendu à mon lieu de service et une fois terminé là-bas, je suis reparti à l’hôpital voir mes enfants. Je suis allé les voir dans la salle de néonatalogie, j’ai trouvé que l’un des bébés ne réagissait pas très bien. Ce que j’ai remarqué après une prise de photos des deux enfants. L’une des photos était noire et l’autre enfant était clair sur l’image. J’en ai fait part à Madame et je suis rentré chez moi, pour annoncer la bonne nouvelle à tout le monde.

A minuit, mon téléphone sonne et Madame me dit que l’enfant qui m’inquiétait est décédé, et ma douleur était telle que j’ai perdu le sommeil. Le lendemain très tôt, je me suis rendu  à l’hôpital. On m’a présenté une facture de trois cents mille (300.000 FCFA) que j’ai payée.

Trois Cent Mille (300.000)… ?

Oui ! Et J’ai payé. J’ai pris le corps de mon bébé et je suis allé l’enterrer chez moi. Neuf jours après, le deuxième enfant est mort, toujours à l’hôtital. Et là, les deux factures cumulées montaient dans les neuf millions de Franc CFA, que j’ai payé. Voilà qu’en neuf jours, je rentrai chez moi avec des factures avoisinant les 9 millions de franc et sans mes deux bébés.

Ma douleur était immense et ma femme a failli faire une dépression, mais j’étais là pour lui remonter le moral. Sauf que je ne vais pas affirmer que j’étais plus fort que ma femme, vu qu’après l’enterrement de mon deuxième bébé, je me suis retrouvé assis dans mon salon à pleurer pendant cinq heures à chaudes larmes au point où ce sont ma belle-mère et ma femme qui était plus fortes que moi, qui sont venues me réconforter.  Ma femme m’a dit : « chéri ne pleures pas, les enfants sont partis ».

C’est une expérience terrible à vivre, ceux qui ne l’ont pas encore vécue ne peuvent pas comprendre. Il n’y a pas de technique miracle pour s’en sortir, seul le courage que Dieu peut vous donner peut vous permettre de vous en sortir.

Est-ce que vous avez réussi à surmonter cette épreuve aujourd’hui ? Et comment l’avez-vous fait ?

J’ai réussi  à surmonter cette étape aujourd’hui, parce que ma femme a fait un autre enfant, une petite fille qui aura bientôt deux ans. C’est par là que j’ai réussi à trouver l’équilibre dans mon foyer, parce que chaque fin du mois, quand les menstrues arrivaient chez ma femme, c’était le calvaire chez moi. Vous n’imaginez même pas, parce que ma femme, elle voulait ses enfants. Elle s’est calmée lorsqu’on a fait la fille et on attend un deuxième enfant, donc on n’a plus de problèmes.

Et qu’est-ce qui vous a réellement aidé à surmonté tout cette épreuve difficile ?

J’ai un caractère moins émotif et lorsque je fais  face à des situations qui se posent, je me rends à l’évidence, les enfants étaient partis. Ma belle-famille contrairement à certaines m’a réellement soutenu, surtout ma belle-mère.

Merci pour ce témoignage Daniel, portez-vous bien.

Merci à vous !

Interview : Luc NGATCHA

Script       : ABK Academy

Replay: Invitée ABK Matin, la psychologue et clinicienne Samuella TINGUEM.

Lire la suite

Contenu Sponsorisé

Abonnez-vous à notre newsletter

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité.

Podcast

On AIR

Facebook

LES PLUS POPULAIRES