Nos réseaux sociaux

L'INFO EN 89 SEC.

☕ L’INFO EN 89 SECONDES DU 11 FEVRIER 2020

Publié

Le

Precedent1 de 9
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

La Jeunesse camerounaise porte le dossard 54 ce 11 Février 2020.

Ils sont des milliers de jeunes à avoir pris part ce matin à la place de la besseke à Douala et aux autres places des fêtes du pays, au traditionnel défilé qui marque la fin des activités de la fête de la jeunesse qui se célèbre pour la 54ème fois cette année sous le thème : «Jeunesse, paix, décentralisation et participation à la gouvernance locale pour un Cameroun nouveau». Ici à Douala, la célébration de la fête de la Jeunesse a été riche en sons et en couleurs. Après avoir réécouté le discours du Président de la République à l’endroit de la Jeunesse, plusieurs jeunes se sont vus décerner des primes d’excellence dans des disciplines telles que le Tennis de table, le Football féminin, le cinéma et bien d’autres.

Hier dans son adresse à la nation, Le président de la république a reconnu qu’il y a une montée en puissance de la violence en milieux jeunes.

Prenant  pour exemple le cas récent du jeune enseignant assassiné par son élève, il a invité le gouvernement  à renforcer la lutte contre la consommation des drogues et stupéfiants. Pour le Président de la République, Parents, enseignants, chefs religieux devraient s’y impliquer. Il a par ailleurs déclaré  reconnu qu’ « il fallait régler le problème de la décentralisation », en saluant l’adoption par le Cameroun, de la loi portant code général des collectivités territoriales décentralisées et de la loi sur le bilinguisme. « Il s’agit en réalité d’une véritable révolution pacifique » « Rien ne s’oppose plus à leur application », a-t-il dit au sujet de l’adoption de ces textes. Et pour le chef de l’Etat, les jeunes doivent profiter de cette avancée.

Precedent1 de 9
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'INFO EN 89 SEC.

☕ L’INFO EN 89 SECONDES DU 08 Octobre 2020

Publié

Le

Precedent1 de 7
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Scandale sexuel à la Fédération de karaté : Emmanuel Wakam suspendu pour 08 ans par le Comité National Olympique.

De 2021 à 2028, le patron de la Fédération Camerounaise de Karaté et Disciplines affinitaires, sera exclu de toutes activités sportives, pour violation du code éthique, suite aux accusations de harcèlement sexuel qui pèsent sur sa personne. Emmanuel Wakam, vient d’écoper une suspension du conseil d’administration du Comité National Olympique et Sportif du Cameroun (CNOSC), réuni en session extraordinaire hier mercredi 07 octobre 2020 à Yaoundé.Quatre autres responsables de la fédération cités dans ce scandale ont également été sanctionnés. Il s’agit de maitre Jean Bobda, le directeur technique national-adjoint n°2, de Jean Francis Esse, l’entraîneur principal de la sélection nationale juniors de karaté, de Germain Ambani, l’entraîneur adjoint de la sélection nationale juniors, et de l’athlète Christian Ndougsa, qui écopent également de huit ans de suspension chacun. Les cas de ces différentes personnes avaient préalablement fait l’objet d’un examen minutieux de la Commission d’éthique du CNOSC, au cours d’une session tenue du 22 au 24 septembre 2020 au palais des congrès de Yaoundé, après les résultats de l’enquête administrative prescrite par le ministre des Sports, Narcisse Mouelle Kombi.

Precedent1 de 7
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Lire la suite

ABK ACTU

☕ L’INFO EN 89 SECONDES DU 07 Octobre 2020

Publié

Le

Precedent1 de 8
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

La justice rejette la demande de levée de l’assignation à résidence de Maurice Kamto

Les avocats de l’opposant ont récemment introduit, auprès du Tribunal de Première Instance de Yaoundé centre administratif, une requête visant la levée de son assignation à résidence de fait  depuis la nuit du 20 au 21 septembre 2020. La demande a tout simplement été rejetée. Me Hyppolite Meli, l’un des avocats du leader du MRC, déclare : «Je suis passé au secrétariat général de M. le président du TPI de Yaoundé centre administratif où j’ai déposé une requête aux fins d’être autorisé à assigner l’Etat du Cameroun à bref délai en cessation de voie de faits. Il m’a été remis ma requête portant la mention au stylo rouge de rejet pour ‘‘absence d’extrême urgence’’ avec la signature du président du tribunal» Fin de citation. Les avocats du candidat malheureux à la dernière élection présidentielle crient à un déni de justice.

Precedent1 de 8
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES