Nos réseaux sociaux

ABK ACTU

🔴 Ernest Ouandié, le dernier des Mohicans, leader nationaliste camerounais, héros de la lutte du peuple, est assassiné à Bafoussam

Publié

Le

Sur la grande place, les habitants sont rassemblés en silence en ce triste 15 janvier 1971 peu avant 11h du matin. Ce jour là, il est menotté et escorté par une escouade de soldats camerounais. Il avance avec fière allure, son visage ne laisse transparaître aucune inquiétude, au contraire on le sent plutôt détendu et joyeux.

L’instant est douloureux en même temps historique. Ernest Ouandié refuse de se faire bander les yeux. Au commande du peloton d’exécution, un jeune officier camerounais. Avant d’être exécuté, Ernest Ouandié prononce quelques paroles qui vont sonner comme l’appel à lutter pour la liberté. Il exprime toute sa fierté et sa gratitude d’avoir combattu pour l’intérêt de son pays, tout en prophétisant que le combat était loin d’être terminé, mais que d’autres prendront le relais jusqu’à la victoire finale. Après avoir chanté, l’ordre fut donné de tirer. Les premiers tirs sont mortels pour Gabriel Tabeu alias Wambo le Courant et de Raphaël Fotsing ses deux camarades. Quant à Ernest Ouandié, il ne meurt pas sur le coup, il aura le temps de crier « Que vive le Cameroun ».

Après la première salve, on entend la voix d’Ernest Ouandié crier encore«Que vive le Cameroun», et il tombe, criblé de balles. Un officier européen se détache de l’assistance, s’approche de Ouandié mourant, s’agenouille auprès de lui, met la main à son étui de revolver, se penche en avant. Ouandié respire encore. Il tire à bout portant.

Les figures les plus influentes de l’UPC, avaient toutes été massacrées, Um Nyobé le 3 septembre 1958, Félix Roland Moumié, le 15 octobre 1960, et Ossendé Afana, le 10 mars 1966.

Doté d’un mental sans pareil qui dépasse de loin celui de ses pairs, Ouandié est progressivement abandonné et trahi par les siens. Il finit par se rendre lui-même en août 1970 et se laisse arrêter sans opposer de résistance. Torturé et interdit de toute visite de ses avocats pendant six mois, il est jugé par le Tribunal militaire de Yaoundé en décembre 1970, dans le-dit «procès de la rébellion». Il écoutera la tête haute le verdict de sa peine capitale.

Quant au jeune officier qui va tirer à bout portant sur la tête d’Ernest Ouandié, certaines sources affirment qu’il était un européen vu que l’administration française voulait à tout prix s’assurer de la sentence tout comme avec Um Nyobe. Par contre, d’autres soutiennent la thèse selon laquelle c’était un camerounais.

✅ Loin de cette date du 15 janvier 1971, qu’avons-nous fait aujourd’hui de l’héritage d’Ernest Ouandié et les autres ?

✅ QU’AVONS NOUS DONC APPRIS DES SACRIFICES DES HÉROS INDÉPENDANTISTES CAMEROUNAIS ?

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ABK ACTU

⏯ Charles NFORGANG (SNJC) : « Les patrons de presse sont méchants et ils sont les pires ennemis de la liberté d’expression. »

Publié

Le

Charles NFORGANG, le Secrétaire National à la Communication du Syndicat National des Journaliste du Cameroun SNJC était notre invité sur ABK Radio. Interview intégrale à suivre en cliquant sur le lien ci dessous.

 » Les patrons de presse sont méchants. Ils ne prennent pas en compte ce que font les journalistes. Les journalistes sont les parents pauvres de la presse.  »

 » Les patrons de presse au Cameroun se positionnent comme les pire ennemis de la liberté d’expression aujourd’hui.  »

 » Si la convention collective est appliquée et respectée, l’aide à la presse ou la presse à gage ne sera plus d’actualité.  »

Lire la suite

ABK ACTU

⏯ Charly EKANGA : « Ntonè Ntonè piétine la justice qui est rendue au nom du peuple Camerounais »

Publié

Le

Charly EKANGA, est le Chargé de communication des 10 délégués du personnel suspendus à la CUD depuis 33 mois. Ils ont entamé ce lundi 20 janvier 2020 devant les locaux de la communauté Urbaine de Douala, un mouvement d’humeur aux fins d’être rétablis dans leur droit. Ils demandent que les décisions de justice en faveur de leur réintégration soient exécutées par le Délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Douala Fritz NTONE NTONE. Cliquez sur le lien ci-dessous pour suivre l’émission intégrale.

 »M. le délégué du gouvernement auprès de la communauté  urbaine de Douala, Ntonè Ntonè piétine la justice qui est rendue au nom du peuple Camerounais »

« Nous n’avons pas besoin de compassion, mais d’actions. Le procureur général doit prendre ses responsabilités. Il ne faut pas toujours attendre le président de la république. »

‘’NTONE NTONO est-il plus grand ou plus puissant que le président de la république ? Pourquoi refuse t-il d’exécuter une décision du président ?

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité.

Podcast

On AIR

Facebook

LES PLUS POPULAIRES