Nos réseaux sociaux

ABK ACTU

BENIN: Le président TALON retire ses réserves de change du franc CFA

Publié

Le

C’est l’annonce forte du guide béninois dans une interview qu’il a accordé à la radio RFI et à la chaîne de télévision France 24, le jeudi 07 Novembre 2019. Le Bénin retire ses réserves de change du Franc CFA qui se trouvent en France et il revient désormais à la banque des pays de l’Union monétaire ouest-africaine (UMOA) de gérer la totalité de devises et de les repartir auprès des diverses banques centrales partenaires dans le Monde. Pour Patrice TALON, le modèle est avant tout un « Problème psychologique »  et non « technique »

Origines de la décision de ce retrait

Le 12 octobre 2019, à l’occasion de la réunion des ministres des Finances et des gouverneurs des 14 pays membres de la zone franc CFA, le ministre français des finances Bruno Le Maire déclarait: « Nous sommes ouverts, avec le président de la République, à une réforme ambitieuse de la zone franc ».Il ajoutait également : « Nous sommes disponibles et nous sommes prêts, c’est aux Etats membres de décider ce qu’ils souhaitent. C’est à eux et à eux seuls ».

Etabli en 1945, une quinzaine d’année avant l’indépendance des colonies françaises, la valeur du franc CFA est aujourd’hui indexée sur l’euro (1 euro = 655,96 francs CFA), ce qui maintient les économies africaines dans la dépendance de la politique monétaire européenne, une situation régulièrement taxée de « néo-colonialisme ».

Belle opportunité ?

 Le débat autour du franc CFA  est d’actualité depuis quelques années et la seule question régulièrement posée était celle de savoir à qui profitait le FCFA, cette monnaie créée pendant la colonisation qu’utilisent 14 pays africains et dont 50%  de leurs réserves de change doivent être déposées à la Banque de France ?

Au nom des pays de la zone de l’UMOA qui comprend le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo, Romuald Wadagni, le ministre béninois des Finances et président du conseil des ministres de l’UEMOA, avait été le seul représentant africain à prendre la parole lors de la réunion des ministres des Finances et des gouverneurs des  pays membres de la zone franc. Affirmant que  « Nous travaillons la main dans la main avec la France ». Il avait également  rappelé que les pays de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) – dont le Ghana – se sont mis d’accord pour l’adoption à l’horizon 2020 d’une monnaie unique – l’eco – qui sonnerait le glas du franc CFA dans cette région. Les pays de la zone franc en Afrique de l’Ouest ont déjà lancé l’initiative politique de créer l’éco, une monnaie qui devrait voir le jour en juin 2020.

Stabilité de change ?

Selon le président Patrice TALON du Bénin, « La banque centrale des pays d’Afrique de l’UMOA (Union monétaire ouest-africaine) va gérer la totalité de ces réserves de devises et va les répartir auprès des diverses banques centrales partenaires dans le monde ». Sans calendrier, ni date il a déclaré à RFI que cela se ferait « très rapidement ».

Sur la  Crise politique  au Bénin

Patrice Talon a « souhaité » le « retour au Bénin » de l’ancien président Boni YSayi, qui se trouve actuellement en exil après que son domicile de Cotonou eut été encerclé pendant près de deux mois par les forces de l’ordre. Selon lui, de par la « noblesse de sa fonction » d’ancien chef d’Etat, son adversaire politique doit faire « l’objet de traitement particulier ». « Le peuple pourrait mal le percevoir » car « Boni Yayi a été impliqué dans ce qui s’est passé » lors des violences postélectorales qui ont débuté le 1er mai à Cotonou et ont fait plusieurs morts par balles. Le Chef de l’Etat a avoué le  lui « avoir fait comprendre ». Il a expliqué que les violences postélectorales étaient « une responsabilité globale » du peuple béninois, mais qu’il en était de fait « le premier à (en) tenir la responsabilité ».

Le président Talon a assuré que sa propre candidature à la présidentielle de 2021 dépendrait de son « état d’esprit », de « l’environnement politique » et de la réforme pour « renforcer les partis politiques ».

Interrogé sur le fait que ses deux plus grands adversaires politiques de la précédente présidentielle de 2016 sont tous deux interdits de se présenter par des décisions de justice et vivent actuellement en exil en France, le président Talon a déclaré qu’ils « devaient se tenir responsables de leurs actes ».

Mireille CHIMI

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'INFO EN 89 SEC.

☕L’INFO EN 89 SECONDES DU 18 NOVEMBRE 2019

Publié

Le

Precedent1 de 9
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

La dépouille d’une jeune femme de 24 ans retrouvée à Buea dans le Sud-Ouest.

Les populations ont fait la découverte macabre hier soir au quartier Sosoliso aux environs de 19h.  La victime se nomme Geneviève AGWA.  D’après des témoins,  elle aurait été mortellement percutée par une voiture roulant à vive allure.

Precedent1 de 9
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Lire la suite

L'INFO EN 89 SEC.

☕L’INFO EN 89 SECONDES DU 15 NOVEMBRE 2019

Publié

Le

Precedent1 de 11
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Le corps sans vie d’un mototaximan a été découvert à Yaoundé.

La dépouille a été retrouvée au petit matin d’hier jeudi au lieudit Borne 15 à Mbankomo en banlieue de la capitale. La présence d’une large ouverture sur le crâne de la victime laisse penser que l’homme a été assassiné et sa moto emportée. Un téléphone a été retrouvé dans la poche du défunt, et c’est à partir de cet objet personnel que la police arrivée sur place a entamé son enquête.

Precedent1 de 11
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Lire la suite

Contenu Sponsorisé

Abonnez-vous à notre newsletter

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité.

Podcast

On AIR

Facebook

LES PLUS POPULAIRES