Nos réseaux sociaux

CULTURE & SOCIÉTÉ

ENTREPRISE – ROLAND KWEMAIN :  » Un manager sans courage tue son entreprise… »

Publié

Le

La 10e et dernière session de la saison 1 des Impactalks qui s’est tenue le mercredi 20 Novembre 2019 au Castel Hall de Douala sous le thème, « Comment développer le courage managérial  » a donné l »occasion aux participants d »être édifiés sur ce volet du management.

C’est par cette citation du prix Nobel de la paix en 1993 NELSON MANDELA, que le Coach Roland KWEMAIN a introduit son propos « J’ai appris que le courage n’est pas l’absence de peur, mais la capacité à la vaincre. » Une belle façon d’introduire la 10e et dernière session de la première saison des impactalks qui s’est tenue le mercredi 20 Novembre 2019 au Castel Hall de Douala sous le thème, « Comment développer le courage managérial »

Les 450 participants du jour, venus de diverses entreprises ont appris que le courage est une compétence obligatoire pour tout leader qui veut affronter un cap supérieur. Dans un cet univers de crises sociopolitiques, les entreprises pour survivre doivent se réinventer et l’Homme est le meilleur outil de production dans lequel il faut investir prioritairement. Et un manager qui investi en ses collaborateurs, doit faire preuve de courage pour prendre de bonnes décisions afin de mener à bien son entreprise et obtenir les meilleurs résultats.

« Il ya des signes qui montrent qu’un Manager manque de Courage managérial»


Pour le Coach Roland KWEMAIN, le Courage Managérial est favorisé par le Manager s’il l’incarne lui-même. Par conséquent, il ya des signes qui montrent qu’un manager manque de courage : Il Ne prend pas de positions fermes, n’aborde pas les problèmes de front, évite les conflits à tous les coups au lieu de savoir les gérer, hésite à trancher vis-à-vis de son personnel, ne sait pas comment annoncer une décision difficile, n’ose pas dire tout ce qui se doit d’être dit.


Pourtant, c’est la Franchise et le Courage managérial qui sont le socle d’une bonne entreprise. Par conséquent, un vrai manager doit pouvoir défendre ses convictions, savoir commander quand c’est nécessaire, assumer ses décisions, bien s’entourer, être autonome et faire face à la réalité. Des qualité qui manquent à plusieurs managers: « le manager doit avoir le courage d’essayer de nouvelles choses, de faire confiance, de dire et de faire ce qui doit être dit et fait »

Le COACH Roland KWEMAIN et le DG de SABC et SOCAVER Emmanuel DE TAILLY

La 10e et dernière session de la première saison des impactalks qui s’est achevée a traité des sujets sur la vision, le management, la motivation et le leadership. Elle a connu la participation totale de 3500 personnels de 84 entreprises. Emmanuel DE TAILLY, le directeur général de la société anonyme des brasseries du Cameroun SABC et de SOCAVER a pris la parole pour parler de son expérience de capitaine d’industrie. Une façon d’annoncer La saison 02 des impactalks qui adoptera un nouveau format en étant plus pratique, avec la mise en avant d’un témoignage de manager d’entreprise en plus de l’exposé du coach Roland KWEMAIN. Rendez-vous en 2020



Mireille Chimi

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CULTURE & SOCIÉTÉ

🔴 ALERTE – Rapport OMS 2019 : Le taux de suicide a triplé au Cameroun en 4 ans

Les chiffres sus cités sont contenus dans un document intitulé « Rapport de suivi des 100 indicateurs clés de Santé du Cameroun en 2019 » que vient de rendre public le ministère de la santé publique. Ledit rapport contient des données rassemblées par l’organisation Mondiale de la Santé (OMS) sur le Cameroun de 2012 à 2016 pour le compte de l’exercice 2019

Publié

Le

Pour l’OMS, les statistiques sanitaires mondiales 2019 révèlent que  « le taux de suicide au Cameroun est passé de 4,9 en 2012 à 12,2 pour 100 000 Habitants en 2016. Soit 17,1 pour les hommes contre 7,4 pour les femmes.

Il n’est mentionné nulle part les raisons qui justifient cette hausse du taux de suicide au Cameroun. Toujours est-il l’objectif de développement durable (ODD) est de réduire d’un tiers en 2020 ces chiffres. Cela passe par la prévention et le traitement, la promotion de la santé mentale et le bien-être.

Le même rapport indique par ailleurs  que l’espérance de vie au Cameroun est passé de 53 ans en 2009 à 58 ans en 2016.Malheureusement, cela ne réjouit pas, vu que ces chiffres restent inférieurs à ceux de l’Afrique Subsaharienne où l’espérance de vie globale est de 61,2 ans et à l’Afrique centrale qui est à 60, 6 ans.

Mireille CHIMI

Lire la suite

ABK ACTU

🔴 Ernest Ouandié, le dernier des Mohicans, leader nationaliste camerounais, héros de la lutte du peuple, est assassiné à Bafoussam

Publié

Le

Par

Sur la grande place, les habitants sont rassemblés en silence en ce triste 15 janvier 1971 peu avant 11h du matin. Ce jour là, il est menotté et escorté par une escouade de soldats camerounais. Il avance avec fière allure, son visage ne laisse transparaître aucune inquiétude, au contraire on le sent plutôt détendu et joyeux.

L’instant est douloureux en même temps historique. Ernest Ouandié refuse de se faire bander les yeux. Au commande du peloton d’exécution, un jeune officier camerounais. Avant d’être exécuté, Ernest Ouandié prononce quelques paroles qui vont sonner comme l’appel à lutter pour la liberté. Il exprime toute sa fierté et sa gratitude d’avoir combattu pour l’intérêt de son pays, tout en prophétisant que le combat était loin d’être terminé, mais que d’autres prendront le relais jusqu’à la victoire finale. Après avoir chanté, l’ordre fut donné de tirer. Les premiers tirs sont mortels pour Gabriel Tabeu alias Wambo le Courant et de Raphaël Fotsing ses deux camarades. Quant à Ernest Ouandié, il ne meurt pas sur le coup, il aura le temps de crier « Que vive le Cameroun ».

Après la première salve, on entend la voix d’Ernest Ouandié crier encore«Que vive le Cameroun», et il tombe, criblé de balles. Un officier européen se détache de l’assistance, s’approche de Ouandié mourant, s’agenouille auprès de lui, met la main à son étui de revolver, se penche en avant. Ouandié respire encore. Il tire à bout portant.

Les figures les plus influentes de l’UPC, avaient toutes été massacrées, Um Nyobé le 3 septembre 1958, Félix Roland Moumié, le 15 octobre 1960, et Ossendé Afana, le 10 mars 1966.

Doté d’un mental sans pareil qui dépasse de loin celui de ses pairs, Ouandié est progressivement abandonné et trahi par les siens. Il finit par se rendre lui-même en août 1970 et se laisse arrêter sans opposer de résistance. Torturé et interdit de toute visite de ses avocats pendant six mois, il est jugé par le Tribunal militaire de Yaoundé en décembre 1970, dans le-dit «procès de la rébellion». Il écoutera la tête haute le verdict de sa peine capitale.

Quant au jeune officier qui va tirer à bout portant sur la tête d’Ernest Ouandié, certaines sources affirment qu’il était un européen vu que l’administration française voulait à tout prix s’assurer de la sentence tout comme avec Um Nyobe. Par contre, d’autres soutiennent la thèse selon laquelle c’était un camerounais.

✅ Loin de cette date du 15 janvier 1971, qu’avons-nous fait aujourd’hui de l’héritage d’Ernest Ouandié et les autres ?

✅ QU’AVONS NOUS DONC APPRIS DES SACRIFICES DES HÉROS INDÉPENDANTISTES CAMEROUNAIS ?

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité.

Podcast

On AIR

Facebook

LES PLUS POPULAIRES