Nos réseaux sociaux

BLOG

🔮 CĂŽte d’Ivoire – DĂ©cĂšs d’Amadou Gon Koulibaly: la sorcellerie et Hamed Bakayoko indexĂ©s – Partie 2

D’aprĂšs le lanceur d’alerte Chris Yapi, l’attaque cardiaque du 02 Mai 2020 et la mort le 08 Juillet dernier du Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly ne sont que la rĂ©sultante d’une terrible guerre mystique au sommet de l’Ă©tat ivoirien. Voici un texte publiĂ© par ce lanceur d’alerte quelques jours seulement avant la mort d’Amadou Gon Coulibaly. PrĂ©monitoire?

Publié

Le

AMADOU GON-COULIBALY ET HAMED BAKAYOKO : TOUT EST GÂTÉ.

Le premier citĂ© a Ă©tĂ© trĂšs malade, il a mĂȘme frĂŽlĂ© la mort. N’eĂ»t Ă©tĂ© la providence divine, il ne serait plus de ce monde. Le PrĂ©sident Ouattata a eu peur, vraiment trĂšs peur. Le second, lui, espĂ©rait fortement que l’irrĂ©parable se produise. Il l’avait mĂȘme laissĂ© entendre Ă  ses amis. Il Ă©tait sĂ»r que les astres du ciel lui faisaient un clin d’Ɠil. L’enjeu ? Le pouvoir, la PrĂ©sidence de la RĂ©publique de CĂŽte d’Ivoire. Disons que depuis plus de cinq ans, Hamed Bakayoko y travaille patiemment et silencieusement. Il y travaille depuis que les oracles avaient laissĂ© entrevoir qu’il serait le successeur d’Alassane Ouattara.
Mais, il a bien appris que mĂȘme quand la providence doit agir, il faut la pousser. Ne dit-on pas : « aide-toi et le ciel t’aidera ? » Hamed Bakayoko, est un audacieux touche-Ă -tout. Il a de l’audace et une certaine forme de tĂ©mĂ©ritĂ©. Grand maĂźtre de la franc-maçonnerie, il est aussi versĂ© dans l’occultisme africain.

Depuis son terroir natal de SĂ©guĂ©la, le Ministre de la DĂ©fense a demandĂ© Ă  ses parents de peser sur le destin. Alors, le cercle familial a dĂ©cidĂ© de confier cette mission Ă  Awaza Bakayoko, l’oncle du ministre et grand connaisseur des rites mystiques et des cercles maraboutiques. L’activisme d’Awaza et ses nombreux sacrifices ont rassurĂ© Hambak sur la rĂ©alisation inĂ©luctable de son destin prĂ©sidentiel. Quelle ne fut donc sa surprise, une surprise dĂ©sagrĂ©able, quand le PrĂ©sident Ouattara lui prĂ©fĂ©ra Amadou Gon-Coulibaly comme candidat Ă  la prĂ©sidentielle et successeur. Il en a Ă©tĂ© affectĂ© et le cachait difficilement.

Hamed Bakayoko

« Hamed Bakayoko dût se rendre à Séguéla pour faire des bains mystiques et renforcer sa puissance occulte et le miracle se produisit ! Amadou Gon-Coulibaly, le chouchou du Président de la République, fut terrassé par une attaque cardiaque »

Pour dire vrai, le Ministre de la DĂ©fense a frĂŽlĂ© la dĂ©pression. Mais, ses marabouts n’en dĂ©mordaient pas et continuaient Ă  l’encourager : « tu seras PrĂ©sident » assuraient-ils. « Nos ancĂȘtres de Koro ont Ă©tĂ© sollicitĂ©s, les sacrifices ont Ă©tĂ© faits et nous avons l’assurance qu’ils nous donneront satisfaction ».
En sus de ces sacrifices, Hamed Bakayoko dĂ»t se rendre Ă  SĂ©guĂ©la pour faire des bains mystiques et renforcer sa puissance occulte et le miracle se produisit ! Amadou Gon-Coulibaly, le chouchou du PrĂ©sident de la RĂ©publique, fut terrassĂ© par une attaque cardiaque. EntrĂ© dans le coma, il Ă©tait donnĂ© pour mort. MĂȘme Chris Yapi l’avait cru, puisque sa source au sein de l’entourage le lui avait jurĂ© sur tous les dieux. DĂšs qu’Amadou Gon fut sauvĂ© par les plus grands mĂ©decins français, tous les supporters du Premier ministre criĂšrent avec jubilation que Chris Yapi avait menti. Que nenni.

Cette information sur la santĂ© dĂ©licate du Premier ministre Ă©tait tellement vraie, que pour rassurer les partisans du RHDP, le PrĂ©sident Alassane Ouattara lui-mĂȘme se prĂȘta Ă  une manƓuvre mensongĂšre qui a terni son image. Il s’est prĂȘtĂ© Ă  la mascarade d’une fausse visioconfĂ©rence avec son poulain, avec pour unique objectif de dĂ©montrer que ce dernier Ă©tait en pleine forme et prĂȘt Ă  assurer la relĂšve.
Pendant qu’il s’essayait Ă  berner l’opinion publique ivoirienne, le PrĂ©sident Ouattara chargeait son ami Nicolas Sarkozy, ancien PrĂ©sident français devenu son lobbyiste, de se dĂ©mener pour qu’Amadou Gon soit traitĂ© par les meilleurs spĂ©cialistes de la France. L’activisme de Sarkozy a payĂ©. Satisfait, le PrĂ©sident Ouattara lui a collĂ© une nouvelle mission: se dĂ©brouiller pour faire adouber la candidature d’Amadou Gon-Coulibaly par l’actuel PrĂ©sident français, Emmanuel Macron ainsi que par la droite française.

Pour le malade Amadou Gon et sa famille, il Ă©tait clair que le mal subit qui s’est abattu sur le candidat du RHDP n’était pas une maladie naturelle. Ils y ont dĂ©tectĂ© l’Ɠuvre de mains obscures. Il fallait trouver le coupable de cet attentat mystique. Tous les fĂ©ticheurs sĂ©noufos consultĂ©s par la famille Ă©taient formels : le responsable n’est autre que son numĂ©ro deux au Gouvernement, Hamed Bakayoko, qui voulait devenir Calife Ă  la place du Calife. Ils annoncĂšrent Ă  la famille du Premier ministre Amadou Gon que si leur fils restait en France, il mourrait Ă  petit feu.

C’est pourquoi et contre l’avis gĂ©nĂ©ral de ses mĂ©decins que le Premier ministre insistait pour rentrer terminer son traitement en CĂŽte d’Ivoire, par les plantes traditionnelles et les potions magiques africaines.
Amadou Gon-Coulibaly Ă©tait inflexible sur sa dĂ©cision de rentrer en CĂŽte d’Ivoire pour ne pas mourir dans un hĂŽpital parisien. Tous les fĂ©ticheurs les plus connus et les plus puissants du Poro et du Tchologo, furent consultĂ©s pour examiner la question de la maladie et du retour du Premier ministre au pays. Leur diagnostic Ă©tait invariable : les blancs ne peuvent pas guĂ©rir cette maladie, car elle est mystique. Il faut qu’il rentre pour ĂȘtre sauvĂ©.

Amadou Gon Coulibaly

« Des sorciers dĂ©barquĂšrent en France par vol spĂ©cial, pour apporter des remĂšdes traditionnels Ă  Amadou Gon…Curieusement, la santĂ© du Premier ministre a commencĂ© Ă  s’amĂ©liorer de jour en jour. Hamed Bakayoko sous-estimait la charge de haine et la capacitĂ© de riposte d’Amadou Gon, devenu dĂšs lors, son ennemi »

Mais, les mĂ©decins français s’opposaient Ă  son voyage, estimant qu’il n’Ă©tait pas suffisamment remis sur pied. C’est ce qui explique les nombreuses annonces avortĂ©es de son retour. Le dilemme Ă©tait si grand qu’à force de rĂ©flexion, on finit par dĂ©cider qu’il fallait dĂ©placer certains sorciers Ă  Paris. Imaginez la scĂšne cocasse de guĂ©risseurs africains avec des canaris et des calebasses d’eau noirĂątre dĂ©ambulant en plein Paris 16Ăšme arrondissement. Et c’est ce qui se produisit.

En effet, des sorciers dĂ©barquĂšrent en France par vol spĂ©cial, pour apporter des remĂšdes traditionnels Ă  Amadou Gon. Ce fut alors une alchimie qui combinait les traitements les plus modernes aux bains dĂ©senvoutants des fĂ©ticheurs. Curieusement, la santĂ© du Premier ministre a commencĂ© Ă  s’amĂ©liorer de jour en jour, asseyant du coup la certitude que c’était bien les marabouts et autres mystiques d’Hambak qui lui avaient jetĂ© un sort. Il ne perdait donc rien pour attendre. Hamed Bakayoko sous-estimait la charge de haine et la capacitĂ© de riposte d’Amadou Gon, devenu dĂšs lors, son ennemi. Hambak avait maintenant le dos au mur. Il savait qu’il Ă©tait dĂ©sormais en tĂȘte de liste des personnes Ă  qui le Premier ministre Amadou Gon rĂ©glerait leurs comptes dĂšs sa guĂ©rison.

Pire, certains de ses fidĂšles avaient commis le crime politique d’avoir commencĂ© Ă  annoncer fiĂšrement sa prochaine candidature au titre du RHDP, pendant que le Premier ministre Amadou Gon, candidat dĂ©signĂ©, Ă©tait couchĂ© sur son lit d’hĂŽpital. Tout le monde l’a vu et lu sur Internet. Le jour donc oĂč ses espions ont annoncĂ© Ă  Hamed Bakayoko qu’Amadou Gon Ă©tait tirĂ© d’affaire et qu’il se portait de mieux en mieux, ce fut le branle-bas dans son camp. Il en voulu fortement Ă  Awaza son sacrificateur et ses marabouts, les menaçant de reprĂ©sailles. Avec le retour en fanfare d’Amadou Gon-Coulibaly, Hamed Bakayoko est conscient qu’une guerre vient d’ĂȘtre dĂ©clenchĂ©e.

« Le jour de l’arrivĂ©e du Premier ministre Ă  Abidjan, toute sa famille lui a conseillĂ© de ne point serrer la main du Ministre Hamed Bakayoko, car il Ă©tait supposĂ© dissimuler une amulette dans sa poche, qui pourrait lui nuire s’il le saluait »

Signe de l’ouverture des conflits, le jour de l’arrivĂ©e du Premier ministre Ă  Abidjan, toute sa famille lui a conseillĂ© de ne point serrer la main du Ministre Hamed Bakayoko, car il Ă©tait supposĂ© dissimuler une amulette dans sa poche, qui pourrait lui nuire s’il le saluait. Les proches des deux hommes ont notĂ© le malaise perceptible entre eux Ă  l’aĂ©roport. Ils se sont Ă  peine saluĂ©s. Hamed Bakayoko a compris que la partie allait ĂȘtre dĂ©licate pour lui et qu’il jouait maintenant son avenir politique face Ă  la dĂ©termination affichĂ©e d’Amadou Gon de rĂ©gler des comptes. Il a dĂ©cidĂ© de se replier sur ses bases de SĂ©guĂ©la pour se prĂ©parer Ă  affronter la tempĂȘte. L’État-major d’Awaza a Ă©tĂ© rĂ©uni avec de nouvelles compĂ©tences.

De nouvelles consultations ont Ă©tĂ© faites et des nouvelles rassurantes ont Ă©tĂ© donnĂ©es au fils de SĂ©guĂ©la. Ses devins sont formels : Amadou Gon rechutera avant les Ă©lections et ne sera plus candidat. Un autre parmi les grands candidats dĂ©clarĂ©s tombera Ă©galement et ne pourra pas compĂ©tir pour la prĂ©sidentielle. Ces deux candidats qui pourraient empĂȘcher Hamed Bakayoko d’accomplir son destin prĂ©sidentiel seront foudroyĂ©s. Ainsi, de guerre lasse, le PrĂ©sident Ouattara serait obligĂ© de se rebattre sur Hambak comme ultime recours. Tous les candidats affichĂ©s, dont Guillaume Soro et Henri Konan BĂ©diĂ©, ont donc du souci Ă  se faire. Ceux qui veulent croire qu’ils croient. Ceux qui veulent nĂ©gliger cette prĂ©diction des marabouts d’Hamed Bakayoko, libre Ă  eux !

Mais, juste un conseil : la famille et les proches d’Amadou Gon-Coulibaly feraient mieux de prendre au sĂ©rieux ces Ă©crits de Chris Yapi, au lieu de se laisser aller Ă  la jubilation. Veillez sur le Premier ministre et soignez-le bien, car la bataille rentre dans une nouvelle dimension.
Souvenez-vous de la bataille de Kirina entre Soundjata KĂ©ita et Soumangourou KantĂ©, aux multiples rebondissements. Le vainqueur est devenu l’empereur du MandĂ©. Entre Amadou Gon-Coulibaly et Hamed Bakayoko qui portera la couronne ? Qui vivra verra. Octobre n’est pas loin et la guerre des titans est loin d’ĂȘtre terminĂ©e.

CHRIS YAPI NE MENT PAS. « 

*La suite, on la connaßt, le premier Ministre Amadou Gon Coulibaly décÚdera en plein conseil des ministres.

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

BLOG

đŸ”” Tribune – Michel Brizoua-Bi : Coups d’États, l’Afrique va-t-elle (enfin) tourner la page ?

La derniĂšre actualitĂ© en GuinĂ©e est l’illustration parfaite de ce que l’Afrique, 60 ans aprĂšs les indĂ©pendances, est vĂ©ritablement en zone de turbulences.

Publié

Le

Par

L’histoire de notre continent vient tristement rappeler ce dimanche 5 septembre 2021 à Conakry que le dirigeant public a un choix simple Ă  opĂ©rer dans l’exercice de tout mandat temporairement confiĂ© par le peuple : ĂȘtre un homme d’État ou ĂȘtre un homme de pouvoir.

Le coup d'Etat, apres des mois de crise politique et socioeconomique, aggravee par la pandemie de Covid-19, a suscite des explosions de joie a Conakry, ou de nombreux habitants acclamaient les militaires.
Le coup d’État, aprĂšs des mois de crise politique et socioĂ©conomique, aggravĂ©e par la pandĂ©mie de Covid-19, a suscitĂ© des explosions de joie Ă  Conakry, oĂč de nombreux habitants acclamaient les militaires. © CELLOU BINANI / AFP

Lorsque le viol des lois inviolables et sacrĂ©es est perpĂ©trĂ© au nom des plus forts pour s’imposer aux plus faibles comme une normalitĂ©, le sang des innocentes victimes et les rancƓurs superficiellement Ă©touffĂ©es viennent toujours comme un voleur embraser le vernis de paix et de stabilitĂ© dans lequel des pays baignent. La rĂ©alitĂ© des choses n’est pas ce qui apparaĂźt Ă  la surface du quotidien ni dans les arcanes du pouvoir administratif, mais dans le cƓur des femmes et des hommes, vraies Ăąmes de la vie d’une nation.

Des Ă©volutions fragiles

Celui qui ne sait pas Ă©couter et prendre le pouls des Ăąmes de son peuple est condamnĂ© Ă  perdre le gouvernail qu’il croit tenir. Au final, la vie devrait ĂȘtre simple pour celui qui veut faire du service de l’État un sacerdoce empreint d’un permanent oubli de soi. HĂ©las, le paysage sociopolitique africain met en Ă©vidence une gĂ©nĂ©ration de politiques dont l’action est handicapĂ©e par une quadruple maladie :

  • L’inhumation des rĂšgles de sĂ©paration des pouvoirs
  • La conviction de l’infaillibilitĂ© de la pensĂ©e unique
  • L’oubli de l’inclusivitĂ©
  • L’illusion d’un sentiment surhumain d’ĂȘtre devenu indispensable.

Nous pouvons continuer de prier avec ferveur pour une Afrique des valeurs animĂ©es par des femmes et des hommes dĂ©terminĂ©s Ă  offrir aux gĂ©nĂ©rations futures un destin radieux. Mais, pour y parvenir, il faudra toujours faire face Ă  la redoutable Ă©quation : comment bĂątir des institutions suffisamment fortes susceptibles de demeurer impermĂ©ables aux appĂ©tits et manƓuvres anticonstitutionnelles des humains que nous choisissons pour nous diriger.

Le vaccin magique anti-coups d’État, Ă  part quelques rares pays du continent qui s’illustrent notamment par des alternances apaisĂ©es, n’est pas encore trouvĂ© pour tourner Ă  jamais ces pages honteuses. Le bout du tunnel n’est donc pas proche. Mais, en attendant, il faudra se souvenir que l’homme de pouvoir est d’abord au service de son moi, alors que l’homme d’État est celui qui se soumet docilement comme un esclave au service exclusif de l’État. Lequel voulons-nous pour l’Afrique ?

Lire la suite

BLOG

đŸ”” Tribune – Djeukam Tchameni : Communautarisme, les Ă©lites divisent pour mieux rĂ©gner

Publié

Le

Par

Au Cameroun, les communautĂ©s vivent en paix entre elles. Ce sont les « élites » qui se battent pour des prĂ©bendes issus du pouvoir central. Elles essaient sans grand succĂšs d’ailleurs d’instrumentaliser les masses dans des batailles, sans enjeu pour ces derniĂšres.

En dehors des cas isolĂ©s orchestrĂ©s dans les rĂ©gions du centre et du sud par les pontes du pouvoir, dites moi oĂč le petit peuple s’attaque au petit peuple au Cameroun.

MĂȘme vos amis sĂ©cessionnistes ont tentĂ© sans aucun succĂšs Ă  crĂ©er la haine entre les masses francophones et anglophones. Cela n’a pas marchĂ©.

La preuve est que la population du Nord-Ouest et du Sud-Ouest ne va pas se rĂ©fugier en masse au Nigeria. 95% fuient les zones sous contrĂŽle ambazonien et s’installent en zone francophone, pourquoi ? Parce qu’elles y sont est reçues Ă  bras ouverts par toutes les autres communautĂ©s.

Il n’existe pas au Cameroun de haine au niveau des masses. Ce sont les Ă©lites qui luttent et tentent sans trop de succĂšs Ă  y entraĂźner leurs communautĂ©s.

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES