Nos réseaux sociaux

ABK ACTU

⏯CONFIDENCES D’UN EX CROQUE-MORT: « Il m’est arrivé d’avoir des relations sexuelles avec des cadavres! »

Le très populaire et non moins effrayant NDOUMBE DIBOBE plus connu sous le nom de « Ndoumbé le morguier », qui a travaillé pendant 27 ans comme croque-mort principal de l’Hôpital Laquintinie de Douala était l’invité d’ABK Matin ce mercredi 04 Décembre 2019. Cet ancien croque-mort désormais à la retraite a fait de très étonnantes révélations sur son ancien métier et les pratiques mystiques, voire diaboliques qui ont cours dans les morgues de Douala.

Publié

Le

Voici quelques expressions de celui qui se fait désormais appeler « Ndoumbé de Jésus.« 

 ‘‘J’ai porté les dreads locks pendant 38 ans. j’ai été chauffeur de Lapiro de Mbanga, j’ai été garde des médecins, vigile à l’hôpital pendant 04 a 05 ans, puis adjoint d’ hygiène, ensuite responsable de la propreté et hygiène à la morgue de l’Hôpital Laquintinie et une fois qu’on m’a proposé d’être morguier, j’ai accepté  »

« J’ai été croque-mort pendant 17 ans et je n’ai jamais vu un mort se réveiller. Je dormais à la morgue au milieu des corps. Je n’ai jamais eu des écorces (gris gris) dans ma vie. J’ai travaillé avec la foi. Je n’ai jamais mis les gants, ni le masque pour faire mon travail de morguier  »

« Il y a des morguiers qui faisaient des trafics sur les corps à l’hôpital Laquintinie, mais ils ont subi des conséquences. Je n’ai jamais fait de trafic d’organes à l’Hôpital Laquintinie  »

 »C’est officiel. Quand on entre à la morgue on toque 03 fois parce que l’homme qui est mort se repose mais son esprit est là. C’est interdit de pleurer à la morgue  parce que les esprits sont là et les pleurs font fuir l’esprit qui veut le calme. Il y a un inspecteur de police que j’ai sauvé à la morgue. Il vit encore jusqu’aujourd’hui et est en service à Ngaoundéré. On l’avait emmené et j’ai refusé de lui injecter du formol. Puis j’ai interdit les pleurs et chassé tout le monde. Je lui ai parlé et 30 minutes après, il s’est réveillé  »

 »Je n’ai jamais été suspendu de l’hôpital Laquintinie en 17 ans. C’est l’AVC qui m’a fait laisser mon travail »

 »Je cause avec les morts jusqu’aujourd’hui parce que c’est un don. Je n’ai pas de totem, ma puissance vient du ciel. Je suis le père des morguiers, j’en ai formé plusieurs. Je ne porte plus des rastas mais je suis rastas dans l’esprit  »

« Depuis 17 ans, que je suis en retraite je n’ai rien perçu comme pension retraite. J’ai fait des tours à Yaoundé (au ministère de la fonction publique) sans succès.   »

D’autres révélations fracassantes sont à suivre dans cet entretien. Cliquez ci dessous

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ABK ACTU

🔴 TIBOR NAGY : «Le Dialogue National a été un pas positif mais ce nest pas ce qui compte.»

Invité sur Radio France Internationale(RFI) le vendredi 17 janvier 2020 pour parler de l’actualité politique africaine, le diplomate américain qui commence une tournée sur le continent africain ce samedi 18 janvier par la capitale centrafricaine Bangui, estime qu’en ce qui concerne le Cameroun, il faut aller au-delà du Grand Dialogue National et de la libération des prisonniers.

Publié

Le

Pour celui qu’on surnomme Monsieur Afrique de l’administration américaine : «Oui, le dialogue national a été un pas positif, oui la libération des prisonniers politiques par le Président Biya a été un pas positif, ce qui compte c’est la mise en œuvre des décisions. La semaine dernière, j’ai rencontré l’un de ses opposants, M. Maurice KAMTO. Mais ce qui compte vraiment, c’est la mise en œuvre des décisions», a déclaré le diplomate américain.

Il poursuit en disant : « Ce que veulent les populations plus que tout du NOSO, c’est une décentralisation authentique, pas une décentralisation symbolique avec  des mots sur du papier, des beaux discours. Que se passe-t-il sur le terrain  après les conférences ? Quelle proportion du budget de l’Etat est consacrée à la décentralisation ? A quels postes sont placés les gens élus et les gens nommés ? Et s’il ya des postes  électifs, y aura-t-il des postes hiérarchiquement supérieur qui relèveront d’une nomination du président ? »

Pour lui, les populations doivent prendre le contrôle de leur propre vie et de leur héritage, il faut des actes concrets pour calmer les tensions.

 «Malheureusement, chaque jour qui passe, de plus en plus de personnes sont tentées par la solution d’avoir leur propre pays. Pour les Etats-Unis, c’est une mauvaise solution, car le Cameroun est un seul pays avec deux systèmes. Mais il faut une réelle décentralisation. La clé, c’est la mise en œuvre, c’est ce qui se passe sur le terrain», a martelé Tibor NAGY.

Mireille CHIMI

Lire la suite

L'INFO EN 89 SEC.

☕ L’INFO EN 89 SECONDES DU 16 JANVIER 2020

Publié

Le

Par

Precedent1 de 7
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Violence en milieu scolaire: Après le drame de Nkolbisson, un élève coupe le doigt de son camarade à l’aide d’une machette au Lycée bilingue d’Obala, dans la région du centre

Quelques heures après l’assassinat de l’enseignant de mathématiques de 26 ans Boris Kevin Njomi Tchakounte qui a succombé à un coup de poignard asséné par l’un de ses élèves du Lycée Classique de Nkolbisson à Yaoundé, un autre cas de violence en milieu scolaire a été signalé au Lycée bilingue d’Obala dans la région du centre : Un élève a coupé le doigt de son camarade à l’aide d’une machette. Le drame s’est produit alors que les élèves de cet établissement public s’affairaient au nettoyage de l’établissement. Selon des sources, la victime qui se nomme Mbappe Arnaud Alexandre, est interné à l’hôpital de district d’Obala où il reçoit des soins. Selon une déclaration du jeune Mbappè, pendant que les élèves s’affairaient au nettoyage de l’établissement pour accueillir le préfet, il jouait au football dans la cour avec ses camarades. Au moment où il s’apprêtait à tirer le ballon, il a piétiné l’un de ses camarades. Le jeune Mbappè fait savoir que malgré le fait qu’il se soit excusé, son camarade piétiné lui a appliqué une gifle. Et c’est lorsqu’il rend la gifle que la bagarre commence. Il ne sait à quel moment son camarade a réussi à attraper une machette, mais il l’a juste vu la brandir, et c’est à ce moment qu’il a perdu son doigt.

Precedent1 de 7
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité.

Podcast

On AIR

Facebook

LES PLUS POPULAIRES