Nos réseaux sociaux

ABK ACTU

⏯️ Calibri Calibro: « Je voulais passer un message politique en m’ immolant par le feu »

Abdoulaye Thiam alias Calibri Calibro est activiste et fondateur de la Brigade Anti Sarndinard (BAS). Il a été reçu en interview par Achille Assako dans le cadre de la matinale d’ABK Radio.

Publié

Le

Pour réécouter en intégralité cette interview, cliquez sur le lien ci-dessous:

Quelques phrases de Calibri Calibro entendues lors de cette interview accordée à Achille Assako

 »Le patronyme ne fait pas la nationalité, le débat sur mon patronyme est un faux débat qui n’a pas droit de cité.“

 »J’ai un conflit depuis 1998 avec la France qui refuse de reconnaître la nationalité française de mon père.“

 »Je ne m’intéresse qu’au Cameroun parce qu’il est le pays où on a enterré mes intestins comme on dit chez nous.“

 » À la BAS nous sommes des activistes, des lanceurs d’alertes. Nous ne sommes pas une ONG, ou un parti politique. Nous nous battons contre les dictateurs et ceux qui les incarnent.“

« Nous n’avons jamais boycotté la culture Camerounaise mais les artistes qui chantent les louanges de ce régime dictatorial. »

 » Je ne suis pas plus intelligent que vous ou ces artistes que nous boycottons mais ils doivent savoir qu’ils sont les voix des sans voix… Nous n’avons jamais violenté un artiste à ce que je sache. Je n’ai jamais boycotté la personne d’un artiste comme Ben Decca ou Maman K-tino, mais la personnalité morale qu’ils incarnent. »

 »Je m’en suis pris à Ernest Obama, pas parce qu’il est journaliste ou qu’il travaille à Vision 4, mais parce que ses propos n’ont pas droit de cité dans une République comme la nôtre.“

Transcription Morel Kamga

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'INFO EN 89 SEC.

☕ L’INFO EN 89 SECONDES DU 09 JUILLET 2020

Publié

Le

Precedent1 de 5
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Yaoundé : Un étudiant soupçonné de viol décède en cellule

Un jeune étudiant soupçonné de viol sur mineure, est mort deux jours après son arrivée dans les cellules du Secrétariat d’Etat à la Défense (SED) à Yaoundé.

Jean Calvin Ndong, 25 ans, est passé de vie à trépas le 5 juillet 2020. Et le journal Kalara qui relate l’information renseigne que cet étudiant en 2ème année à la Faculté des Sciences de l’Université de Yaoundé I, avait été interpellé le vendredi 3 juillet par des gendarmes au quartier Ekoumdoum où il vivait avec son frère aîné. Son interpellation faisait suite à une plainte d’un certain M. Oba Bertrand, administrateur civil principal en service à Yaoundé. «L’étudiant était suspecté des faits de viol sur une fillette de 14 ans. La victime, fille de M. Oba, habitait avec ses parents dans un appartement qui se trouve dans le même camp que celui de son supposé bourreau». Une fois au SED, M. Ndong aurait été entendu une première fois par les enquêteurs et une seconde fois en présence des parents de la victime supposée et sera ensuite placé en garde à vue. Sa famille aurait aussitôt entamé des démarches auprès des plaignants pour un arrangement à l’amiable. Malheureusement, le dimanche matin, il aurait été retrouvé mort dans sa cellule. Sa famille sera plus tard informée que leur fils s’est suicidé, une thèse qu’elle rejette catégoriquement.

Precedent1 de 5
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Lire la suite

ABK ACTU

⏯️ Boney Philippe: « Le ministre Ngoh Ngoh est à la tête de ceux qui veulent plomber la CAN2022 au Cameroun »

Journaliste des sports Camerounais reconnu pour sa liberté de ton, Boney Philippe était l’invité de la matinale d’ABK Matin pour commenter le récent renvoi de la Coupe d’Afrique des Nations 2021.

Publié

Le

Pour réécouter en intégralité l’interview de Boney Philippe à propos du renvoi de la CAN2021 en 2022, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous, quelques phrases choc entendues lors de cette interview

 »La décision de la CAF ne me surprend pas. La surprise aurait été que les dates soient maintenues. »

« Même s’il n’ y avait pas report, il se serait posé le problème des infrastructures et des chantiers à terminer. Si à Douala, le stade de Japoma est achever, à Yaoundé, le stade Olembé traîne encore le pas »

 »Pour la CAN, le stade principal que tout le monde entier a envie de découvrir c’est le stade Paul Biya malheureusement, il n’est pas réalisé à 80% et le dire n’est pas être ennemi de la République. A Garoua, le stade est peut-être terminé, mais le hôtels non. Et là je ne parle que d’infrastructures. Côté santé, le coronavirus est venu montrer combien notre système est faible. Et pourtant, on avait vanté le plateaux techniques »

« Le soucis des ces autorités n’est pas que la CAN se tienne au Cameroun. Je parlerai comme le Pr. MESSANGA , il y’a comme un complot scientifique »

« A Olembé vous avez les prestataires sont tout le temps changés. Comment voulez-vous que ça marche? Quand les budgets sont énormes et injustifiés ? On en est à près de 310 milliards juste pour le stade d’Olembé, en dehors de stades annexes et les différentes pénétrantes. »

« Il ne faut pas croire en les autorités camerounaises. Le soucis des ces autorités n’est pas que la CAN se tienne au Cameroun. Je parlerai comme le Pr. MESSANGA , il y’a comme un complot scientifique »

« Ceux qui informent le président de la République sont des menteurs »

« Ceux qui veulent plomber la CAN au Cameroun ont à leur tête le ministre Ngoh Ngoh »

« Ceux qui informent le président de la République sont des menteurs, puisqu’il ne va pas sur le terrain et ça nous rappelle l’histoire du comice agropastoral d’Ebolowa »

« Oui il y’a une raison liée au Covid-19, mais il y’a aussi des arrangements entre la CAF et certaines autorités…je préfère arborer l’étiquette d’antipatrioteque que de me taire face à des scandales qu’on observe dans notre pays »

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES