Nos réseaux sociaux

ABK ACTU

🔴 Scandale sexuel à la fédération de Karaté: 50 personnes auditionnées

Le ministre des sport Nacisse Mouelle Kombi l’avait prescrite, cette enquête administrative pour mieux comprendre les tenants et aboutissants du scandale sexuel qui secoue actuellement la fédération Camerounaise de Karaté et Discipline Affinitaire FECAKADA.

Publié

Le

On se souvient de ce rapport  portant sur les « les violences sexuelles dans le Karaté », rapport  rendu public par le Cercle des Ceinture Noires du Karaté le 07 Juillet dernier et qui avait donné naissance à un vaste scandale relayé sur ABK Radio et www.abkradio.com. Des athlètes pour la plupart de sexe féminin, se plaignaient d’avoir subi des détournements de primes, du harcèlement sexuel, du chantage, de la séquestration et des viols de la part des encadreurs de la fédération et de son président.

 Dans le cadre de l’enquête administrative prescrite par le ministre des sports, le quotidien national à capitaux publics Cameroon Tribune révèle que les auditions qui ont débuté depuis le 17 Juillet 2020 se poursuivent sereinement et ont déjà vu le passage de 50 personnes devant l’inspecteur général des services du ministère des Sports Michel Dissake., une liste constituée de plaignants, pour l’essentiel des plaignantes (des femmes Karatéka) ainsi que des accusés, des membres du Cercle des ceintures noires et plusieurs autres témoins.

Des éléments physiques, numériques et sonores son ainsi remis à la commission d’enquête qui va les exploiter, avant de transmettre son rapport qui peut déboucher sur des sanctions contre les coupables selon les textes de la fédération, avant les mesures prises par le ministre des sports.

Achille Assako

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'INFO EN 89 SEC.

☕ L’info en 89 secondes du 06 Août 2020

Publié

Le

Precedent1 de 10
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Lutte contre le désordre urbain et assainissement de la voie publique

Des agents de la police municipale ont fait une descente sur le terrain ce matin du jeudi 06 Août,  pour déguerpir les occupants illégaux de la voie publique sur le site qui dessert le stade Japoma encore en construction. L’objectif  de cette opération coup de poing est de libérer les lieux très fréquentés, à l’instar de Ndokoti, yassa, pk14, ange Raphaël, rond-point marché Ndogpassi. Hier, mercredis, les forces de l’ordre et la police municipale ont déguerpi les commerçants installés le long de l’université de Douala et au carrefour ange Raphaël. L’opération se poursuit.

Precedent1 de 10
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Lire la suite

ABK ACTU

🔴Emmanuel KUNGNE: « L’Économie Camerounaise se porte très mal, avec un affaissement »

Emmanuel KUNGNE : l’économiste et expert de la finance a répondu à nos question sur l’impact de la COVID 19 sur l’économie et les urgences de la relance. Un entretien mené par Luc Ngatcha. Suivre l’interview ci-dessous.

Publié

Le

Par

Pour réécouter en intégralité l’interview de Emmanuel Kungne, cliquez sur le lien ci-dessous

Ci-dessous, quelques phrases choc de cette interview:

« L’Économie Camerounaise se porte très mal, vu qu’on assiste à un affaissement  de l’économie  mondiale, pourtant à 80%, le Cameroun est dans l’économie informelle »

« Le secteur privé continue de faire des licenciements massifs  c’est le cas d’ Hevecam qui a mis à la porte le 06 juillet  1500 personnes sur 6000. »

« Nous sommes pris dans un choc, car l’économie Camerounaise est très faible et déstructurée. Il faut stabiliser les indicateurs, maîtriser ce qui se passe avant d’entrevoir des mesures de relance ».

« D’après  les derniers chiffres du Gicam, à ce jour, 13834 employés permanents ont été licenciés, les entreprises ont perdu 3 139 milliards et l’État  de son côté a perdu 521 milliards de recettes fiscales depuis le début de la crise. »

« Le secteur formel est plus touché  parce que  l’informel a l’habitude de la débrouillardise. Si la Covid-19 se poursuit encore pendant quelques temps, on va entrer  dans une très grande dépression et tout le tissu social risque de s’enflammer. Il faut miser sur le « made in Cameroun » parce que personne  n’a la solution, tout le monde est entrain de tâtonner. »

Transcription Mireille Chimi

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES