Nos réseaux sociaux

ABK ACTU

⏯️ ☣ François Bingono: « Les sorciers africains peuvent tordre le cou au coronavirus si on leur fait confiance…»

Le Dr François Bingono Bingono est Anthropologue, Enseignant-Chercheur, épistémologue, par ailleurs Président de l’Association des Sorciers et Guérisseurs Traditionnels du Cameroun était invité de la Matinale sur ABK Radio. Il aura parlé de la méthode prévention et ou de traitement traditionnelle du Coronavirus.

Publié

Le

Pour réécouter en intégralité l’intervention du Dr. François Bingono Bingono sur la Matinale d’ABK Radio, cliquez sur le lien ci-dessous:

Voici quelques déclarations choc de François Bingono Bingono:

« Les tradi-thérapeutes ont frappé à toutes les portes gouvernementales. Mais quand ils parlent, ils ne sont pas écoutés. »

« Il est permis aux tradithérapeutes d’officier en toute liberté. »

« Pour ne pas rester dans la posture attentiste d’africains qui attendent le salut venu d’orient ou d’occident, nous avons décidé de fabriquer des médicaments que nous distribuons gratuitement »

« Nos alicaments, dont l’ail, le gingembre, le persil, le citron…, présents dans nos cuisines sont associés pour fabriquer nos médicaments…s’ils sont validés ou invalidés, nous en tiendrons compte. »

« Le terme Sorcier est à prendre ici sous le prisme de l’ironie »

« Nous ne sommes pas des sorciers mais nous sommes soumis aux treize mesures gouvernementales dans la lutte contre la propagation du Coronavirus »

« Les sorciers africains disent que le corona est là et on peut lui tordre le cou en faisant confiance aux techniques médicinales africaines »

« Je n’ai pas encore été sollicité, je me dit que ce n’est pas encore notre tour en ce qui concerne les tradipraticiens. »

« On me connaît, je ne me vante pas. Mais on ne m’a pas encore consulté. Les tradithérapeuthes n’ont pas encore voie au chapitre, mais nous attendons. »

« Nous fonctionnons grâce aux autorisations étatiques. L’Etat est tout simplement timide pour le moment. »

« Nos écorces, nos herbes, on les fait bouillir, on les place au soleil et on les boit »

« Je ne sais pas pourquoi on n’a pas l’humilité de se demander pourquoi est-ce que la maladie ne fait pas tant de ravages en Afrique qu’ailleurs ? La posture d’humilité le voudrait »

« J’ai l’autorisation des tradithérapeutes pour gracieusement vous donner cette recette: 04 gousses d’ail, une bonne dose de gingembre, deux citrons que vous écrasez et buvez avec deux cuillerées de miel. Ceci nous semble suffisant pour faire office de prévention et à titre curatif. »

« l’État est timide à nous recevoir, mais nous officions avec son autorisation. »

« D’où vient il qu’on mette sur pied un vaccin et c’est en Afrique qu’on doit commencer à l’expérimenter, ignorant l’Italie, l’Espagne, la France et autres pays dans lesquels le Coronavirus fait des ravages et plus de morts qu’ici en Afrique. »

« L’Afrique est encore sous le joug de la colonisation. »

« Ce qu’il faut exactement faire c’est de ne pas attendre que la mort vienne nous asséner un coup fatal. Faisons confiance à la recette de grand-mère. »

« Le confinement est stratégique et il pourrait être plus dévastateur que le virus lui-même. Comment peut-on demander aux gens de rester chez eux sans avoir la possibilité de sortir et chercher de quoi manger ? »

« Aucun peuple au monde ne s’est développé sur la base d’une langue étrangère, d’une culture étrangère et d’une spiritualité étrangère. »

NADINE GUIADEM

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ABK ACTU

⏯️ Antoine DJOMO : « Les éditeurs locaux produisent à l’extérieur, c’est bénéfique pour eux car ils ne paient pas les taxes, les imprimeurs locaux si »

Antoine DJOMO, Président du Syndicat National des Employeurs des Industries, Arts Polygraphiques et Activités Connexes

Publié

Le

Par

Pour réécouter en intégralité l’interview, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous quelques attitudes fortes recueillies lors de cette interview:

« La pénurie de manuels scolaire sera toujours là tant que les pouvoirs publics ne changent pas de paradigme. On exporte le livre à l’extérieur et la pandémie de Coronavirus a accentué le déficit. »

« Le premier ministre ne doit pas se limiter aux recommandations, il doit accompagner les imprimeurs locaux »

« Les prix de manuels scolaires sont abordables. Les manuels qui sont faits à l’extérieur ne sont pas des papiers de qualité c’est pourquoi vous allez voir au bout de 3 ou 4 mois le manuel scolaire de l’enfant est abîmé. »

« Les difficultés auxquelles nous sommes confrontées : les matières premières taxées, les conventions signées par l’État ne sont pas respectées, la main d’œuvre locale n’est pas bien formée car le gouvernement et les éditeurs sont exigeant sur la qualité du livre »

« Après la crise du Covid il y a beaucoup d’imprimeries qui ont fermé. Il faut que l’État jette un coup d’œil pour développer l’industrie locale. »

« Si on avait des commandes fermes on pouvait avoir les études de finitions qui pourront nous aider à rivaliser avec les étrangers. Avec ça on va relever l’industrie locale. »

Lire la suite

L'INFO EN 89 SEC.

☕ Infos en 89 secondes du 16 Septembre 2021

Publié

Le

Par

Precedent1 de 8
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Santé : Une femme de 55 ans met au monde un enfant

Au Chracerh centre hospitalier des recherches et d’application en chirurgie endoscopique et reproduction humaine a enregistré deux nouvelles naissances hier mercredi. Parmi celles-ci, le bébé de sexe féminin d’une femme de 55 ans. Celle ci a pu découvrir les joies de la maternité grâce à la science, après six essais non concluant.

Precedent1 de 8
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES