Nos réseaux sociaux

ABK INSIDE

Académie ABK, à l’école de l’excellence.

Publié

Le

La cérémonie d’accueil de la nouvelle promotion de l’Académie ABK s’est tenue ce mardi dans les locaux de la radio, à Bonamoussadi.

Il est un peu plus de 10h, et dans le hall de la rédaction une foule se forme. Des jeunes aux profils divers regagnent le photocall au pas de course. Tout autour, on s’active pour ajuster le décor. Une ambiance qui dénote la solennité de la circonstance.

Manuella Abessolo fait partie de ces jeunes. Un brin de jeune femme, de taille moyenne au teint chocolat. Pendant toute la durée des préparatifs, elle a le regard baissé et se fond dans la masse pour ne pas être au premier plan. Timide en apparence, elle parvient tout de même à exposer clairement les raisons de sa présence ici « J’ai étudié le journalisme. Et lorsque j’ai entendu parler de cette académie, j’ai réalisé que c’était pour moi l’opportunité de mette en pratique ce que j’ai appris à l’école. Pour moi c’est vraiment une occasion en or au vu de l’approche innovante qu’est le concept ABK. »

Un concept qui est l’idée du CEO, Alex Siewe. Ici, il se fait appeler Coach, car son objectif premier est de partager avec la nouvelle génération l’expérience durement acquise durant ses trente ans de carrière dans l’univers des médias. L’ancien Directeur Marketing et Communication d’Eneo Cameroun a décidé d’apporter sa touche particulière en renouant avec sa passion première qui est le journalisme. Le projet ABK est donc la matérialisation de cette volonté de révolutionner l’univers des médias. Dans son propos de bienvenue il n’hésitera pas à faire connaitre aux académiciens sa vision « ABK dispose d’une quinzaine d’expertises différentes. Ce qui signifie que celui qui a la volonté de se perfectionner pourra apprendre de quinze profils différents. Ici on ne veut pas les moyens, on veut les forts. Si vous êtes médiocres ça ne sert à rien de continuer. Mais je vous donne rendez-vous au sommet. »

Une vision qui n’a d’égale que l’unicité de ce média qui se démarque des autres. Justement après s’être enquéri des différentes raisons ayant poussé les apprenants à se tourner vers ABK, le coach Siewe leur a rappelé ce qui fait la particularité d’ABK. Ce nouveau média qui ne cesse de gagner en notoriété.  « ABK est un média complet. C’est dire qu’en faisant de la radio, on fait également de la télé. Et les contenus sont relayés sur notre plateforme numérique. On parle alors de crossmedia. » Un discours qui a ravivé le sentiment d’admiration qu’éprouvait déjà Marius Soko, le benjamin de cette académie « L’innovation d’ABK dans le domaine de la radio est ce qui m’a motivé à postuler pour cette académie dans le domaine en tant que journaliste et animateur. Et en entendant ces mots du coach, j’ai ressenti que je suis au bon endroit et que je suis désormais bien accompagné dans la réalisation d’un rêve longtemps refoulé. »

Le reste de la cérémonie a donné lieu à des prises de parole de certains membres du personnel de la radio. Notamment le recteur de l’académie, Monsieur Luc Ngatcha qui a souhaité une chaleureuse bienvenue aux apprenants. L’évènement s’est clôturé par une petite collation après la séance photo. C’est dans cette ambiance chaleureuse et conviviale que le groupe a regagné la salle de rédaction. Ainsi démarrait pour eux l’aventure ABK Académie 2, qui les mènera peut-être au sommet.

ENCOUNTERS FULL WITH EMOTIONS
Wednesday 09 October 2019 remains a memorable day at ABK RADIO. The second batch of ABK Academy were presented.
A door widely open welcomes students from different universities full with hopes ,dreams and determinations to face the real world in their various specialities at ABk Radio situated at Bonamousadi sable.the students were very enlightened to join the team who are ready to help them to the familiarization of the field
Amongst these students are holders of Advanced level ,bachelor’s and master’s degree who have come to Abk radio to undergo an internship so as to put into practice the theory which they have learned during their studies in school .blood boil more in the hearts of those present when one of the student once mentioned the particularity of Abk radio which is more about cross media .
They were put in their various place of work by Abk personnel’s under their various supervisor according to their specialisation. Mixed feelings of joy and tears were all present during the exchanges between the radio personnel’s and the students, but out a of a sudden joy over takes the floor when the CEO Mr ALEX SIEWE addresses to them his warmly welcome to the house ,while briefing them about the values of Abk radio and encouraging them to double efforts for achievement comes only through hard work.

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ABK INSIDE

André SIAKA : « …J’ai décidé d’accompagner ABK Radio. »

Publié

Le

André SIAKA, magnat des affaires au Cameroun et en Afrique a visité officiellement les locaux d’ABK Radio ce mardi 12 Novembre 2019, entreprise  dont il est le président du Conseil d’éthique et de surveillance. Un moment exclusif au cours duquel, il nous a livré les plus grands secrets de sa réussite dans un entretien mené par Mireille CHIMI et Achille ASSAKO.

M. André SIAKA, bienvenue sur ABK Radio, la radio que vous avez accepté d’accompagner.

Je dois avouer que je suis agréablement surpris de l’accueil que le personnel d’ABK Radio m’a réservé.

Je ne m’attendais pas à un tel déploiement. Vraiment merci et encore et bravo pour la passion que vous dégagez, parce que rien de grand ne peut s’accomplir sans passion.

Pourquoi avez-vous accepté de présider le conseil d’éthique et de surveillance de notre radio, vous qui siégez dans des instances internationales. 

Il est vrai que j’ai eu l’occasion de siéger dans les grandes instances internationales et le plus grand reste le conseil d’administration d’Ecobank basé à Lomé. J’ai eu l’occasion de siéger au conseil d’administration des Brasseries du Cameroun pendant 25 ans, de diriger le Gicam pendant 15 ans. Et je considère que toute cette expérience accumulée me donne un rôle de leader.

Aujourd’hui j’ai la responsabilité et le devoir de partager ce que j’ai reçu gratuitement de la communauté.

ABK Radio me donne la possibilité de partager avec elle cette expérience et ce savoir-faire. Et pour moi c’est important. L’expérience n’est pas de l’argent qui diminue lorsqu’on le partage.

ABK Radio est dans le secteur des médias, et vous connaissez l’importance de votre rôle dans notre environnement actuel. Ce sont les médias qui orientent l’opinion, façonne l’image de notre pays à l’extérieur. C’est pourquoi ce secteur attire. Donc la radio a un rôle extrêmement important et  Donc si vous voulez apporter de la valeur, il vaut mieux se retrouver dans ce secteur. 

Autre chose qui vous a motivé ?

Alex SIEWE a aussi motivé mon choix. C’est quelqu’un que j’ai eu l’occasion de connaître par le passé, je connais son sérieux et le professionnalisme qu’il a montré partout où il est passé. C’est pourquoi j’ai décidé d’apporter ma contribution au développement  d’ABK Radio.

Je me sens tout en phase avec moi-même en venant dans cette radio.

Je ne suis pas un professionnel de médias, mais un entrepreneur et chef d’entreprise et J’ai accepté le poste de président du Comité d’Ethique et de surveillance parce que je pense que cela va donner un levier de développement à ABK Radio. J’y crois et je pense que si vous restez dans ce cadre du respect du code d’éthique, vous ferez la différence.

Quelle est l’importance des valeurs (Créativité-pertinence-intégrité-Respect-patriotisme) pour un média comme ABK Radio ?

ABK Radio est une entreprise qui a une ambition. Et il est impossible d’atteindre ou d’accomplir une vision, sans se doter d’un ensemble de valeurs. Vos valeurs m’ont sincèrement touché, surtout celle de l’intégrité qui est extrêmement importante pour le traitement de l’information.

J’ai aussi aimé vos valeurs de patriotisme. Cela consiste à donner une bonne image de notre pays pour le sauvegarder et le devoir de patriotisme nous oblige à ne pas diffuser des informations qui peuvent être nocives pour notre pays.  Le respect des valeurs va construire dans cette structure, une démarche qui va vous permettre de vous différencier.

Aussi soyez toujours passionnés par ce que vous faites et par ce que vous dites. Car rien de grand ne se construit sans passion.

Quelle importance accordez-vous aux questions d’éthique et de gouvernance dans les entreprises ?

Je pense que si la presse aujourd’hui était soumise aux agences de  notation comme le sont les Etats, quels serait à votre avis le barème de notation ? Il est clair qu’on s’appuierait sur des valeurs. Toutes les études le confirment. Quand les entreprises ont une bonne gouvernance (du recrutement aux nominations) et se dotent d’un bon environnement éthique,  elles ont des performances supérieures à celle qui travaillent hasardeusement.  Et Pour ABK Radio qui a mis les questions de gouvernance au centre de son développement, on peut dire que vous vous situez dans l’ère du temps, dans le développent durable. 

Quelles sont les valeurs qui ont guidé vos actions et construit le parcours qu’on vous connait aujourd’hui ?

J’ai divisé les valeurs en deux parties. Les valeurs chrétiennes sont les premières valeurs qui m’ont  été inculquées par  mes parents. Et ces valeurs ont guidé mon parcours professionnel jusqu’ici. Il s’agit de l’amour désintéressé, le pardon, l’intégrité, la justice et la vie en société avec les autres et le respect du prochain. Et pour moi l’amour et le pardon sont des valeurs extrêmement importantes qu’elles sont pour moi les plus grandes valeurs de vie en société. Elles permettent une vie saine en société. Si vous ne respectez pas vos prochains, et traitez vos employés seulement comme des éléments de production, sans respect et sans amour et pardon, je ne vois pas comment ils se mobiliseront pour vous. Il faut qu’il y’ait cet amour désintéressé pour leur permettre de se développer.  Comment vont-ils vous respecter, si vous ne les respectez pas ? Un leader doit savoir pardonner les erreurs de ses collaborateurs.

Au-delà de ces valeurs chrétiennes, il y’a des valeurs professionnels qui sont universelles. Et celle qui m’a le plus aidé jusqu’aujourd’hui, c’est le travail. Je ne puis vous dire depuis combien d’années je me lève très tôt le matin pour travailler. Je ne vais pas vous donner l’heure vraie pour éviter d’effrayer   certaines personnes. Si vous pensez pouvoir obtenir quelque chose sans travailler, sachez que c’est impossible. Tout s’obtient par le travail. Que ce soit à l’école, en milieu professionnel ou autres. Le travail reste la clé du succès et c’est la première des valeurs à mettre en œuvre pour obtenir des résultats. Il n’Ya pas de résultats sans travail.

A côté du travail, il y’a des valeurs d’éthique comme l’Intégrité ; et au-delà de l’entreprise, elle s’applique aussi à l’individu. Et cela a toujours été mon point fort. J’ai toujours cherché à rester intègre dans mon approche et à rester juste et équitable dans toute ma carrière. Je n’ai jamais chercher à copier ou à tricher le devoir de quelqu’un. Même dans mon entreprise, je n’ai jamais favorisé un tel contre un autre déraisonnablement et je procède selon le mérite.

Au-delà de l’intégrité ; il y’a l’exemplarité. Ne demandez jamais aux gens ce que vous ne pouvez pas faire. Essayez d’être exemplaire dans ce que vous faites. Un chef, un modèle ou un guide doit toujours être exemplaire. Vous ne pouvez pas demander aux gens d’être à l’heure au travail alors que vous arrivez toujours à 10h. Vous demandez aux autres d’être toujours propres mais vous-même ne l’êtes pas. Faites d’abord ce que vous attendez des autres. Le rôle d’un leader c’est faire adhérer et motiver, et c’est par l’action qu’il doit convaincre.

A côté de l’exemplarité ; il y’a une vertu qui est l’humilité. Il faut toujours se dire qu’on n’a pas de mérite spécial pour ce qu’on a. Il faut reste humain malgré ses positions dans la vie. Mes amis de l’école primaire, de polytechnique et même du séminaire sont restés mes amis, même qu’ils n’ont pas occupé des postes importants. Y’en a qui sont restés très modestes de condition, mais qui sont toujours mes amis. L’humilité est la caractéristique première d’un véritable leader.

Questions des auditeurs sur ABK Radio (89.9)

Je suis un jeune et j’ai en projet de créer mon entreprise, Comment vous avoir comme coach dans mon développement entrepreneurial ?

Il est très facile de me rencontrer. Mes bureaux sont à Routd’Af à Bassa. Faites-moi une synthèse de votre projet, je l’étudierai et s’il est profitable à l’intérêt général, nous vous accompagnerons. J’accompagne des projets auxquels je crois, pas pour l’intérêt économique mais pour l’intérêt général d’abord. En ce sens, J’ai  plusieurs  jeunes que j’encadre aujourd’hui. 

Avez-vous formé les jeunes leaders pour assurer la relève.

Je vous raconte une histoire pour illustrer ma réponse. Lorsque je suis arrivé aux Brasseries du Cameroun où j’ai passé 25 ans comme Directeur Général, il y’avait 69 expatriés à la direction, mais lorsque je repartais de là en 2014, il n’y avait plus que 12 expatriés, parce que j’avais formé de nombreux dirigeants qui avait pris la relève et d’autres sont devenus de nombreux dirigeants et intervenants consultants du groupe Castel en Afrique. Et dans mon entreprise que je viens de créer, il n’y a que les jeunes qui y travaillent. Je ne peux pas dire que j’ai formé des leaders, mais j’ai formé des jeunes, misé sur eux et leur ai donné la possibilité de devenir des leaders.  Je suis prêt à coacher les jeunes qui évoluent dans un domaine d’intérêt général, comme l’agriculture, l’industrie, pour recruter les jeunes. Je suis prêt à cela.  Aussi, j’adore l’agriculture, étant fils de paysan, j’accompagne les jeunes entrepreneurs agricoles.

Que pensez-vous des programmes jeunes (PIASSI-PAJER-U) initiés par le gouvernement mais qui jusqu’ici ne sont pas implémentés ?

Je crois que ces programmes participent de la volonté du gouvernement d’aider les jeunes à se développer et à s’auto-employer. Maintenant, entre la volonté et la réalité, il y’a eu des problèmes, et je ne sais pas ce qui s’est passé par la suite parce que je n’ai pas eu la possibilité de suivre ces programmes.

Quel est la place de l’école et des études dans le succès professionnel ?

L’école est comme une caisse à outils. Ça vous ouvre les portes, mais ne fait pas de vous, la personne finie. L’école vous aide à construire votre personnalité, vous donne les outils nécessaires pour vous affirmer, mais l’expérience du travail commence après l’école. Parce que à l’école, vous êtes seuls, vous ne commandez personne, même pas votre voisin, vous n’êtes pas un leader, mais vous suivez les autres. C’est dans la vie pratique que vous acquérez des connaissances pratiques, parvenez à affronter des difficultés, à résister face aux épreuves.

Pourquoi les jeunes font de grandes études au Cameroun, et disposent de diplômes mais ne trouvent pas du travail ? 

Pour trouver du travail et le garder, les jeunes doivent savoir qu’il y’a des attitudes qu’il faut avoir. Il y’a des valeurs à préserver. Si vous n’avez pas certaines valeurs importantes, vous êtes à côté. Il y’a la passion et l’imagination. Les jeunes passionnés et imaginatifs sont des valeurs rares dans nos entreprises.

Collées à ces valeurs, des attitudes gagnantes, notamment la ponctualité. Nous n’apprécions pas assez la valeur temps ; et c’est extrêmement important. Regardez, je suis arrivé à l’heure pour cette visite officielle des locaux d’ABK Radio. Quand vous avez un candidat à l’emploi qui arrive en retard sortant de grands prétextes, il est à côté de la plaque. La vie est faite d’imprévisibles et notre rôle de responsable est de gérer les imprévus. Si vous ne pouvez pas gérer un retard, ou si vous êtes incapables d’arriver à l’heure, ce ne sont pas des difficultés que vous pourrez gérer dans la vie pratique professionnelle. Donc Il faut toujours être capable de prévoir les plans B.

La deuxième attitude gagnante c’est d’être ordonné et d’être discipliné. Parfois vous entrez dans le bureau de quelqu’un et vous le fouillez parce qu’il est perdu dans le désordre des dossiers éparpillés sur son bureau. Comment quelqu’un peut avoir l’esprit ordonné dans tout ce désordre ? C’est important aussi à la fin de la journée, de vous rassurer que vous avez fait ce que vous étiez censé faire en revisitant votre programme de la journée, pour faire le bilan.

Vous qui avez managé plusieurs entreprises, quels conseils aux jeunes entrepreneurs ?

Il y’a deux types de formations, celles qui débouchent directement sur la partie opérationnelle, il s’agit notamment de tout ce qui est nouvelle technologie. Dans les formations qui sortent des nouvelles technologies, il faut après l’école, que le jeune aille en entreprise pour obtenir une expérience pratique de gestion d’entreprise. Pour créer votre propre entreprise, travaillez d’abord un moment pour un autre qui a la sienne, l’occasion de maitriser la gestion de l’entreprise et d’acquérir de l’expérience pratique. Si vous voulez créer votre propre commerce, après vos études, travaillez d’abord avec un commerçant etc.

Qu’est-ce que vous devenez après votre départ des Brasseries du Cameroun ?

Vous savez, la vie est un perpétuel recommencement et une spirale montante. Je ne suis jamais parti des Brasseries, j’ai simplement fait la transition entre les brasseries et d’autres activités. Je suis d’ailleurs resté PCA de plusieurs sociétés. Aujourd’hui j’ai lancé une entreprise qui s’appelle Routd’Af, une entreprise qui offre des opportunités énormes, d’insertion professionnelle des jeunes. Parce que pour moi, le plus important aujourd’hui c’est d’accompagner les jeunes et d’en faire de véritables leaders.

Ne pouvez-vous pas utiliser votre notoriété pour plaider devant le gouvernement en faveur des jeunes entrepreneurs victimes de notre système d’impôt ?

Vous posez là un vrai problème. Je suis tout à fait d’accord avec vous qu’il s’agit là d’une préoccupation majeure des jeunes qui créent des entreprises, parque la valeur globale qu’ils apportent à l’économie camerounaise est telle que le fait de ne pas payer des impôts n’est pas un élément discriminant. Si ma voix pouvait compter, croyez-moi, je la consacrerais à défendre les jeunes qui créent des entreprises et qui s’y consacrent. Je pense que les impôts devraient comprendre et soutenir ces jeunes qui ont des projets de création d’entreprise et se battent pour avancer.  

Quelles solutions pour les prestataires qui ont du mal à se faire payer leur facture à temps ? Quelles conséquences ?

Le problème de payement de l’état touche toutes les entreprises au Cameroun, sans exception. Et tant que l’Etat n’aura pas amélioré ses finances publiques, nous ferons toujours face à ce problème, et je ne vois pas de solutions miracles. L’Etat doit retrouver une économie stable, améliorer sa croissance et développer ses exportations pour améliorer ses finances publiques pour nous sortir de ce problème, sinon on va continuer à pressurer les entreprises pour collecter des impôts. Nous sommes dans une crise de liquidité. Et quand vous interrogez les chefs d’entreprise, la première plainte, c’est la dette intérieure. Ce que l’Etat doit aux entreprises, et ça touche tout le monde, malheureusement, nous sommes dans une crise de liquidité.     

Que faut-il faire à ce jour, Monsieur André SIAKA, pour améliorer le climat des affaires au Cameroun ?

Il faut déjà que les résolutions du Grand Dialogue National soient mises en application pour rassurer les camerounais qui seront appelés aux urnes. La crise anglophone a eu un impact grave sur l’économie camerounaise. Il est urgent de prendre des résolutions ciblées pour résoudre la question de cette crise qui est un handicap énorme au développement et à l’émergence du Cameroun.

Vous avez passé 25 ans à la tête des Brasseries, que pensez-vous de la longévité au poste qui est un phénomène tant décrié au Cameroun en ce moment ?

Je suis entré aux Brasseries très jeune, je crois à 25 ans dans un pays où la mobilité était relativement faible. Et il n’avait pas de problèmes de limitation de mandats, on ne pouvait donc pas inventer des règles qui n’existent pas à un moment donné. Je suis resté 15 ans au Gicam et maintenant les textes ramènent les mandants à 10 ans. Et quand on regarde la durée à la tête d’une entreprise, le plus important à se poser comme question ne doit pas porter sur les années passer au poste, mais plutôt de se demander, est-ce que ces 25 ans étaient des années de stagnation ou de développement de l’entreprise.  

C’est quoi Routd’Af ?

Routd’Af est une société en abrégée de routes d’Afrique. C’est une structure camerounaise, qui a des camerounais à sa tête avec pour ambitions de traverser les frontières du pays pour s’étendre sur le continent. L’entreprise a été créée en 2013 et nous sommes opérationnels depuis 2014, donc ça fait 5 ans d’exploitation. Notre vision c’est d’être dans le top des entreprises de travaux publics au Cameroun et en Afrique Centrale dans un avenir très proche (2020-2022). Nous attachons beaucoup d’importance à la qualité de nos infrastructures, en essayons de respecter les normes en matière de construction. Et nous proposons les meilleurs couts sur le marché, et livrons nos chantiers dans les délais minimums. Nous formons également des jeunes à être professionnels et à innover. Puisque l’innovation est capitale pour ceux qui veulent se démarquer.

Et à Routd’Af, nous sommes vraiment des passionnés de ce que nous faisons, les employés aiment ce qu’ils font et arbore toujours le sourire.  Nous sommes sur plusieurs chantiers actuellement. On est sur le chantier de Bafoussam pour la CAN, A Douala, nous sommes sur les chantiers du PNUD et  de la Communauté Urbaine et nous avons également des chantiers en construction à Yaoundé. On a été longtemps sur la route Nationale No 3, (Douala-Yaoundé) où on a remplacé des buses, avec le fait d’armes connu qui est le remplacement du dalot sur cette route dont la circulation avait été paralysée à cette période. Nous avions rétabli cette circulation entre les deux grandes villes en 15heures grâce à notre esprit d’équipe, de jeunes passionnés et positif.

Merci Monsieur André SIAKA pour cet honneur. Merci de nous avoir accordé cette interview exclusive.

Il me revient aussi de vous dire merci. J’apprécie  vos contenus et telle que  l’ambition d’ ABK Radio est d’être au Top, continuez de faire des choses différentes et mon rôle sera de vous accompagner pour que vous puissiez grandir et que ABK Radio aille jusqu’au sommet. »

Merci.

Script : Luc NGATCHA

Lire la suite

ABK INSIDE

⏯ André SIAKA à ABK : « Seuls les meilleurs arrivent à survivre dans ce monde. »

Publié

Le

ABK Radio a reçu ce mardi 12 novembre, l’une des têtes de file du patronat camerounais, commandeur de l’ordre national de la valeur, administrateur d’une pléthore d’entreprises et organisations : CNPS-ARSEL-ORANGE-CHANAS ASSURANCE-ECOBANK. Celui qui a été à la tête de la Société Anonyme des Brasseries du Cameroun pendant une vingtaine d’ années et qui reste président du Conseil d’Administration de la Socaver, PDG de Routd’Af et actuel président du Conseil d’Ethique et de Surveillance d’ABK Radio était en visite officielle ce Mardi dans les locaux d’ABK Radio.

Pendant son séjour, ce magnat des affaires au Cameroun et en Afrique a renouvelé son indéfectible volonté d’accompgner la radio, avant de se livrer à moult exercices en compagnie des employés et académiciens de la radio, et de répondre aux questions des auditeurs, lors d’un entretien riche et exclusif conduit par Mireille CHIMI et Achile ASSAKI. Voici l’interview intégrale.

« Je suis agréablement surpris de l’accueil que le personnel d’ABK Radio m’a réservé. Je ne m’attendais pas à un tel déploiement. Vraiment merci et encore bravo pour la passion que vous dégagez, parce que rien de grand ne peut s’accomplir sans passion. »*

« J’apprécie  la qualité de vos contenus pour renforcer le pouvoir de la radio. L’ambition de ABK Radio, telle qu’elle est exprimée c’est d’être au Top. Et pour être au top, il faut continuer de faire des choses différentes ».

« Mon rôle c’est de vous accompagner pour que vous puissiez grandir et que ABK Radio aille jusqu’au sommet. »

SUR LE CLIMAT DES AFFAIRES

« Il faut que les résolutions du Grand Dialogue National soient mises en application pour rassurer les camerounais qui seront appelés aux urnes ».

« La crise anglophone a eu un impact grave sur l’économie camerounaise. Il est urgent de prendre des résolutions ciblées pour résoudre la question de cette crise qui est un handicap énorme au développement et à l’émergence du Cameroun ».

CONSEIL ETHIQUE

« Il ne faut plus donner la parole aux mêmes personnes dans nos médias. Il faut diversifier les voix et visages sur nos différents plateaux et proposer des nouvelles offres aux camerounais ».

« Aujourd’hui, les jeunes ont toutes les cartes en main pour créer et entreprendre et notre rôle est de les accompagner. Et j’estime que c’est pour moi un devoir d’accompagner ABK Radio, de redonner avec plaisir ce que la vie m’a offert gracieusement.

LES VALEURS DE REUSSITE

« Au-delà des valeurs professionnelles, les valeurs chrétiennes qui m’ont été inculquées par mes parents ont guidé mon parcours jusqu’ici. Il s’agit de : l’amour désintéressé, le pardon, l’intégrité, la justice et la vie en société avec les autres ».

« Quand vous êtes un leader, vous devez adhérer et motiver par l’action. Ne demandez pas à vos collaborateurs de faire ce que vous ne pouvez pas faire ».

‘ Je pense que le gouvernement est définitivement engagé dans une politique d’aider les jeunes »

 » Pour trouver du travail et le garder, il y a des attitudes à adopter. Le temps est extrêmement important. Il faut être ordonné et discipliné. Ce sont des attitudes primordiales à adopter. « 

Merci.

Lire la suite

Contenu Sponsorisé

Abonnez-vous à notre newsletter

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité.

Podcast

On AIR

Facebook

LES PLUS POPULAIRES