Nos réseaux sociaux

BLOG

🔴 Marcel O. Ndi : « Le mouvement 10 millions de nordistes est un repli identitaire de trop »

Pendant que le monde s’unifie, dans le cadastre d’un grand village planétaire, concevoir un Cameroun clivé pose forcément un problème d’inopportunité politique surtout, en ce moment décisoire d’une transition imminente.

Publié

Le

MOUVEMENT 10 MILLIONS DE NORDISTES : quelle perspective politique ?

Ce type de regroupement est essentiellement embarrassant et inopportun dans un paysage socioculturel cosmopolite où, le regroupement identitaire sous quel que pretexte qu’il soit, prête à confusion et force une politisation qu’elle pourrait ne pas avoir à l’origine.

Pendant que le monde s’unifie, dans le cadastre d’un grand village planétaire, concevoir un Cameroun clivé pose forcément un problème d’inopportunité politique surtout, en ce moment décisoire d’une transition imminente.

« La réponse la plus facile, pour nombre d’opposants en quête d’excuses est que, le système electoral est vicié. Pourtant, la réalité affiche l’absence d’un discours fédérateur »

Ce projet à configuration identitaire a forcément une incidence sur la capacité de l’opposition à parvenir à l’alternance. Remarquons qu’après une trentaine d’années de pluralisme politique, 5 élections présidentielles organisées suivant un calendrier électoral connu, très peu, sinon aucun homme politique n’a convaincu le peuple camerounais afin de lui attribuer, dans son immense majorité, ses votes au cours d’une élection présidentielle. Cette intrigante situation questionne le fondement d’un tel échec.

La réponse la plus facile, pour nombre d’opposants en quête d’excuses est que, le système electoral est vicié. Pourtant, la réalité affiche l’absence d’un discours fédérateur, défiant le replis identitaire et, touchant par contre toutes les sensibilités communautaristes. Autrement dit, que chaque camerounais, de quel que tribu qu’il soit, retrouve dans le projet d’un leader, une partie des solutions à ses problèmes.

Cependant, la cartographie politique du Cameroun me semble encore fortement calquée sur le clivage ethnique de sa société. Toute chose qui justifierait, en partie, la plethore de partis politiques reconnus et légalisés dans notre pays : une sorte d’opération une tribu égale un parti politique.

Du coup, qu’un mouvement politique portant la désignation, même symbolique, d’un regroupement identitaire naisse, cela montre indiscutablement et une fois de plus que, le leadership alternatif n’a pas encore diagnostiqué le fondement de son échec ce, malgré les multiples concerts de dénonciation des miasmes du replis identitaire.

Le grand danger qu’un président soit élu sur la base d’une domination statistiques d’une tribu est que, la redistribution des richesses sera, à coup sûr, une récompense ethnique, plutôt qu’une distribution équitable, prenant en compte la pluralité ethnique du pays. Un tel scénario est porteur des germes d’une guerre civile…

Pour ma part, et, au vue de ce qui précède, le mouvement 10 millions des nordistes est un replis identitaire de trop et donc, inopportun et inacceptable dans une sociétés aussi cosmopolites que la société camerounaise.

Marcel Olivier Ndi РM̩phisto

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ABK ACTU

⏯️ Hervé Emmanuel NKOM : « C’est tout à fait normal d’avoir peur de se faire vacciner mais il ne faut pas prendre le risque de contaminer les autres »

Hervé Emmanuel NKOM, Homme politique, chroniqueur permanent ABK Matin

Publié

Le

Par

Pour réécouter en intégralité l’interview, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous quelques attitudes fortes recueillies lors de cette interview:

 » Au sujet du Drame de Buea, depuis avant hier il y a une version qui circule( … ). Nous devons prendre conscience de cette folie. Il faut respecter la vérité et ne pas profiter d’un drame pour déstabiliser le peuple. »

 » Il vaut mieux rentrer dans le chemin de la vaccination. Pour une immunité collective « 

 » Ceux qui ont peur de se faire vacciner, c’est tout à fait normal. Mais ils ne doivent pas prendre le risque d’amener les autres à ne pas se faire vacciner « 

Lire la suite

ABK ACTU

🔵 Tribune – Amadou Mohamed Fofana : « L’immobilier de rente asphyxie l’économie Africaine »

Amadou Mohamed Fofana est Directeur associé au Cabinet Conseil SIGMA , Jeune entrepreneur Africain symbole du leadership jeune en Côte d’Ivoire. Motivateur – conseiller en communication – meilleur entrepreneur 2017- promoteur du Salon Africain de l Entrepreneuriat

Publié

Le

Par

Certains me traiterons de “fou” tout comme Galilée quand il disait que la terre était ronde a été condamné pour hérésie. Chaque immeuble construit est une entreprise abandonnée, quel mauvais échange !

