Nos réseaux sociaux

CULTURE & SOCIÉTÉ

⏯ Histoire de vie: « Mon mari m’impose toujours le préservatif, après 6 ans de mariage »

Publié

Le

L’histoire ci dessus est celle d’une auditrice anonyme, relayée dans l’émission #CALM Comme à la Maison de Kathy Mintsa, qui nous écrit et dit:
J’ai connu mon mari il y’a un peu plus de 6 ans alors que je faisais la classe de première. J’étais tellement amoureuse de lui, il était mon virus, mon deuxième petit ami . Il est venu rencontrer mes parents, demander ma main, mais à condition que je réussisse le probatoire et le baccalauréat… Et sincèrement cela m’a tellement boosté qu’en deux ans j’ai bravé avec brio mes deux examens. Tout se passait bien mais au niveau de notre intimité on faisait l’amour avec le préservatif ce qui me dérangeait. Quand j’arrivais chez lui il y’avait des paquets de préservatifs importés le genre pas très commun fermés et moi je faisais les problèmes parce que je me disais qu’il pouvait facilement me tromper alors que si on « faisait le full contact « il n’aurait pas d’excuse d’avoir les préservatifs chez lui. A cette époque la raison qu’il me donnait était qu’il ne voulait pas perturber mes études avec une grossesse, et une fois qu’on sera marié les choses seront différentes, j’ai accepté malgré moi. Après l’obtention de mon baccalauréat, mon mari était tellement heureux et fier de moi et il m’a dit tu m’as fais honneur, tu seras ma femme et chose promise chose due, en décembre de cette même année la on s’était mariés. Nous sommes allés à Kribi pour notre lune de miel mais même en lune de miel, on n’a pas fait l’amour sans préservatif. Il m’a dit qu’il fallait qu’on fasse d’abord nos examens médicaux. Pendant plus d’un an j’étais après mon mari presque tous les jours pour ces examens. A un moment je l’ai menacé de le quitter en le taxant de malade du sida… Pour me prouver le contraire, on n’a fait ces examens dans 3 hôpitaux, et les résultats ont montré que mon mari et moi on allait bien. j’étais plus contente comme jamais je ne l’avais jamais été. J’avais hâte de l’annoncer à mon mari. Le soir, j’ai organisé un dîner en attendant mon mari, et quand il est arrivé, il était agréablement surpris. Mais il a continué en disant « on ne fera pas l’amour sans préservatif pour l’instant ». J’étais tellement déçu que j’ai décidé de ne plus faire l’amour avec lui pendant plusieurs mois. Là, j’ai remis le problème sur la table en lui disant que je veux déjà un enfant, mon mari lui, me demande d’être un peu patiente. Cela fait 6 ans que ça dure, aidez moi ! »

L’Histoire de vie de Kathy Mintsa est à retrouver tous les jours du Lundi au Vendredi dès 10h sur ABK dans l’émission Comme A La Maison #CALM, dans la rubrique « Le Mfugu ».

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CULTURE & SOCIÉTÉ

🔵 Vu par Marie Léonny: Les plus belles citations d’anonymes dur la famille

Voici rassemblées pour vous quelques belles citations sur la famille…

Publié

Le

Par

Aimez-vous votre familles? Si tel est le cas, ces citations vont vous parler…

1- La famille c’est là où la vie commence et où l’amour ne finit jamais.

2- Quand tout va bien, on peut compter sur les autres ; quand tout va mal, on ne peut compter que sur sa famille.

3- Pour répandre la joie, il est nécessaire d’avoir de la joie dans sa propre famille.

4- Aucune somme d’argent et aucun succès ne vaut plus que le temps que nous avons passé avec notre famille.

5- La famille c’est comme les branches d’un arbre, nous grandissons tous dans des directions différentes mais nos racines ne font qu’un.

6- Peu importe la relation que tu as avec tes parents, tu t’ennuieras d’eux le jour où ils ne feront plus partie de ta vie.

7- Avoir l’esprit de famille, c’est aimer se retrouver parmi les siens, non pour s’y enfermer, mais pour y prendre des forces afin de mieux s’ouvrir aux autres.

8- Le plus beau cadeau que m’a offert la vie est ma famille.

9- On ne comprend vraiment les parents que lorsque l’on devient soi-même parent.

10- On mesure l’union d’une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles.

Marie Léonny SEN

Lire la suite

CULTURE & SOCIÉTÉ

🔵 Histoire: Qui était Mongo Faya, le polygame aux 80 épouses ?

Arol KETCH, le « rat des archives est allé à Endom, fief de Mongo Faya, et il nous a ramené cette histoire, celle de l homme aux 80 épouses.

Publié

Le

Par

Voici un personnage qui a considérablement marqué mon enfance. Ce soir-là, ma mère m’annonçait que le monsieur qui était en train de passer à la télévision avec ses multiples danseuses étaient aussi le mari de de celles-ci. Je découvrais alors la polygamie. Je découvrais alors qu’on peut aimer et épouser 40 femmes. C’était là le début de ma fascination pour Mongo Faya.

Ce soir, je suis tombé sur un vieil article de presse du jeudi 4 juin 1987 annonçant le mariage de Mongo Faya à la mairie de Deido à Douala avec 6 épouses, le 6 juin 1987.

Mais qui est-donc ce personnage fantasque ?

C’est l’histoire d’un homme qui à l’âge de 35 ans avait déjà 36 femmes. Obama Essoma de son vrai nom, était convaincu que la polygamie est l’une de nos valeurs ancestrales qu’il faut ressusciter et conserver jalousement. Il disait ceci : « la polygamie n’est pas un champ de bataille mais une entreprise où on vit en communauté dans le respect et l’entente mutuels » et il poursuivait : « Je ne fais pas de la magie, mes femmes m’aiment comme je les aime aussi ; c’est à travers cet amour que me viennent la tranquillité et la paix. L’amour seul peut procurer la paix ».

Le public découvre cet homme extravagant et fantasque dans les années 80 lorsqu’il épouse le 11 juillet 1987 six femmes à la fois dans La mairie de Deido à Douala. Vers la fin de cette même année-là, il a épousé 15 autres épouses, pour le meilleur et pour le pire.

Ses épouses vivaient dans deux résidences : au village d’Endom où elles s’occupaient en permanence de ses 15 hectares de plantations et à Douala où il faisait ses affaires. Il avait ouvert des petits commerces et des salons de coiffure pour ses épouses. Celles-ci s’échangeaient de temps en temps non seulement les activités mais aussi les lieux de résidence. Les enfants de Mongo Faya ne connaissaient pas leurs mères. Il avait insisté pour que chaque enfant appartienne à l’ensemble de ses épouses de manière à ce que en grandissant, l’enfant ne connaisse pas sa propre mère.

Un procès lui est intenté en septembre 1989 par 15 de ses 45 épouses d’alors. Elles réclamaient un véhicule supplémentaire pour leur transport.

Tout revient dans l’ordre et les épouses restent au royaume de «Kakoumba», un nom attribué à ses quartiers d’Endom pour rendre hommage à sa première femme Akoumba Isabelle, décédée en juin 1986 des suites d’un accident de la circulation.

Mongo Faya, alias Mongo Nduan, alias Dr. Juliot, Voyant, guérisseur traditionnel, astrologue, herbier gynécologue, parapsychologue et musicien Camerounais. Auteur-compositeur, il était spécialisé dans le Bikutsi et s’est essayé aussi à plusieurs rythmes dont le Makossa. Il se produisait sur scène avec ses épouses, on lui doit notamment les titres « Antasia », « belle vie au Cameroun », « mon Ade », « stop apartheid ».

Mongo Faya

Son rêve était de réaliser un grand voyage de noces aux USA avec sa quarantaines d’épouses. On lui attribuait des pouvoirs mystiques. Il n’aimait pas être comparé à l’artiste Nigerian Fela qui lui-même avait plusieurs épouses ; il disait : « Fela c’est Fela » et « Mongo Faya c’est Mongo Faya ».

Il est décédé samedi 6 juillet 2002 à l’hôpital central de Yaoundé des suites d’une maladie.
On évalue le nombre de ses femmes à la fin de sa vie à une quatre-vingtaine.

Arol KETCH, Endom le 27.03.2020
Rat des archives

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES