Nos réseaux sociaux

ABK ACTU

⏯️ Pr Félix Zogning: Après le Coronavirus☣️, il va falloir questionner certaines dépendances comme le CFA, la Santé…

Félix Zogning est Professeur agrégé de gestion/Expert des questions d’économie , résidant au Canada. Il était invité de la matinale

Publié

Le

Pour réécouter en intégralité l’intervention de Félix Zogning sur ABK, cliquez sur le lien ci dessous:

Voici quelques phrases choc de Félix Zogning

 » C’est à l’unisson que toutes les provinces canadiennes ont fermé les écoles, lycées et collèges. Au niveau de la province de l’alberta, c’est carrément la fin d’année scolaire qui a été décrétée au niveau du primaire et de secondaire et tout le monde passe en classe supérieure, il n’y a pas d’examen de fin d’année. « 

 » Pour rendre la tâche facile, dans la pays, les parents qui sont eux aussi confinés reçoivent du matériel didactique pour instruire eux même leurs enfants puisque eux même sont à la maison. Ils y a des sites internet crées pour donner des astuces aux parents concernant les activités pédagogiques. « 

 » Sur l’impact économique, la certitude c’est que l’économie va en souffrir, mais l’incertitude c’est jusqu’à quel point parce que si on veut voir l’effet réel, il faudra prendre le cas des individus, etudier comment ils vivent déjà avec ce niveau de crise et imaginer l’impact au niveau macro économique. « 

 » L’éducation à distance est envisageable au Cameroun mais ça ne s’improvise pas. Ça requiert des dispositions particulières, avec le matériel pédagogique différent. « 

 » L’efficacité des plans de relance qui seront mis en œuvre après la crise dépend largement des plans de secours mis en œuvre pendant la crise c’est donc maintenant qu’il faut agir, aider les entreprises à maintenir le lien d’emploi avec leurs salariés parce que 74% d’emplois au Cameroun sont vulnérables et si ces personnes devaient être au chômage pendant la crise ça devrait être une catastrophe. Il faut les aider à garder leur emploi. « 

 » Je ne pense pas qu’il faut sortir du FCFA pendant la crise. Par contre, après la crise, il faudra bien se questionner sur un certain nombre de dépendances que ce soit monétaire, sanitaire et sur d’autres plans. « 

 » Il va falloir réfléchir à trouver une stratégie alternative au confinement ou une stratégie qui peut être appliquée conjointement au confinement. Je ne suis pas persuadé que le confinement soit efficace dans ce contexte, mais les gouvernants sont dans leur rôle. Mais ça va devenir économiquement intenable pour les populations surtout le secteur informel dont le revenu est incertain et irrégulier. « 

Transcription de NADINE GUIADEM

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ABK ACTU

⏯️ Antoine DJOMO : « Les éditeurs locaux produisent à l’extérieur, c’est bénéfique pour eux car ils ne paient pas les taxes, les imprimeurs locaux si »

Antoine DJOMO, Président du Syndicat National des Employeurs des Industries, Arts Polygraphiques et Activités Connexes

Publié

Le

Par

Pour réécouter en intégralité l’interview, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous quelques attitudes fortes recueillies lors de cette interview:

« La pénurie de manuels scolaire sera toujours là tant que les pouvoirs publics ne changent pas de paradigme. On exporte le livre à l’extérieur et la pandémie de Coronavirus a accentué le déficit. »

« Le premier ministre ne doit pas se limiter aux recommandations, il doit accompagner les imprimeurs locaux »

« Les prix de manuels scolaires sont abordables. Les manuels qui sont faits à l’extérieur ne sont pas des papiers de qualité c’est pourquoi vous allez voir au bout de 3 ou 4 mois le manuel scolaire de l’enfant est abîmé. »

« Les difficultés auxquelles nous sommes confrontées : les matières premières taxées, les conventions signées par l’État ne sont pas respectées, la main d’œuvre locale n’est pas bien formée car le gouvernement et les éditeurs sont exigeant sur la qualité du livre »

« Après la crise du Covid il y a beaucoup d’imprimeries qui ont fermé. Il faut que l’État jette un coup d’œil pour développer l’industrie locale. »

« Si on avait des commandes fermes on pouvait avoir les études de finitions qui pourront nous aider à rivaliser avec les étrangers. Avec ça on va relever l’industrie locale. »

Lire la suite

L'INFO EN 89 SEC.

☕ Infos en 89 secondes du 16 Septembre 2021

Publié

Le

Par

Precedent1 de 8
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Santé : Une femme de 55 ans met au monde un enfant

Au Chracerh centre hospitalier des recherches et d’application en chirurgie endoscopique et reproduction humaine a enregistré deux nouvelles naissances hier mercredi. Parmi celles-ci, le bébé de sexe féminin d’une femme de 55 ans. Celle ci a pu découvrir les joies de la maternité grâce à la science, après six essais non concluant.

Precedent1 de 8
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES