Nos réseaux sociaux

ABK INSIDE

⏯ André SIAKA à ABK : « Seuls les meilleurs arrivent à survivre dans ce monde. »

Publié

Le

ABK Radio a reçu ce mardi 12 novembre, l’une des têtes de file du patronat camerounais, commandeur de l’ordre national de la valeur, administrateur d’une pléthore d’entreprises et organisations : CNPS-ARSEL-ORANGE-CHANAS ASSURANCE-ECOBANK. Celui qui a été à la tête de la Société Anonyme des Brasseries du Cameroun pendant une vingtaine d’ années et qui reste président du Conseil d’Administration de la Socaver, PDG de Routd’Af et actuel président du Conseil d’Ethique et de Surveillance d’ABK Radio était en visite officielle ce Mardi dans les locaux d’ABK Radio.

Pendant son séjour, ce magnat des affaires au Cameroun et en Afrique a renouvelé son indéfectible volonté d’accompgner la radio, avant de se livrer à moult exercices en compagnie des employés et académiciens de la radio, et de répondre aux questions des auditeurs, lors d’un entretien riche et exclusif conduit par Mireille CHIMI et Achile ASSAKI. Voici l’interview intégrale.

« Je suis agréablement surpris de l’accueil que le personnel d’ABK Radio m’a réservé. Je ne m’attendais pas à un tel déploiement. Vraiment merci et encore bravo pour la passion que vous dégagez, parce que rien de grand ne peut s’accomplir sans passion. »*

« J’apprécie  la qualité de vos contenus pour renforcer le pouvoir de la radio. L’ambition de ABK Radio, telle qu’elle est exprimée c’est d’être au Top. Et pour être au top, il faut continuer de faire des choses différentes ».

« Mon rôle c’est de vous accompagner pour que vous puissiez grandir et que ABK Radio aille jusqu’au sommet. »

SUR LE CLIMAT DES AFFAIRES

« Il faut que les résolutions du Grand Dialogue National soient mises en application pour rassurer les camerounais qui seront appelés aux urnes ».

« La crise anglophone a eu un impact grave sur l’économie camerounaise. Il est urgent de prendre des résolutions ciblées pour résoudre la question de cette crise qui est un handicap énorme au développement et à l’émergence du Cameroun ».

CONSEIL ETHIQUE

« Il ne faut plus donner la parole aux mêmes personnes dans nos médias. Il faut diversifier les voix et visages sur nos différents plateaux et proposer des nouvelles offres aux camerounais ».

« Aujourd’hui, les jeunes ont toutes les cartes en main pour créer et entreprendre et notre rôle est de les accompagner. Et j’estime que c’est pour moi un devoir d’accompagner ABK Radio, de redonner avec plaisir ce que la vie m’a offert gracieusement.

LES VALEURS DE REUSSITE

« Au-delà des valeurs professionnelles, les valeurs chrétiennes qui m’ont été inculquées par mes parents ont guidé mon parcours jusqu’ici. Il s’agit de : l’amour désintéressé, le pardon, l’intégrité, la justice et la vie en société avec les autres ».

« Quand vous êtes un leader, vous devez adhérer et motiver par l’action. Ne demandez pas à vos collaborateurs de faire ce que vous ne pouvez pas faire ».

‘ Je pense que le gouvernement est définitivement engagé dans une politique d’aider les jeunes »

 » Pour trouver du travail et le garder, il y a des attitudes à adopter. Le temps est extrêmement important. Il faut être ordonné et discipliné. Ce sont des attitudes primordiales à adopter. « 

Merci.

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ABK INSIDE

⏯ Alice Maguedjio: « …les incendies sont programmés dans nos marchés. »

Publié

Le

Qui met le feu à nos marchés? Sur cette question et à la lumière des récents incendies qui ont frappé le marché de Mboppi à Douala, Alice Maguedjio a sa petite idée. Elle évoque des mains criminelles et une mafia bien organisée qui vise à faire déguerpir les commerçants.

Alice Maguedjio est depuis 2009, la première femme présidente du Syndicat des Commerçants Détaillants du Wouri (Sycodew). En 2012 elle devient membre de la Chambre de Commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat (CCIMA), et fondatrice de l’Association des commerçants dynamiques du marché Mboppi, considéré comme le plus grand marché de la sous-région Afrique centrale. Cette commerçante, comptable de formation et diplômée en gestion des entreprises était ce lundi 18 Novembre ; l’invitée de ABK Radio. Au cours de cet échange, la sempiternelle question des incendies dans nos marchés de Douala a gagné les débats.  Voici les extraits de son entretien.

Qui met le feu dans nos marchés ?

 » Ce qui s’est passé au marché MBOPPI il y’a quelques jours est quelque chose de hautement programmé. Le feu arrive toujours dans nos marchés au mois de Novembre quand les commerçants font des stocks pour préparer les fêtes de fin d’année, cela laisse songeur. « 

« La complicité des agents d’Énéo avec la CUD est à l’origine des problèmes au marché. Tout ce passe comme s’il faut déguerpir les gens par le feu. J’ai dit au MINAT que les incendies sont programmés dans les 30 marchés de la ville. « .

 » Le marché Mboppi existe depuis au moins 40 ans. Le devoir régalien de la commune c’est l’éclairage public. Nous somme quasiment 2000 commerçants au marché Mboppi et on paye 4000F par personne par mois comme droit de place, alors qu’on n’a même pas une seule lampe publique, ni même une toilette publique. A chaque fois qu’on a incendie au marché, on n’a même pas un message de soutien de la part des autorités. « 

 » Les commerçants sont désormais convaincus que les feux sont lancés dans les marchés. La thèse des incendies programmés est avérée. »

« En moins de trois mois, on a eu trois incendies au marché MBOPPI. Si la CUD est le gestionnaire du marché, ENEO gère l’électricité et ne travaille pas comme il faut. Les câbles traînent partout et ENEO vient de sortir un communiqué pour dire que nous n’aurons pas d’électricité jusqu’à ce que le transformateur soit rétabli. Et ce n’est pas pour demain. »

Nous commerçants n’allons pas continuer à être des victimes désignées de ce complot ourdi entre la CUD et ENEO « 

 »

« Nous avons fait que le constat selon lequel à chaque nomination de préfet, il ya un incendie dans nos marchés et là le 01er adjoint préfectoral vient de signer un arrêté interdisant la reconstruction après les récents incendies. A cause de ces dénonciations, ma boutique a été scellée par le délégué de la Communauté Urbaine depuis janvier 2019  sans aucun motif valable.  » C’est vraiment trop.

Merci à ABK Radio pour l’invitation.

Lire la suite

ABK ACTU

⏯ CYRILLE KEMMEGNE RETOURNE SA VESTE : « Paul Biya est un usurpateur, un homme dépassé et du passé »

Publié

Le

Cyrille Kemmegne, le journaliste et écrivain, vient de commettre un livre qui ne plaira pas aux supporters du président de la République Paul Biya. Un livre parlant du destin présidentiel de Maurice Kamto, arrivé deuxième à l’élection présidentielle de 2018. Il s’est confié à ABK, dans un style plutôt acerbe.

Achille ASSAKO

Au debut de la décennie qui s’achève, Cyrille Kemmengne, rédacteur en chef de la station régionale CRTV – Sud à Ebolowa avait pourtant écrit un livre à la gloire de celui qu’il qualifie désormais de « locataire usurpateur du palais d’Etoudi », un ouvrage qui d’après la légende lui aurait valu une nomination à la CRTV la chaîne publique, dans la région d’origine du chef de l’état.

JE N’AI PAS D’HISTOIRE D’AMOUR AVEC PAUL BIYAI. Il A USURPÉ LA VICTOIRE DE MAURICE KAMTO

Cyrille Kemmegne qui se dit « pourchassé » par des proches de Paul Biya qui pourraient attenter à sa vie même en Europe a réitéré sur ABK qu’il ne va plus « se taire ».

Quand Cyrille Kemmegne vantait Paul Biya
L’ancien chroniqueur sportif de la CRTV était réputé comme un partisan du président de la République à qui, il a consacré un livre intitulé « Paul Biya parle au Cameroun, à l’Afrique et au Monde » paru en 2012. L’ouvrage de 347 pages est une compilation des discours du chef de l’Etat depuis 1982, accompagnés des analyses de l’auteur. Dans cet ouvrage, Cyrille Kemmegne relevait la constance du discours du président de la République depuis son accession à la magistrature suprême : « Ce que dit le président Paul Biya aujourd’hui est la conséquence logique de ce qu’il avait dit hier » faisait-t-il remarquer en févier 2012. Le journaliste invitait à cette époque « chaque Camerounais à accompagner le chef de l’Etat dans son action, chacun à son niveau. »

Le déclic se serait produit lors de la dernière élection présidentielle. Cyrille Kemmegne déclare: « Moi j’ai voté à Ebolowa et je n’ai pas voté pour le RDPC à l’élection présidentielle d’Octobre 2018. Mais lors du dépouillement le RDPC a eu 100% à Ebolowa. »

Il ‘y aurait donc eu fraudes massives lors de cette élection et selon l’éditeur, « Ce livre est le journal de la crise électorale camerounaise, le journal des évènements forts qui secouent le Cameroun. C’est un livre important pour comprendre la politique camerounaise, la relation entre le peuple et le pouvoir. »

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité.

Podcast

On AIR

Facebook

LES PLUS POPULAIRES