Nos réseaux sociaux

ABK ACTU

⏯ Bertin TAKOULO :  »J’ai eu des élèves filles qui me faisaient la cour, et j’ai cédé deux fois ».

Bertin TAKOULO : Enseignant, environnementaliste et militant politique était notre invité ce 20 Janvier 2020 dans l’émission ABK Matin. Il aura marqué son auditoire par des prises de postions fracassantes, mais aussi par des aveux qui laissent songeurs.

Publié

Le

Pour réécouter en intégralité lintervention de Bertin Takoulo, cliquez sur le lien ci dessous:

 » J’ai décidé de ne plus jamais enseigner dans les établissements secondaires. Tant qu’il n’y aura pas les États généraux de  l’éducation, tout va se dégrader de plus en plus »

 » Je suis de ceux qui pensent que le fouet doit être de retour dans les établissements scolaires.  »

 » J’ai eu des élèves filles qui me faisaient la cour, et j’ai cédé deux fois, au vu de la insistance et la persistance de ces techniques de drague, avec les filles qui exposaient leur poitrine et écartaient leurs jambes pour nous séduire. Il est difficile pour les enseignants de travailler dans ces conditions.  »

 » Au vu du paiement précaire, et de la clochardisation des enseignants, le diplôme n’a plus sa place dans l’enseignement au Cameroun. » ‘

 » Ceux qui enseignent aujourd’hui à 80% sont des gens qui n’étaient pas destinés à enseigner.  »

 » Quand vous prenez un élève d’une structure catholique, et un autre d’une structure publique, vous voyez que ce sont deux mondes opposés   »

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ABK ACTU

🔴 Macron : »Ce n’est pas à la France de faire la démocratie au Cameroun à la place des Camerounais »

Le président Emmanuel Macron a dénoncé ce samedi matin, « des violations des droits de l’Homme intolérables » au Cameroun

Publié

Le

Par

Réagissant à l’interpellation d’un activiste de la BAS (Brigade Anti Sardinard) au salon de l’agriculture , le président français aura notamment déclaré :

🔺1- J’ai mis la pression sur Paul Biya pour qu’il traite le sujet de la zone anglophone et ses opposants. Je lui avais dit que je ne voulais pas le recevoir à Lyon tant que Maurice KAMTO n’était pas libéré. Et il a été libéré parce-qu’on a mis la pression. Et là, la situation est entrain de se re-dégrader.

🔺2- Je vais appeler la semaine prochaine le Président Biya et là, on mettra le maximum de pression pour que cette situation cesse. Je suis totalement au courant et totalement impliqué sur les violences faites au Cameroun et qui sont intolérables. Je fais le maximum.

« Je ne voulais pas le recevoir à Lyon tant que Maurice KAMTO n’était pas libéré »

Emmanuel Macron, au Salon de l’agriculture à la Porte de Versailles

🔺3- La France est toujours prise dans un jeu de rôle compliqué en Afrique. Nous sommes un État de droit et nous défendons l’Etat de droit partout. Mais quand en Afrique, un Président français dit : « Tel dirigeant n’est pas démocratiquement élu, les africains disent, de quoi vous vous mêlez?, vous n’avez pas de leçons à nous donner ».

« Partout, je veux des dirigeants démocratiquement élus et là où les Présidents ne sont pas démocratiquement élus, je travaillerai avec la société civile. Je travaille avec l’Union Africaine et les organisations internationales pour mettre la pression. »

 « Partout, je veux des dirigeants démocratiquement élus »

➡️ Quand le président KABILA était là, il y avait comme vous des opposants dans ce pays. On a mis la pression. On a travaillé avec plusieurs autres Présidents et on a réussi à ce qu’il y’ait une alternance politique pour avoir le Président Tshisekedi.

« Sur le président Biya, je lui ai dit qu’il doit ouvrir le jeu. Il doit décentraliser. Il doit libérer les opposants politiques. Il doit faire respecter l’Etat de droit. Je mettrai tout ce qui est en mon pouvoir pour le faire. Je veux vraiment que vous le sachiez, mais ce n’est pas à la France de faire la démocratie au Cameroun à la place des Camerounaises et des Camerounais. »

Lire la suite

L'INFO EN 89 SEC.

☕ L’INFO EN 89 SECONDES DU 21 FEVRIER 2020

Publié

Le

Par

Precedent1 de 7
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Du nouveau dans le sinistre de Ngouache à Bafoussam : Le Maire de Bafoussam 3e s’oppose à la poursuite des travaux de construction des maisons pour les sinistrés.

Daniel Ndefonkou menace de raser les huit maisons déjà quasiment achevées pour les sinistrés de Ngouache.  »Si j’avais détruit NGOUACHE avant, il n’y aurait pas eu de sinistre. »C’est une réaction de Daniel NDEFONKOU Maire de Bafoussam 3 qui était l’invité par téléphone de l’émission ABK MATIN de ce Vendredi 21 Février 2020. Il a bloqué les travaux, et soutient que les promoteurs et les constructeurs de ces bâtiments n’ont pas respecté le plan qui avait été prévu et adopté d’un commun accord. Il a martelé que les gens ont profité du fait qu’il soit entièrement occupé par la électorale, pour aller construire en désordre. Le Maire a ajouté que les bâtisseurs auraient dû «prendre une autorisation d’implantation» avant de démarrer les travaux.

L’ingénieur de travaux David Yonzou que nous avons également eu par téléphone dans le cadre de l’émission ABK Matin, a affirmé que les dix maisons qui pourront être prêtes d’ici la semaine prochaine sont construites dans le strict respect des normes. Voilà donc, une affaire à suivre.

Precedent1 de 7
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité.

Podcast

On AIR

Facebook

LES PLUS POPULAIRES