Un bâtiment c’est en moyenne : 100.000.000 d’immobilisation pour une rente mensuelle de 3.000.000, un gardien et une femme de ménage pour les espaces communs sous payés dans la plupart des cas (et très souvent c’est la même personne). Impact social : 0. Un amortissement qui s’annonce très long et pénible (sans compter la dégradation) mais surtout, sans créer de véritables valeurs ajoutées.

La conscience collective aime à s’accorder à cette idée chimérique selon laquelle « l’immobilier de rente c’est la sécurité ! » Nonobstant, 100.000.000 bâtit une usine qui embaucherait en moyenne 50 personnes et donc impactera directement la vie de 50 familles soit environ 200 personnes. Bien gérée, sa rentabilité ne sera que croissante. Ses productions répondrons aux besoins de la population et améliorera les conditions de vie.

“CHAQUE IMMEUBLE QUI POUSSE EST UNE INDUSTRIE QUI NE VERRA JAMAIS LE JOUR”

On parle d’industrialisation pour notre développement et contre la balance commerciale déficitaire mais : chaque immeuble “qui pousse” est une usine qui ne verra jamais le jour ! L’économie d’un État est basée sur le secteur privée. Si tout le monde théorise et que personne n’investit, à la fin de la journée on court tous droit vers l’asphyxie. Dans le meilleur des cas, la disparité sociale sera encore plus grande. Moins de riche et beaucoup plus de pauvre.

Comment peut on évoluer dans une société et être si égoïste ?! Si vous ne donner pas la part de la société, elle viendra vous le réclamer et pas à votre aise … Si il n’y a pas de travail et donc pas de travailleurs, qui va louer vos appartements ?

Ne mettons pas la charrue avant les bœufs … l’État doit réglementer (voir interdire) sur une certaine période, la construction des immeubles à tout vents et imposer la création d’entreprise et d’industries pourvoyeuse de richesse et d’emplois pour la société.

Voyant venir vos nombreuses interrogations sur le sujet je souhaite préciser quelques points important pour comprendre cette problématique :

1- Je parle bien ici de l’immobilier de rente, c’est à dire construire pour faire louer. On devrait pouvoir construire pour vendre et que certains mécanismes Étatique puissent davantage faciliter l’accès à la propriété pour tous.

2- Tout le monde ne devrait pas construire un immeuble à rente, le secteur devrais être reformé car un « nouveau riche » qui vient de faire une affaire, qui gagne 100.000.000 et qui les injecte directement dans une immobilisation à rente est un danger pour notre économie.

3- Cette reforme ne mettrait point en mal l’industrie du bâtiment, non seulement une usine ça se construit aussi, mais encore, il est toujours préférable d’acheter ou de construire sa maison que d’en louer une : voici le vrai point !

4- Quant à la question sur la sécurisation du capital … Nous sommes au 21ème siècle, le monde a évolué, Jeff Bezos ne vit pas de rente d’un immeuble !!!! Et il existe une multitude d’activités génératrices de revenues plus attrayantes avec un meilleur impact social que l’immobilier de rente.

5- Et OUI, tu peux gagnes ton argent tout seul et l’État vient te dire ce que tu dois faire ou pas avec, c’est le rôle de l’État de créer les conditions de développement et de s’assurer de leur effectivité. Par exemple, tu peux acheter ta Lamborghini qui va à 400km/h mais quand tu roules à Abidjan ou à Douala et que tu dépasses les 120Km/h tu es en infraction !

Mohamed Fofana
SIGMA – Cabinet Conseil
www.cabinet-sigma.com

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES