Nos réseaux sociaux

ABK ACTU

🔴 Crise Anglophone: Voici comment les réseaux sociaux alimentent les tensions au Cameroun !!!

Le conflit séparatiste dans les régions anglophones du Cameroun est envenimé par les réseaux sociaux, où partisans des indépendantistes et du gouvernement multiplient les publications fausses ou trompeuses.

Publié

Le

Voici comment les réseaux sociaux alimentent les tensions au Cameroun ( AFP)

En voici trois exemples à travers des publications vérifiées par l’AFP la semaine dernière, après le meurtre de 23 civils, dont 15 enfants et deux femmes enceintes, selon un bilan de l’ONU, perpétré le 14 février dans la région anglophone du Nord-Ouest. L’opposition et des représentants de la société civile accusent des militaires de les avoir tués; l’armée, elle, dément et parle d’un « malheureux accident »: l’explosion de réservoirs de carburant consécutive à des échanges de tirs entre des militaires et des « terroristes » rebelles. Et ne reconnaît la mort que de cinq civils.

1- Des soldats en pleine « dissimulation » de corps ou « aidant la population » à enterrer les victimes ?

La même photo de trois soldats du Bataillon d’intervention rapide (BIR, une unité d’élite de l’armée camerounaise, ndlr) rebouchant avec des pelles une tombe fraîchement creusée, a été reprise à tort pour illustrer des articles sur le drame du 14 février. Elle a également été brandie par des partisans des deux camps pour se rejeter la responsabilité de la tuerie.

Une internaute affirme ainsi que ces soldats « sont pris en plein acte de dissimulation dans une des communautés où ils ont commis un massacre de masse ». Un autre affirme, au contraire, que ce cliché montre que « le BIR a aidé la population à enterrer ses morts après les combats avec les Ambaboys », le nom donné aux rebelles séparatistes armés.

Or, cette photo existe sur la Toile depuis août 2018. Elle a été prise à Zhoa, dans la région du Nord-Ouest, quand des militaires ont aidé à l’enterrement de trois jeunes tués en même temps que deux gendarmes après des affrontements avec des combattants séparatistes.

Pour tout savoir sur cette photo, voici Factcheck complet: http://u.afp.com/3Uqm

2- Une photo de victimes d’un accident au Ghana en 2017 refait surface.

« Voici les preuves » du « massacre » du 14 février, affirme un internaute sur Facebook, en reprenant le bilan de 23 morts annoncé par l’ONU et démenti par l’armée. Une photo d’une vingtaine de cadavres recouverts de branchages illustre la publication.

Ce cliché a déjà fait le tour du continent africain ces dernières années. Il a notamment été relayé à plusieurs reprises au Nigeria, mais aussi en Tanzanie et au Cameroun, en 2017 et 2019, déjà pour accuser l’armée de massacres. Il a même servi pour la couverture d’un ouvrage sur « le génocide des Laris au Congo », publié en France en septembre 2018.

Cette photo a été en réalité prise au Ghana en mars 2017 et montre les corps de personnes décédées à la suite de fortes pluies.

Factcheck complet: http://u.afp.com/3UB5

3- Des photos de cadavres de 2018 ressorties pour accuser l’armée d’un nouveau massacre quelques jours plus tard.

Une publication montrant des photos de cadavres d’un prétendu nouveau massacre commis par l’armée camerounaise le 20 février dernier est devenue particulièrement virale (plus de 1.400 partages en 24 heures).

Ces cinq images de corps sans vie d’adultes et d’enfants, certains gisant dans le sang, sont supposées montrer « neufs civils tués ce matin à BAKUNDU (sud-ouest) par la milice du tyran », écrit l’auteur du post le 20 février. Bakundu est une localité du Sud-Ouest, l’autre province anglophone en proie, comme le Nord-Ouest, aux combats entre des séparatistes anglophones et l’armée.

Ces « photos » sont en réalité des captures d’écran d’une vidéo montrant des cadavres dans le village de Pete Bakundu, dans le Sud-Ouest. Si on ignore les circonstances précises de ces décès, la première apparition de cette vidéo remonte au moins à août 2018.

VIA AFP

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ABK ACTU

⏯️ Alice Sadio: « Les priorités du gouvernement ont toujours été ailleurs que dans la santé… »

Leader politique, Alice Sadio est ancienne présidente de l’Alliance des Forces Progressistes (AFP). Elle a revisité l’actualité autour du Covid19 au Cameroun.

Publié

Le

Par

Pour réécouter en intégralité linterview d Alice Sadio dans la cadre de la matinale dABK Radio, cliquez sur le lien ci-dessous:

Voici quelques déclarations fortes dAlice Sadio au micro de notre rédaction:

« A quoi va servir un milliard dans la préservation de la vie des Camerounais ? Alors qu’on est capable de mettre mille milliards dans les infrastructures pour les jeux… comparativement à ce que les autres pays africains qui ont le même PIB que nous font, il y a lieu de s’inquiéter »

« L’argent de ce pays aussi riche part dans les comptes des gens. Le Coronavirus est une affaire d’argent. »

« Que les voleurs de la République rapatrient les fonds pour sauver la vie des Camerounais. Nous savons comment notre système sanitaire, notre plateau technique sont, le personnel a besoin d’être motivé, et ce personnel , au même titre que l’armée a droit aux primes. »

« Il y a des gens qui ont dans leur compte privé, l’argent qui est destiné aux camerounais et qui aurait pu être utilisé pour soutenir la lutte contre ce virus. »

 » Le Coronavirus n’a pitié de personne. Il n’a de respect pour aucun galon ou grade. »

« Les priorités de ce gouvernement ont toujours été ailleurs et aujourd’hui ça nous rattrape aujourd’hui. »

« Si ce virus atteint le pic qu’il a atteint dans les pays européens, je crains que même les enfants ne soient pas épargnés. »

« Croisons les doigts pour que le virus ne mette pas trop long dehors et prenons des mesures conservatoires, parce qu’il s’agit des questions civiles. »

« C’est une folie que d’adopter un confinement sans prévoir une politique d’accompagnement. Quand un confinement dure une semaine ou plus, c’est plutôt la famine qui va tuer les populations avant le Coronavirus. »

NADINE GUIADEM

Lire la suite

L'INFO EN 89 SEC.

☕ L’INFO EN 89 SECONDES DU 03 AVRIL 2020

Publié

Le

Precedent1 de 6
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Douala: Incendie survenu au lieu-dit Douala-bar

Un entrepôt situé non loin de la boulangerie Saker à Akwa est parti en fumée ce matin.

Le propriétaire qui évalue les pertes à environ 10 Millions de Fcfa fait savoir que le feu s’est déclaré aux environs de 6h30 ce matin. Le magasin en question contenait entre autres du matériel didactique, du matériel de linge, des objets de brocante, et meubles.

La propagation des flammes a été maitrisée par les Sapeurs-Pompiers qui ont aussi encadré les lieux pour éviter qu’ils ne soient envahis par les badauds.

Precedent1 de 6
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES