Nos réseaux sociaux

ABK ACTU

⏯CONFIDENCES D’UN EX CROQUE-MORT: « Il m’est arrivé d’avoir des relations sexuelles avec des cadavres! »

Le très populaire et non moins effrayant NDOUMBE DIBOBE plus connu sous le nom de « Ndoumbé le morguier », qui a travaillé pendant 27 ans comme croque-mort principal de l’Hôpital Laquintinie de Douala était l’invité d’ABK Matin ce mercredi 04 Décembre 2019. Cet ancien croque-mort désormais à la retraite a fait de très étonnantes révélations sur son ancien métier et les pratiques mystiques, voire diaboliques qui ont cours dans les morgues de Douala.

Publié

Le

Voici quelques expressions de celui qui se fait désormais appeler « Ndoumbé de Jésus.« 

 ‘‘J’ai porté les dreads locks pendant 38 ans. j’ai été chauffeur de Lapiro de Mbanga, j’ai été garde des médecins, vigile à l’hôpital pendant 04 a 05 ans, puis adjoint d’ hygiène, ensuite responsable de la propreté et hygiène à la morgue de l’Hôpital Laquintinie et une fois qu’on m’a proposé d’être morguier, j’ai accepté  »

« J’ai été croque-mort pendant 17 ans et je n’ai jamais vu un mort se réveiller. Je dormais à la morgue au milieu des corps. Je n’ai jamais eu des écorces (gris gris) dans ma vie. J’ai travaillé avec la foi. Je n’ai jamais mis les gants, ni le masque pour faire mon travail de morguier  »

« Il y a des morguiers qui faisaient des trafics sur les corps à l’hôpital Laquintinie, mais ils ont subi des conséquences. Je n’ai jamais fait de trafic d’organes à l’Hôpital Laquintinie  »

 »C’est officiel. Quand on entre à la morgue on toque 03 fois parce que l’homme qui est mort se repose mais son esprit est là. C’est interdit de pleurer à la morgue  parce que les esprits sont là et les pleurs font fuir l’esprit qui veut le calme. Il y a un inspecteur de police que j’ai sauvé à la morgue. Il vit encore jusqu’aujourd’hui et est en service à Ngaoundéré. On l’avait emmené et j’ai refusé de lui injecter du formol. Puis j’ai interdit les pleurs et chassé tout le monde. Je lui ai parlé et 30 minutes après, il s’est réveillé  »

 »Je n’ai jamais été suspendu de l’hôpital Laquintinie en 17 ans. C’est l’AVC qui m’a fait laisser mon travail »

 »Je cause avec les morts jusqu’aujourd’hui parce que c’est un don. Je n’ai pas de totem, ma puissance vient du ciel. Je suis le père des morguiers, j’en ai formé plusieurs. Je ne porte plus des rastas mais je suis rastas dans l’esprit  »

« Depuis 17 ans, que je suis en retraite je n’ai rien perçu comme pension retraite. J’ai fait des tours à Yaoundé (au ministère de la fonction publique) sans succès.   »

D’autres révélations fracassantes sont à suivre dans cet entretien. Cliquez ci dessous

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ABK ACTU

⏯ Alain B. Batongué: « Après le Covid19, le Cameroun devra passer à une politique de relance »

Alain Blaise Batongué est Secrétaire Exécutif du Groupement Interpatronnal du Cameroun GICAM.

Publié

Le

Alors que les mesures du gouvernement à propos de la lutte contre la propagation du Coronavirus Covid19 mettent à mal certains pans de l’activité économique du pays, il a dressé le tableau des effets de cette pandémie sur le Cameroun, avant de livrer des projections sur les mesures gouvernementales à prendre pour une gestion optimale de la crise et de la période post crise.

Pour réécouter en intégralité l’interview d’Alain Blaise Batongué accordée à ABK RADIO, cliquez sur le lien ci-dessous :

Lire la suite

L'INFO EN 89 SEC.

☕ L’INFO EN 89 SECONDES DU 27 MARS 2020

Publié

Le

Precedent1 de 8
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Manu Dibango, le saxophoniste de renom repose désormais au cimetière Père-La chaise de Paris

Il a été inhumé ce vendredi à 15h dans la stricte intimité familiale au cimetière Père-La chaise, dans le 20e arrondissement de la ville de Paris en France. L’artiste a rangé son saxophone mardi dernier le 24 Mars, des suites de Coronavirus.

On a aussi appris que le compte Facebook de Manu Dibango a été piraté.

«Comment peut-on être cruel au point de hacker le compte d’une personne décédée ? Manu Dibango officiel, la page Facebook du saxophoniste, a été piratée. Une enquête policière est en cours. », c’est ce qu’a écrit Claire Diboa, le manager de Manu Dibango, hier 26 mars sur Facebook, précisant que les communications officielles se feront désormais via le compte Twitter du défunt. En pleine propagation du COVID-19, la planète entière a marqué un temps d’arrêt pour saluer la mémoire ce celui qui, à coup sûr, fait partie des personnalités les plus marquantes des 50 dernières années. L’Université Polytechnique Hauts-de-France (Valenciennes) va d’ailleurs lui décerner le Doctorat Honoris Causa à titre posthume le 2 juin 2020.

Precedent1 de 8
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES