Nos réseaux sociaux

ABK INSIDE

André SIAKA : « …J’ai décidé d’accompagner ABK Radio. »

Publié

Le

André SIAKA, magnat des affaires au Cameroun et en Afrique a visité officiellement les locaux d’ABK Radio ce mardi 12 Novembre 2019, entreprise  dont il est le président du Conseil d’éthique et de surveillance. Un moment exclusif au cours duquel, il nous a livré les plus grands secrets de sa réussite dans un entretien mené par Mireille CHIMI et Achille ASSAKO.

M. André SIAKA, bienvenue sur ABK Radio, la radio que vous avez accepté d’accompagner.

Je dois avouer que je suis agréablement surpris de l’accueil que le personnel d’ABK Radio m’a réservé.

Je ne m’attendais pas à un tel déploiement. Vraiment merci et encore et bravo pour la passion que vous dégagez, parce que rien de grand ne peut s’accomplir sans passion.

Pourquoi avez-vous accepté de présider le conseil d’éthique et de surveillance de notre radio, vous qui siégez dans des instances internationales. 

Il est vrai que j’ai eu l’occasion de siéger dans les grandes instances internationales et le plus grand reste le conseil d’administration d’Ecobank basé à Lomé. J’ai eu l’occasion de siéger au conseil d’administration des Brasseries du Cameroun pendant 25 ans, de diriger le Gicam pendant 15 ans. Et je considère que toute cette expérience accumulée me donne un rôle de leader.

Aujourd’hui j’ai la responsabilité et le devoir de partager ce que j’ai reçu gratuitement de la communauté.

ABK Radio me donne la possibilité de partager avec elle cette expérience et ce savoir-faire. Et pour moi c’est important. L’expérience n’est pas de l’argent qui diminue lorsqu’on le partage.

ABK Radio est dans le secteur des médias, et vous connaissez l’importance de votre rôle dans notre environnement actuel. Ce sont les médias qui orientent l’opinion, façonne l’image de notre pays à l’extérieur. C’est pourquoi ce secteur attire. Donc la radio a un rôle extrêmement important et  Donc si vous voulez apporter de la valeur, il vaut mieux se retrouver dans ce secteur. 

Autre chose qui vous a motivé ?

Alex SIEWE a aussi motivé mon choix. C’est quelqu’un que j’ai eu l’occasion de connaître par le passé, je connais son sérieux et le professionnalisme qu’il a montré partout où il est passé. C’est pourquoi j’ai décidé d’apporter ma contribution au développement  d’ABK Radio.

Je me sens tout en phase avec moi-même en venant dans cette radio.

Je ne suis pas un professionnel de médias, mais un entrepreneur et chef d’entreprise et J’ai accepté le poste de président du Comité d’Ethique et de surveillance parce que je pense que cela va donner un levier de développement à ABK Radio. J’y crois et je pense que si vous restez dans ce cadre du respect du code d’éthique, vous ferez la différence.

Quelle est l’importance des valeurs (Créativité-pertinence-intégrité-Respect-patriotisme) pour un média comme ABK Radio ?

ABK Radio est une entreprise qui a une ambition. Et il est impossible d’atteindre ou d’accomplir une vision, sans se doter d’un ensemble de valeurs. Vos valeurs m’ont sincèrement touché, surtout celle de l’intégrité qui est extrêmement importante pour le traitement de l’information.

J’ai aussi aimé vos valeurs de patriotisme. Cela consiste à donner une bonne image de notre pays pour le sauvegarder et le devoir de patriotisme nous oblige à ne pas diffuser des informations qui peuvent être nocives pour notre pays.  Le respect des valeurs va construire dans cette structure, une démarche qui va vous permettre de vous différencier.

Aussi soyez toujours passionnés par ce que vous faites et par ce que vous dites. Car rien de grand ne se construit sans passion.

Quelle importance accordez-vous aux questions d’éthique et de gouvernance dans les entreprises ?

Je pense que si la presse aujourd’hui était soumise aux agences de  notation comme le sont les Etats, quels serait à votre avis le barème de notation ? Il est clair qu’on s’appuierait sur des valeurs. Toutes les études le confirment. Quand les entreprises ont une bonne gouvernance (du recrutement aux nominations) et se dotent d’un bon environnement éthique,  elles ont des performances supérieures à celle qui travaillent hasardeusement.  Et Pour ABK Radio qui a mis les questions de gouvernance au centre de son développement, on peut dire que vous vous situez dans l’ère du temps, dans le développent durable. 

Quelles sont les valeurs qui ont guidé vos actions et construit le parcours qu’on vous connait aujourd’hui ?

J’ai divisé les valeurs en deux parties. Les valeurs chrétiennes sont les premières valeurs qui m’ont  été inculquées par  mes parents. Et ces valeurs ont guidé mon parcours professionnel jusqu’ici. Il s’agit de l’amour désintéressé, le pardon, l’intégrité, la justice et la vie en société avec les autres et le respect du prochain. Et pour moi l’amour et le pardon sont des valeurs extrêmement importantes qu’elles sont pour moi les plus grandes valeurs de vie en société. Elles permettent une vie saine en société. Si vous ne respectez pas vos prochains, et traitez vos employés seulement comme des éléments de production, sans respect et sans amour et pardon, je ne vois pas comment ils se mobiliseront pour vous. Il faut qu’il y’ait cet amour désintéressé pour leur permettre de se développer.  Comment vont-ils vous respecter, si vous ne les respectez pas ? Un leader doit savoir pardonner les erreurs de ses collaborateurs.

Au-delà de ces valeurs chrétiennes, il y’a des valeurs professionnels qui sont universelles. Et celle qui m’a le plus aidé jusqu’aujourd’hui, c’est le travail. Je ne puis vous dire depuis combien d’années je me lève très tôt le matin pour travailler. Je ne vais pas vous donner l’heure vraie pour éviter d’effrayer   certaines personnes. Si vous pensez pouvoir obtenir quelque chose sans travailler, sachez que c’est impossible. Tout s’obtient par le travail. Que ce soit à l’école, en milieu professionnel ou autres. Le travail reste la clé du succès et c’est la première des valeurs à mettre en œuvre pour obtenir des résultats. Il n’Ya pas de résultats sans travail.

A côté du travail, il y’a des valeurs d’éthique comme l’Intégrité ; et au-delà de l’entreprise, elle s’applique aussi à l’individu. Et cela a toujours été mon point fort. J’ai toujours cherché à rester intègre dans mon approche et à rester juste et équitable dans toute ma carrière. Je n’ai jamais chercher à copier ou à tricher le devoir de quelqu’un. Même dans mon entreprise, je n’ai jamais favorisé un tel contre un autre déraisonnablement et je procède selon le mérite.

Au-delà de l’intégrité ; il y’a l’exemplarité. Ne demandez jamais aux gens ce que vous ne pouvez pas faire. Essayez d’être exemplaire dans ce que vous faites. Un chef, un modèle ou un guide doit toujours être exemplaire. Vous ne pouvez pas demander aux gens d’être à l’heure au travail alors que vous arrivez toujours à 10h. Vous demandez aux autres d’être toujours propres mais vous-même ne l’êtes pas. Faites d’abord ce que vous attendez des autres. Le rôle d’un leader c’est faire adhérer et motiver, et c’est par l’action qu’il doit convaincre.

A côté de l’exemplarité ; il y’a une vertu qui est l’humilité. Il faut toujours se dire qu’on n’a pas de mérite spécial pour ce qu’on a. Il faut reste humain malgré ses positions dans la vie. Mes amis de l’école primaire, de polytechnique et même du séminaire sont restés mes amis, même qu’ils n’ont pas occupé des postes importants. Y’en a qui sont restés très modestes de condition, mais qui sont toujours mes amis. L’humilité est la caractéristique première d’un véritable leader.

Questions des auditeurs sur ABK Radio (89.9)

Je suis un jeune et j’ai en projet de créer mon entreprise, Comment vous avoir comme coach dans mon développement entrepreneurial ?

Il est très facile de me rencontrer. Mes bureaux sont à Routd’Af à Bassa. Faites-moi une synthèse de votre projet, je l’étudierai et s’il est profitable à l’intérêt général, nous vous accompagnerons. J’accompagne des projets auxquels je crois, pas pour l’intérêt économique mais pour l’intérêt général d’abord. En ce sens, J’ai  plusieurs  jeunes que j’encadre aujourd’hui. 

Avez-vous formé les jeunes leaders pour assurer la relève.

Je vous raconte une histoire pour illustrer ma réponse. Lorsque je suis arrivé aux Brasseries du Cameroun où j’ai passé 25 ans comme Directeur Général, il y’avait 69 expatriés à la direction, mais lorsque je repartais de là en 2014, il n’y avait plus que 12 expatriés, parce que j’avais formé de nombreux dirigeants qui avait pris la relève et d’autres sont devenus de nombreux dirigeants et intervenants consultants du groupe Castel en Afrique. Et dans mon entreprise que je viens de créer, il n’y a que les jeunes qui y travaillent. Je ne peux pas dire que j’ai formé des leaders, mais j’ai formé des jeunes, misé sur eux et leur ai donné la possibilité de devenir des leaders.  Je suis prêt à coacher les jeunes qui évoluent dans un domaine d’intérêt général, comme l’agriculture, l’industrie, pour recruter les jeunes. Je suis prêt à cela.  Aussi, j’adore l’agriculture, étant fils de paysan, j’accompagne les jeunes entrepreneurs agricoles.

Que pensez-vous des programmes jeunes (PIASSI-PAJER-U) initiés par le gouvernement mais qui jusqu’ici ne sont pas implémentés ?

Je crois que ces programmes participent de la volonté du gouvernement d’aider les jeunes à se développer et à s’auto-employer. Maintenant, entre la volonté et la réalité, il y’a eu des problèmes, et je ne sais pas ce qui s’est passé par la suite parce que je n’ai pas eu la possibilité de suivre ces programmes.

Quel est la place de l’école et des études dans le succès professionnel ?

L’école est comme une caisse à outils. Ça vous ouvre les portes, mais ne fait pas de vous, la personne finie. L’école vous aide à construire votre personnalité, vous donne les outils nécessaires pour vous affirmer, mais l’expérience du travail commence après l’école. Parce que à l’école, vous êtes seuls, vous ne commandez personne, même pas votre voisin, vous n’êtes pas un leader, mais vous suivez les autres. C’est dans la vie pratique que vous acquérez des connaissances pratiques, parvenez à affronter des difficultés, à résister face aux épreuves.

Pourquoi les jeunes font de grandes études au Cameroun, et disposent de diplômes mais ne trouvent pas du travail ? 

Pour trouver du travail et le garder, les jeunes doivent savoir qu’il y’a des attitudes qu’il faut avoir. Il y’a des valeurs à préserver. Si vous n’avez pas certaines valeurs importantes, vous êtes à côté. Il y’a la passion et l’imagination. Les jeunes passionnés et imaginatifs sont des valeurs rares dans nos entreprises.

Collées à ces valeurs, des attitudes gagnantes, notamment la ponctualité. Nous n’apprécions pas assez la valeur temps ; et c’est extrêmement important. Regardez, je suis arrivé à l’heure pour cette visite officielle des locaux d’ABK Radio. Quand vous avez un candidat à l’emploi qui arrive en retard sortant de grands prétextes, il est à côté de la plaque. La vie est faite d’imprévisibles et notre rôle de responsable est de gérer les imprévus. Si vous ne pouvez pas gérer un retard, ou si vous êtes incapables d’arriver à l’heure, ce ne sont pas des difficultés que vous pourrez gérer dans la vie pratique professionnelle. Donc Il faut toujours être capable de prévoir les plans B.

