Nos réseaux sociaux

ABK ACTU

🔮 Brice Laccruche Alihanga, l’ex-tout-puissant directeur de cabinet d’Ali Bongo est aux arrĂȘts

Publié

Le

Le Franco-Gabonais a Ă©tĂ© interpellĂ© dans le cadre d’une vaste opĂ©ration anticorruption, de mĂȘme que les ministres de l’énergie et du pĂ©trole, considĂ©rĂ©s comme ses proches.
Celui qui, il y a encore quelques semaines, avait considĂ©rablement irritĂ© une bonne partie des caciques du pouvoir en menant, en l’absence de M. Bongo, convalescent aprĂšs un accident vasculaire cĂ©rĂ©bral (AVC), une tonitruante « tournĂ©e rĂ©publicaine »dans tout le pays, avait Ă©tĂ© Ă©cartĂ© de la prĂ©sidence dĂ©but novembre, aprĂšs une manifeste amĂ©lioration de la santĂ© et une reprise en main du pouvoir par le chef de l’Etat ou son entourage proche, selon les analystes.
L’opĂ©ration baptisĂ©e « scorpion » a dĂ©jĂ  abouti Ă  l’arrestation et la mise en dĂ©tention de plusieurs hauts responsables gabonais, proches de Brice Laccruche.

Deux anciens ministres ont Ă©galement Ă©tĂ© arrĂȘtĂ©s mardi aprĂšs leur limogeage du gouvernement.

Il s’agit de Tony Ondo Mba, ex-ministre de l’Energie, et de NoĂ«l Mboumba, qui dĂ©tenait le portefeuille du PĂ©trole.

« Les trois ex-ministres ont été cités par des personnes actuellement en détention dans des faits de détournements de deniers publics, de concussion et de blanchiment de capitaux », a assuré le procureur de la république de Libreville Andre Patrick Roponat.

Au total on leur reproche d’avoir privĂ© les caisses de l’Etat d’une rondelette somme de 85 milliards de F CFA.

C’est « une plainte de l’agence judiciaire, qui est une agence de l’Etat, qui a conduit Ă  ces interpellations », a tenu Ă  prĂ©ciser le procureur.
Son frÚre « est toujours en garde à vue »
Directeur de cabinet depuis plus de deux ans, M. Laccruche Alihanga, 39 ans, Ă©tait devenu l’homme fort du pouvoir depuis que M. Bongo, avait Ă©tĂ© affaibli par un AVC en octobre 2018, avant d’ĂȘtre longtemps en convalescence Ă  l’étranger, puis au Gabon.
M. Laccruche Alihanga, est d’abord limogĂ© Ă  la surprise gĂ©nĂ©rale dĂ©but novembre de son poste de directeur de cabinet du prĂ©sident, avant d’ĂȘtre nommĂ© dans la foulĂ©e Ă  la tĂȘte d’un mystĂ©rieux ministĂšre « chargĂ© du suivi de la stratĂ©gie des investissements humains et des objectifs de dĂ©veloppement durable ».

Qui est ce M. Brice Laccruche Alihanga ?

Teint pĂąle et cheveux brun rejetĂ©s en arriĂšre, il se prĂ©sente comme un « enfant mĂ©tis », fils d’une Française et d’un ingĂ©nieur du Haut-OgoouĂ© (sud-est), quand la rumeur locale et une partie de l’opposition lui dĂ©nient toute origine africaine.

Selon sa biographie, il a suivi toute sa scolaritĂ© Ă  Libreville, avant d’entrer dans le privĂ©. Il s’engage en politique relativement tard, devenant l’un des responsables les plus actifs de la jeunesse soutenant Ali Bongo lors de la prĂ©sidentielle de 2016. Un scrutin controversĂ©, remportĂ© finalement par son candidat.

RemarquĂ© Ă  cette occasion par la famille Bongo, Brice Laccruche est nommĂ© par le chef de l’Etat, un an plus tard, en aoĂ»t 2017, directeur de cabinet de la prĂ©sidence.

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ABK ACTU

⏯ Bertin TAKOULO :  »J’ai eu des Ă©lĂšves filles qui me faisaient la cour, et j’ai cĂ©dĂ© deux fois ».

Bertin TAKOULO : Enseignant, environnementaliste et militant politique Ă©tait notre invitĂ© ce 20 Janvier 2020 dans l’Ă©mission ABK Matin. Il aura marquĂ© son auditoire par des prises de postions fracassantes, mais aussi par des aveux qui laissent songeurs.

Publié

Le

Pour réécouter en intégralité lintervention de Bertin Takoulo, cliquez sur le lien ci dessous:

 » J’ai dĂ©cidĂ© de ne plus jamais enseigner dans les Ă©tablissements secondaires. Tant qu’il n’y aura pas les États gĂ©nĂ©raux de  l’Ă©ducation, tout va se dĂ©grader de plus en plus »

 » Je suis de ceux qui pensent que le fouet doit ĂȘtre de retour dans les Ă©tablissements scolaires.  »

 » J’ai eu des Ă©lĂšves filles qui me faisaient la cour, et j’ai cĂ©dĂ© deux fois, au vu de la insistance et la persistance de ces techniques de drague, avec les filles qui exposaient leur poitrine et Ă©cartaient leurs jambes pour nous sĂ©duire. Il est difficile pour les enseignants de travailler dans ces conditions.  »

 » Au vu du paiement prĂ©caire, et de la clochardisation des enseignants, le diplĂŽme n’a plus sa place dans l’enseignement au Cameroun. » ‘

 » Ceux qui enseignent aujourd’hui Ă  80% sont des gens qui n’Ă©taient pas destinĂ©s Ă  enseigner.  »

 » Quand vous prenez un Ă©lĂšve d’une structure catholique, et un autre d’une structure publique, vous voyez que ce sont deux mondes opposĂ©s   »

Lire la suite

ABK ACTU

🔮 People: la maison de campagne de Sam SĂ©vĂ©rin Ango incendiĂ©e par son Ă©pouse.

La villa familiale du journaliste et homme politique SAM SEVERIN ANGO vient de subir les affres des flammes au quartier Andoo, Ă  7 Km du centre-Urbain dEbolowa.

Publié

Le

La maison familiale qui devait servir de « rĂ©sidence de campagne Â» du journaliste et homme politique a Ă©tĂ© incendiĂ©e au petit matin de dimanche 19 janvier 2020 par son Ă©pouse Ngo NTAMACK GeneviĂšve Ă  la suite d’une ‘’dĂ©cision informelle’’ de divorce prise au cours d’une rĂ©union de crise entre le couple et les « grands enfants Â» de la compagne de Sam SĂ©verin ANGO.

« Elle voulait se remarier, elle m’a fait des avances et moi j’ai cĂ©dĂ© Ă  ses tentations Â»

MariĂ© il y’a 8 mois, les tĂ©moignages font savoir que depuis 4 mois, la relation bat de l’aile et selon SAM ANGO, il fallait mettre fin Ă  la « mascarade ». Une idĂ©e que sa compagne de nationalitĂ© française n’aurait pas supportĂ©e, annonçant des « reprĂ©sailles » qui  auraient abouti Ă  la mise Ă  feu de la maison familiale de son Ă©poux. Selon des tĂ©moignages, des explosions ont Ă©tĂ© entendues au moment du dĂ©clenchement de l’incendie, mais les causes de ces explosions demeurent inconnues. La prĂ©sumĂ©e coupable Dame Ngo Ntamack GeneviĂšve est entendue et en exploitation actuellement dans les locaux de la police. Le procureur de la rĂ©publique s’est saisi de l’affaire et une enquĂȘte est ouverte au parquet d’Ebolowa pour Ă©tablir les responsabilitĂ©s.

« Je suis dĂ©terminĂ© Ă  ce qu’elle rĂ©ponde du crime qu’elle a commis Â»

Le Journaliste SAM SEVERIN ANGO demande le divorce et souhaite obtenir rĂ©paration du prĂ©judice subi. Un prĂ©judice (physique, matĂ©riel, moral et psychologique) qu’il chiffre dans sa plainte Ă  hauteur de 150 millions de FCFA.

DaprĂšs Sam SĂ©verin Ango que nous avons joint, « Rien n’est rĂ©cupĂ©rable. Tous les documents et archives d »enfance ont disparu dans les flammes (les actes de naissance et documents officiels de la famille sont partis dans les flammes) ». Il poursuit en disant que

« Je n’ai jamais Ă©tĂ© libre dans cette relation, elle voulait me prendre en otage. Â»

il a dailleurs confiĂ© Ă  notre rĂ©daction que la dame « profĂšre des menaces de mort contre moi, et mĂȘme ses « grands enfants » m’ont menacĂ©. Son fils qui est au GSO a mĂȘme menacĂ© de me tirer une balle dans la tĂȘte Â».

Luc NGATCHA

Ci dessous, des photos

Lire la suite

Abonnez-vous Ă  notre newsletter

Nous gardons vos donnĂ©es privĂ©es et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialitĂ©.

Podcast

On AIR

Facebook

LES PLUS POPULAIRES