Nos réseaux sociaux

SANTÉ & BIEN-ÊTRE

SANTE: Et si on essayait de comprendre le phénomène du blanchiment de peau ou « ndjangsang »?

Publié

Le

LA DEPIGMENTATION SELON JOHN NTAMACK, SOCIOLOGUE

Mr JOHN NTAMACK si on dit dépigmentation que diriez-vous ?
La dépigmentation est très importante sous le prisme de la sociologie. J’aimerais d’abord pour nous rassurer comme le dit Emile Durkheim avant de parler d’un concept il faut le définir. La dépigmentation c’est un phénomène social qui consiste pour un acteur social à essayer à travers des substances externes modifier son épiderme. Ca c’est une explication de ce phénomène mais on peut encore définir de manière sous jacente en disant que la dépigmentation c’est le recours aux substances afin de modifier son apparence physique.

CE PHENOMENE A-T-IL UNE CIBLE ?
C’est un phénomène qui a plusieurs cibles. Autrefois il était réservé aux femmes mais de plus en plus le constat est clair et criard que la question de la dépigmentation ne laisse plus personne indifférent, les hommes s’y sont aussi mis. Autrefois on dénombrait beaucoup plus de congolais qui s’inscrivaient à ce registre là , mais aujourd’hui sur le plan du biotope Camerounais, on se rend davantage compte qu– hommes et femmes mélangés sont entrés dans le processus de la depigmentation.Ca c’est d’abord la première chose qu’il fallait comprendre.
Ces acteurs qui se soumettent à cette pratique veulent modifier l’apparence externe notamment la couleur de la peau. Telle que défini ainsi, on peut parler de la problématique que pose le phénomène de dépigmentation.

Ce phénomène pose le problème à deux niveaux. Le premier niveau, c’est un niveau individuel, celui de la personne. Il y a une crise d’identité autrement dit la crise de la beauté .

La femme africaine dans le temps était belle par ce qu’elle avait des formes même si elle était noire.
Le deuxième niveau est la modélisation de la beauté. En réalité quel est le modele de la beauté aujourd’hui ? Le paradigme qui porte sur le modele de la beauté a changé aujourd’hui le mode de la beauté, c’est la femme occidentale mince et davantage claire de peau. Alors, lorsqu’on croise ces deux variables, on constate que le phénomène de la dépigmentation pose globalement le problème de la beauté. Qui est belle ou alors qui est beau ? Est-ce que la beauté se limite à la peau ? Vous savez, on peut faire une déviation en évoquant les cas des jeunes filles qui ont tendance à croire qu’avoir un enfant métisse c’est le sommet , parce qu’on dit que l’enfant métisse présente des avantages comparatifs . Donc vous voyez que la question de l’apparence externe et notamment de la couleur de la peau est au centre des problématiques globales aujourd’hui.

Il faut aussi dire que ces pratiques se sont encastrées dans le corpus social et même sociologique de certaines régions du Cameroun. On ne fera pas une fixation des ces régions ici mais nous sommes dans une réalité sociologique donc il faut toucher du doigt. Si on va dans le Noun à l’ouest on remarquera qu’on va comprendre que c’est une pratique très sollicitée la bas. Les gens ont recours à la dépigmentation homme comme femme. Si on va dans le centre c’est une pratique aussi qu’on va retrouver. Si on va dans certaines régions de l’ouest toujours ou la femme brune coûte très chère, cette pratique a été intégrée, incrustée, encastrée dans nos pratiques et à la limite ça été rendue normale.
Dès qu’on a fini la définition, on a évoqué la problématique majeure. Posons une problématique autre sur la table en terme de causes.

Et que peut-on retenir des causes qui poussent les uns des autres à pouvoir recourir à la dépigmentation ?
Je vais donner trois causes. La première cause c’est le mimétisme. Le mimétisme c’est l’imitation en réalité on pense souvent qu’il faut faire comme les autres. Aujourd’hui avec le fait que nous soyons arrosés des télévisions étrangères .Qu’est ce qu’on fait ? On ne nous montre jamais à novelas comment les femmes font la cuisine ou la lessive non mais davantage un prototype de femmes qui parle d’amour en longueur de journée et généralement ces femmes sont toutes brunes j’allais même dire blanches. Donc quand on analyse donc que nous soyons exposés à ces medias 24 heures su 24 on tend à comme normale. Et donc l’une des premières causes qu’on peut élucider est donc le mimétisme j’allais même dire un mimétisme cervical autrement dit un mimétisme idiot.

La deuxième cause est au niveau de l’échec des modèles parce qu’aujourd’hui on n’a pas pris en compte la question des modèles. Et comme on n’a pas pris en compte la question des modèles on n’a expatrié nos modèles on les a à la limite exporté vers le Cameroun, donc lorsqu’on a expatriés nos modèles on va davantage arriver à la dimension psychanalytique c’est-à-dire au niveau des processus mentaux. Je me sens belle parce que je suis brune, je me sens beau parce que je suis brun ca c’est la partie psychosomatique à la limite psychologique même et qui intègre le psycho-social.
La troisième et dernière la dépigmentation est causée aussi par le portefeuille, parce que vous savez il y a plusieurs formes de dépigmentation voila pour ma part les trois causes c’est-à-dire le mimétisme, l’échec des modèles et la question financière en terme d’affirmation parce qu’il y a une crise de confiance à soi on n’a une crise de la beauté on n’a une crise de bien être alors on veut ressembler aux autres, on pense que pour dire des concepts qui passent dans notre société la femme brune passe davantage entre guillemet dans le marché. Mais quel est ce type de marché ? C’est le marché des émotions, dès qu’on n a dit cela on va tomber sur les conséquences

Justement parlons de ces conséquences.
Effectivement comme le dit notre thématique la dépigmentation est un phénomène à haut risque je ne vais même pas dire à risque mais à haut risque.
Il ya trois niveaux de dépigmentation, la dépigmentation haut standing ce sont les injections qui coûtent chères et qui sont entretenues par un certain nombre de confort il faut la clim il faut manger tel aliment les produits coutent très chers. Ca c’est la dépigmentation de luxe.
Il y a la dépigmentation micro. C’est à dire moyen pas forcément bas niveau c’est-à-dire standard. Elle c’est beaucoup plus avec des produits qui courent la rue qu’on peut avoir pas forcément en pharmacie mais qu’on peut aussi trouvé dans le marché les superettes, bref les milieux offerts aux classes moyennes .
Maintenant le dernier palier c’est la dépigmentation pour les débrouillards. Celle-ci est d’ailleurs très dangereuse. Ces derniers utilisent les produits qu’on retrouve partout l’hydroquinone avec tous ceux que ça comporte les tubes les seringues les mélanges de produits bizarres et ce sont ces personnes qu’on appelle généralement les touts couleurs. On les appellent dans un autre concept les poches de résistances parce que vous verrez à certains endroits ca va donner et à d’autres ca ne va pas donner la personne aura un teint choco d’une part bref c’est des pratiques qui vous emmènent a être dépendant parce que dès que vous avez commencé il va sans dire que ça sera difficile pour vous de vous en départir on sait. Ces choses la sont comme de la drogue on sait quand ça commence et on ne sait pas quand ça finit. Donc en un mot comme en mille voila ce qu’il faut dire sur la dépigmentation pour planter le décor.
Maintenant l’émission a aussi une dimension pédagogique et même didactique, il faut présenter les risques auxquels les personnes assujetties par ces pratiques peuvent encourir.
Premier niveau des risques ce sont les maladies. Vous savez ces produits ne sont pas très contrôlés et ces produits la je parle sous le contrôle des dermatologues ce sont des produits qui rendent les cellules cutanées assez fragiles et donc les personnes qui sont exposées à ces pratiques la sont davantage en difficulté lorsqu’il s’agit des cas d’opérations, des chirurgies car la membrane susceptible de pouvoir faire face aux opération chirurgicales a été anéantie par ces cas qui recoures à la dépigmentation qui fragilise la peau les pigments, et même les cellules ce qui peut être fatale pour ces personnes.
A côté il y a aussi le fait que ces produits la vous vieillissent c’est-à-dire accélère le processus du vieillissement. Parce que ce sont des produits qui agressent la peau, ce sont des produits qui ont une influence sur la peau et qui oblige la peau à des pratiques non contrôlées. En un mot comme en mille ce sont des éléments qu’il faut prohibés au sein de notre société il faut qu’on emmène à travers une conscientisation d’abord dans les mass medias comme ABK fait aujourd’hui qu’on emmène les internautes et aux auditeurs à comprendre que c’est une pratique qu’il faut faire avec les pincettes et même si on ne peut pas l’éradiquer mais conscientiser les masses parce qu’il est facile de commencer et mais très difficile d’arrêter.
Par des personnes qui en n’ont recours la beauté est d’abord interne pour dire d’une femme qu’elle est belle on ne doit pas recourir à la peau parce que si demain la peau se dégrade vous verrez que ceux qui étaient venus vers vous pour la peau vont repartir. La beauté à d’abord un rapport avec l’éducation, a un rapport avec l’instruction, les valeurs ,la beauté a un rapport avec la disponibilité la beauté est liée au paradigme et au fonctionnement avec la société et enfin aspect pour que les uns et les autres comprennent que à l’heure actuelle l’heure est grave .Il y’a les cas je ne vais pas les citer ici mais il y’a des cas comme des artistes , des personnes très connue que nous connaissons qui nous ont quittées du fait qu’étant malade la dimension chirurgicale n’a pas pu avoir lieu parce que leur peau était assez dégradée et n’était plus susceptible à recevoir un certain nombre de soin. Merci

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ABK ACTU

⏯TÉMOIGNAGE : « Ma famille exige que je cesse de m’occuper de mon petit-fils de 2ans porteur de VIH »

Alors que vient de se célébrer la Journée internationale de lutte contre le Sida, notre magazine « Santé Vous Bien » présenté par Cathy Mintsa est allé à la rencontre de Marthe, une grand mère qui affronte le rejet de ses autres enfants depuis qu’elle s’occupe de son petit fils de deux ans infecté par le VIH et resté orphelin suite au décès de sa mère des suites de cette maladie.

Publié

Le

Par

Voici le témoignage poignant d »une femme Marthe délaissée par ses enfants parce qu’elle a décidé de s’occuper de son petit fils « bébé Yohan », aujourd’hui âgé de 2 ans huit mois et infecté par le VIH SIDA.

La mère de bébé Yohan est décédée 6 mois après la naissance de l’enfant des suites de cette maladie. Et depuis un an, les enfants de mama Marthe exigent qu’elle aille remettre l’enfant à son père porté disparu, faute de quoi ils ne subviendront plus aux besoins de cet enfant. Ils disent ne pas vouloir que leur maman soit contaminée. Ecoutons le témoignage de Marthe en cliquant sur le lien ci dessous.

Lire la suite

SANTÉ & BIEN-ÊTRE

🔴Rougeole: Déjà une vingtaine de morts au Cameroun

Publié

Le

Par

2.300 cas de malades de rougeole sont enregistrés au Cameroun, ce qui élève le taux de prévalence. Depuis le début de cette année 2019, la région de l’extrême-Nord a enregistré 17 morts. La propagation de la rougeole augmente le taux de malnutrition  dans cette région où 22 districts de santé sur 30 sont touchés par la rougeole. Des chiffres qui donnent froid dans le dos.

VACCINER POUR SAUVER

C’est fort de ce constat que le ministère de la santé publique a lancé une  campagne de vaccination contre la rougeole et la rubéole ce mercredi dans le district de santé de la cité verte à Yaoundé. La campagne  qui va se dérouler du 04 au 08 Décembre, concerne les enfants âgés de 09 mois à 05 ans. Elle vise à renforcer davantage l’immunité collective des enfants par l’administration gratuite du vaccin injectable combiné rougeole-rubéole. Les 3 millions d’enfants ciblésenfants recevront dans le même temps la vitamine A et le mébendazole pour déparasitage. Les lieux cibles de cette campagne sont les formations sanitaires, écoles, gares, chefferies  et autres lieux de rassemblement.

Les chiffres publiés par l’organisation Mondiale de la Santé (OMS) montrent que du 1er janvier au 31 juillet 2019, 364 808 cas de rougeole ont été enregistrés, contre 129 239 l’an dernier à la même période. Des chiffres multipliés quasiment par trois. Les plus grands nombres de cas ont été enregistrés en République démocratique du Congo, à Madagascar et en Ukraine.

D’autres flambées majeures sont en cours en Angola, au Cameroun, au Tchad, au Kazakhstan, au Nigeria, aux Philippines, au Soudan du Sud, au Soudan et en Thaïlande.

Mireille CHIMI

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité.

Podcast

On AIR

Facebook

LES PLUS POPULAIRES