La deuxième attitude gagnante c’est d’être ordonné et d’être discipliné. Parfois vous entrez dans le bureau de quelqu’un et vous le fouillez parce qu’il est perdu dans le désordre des dossiers éparpillés sur son bureau. Comment quelqu’un peut avoir l’esprit ordonné dans tout ce désordre ? C’est important aussi à la fin de la journée, de vous rassurer que vous avez fait ce que vous étiez censé faire en revisitant votre programme de la journée, pour faire le bilan.

Vous qui avez managé plusieurs entreprises, quels conseils aux jeunes entrepreneurs ?

Il y’a deux types de formations, celles qui débouchent directement sur la partie opérationnelle, il s’agit notamment de tout ce qui est nouvelle technologie. Dans les formations qui sortent des nouvelles technologies, il faut après l’école, que le jeune aille en entreprise pour obtenir une expérience pratique de gestion d’entreprise. Pour créer votre propre entreprise, travaillez d’abord un moment pour un autre qui a la sienne, l’occasion de maitriser la gestion de l’entreprise et d’acquérir de l’expérience pratique. Si vous voulez créer votre propre commerce, après vos études, travaillez d’abord avec un commerçant etc.

Qu’est-ce que vous devenez après votre départ des Brasseries du Cameroun ?

Vous savez, la vie est un perpétuel recommencement et une spirale montante. Je ne suis jamais parti des Brasseries, j’ai simplement fait la transition entre les brasseries et d’autres activités. Je suis d’ailleurs resté PCA de plusieurs sociétés. Aujourd’hui j’ai lancé une entreprise qui s’appelle Routd’Af, une entreprise qui offre des opportunités énormes, d’insertion professionnelle des jeunes. Parce que pour moi, le plus important aujourd’hui c’est d’accompagner les jeunes et d’en faire de véritables leaders.

Ne pouvez-vous pas utiliser votre notoriété pour plaider devant le gouvernement en faveur des jeunes entrepreneurs victimes de notre système d’impôt ?

Vous posez là un vrai problème. Je suis tout à fait d’accord avec vous qu’il s’agit là d’une préoccupation majeure des jeunes qui créent des entreprises, parque la valeur globale qu’ils apportent à l’économie camerounaise est telle que le fait de ne pas payer des impôts n’est pas un élément discriminant. Si ma voix pouvait compter, croyez-moi, je la consacrerais à défendre les jeunes qui créent des entreprises et qui s’y consacrent. Je pense que les impôts devraient comprendre et soutenir ces jeunes qui ont des projets de création d’entreprise et se battent pour avancer.  

Quelles solutions pour les prestataires qui ont du mal à se faire payer leur facture à temps ? Quelles conséquences ?

Le problème de payement de l’état touche toutes les entreprises au Cameroun, sans exception. Et tant que l’Etat n’aura pas amélioré ses finances publiques, nous ferons toujours face à ce problème, et je ne vois pas de solutions miracles. L’Etat doit retrouver une économie stable, améliorer sa croissance et développer ses exportations pour améliorer ses finances publiques pour nous sortir de ce problème, sinon on va continuer à pressurer les entreprises pour collecter des impôts. Nous sommes dans une crise de liquidité. Et quand vous interrogez les chefs d’entreprise, la première plainte, c’est la dette intérieure. Ce que l’Etat doit aux entreprises, et ça touche tout le monde, malheureusement, nous sommes dans une crise de liquidité.     

Que faut-il faire à ce jour, Monsieur André SIAKA, pour améliorer le climat des affaires au Cameroun ?

Il faut déjà que les résolutions du Grand Dialogue National soient mises en application pour rassurer les camerounais qui seront appelés aux urnes. La crise anglophone a eu un impact grave sur l’économie camerounaise. Il est urgent de prendre des résolutions ciblées pour résoudre la question de cette crise qui est un handicap énorme au développement et à l’émergence du Cameroun.

Vous avez passé 25 ans à la tête des Brasseries, que pensez-vous de la longévité au poste qui est un phénomène tant décrié au Cameroun en ce moment ?

Je suis entré aux Brasseries très jeune, je crois à 25 ans dans un pays où la mobilité était relativement faible. Et il n’avait pas de problèmes de limitation de mandats, on ne pouvait donc pas inventer des règles qui n’existent pas à un moment donné. Je suis resté 15 ans au Gicam et maintenant les textes ramènent les mandants à 10 ans. Et quand on regarde la durée à la tête d’une entreprise, le plus important à se poser comme question ne doit pas porter sur les années passer au poste, mais plutôt de se demander, est-ce que ces 25 ans étaient des années de stagnation ou de développement de l’entreprise.  

C’est quoi Routd’Af ?

Routd’Af est une société en abrégée de routes d’Afrique. C’est une structure camerounaise, qui a des camerounais à sa tête avec pour ambitions de traverser les frontières du pays pour s’étendre sur le continent. L’entreprise a été créée en 2013 et nous sommes opérationnels depuis 2014, donc ça fait 5 ans d’exploitation. Notre vision c’est d’être dans le top des entreprises de travaux publics au Cameroun et en Afrique Centrale dans un avenir très proche (2020-2022). Nous attachons beaucoup d’importance à la qualité de nos infrastructures, en essayons de respecter les normes en matière de construction. Et nous proposons les meilleurs couts sur le marché, et livrons nos chantiers dans les délais minimums. Nous formons également des jeunes à être professionnels et à innover. Puisque l’innovation est capitale pour ceux qui veulent se démarquer.

Et à Routd’Af, nous sommes vraiment des passionnés de ce que nous faisons, les employés aiment ce qu’ils font et arbore toujours le sourire.  Nous sommes sur plusieurs chantiers actuellement. On est sur le chantier de Bafoussam pour la CAN, A Douala, nous sommes sur les chantiers du PNUD et  de la Communauté Urbaine et nous avons également des chantiers en construction à Yaoundé. On a été longtemps sur la route Nationale No 3, (Douala-Yaoundé) où on a remplacé des buses, avec le fait d’armes connu qui est le remplacement du dalot sur cette route dont la circulation avait été paralysée à cette période. Nous avions rétabli cette circulation entre les deux grandes villes en 15heures grâce à notre esprit d’équipe, de jeunes passionnés et positif.

Merci Monsieur André SIAKA pour cet honneur. Merci de nous avoir accordé cette interview exclusive.

Il me revient aussi de vous dire merci. J’apprécie  vos contenus et telle que  l’ambition d’ ABK Radio est d’être au Top, continuez de faire des choses différentes et mon rôle sera de vous accompagner pour que vous puissiez grandir et que ABK Radio aille jusqu’au sommet. »

Merci.

Script : Luc NGATCHA

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ABK INSIDE

🔴 Médias: Le Syndicat protège les journalistes d’ABK Radio contre le Covid19

Le bureau régional pour le Littoral du Syndicat National des Journalistes du Cameroun SNJC a rendu visite à ABK Radio

Publié

Le

Par

Le bureau régional pour le Littoral du Syndicat National des Journalistes du Cameroun a rendu visite à ABK Radio ce 30 Avril pour encourager le personnel dans le travail qu’il abat depuis le début de la pandémie.

Aristide EKAMBI qui conduisait la délégation était visiblement ravi d’être là. ABK n’a pas été « choisi par hasard ». En appuyant sur ces mots, il marquait ainsi sa joie d’être bien accueilli dans une maison qui a toujours ouvert ses portes au SNJC et qui y abrite plusieurs membres.

⚠ Attention…
Distanciation sociale observée lors de la remise du don.

Des masques de protection et du gel hydroalcoolique comme armes pour barrer la voix au virus tueur ont été distribués à tous, y compris les non-syndiqués. Le président régional a invité les travailleurs de la Fréquence Utile et Agréable à être plus vigilants sur le terrain dans l’exercice de leur travail au quotidien. Le bureau régional du Syndicat National des Journalistes du Cameroun est venu à ABK Radio ce 30 Avril soutenir le personnel dans le travail qu’il abat depuis le début de la pandémie. Après Douala, l’initiative va s’étendre sur l’ensemble du territoire national.

Attention… distanciation sociale observée lors de la remise du don.

Lire la suite

ABK INSIDE

🔵 La 2e réunion du Conseil d’Ethique d’ABK Radio validée

Le Conseil d’Ethique d’ABK Radio se veut un lieu de conseil et de réflexion pour produire des avis qui prennent en compte, dans le traitement de l’information, les grands enjeux et tendances de notre époque.

Publié

Le

Par

Communiqué de presse N°2 : réunion du Conseil d’Ethique d’ABK Radio

Le 28 février 2020

Le 2e Conseil d’Ethique d’ABK Radio s’est tenu ce vendredi 28 février 2020 dans la salle de rédaction d’ABK RADIO, sous la Présidence de  M. André SIAKA, Administrateur de Sociétés, PDG Routd’AF. Prenaient part aux travaux :

·       Mme Marème Malong, Chef d’entreprise, Galeriste, Consul du Sénégal au Cameroun

·       Mme le Dr Ernestine Gwet-Bell, Gynécologue et Pionnière de la Fécondation In Vitro

·       Me Michèle Mpacko, Avocate au barreau du Cameroun

·       M. Blaise Etoa, Directeur Marketing, Communication et Qualité de la Société Générale Cameroun

·       M. Alain Blaise Batongue, Secrétaire Exécutif du GICAM

En outre, deux conseillers participaient aux travaux en audioconférence :

·       Mme Rebecca Enonchong, Entrepreneure, fondatrice et Directrice de AppsTech.

·       M. le Pr Félix Zogning , Professeur des Universités

M. le Dr Patrick Rifoe, enseignant à l’Université de Douala, rapportait les affaires inscrites à l’ordre du jour.

M. Alexandre Siewe, CEO et Associé-Gérant d’ABK Radio assistait aux travaux en tant qu’observateur.

Etaient empêchés :

·       M. Haman Mana, Journaliste, Directeur Publication Le Jour

·       M. Sam Mbende, Auteur-Compositeur, Spécialiste du Droit d’Auteur

·       Pr Aboya Manasse, Professeur Titulaire des Universités

Le Conseil, après avoir adopté l’ordre du jour, a examiné les deux principaux points y inscrits, à savoir :

·       Lecture et approbation du Code éthique

·       Lecture et approbation du règlement intérieur

Sur ces deux documents, les conseillers ont porté de nombreuses observations et remarques qui ont fait l’objet de riches échanges et débats. Le Conseil a demandé à la Direction Générale de proposer une nouvelle mouture qui prendra mieux en compte les attentes des Conseillers. Par conséquent, l’adoption du code éthique et du règlement intérieur a été reportée à la prochaine session. Ce texte devra s’appuyer à la fois sur les valeurs et principes édictés par le Conseil et sur les textes législatifs et réglementaires en vigueur.

Le Code éthique se veut un texte de référence qui répond à la volonté d’ABK Radio de s’imposer les plus hauts standards éthiques et de transparence.

A la fin des travaux, la Direction Générale a informé le Conseil de l’incident ayant émaillé la participation du journaliste Luc Ngatcha à l’émission « l’Arène » sur Canal 2. Le Conseil a déploré cette affaire avant de recommander que de telles invitations fassent l’objet d’analyse plus approfondie en amont.

A propos du Conseil d’Ethique :

Le Conseil d’Ethique d’ABK Radio est composé de personnalités extérieures choisies pour leur autorité, leurs compétences et leur expérience. Elles ont été jugées dignes de représenter les aspects moraux, culturels, sociologiques, managériaux et scientifiques de notre société. Sa présidence est confiée à une personnalité de renom, dont l’indépendance, l’autorité et les compétences sont incontestables, de façon à garantir l’impartialité et la crédibilité du dispositif. —

Alexandre Siewe
Communication and Marketing Strategist
CEO 2A Media and Communications
Tel: 679503779

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES