Nos réseaux sociaux

CULTURE & SOCIÉTÉ

🟠 ThĂšcle Nyobe: « La Fondation Orange c’est le cĂŽtĂ© cƓur d’Orange Cameroun »

A la faveur de l’Ă©mission Orange Talk diffuĂ©e chaque Mardi sur ABK Radio Ă  15h 05,, nous sommes allĂ©s Ă  la rencontre de Mme NobĂš, chargĂ©e de mĂ©cĂ©nat, reprĂ©sentante du secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral Fondation Orange Cameroun.

Publié

Le

Mme ThÚcle NyobÚ a accepté de répondre à quelques unes de nos de nos questions:

ABK Radio: Quel est le rĂŽle d’un chargĂ© de mĂ©cĂ©nat dans la Fondation Orange.

ThĂšcle Nyobe: C’est un chef de projet, par rapport aux missions que lui confie le Directeur de la fondation qui est secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral de la Fondation. ConcrĂštement, le chargĂ© de mĂ©cĂ©nat prend son portefeuille de projets qui lui sont assignĂ©s en dĂ©but d’annĂ©e, les met en Ɠuvre, les dĂ©ploies, les Ă©values et prĂ©sente tous leurs rĂ©sultats Ă  la secrĂ©taire gĂ©nĂ©rale qui ensuite les porte au conseil d’administration de l’entreprise.

ABK Radio: Quelles sont les étapes que vous avez traversé pour parvenir à ce poste de responsabilité?

ThĂšcle NyobĂš: D’abord, je suis employĂ©e d’ Orange Cameroun depuis 21 ans. J’ai Ă©tĂ© recrutĂ©e en Novembre 1999 aux ressources humaines comme responsable d’administration du personnel. Je suis restĂ© aux ressources humaines pendant plus de 13 ans et en mĂȘme temps, j’ai Ă©tĂ© prĂ©sidente de l’Association des Femmes d’Orange Cameroun. Cela m’a prĂ©disposĂ© a postuler Ă  la Fondation, parce que la fondation c’est le cĂŽtĂ© cƓur de Orange. Moi dĂ©jĂ  en tant que prĂ©sidente des Femmes d’Orange Cameroun, je m’occupait dĂ©jĂ  des orphelins, des associations de personnes vulnĂ©rables etc. Les candidatures pour ce poste ont Ă©tĂ© lancĂ©es en interne, j’ai postulĂ© et j’ai Ă©tĂ© retenue. Je suis partie des Ressources Humaines oĂč j’avais dĂ©jĂ  franchi tous les dĂ©partements, pour la Fondation oĂč dĂ©sormais, je m’occupe exclusivement du volet social.

ABK Radio: Quels conseil donnez-vous aux camerounais qui sont Ă  la recherche d’un accompagnement et frappent chaque annĂ©e aux portes d’Orange Cameroun pour qu’ils puissent multiplier leur chance ?

ThĂšcle Nyobe: Ce que je dirais d’abord aux camerounais qui cherchent du travail c’est d’ĂȘtre attentifs, c’est de lire, de consulter des sites des grandes entreprises suivant leur qualifications acadĂ©miques, parce que les jeunes chercheurs d’emploi ont tendance Ă  penser qu’il leur faut un piston, une main forte derriĂšre, qui leur apporterait un soutien. Chez Orange Cameroun, vous entrez dans l’un de nos sites et vous trouvez des jobs, des mĂ©tiers qui sont postulĂ©s presque tous les mois et toutes les semaines. Vous postulez simplement, et si votre candidature est retenue, vous passez les entretiens et si vos on dĂ©couvre que performances sont liĂ©es aux postes, automatiquement on va vous retenir.

Je leur dirai donc d’aller sur ces sites, regarder ce qui est disponible, postuler avec conviction et prĂ©parer leur entretien, sans venir Ă  l’entretien en vous disant que « je vais avoir la chance », non. Il faudrait que vous appreniez ce que c’est que l’entreprise Orange, vous regardez la position d’ Orange Cameroun dans les autres marchĂ©s de la tĂ©lĂ©phonie, vous cherchez qui est Directeur GĂ©nĂ©ral de Orange, qui est le Directeur des ressources humaines, qui est le Directeur du poste du dĂ©partement ou de la direction pour laquelle vous voulez postuler, Quels sont les mĂ©tiers d’Orange et ses projets…

Il faut savoir qu’en ce moment nous avons une direction des ressources humaines transparente et fluide. Quand vous n’ĂȘtes pas retenus vous recevez dans la semaine qui suit une lettre qui vous explique pourquoi vous n’avez pas Ă©tĂ© retenu.

Interview de Jehu Kamga – Stagiaire

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CULTURE & SOCIÉTÉ

🔮 Urbanisme: Combien coĂ»te rĂ©ellement un titre foncier au Cameroun?

Le prix officiel du Titre Foncier n’est pas connu du grand public au Cameroun. Vous ĂȘtes nombreux qui tout les jours dĂ©sirez savoir combien coĂ»te un TITRE FONCIER.

Publié

Le

Voici donc les frais à payer à chaque étape de la procédure, avec pour objectif que chacun se fasse une idée du coût total.

~ Ouverture du dossier d’immatriculation.

Hormis les frais d’ouverture du dossier que vous allez payer Ă  la sous-prĂ©fecture lors du dĂ©pĂŽt de la demande d’immatriculation, frais estimĂ©s Ă  moins de 20.000f, il faudra aussi verser la somme de 3.000f relative Ă  l’ouverture de dossier au cadastre, payables chez le receveur des Domaines de la localitĂ©.

~ La descente sur le terrain.

Le jour de la descente sur le terrain par la Commission chargĂ©e de constater la mise en valeur du parcelle objet d’immatriculation, vous devrais Ă©galement dĂ©boursĂ© une somme nĂ©gociable, laquelle somme relative au transport de la commission, Ă  la vacation et autres charge.
Cette somme dépendra effectivement de la distance de votre terrain des services locaux et surtout des difficultés rencontrées sur le terrain.

~ Les frais topographiques liés aux différents travaux des ingénieurs.

  • Les frais topographiques en zone urbaine.

Si votre terrain est situé en ville (En zone urbaine), il faudra payer: 27500 FCFA pour une superficie inférieure ou égale 5000 mÚtres/carré 550 FCFA/are supplémentaire pour une superficie supérieure à 5000 mÚtres/carré

Si vous souhaitez par exemple acheter un terrain de 1000 mÚtres/carré en ville, alors vous devrez simplement payer la somme de 27500 Fcfa dans un premier temps.

‱ En zone rurale.

  • 27500 FCFA pour une superficie infĂ©rieure ou Ă©gale 5 hectares
  • 50000 FCFA pour une superficie comprise entre 5 et 20 hectares
  • 10000 FCFA par hectare supplĂ©mentaire au delĂ  de 20 hectares

Si vous souhaitez acquérir un terrain en zone rurale de 10 hectares, vous paierez 50 000 Fcfa dans un premier temps.

~ Les travaux planimétriques.

Il s’agit de la mise Ă  jour des plans, de l’implantation, de la vĂ©rification des limites, de la reconstitution des bornes, de l’expertise fonciĂšre, etc


  • Frais fixes de 27500 Fcfa avant toute descente sur le terrain,
  • 5500 Fcfa par borne reconstituĂ©e, rectifiĂ©e ou implantĂ©e,
  • Si votre terrain nĂ©cĂ©ssite six bornes, il vous faudra donc dans un second temps, payer 27500 Fcfa + 5500 Fcfa x 6 ce qui va donner un total de 60500 Fcfa.

~ Les travaux altimétriques.

Il s’agit des plans de masse et de situation pour permis de bĂątir, des relevĂ©s avec courbes de niveau et points cĂŽtĂ©s, etc.

  • 38500 FCFA pour une superficie infĂ©rieure Ă  1000 mĂštres/carrĂ©s
  • 770 FCFA par are supplĂ©mentaire pour une superficie supĂ©rieure Ă  1000 mĂštres/carrĂ©s.

~ Le Plan de bornage.

  • Cela dĂ©pend du format du plan. Un tirage coĂ»te :
  • 21cm x 31cm : 150 Fcfa ;
  • 26cm x 37cm : 250 Fcfa
  • 37cm x 52cm : 300 Fcfa ;
  • 52cm x 105cm : 1000 Fcfa.

Vous souhaitez par exemple obtenir deux plans de bornage de 26cm x 37cm, cela vous fera 250 Fcfa x 2 ce qui Ă©quivaut Ă  500 Fcfa.

~ Les plans spéciaux.

Ces plans qui concernent uniquement certaines activités ou domaines spécifiques sont disponibles

  • Feuille de plan cadastral (105 X 75) : 10 000 Fcfa
  • Fiche de point de gĂ©odĂ©sique de canevas national : 3 000 Fcfa
  • Fiche de point de triangulaire locale : 1 000 Fcfa
  • Contre-calque d’une feuille de plan cadastral 50 000 Fcfa
  • Plan de situation pour dĂ©bit de boisson 10 000 Fcfa.

Pour l’exemple d’un terrain de 1000 mĂštres/carrĂ© nĂ©cessitant 6 bornes, et si vous voulez deux plans de bornage, il vous faudra verser la somme de 60 500 Fcfa + 27 500 Fcfa + 500Fcfa, ce qui correspond Ă  des frais thĂ©oriques de 88 500 Fcfa.

Toutes les diffĂ©rentes sommes citĂ©es plus haut ne se versent pas auprĂšs du gĂ©omĂštre mais plutĂŽt auprĂšs du Receveur des Domaines au vu de l’état de cession signĂ© par le chef de service du Cadastre.

Cependant, n’oubliez pas que le tarif du gĂ©omĂštre se nĂ©gocie directement avec ce dernier.

~ Les frais Ă  payer Ă  la sortie du titre foncier.

La Redevance fonciĂšre.

Il s’agit de la somme qu’il faut payer pour retirer sa copie de titre foncier, elle est fixĂ©e Ă  diffĂ©rents taux :

  • 5Fcfa par mĂštre/carrĂ© dans la zone urbaine (minimum Ă  percevoir 5000 Fcfa)
  • 1Fcfa par mĂštre/carrĂ© dans la zone rurale (minimum Ă  percevoir 3000 Fcfa),

Sans oublier les frais de la copie qui sont peu réglementaires et autres frais.

👉 A noter que nous parlons de frais thĂ©oriques parce que « nous sommes au Cameroun » et dans le cas oĂč tout cela n’est toujours pas clair pour vous, nous vous prions simplement de vous rapprocher des services des domaines, du cadastre ou des affaires fonciĂšres de votre ville.

Achille Assako et Mamoud Farouk.

Lire la suite

CULTURE & SOCIÉTÉ

🔮 Culture: Femme Rasta, femme au foyer ou pas?

Rastafari est un mouvement patriarcal. Jusqu’au seuil des annĂ©es 80, la femme rastafarienne (Queen ; Dawta ; Sista ; Rastawoman) occupe une place secondaire au sein du « moveman ». Cet Ă©tat des lieux doit ĂȘtre aujourd’hui rĂ©visĂ© et rĂ©actualisĂ©. – Par Bigadier Masamba

Publié

Le

Par

Le sexisme n’est pas une spĂ©cificitĂ© rastafarienne

Les « Lionnes Rugissantes » (les soeurs rastas) ne tolĂšrent plus la subordination systĂ©matique, comme en tĂ©moigne les imprĂ©cations de la dub-poetess Cherry Natural: « You fia bun Woman, You are a mad man (
) Man and Woman need fe get militant. Go read books and stop behaving ignorant. »

Le sexisme n’est pas une spĂ©cificitĂ© rastafarienne. La misogynie, les fantasmes de la femme dĂ©moniaque et luxurieuse sont contenus en germe dans la plupart des religions. L’histoire du mouvement rasta n’Ă©chappe pas Ă  la rĂšgle: « Mes frĂšres noirs, vos soeurs ne sont pas vos ennemies. Vos soeurs noires ne sont pas une menace pour votre masculinité » (Sista Loi). La femme est marquĂ©e du sceau pĂ©chĂ© originel, elle incarne la tentation diabolique. Sa prĂ©sence au cĂŽtĂ© de son King-Man (homme) nuit Ă  la mĂ©ditation divine.

« il est parfois avancĂ© que la femme rasta ne peut accĂ©der au divin que par l’entremise de son homme. »

Tenues Ă  l’Ă©cart des rituels, les femmes doivent par ailleurs se soumettre aux prescriptions vestimentaires mentionnĂ©es dans l’EpĂźtre aux Corinthiens (XI-5 Ă  7): « Toute femme qui prie ou prophĂ©tise le chef dĂ©couvert fait affront Ă  sa tĂȘte (
) l’homme lui, ne doit pas se couvrir la tĂȘte parce qu’il est Ă  l’image et Ă  la gloire de Dieu ; quant Ă  la femme, elle est Ă  la gloire de l’homme. » Ainsi les reines de l’ordre de Nyabinghi doivent-elles se couvrir les cheveux durant les cĂ©rĂ©monies et elles ne participent pas aux reasonings (conseil de sages). Les prĂ©ceptes de l’ordre confirment cette conception androcentrique : « La reine Nyabinghi doit reconnaĂźtre son roi (son homme) comme sa tĂȘte (comme son maĂźtre). »

La diabolisation de l’image fĂ©minine tient principalement au tabou des menstruations: « Lorsqu’une femme a un Ă©coulement de sans et que du sang s’Ă©coule de son corps, elle restera pendant sept jours dans la souillure de ses rĂšgles. Qui la touchera sera impur jusqu’au soir. »

Cette pĂ©riode de « purification » consignĂ©e dans le LĂ©vitique (XV-19) est triplĂ©e chez les Bobo Ashanti
 Plus gĂ©nĂ©ralement, il est parfois avancĂ© que la femme rasta ne peut accĂ©der au divin que par l’entremise de son homme.

Dans les annĂ©es cinquante, renonçant au commerce de la chair, des ascĂštes rastas de la I-gelic House optent pour l’abstinence et le cĂ©libat. (Mais Ă  la lutte pour la culture, certains prĂ©fĂšrent une bonne partie de « cul-turlutte »: « Je ne peux pas croire que les rastas n’aiment pas la chatte » s’exclame Bounty Killer. Difficile Ă  croire en effet, et l’archiprĂȘtre de l’Ethiopian Orthodox Church, l’Abuna Yesehaq, de s’en indigner: « Les rastas croient qu’un homme peut avoir plusieurs femmes. Ce n’est pas l’enseignement de notre Ă©glise. Un homme pour une femme: c’est tout. »)

« A la lutte pour la culture, certains prĂ©fĂšrent une bonne partie de « cul-turlutte »: « Je ne peux pas croire que les rastas n’aiment pas la chatte » s’exclame Bounty Killer »

InfĂ©riorisĂ©es, subordonnĂ©es aux tĂąches domestiques, les femmes rastas commencent Ă  revendiquer un statut Ă©galitaire vers la fin des annĂ©es 70: « You never use to have a Rastawoman ; you use to have a Rastaman Woman. » (« Vous n’aviez pas l’habitude d’avoir des femmes rastas, vous aviez l’habitude d’avoir des femmes de rastas. » Sister Ilaloo)
Les figures fĂ©minines importantes dans le mouvement sont mises en avant : Comme la reine de Saba. Ou le culte Nyabinghi en Ouganda, qui rĂ©vĂ©rait une reine insoumise (Nanny « the Ashanti Maroon Queen »). Ainsi que Amy « Jacques » Garvey : co-fondatrice de l’UNIA. Ou encore la proto-rasta Grace Jenkins Garrison de l’Hamitic Church ; et pour finir : l’impĂ©ratrice Menen


Les soeurs rasta se solidarisent et s’organisent en associations (Rastafarian Women’s Organisation ; Rasis International ; King Alpha and Queen Omega Daughters United ; Theocracy Daughters United
) et les anciennes rasta (les matriarches de l’Ordre de Nyabinghi comme : Sister Daphney, Ma Ashanti, Sister Merriam Lennox, Dawta Baby I, Sista Farika Birhan) sont consultĂ©es et, de maniĂšre gĂ©nĂ©rale, les femmes rastas s’investissent aujourd’hui dans de nombreux projets bĂ©nĂ©fiques Ă  la communautĂ©. Des personnalitĂ©s rastas appuient leur cause comme Mutabaruka, Ras Miguel Lorne ou Ras Iration.

« L’Ă©galitĂ© sexuelle est un principe fondamental de l’organisation de la famille rastafarienne. »

Brigadier Masamba

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES