Nos réseaux sociaux

ABK ACTU

🔮 Scandale sexuel Ă  la fĂ©dĂ©ration de KaratĂ©: 50 personnes auditionnĂ©es

Le ministre des sport Nacisse Mouelle Kombi l’avait prescrite, cette enquĂȘte administrative pour mieux comprendre les tenants et aboutissants du scandale sexuel qui secoue actuellement la fĂ©dĂ©ration Camerounaise de KaratĂ© et Discipline Affinitaire FECAKADA.

Publié

Le

On se souvient de ce rapport  portant sur les « les violences sexuelles dans le Karaté », rapport  rendu public par le Cercle des Ceinture Noires du KaratĂ© le 07 Juillet dernier et qui avait donnĂ© naissance Ă  un vaste scandale relayĂ© sur ABK Radio et www.abkradio.com. Des athlĂštes pour la plupart de sexe fĂ©minin, se plaignaient d’avoir subi des dĂ©tournements de primes, du harcĂšlement sexuel, du chantage, de la sĂ©questration et des viols de la part des encadreurs de la fĂ©dĂ©ration et de son prĂ©sident.

 Dans le cadre de l’enquĂȘte administrative prescrite par le ministre des sports, le quotidien national Ă  capitaux publics Cameroon Tribune rĂ©vĂšle que les auditions qui ont dĂ©butĂ© depuis le 17 Juillet 2020 se poursuivent sereinement et ont dĂ©jĂ  vu le passage de 50 personnes devant l’inspecteur gĂ©nĂ©ral des services du ministĂšre des Sports Michel Dissake., une liste constituĂ©e de plaignants, pour l’essentiel des plaignantes (des femmes KaratĂ©ka) ainsi que des accusĂ©s, des membres du Cercle des ceintures noires et plusieurs autres tĂ©moins.

Des Ă©lĂ©ments physiques, numĂ©riques et sonores son ainsi remis Ă  la commission d’enquĂȘte qui va les exploiter, avant de transmettre son rapport qui peut dĂ©boucher sur des sanctions contre les coupables selon les textes de la fĂ©dĂ©ration, avant les mesures prises par le ministre des sports.

Achille Assako

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ABK ACTU

🔮 RCA : Deux vĂ©hicules de l’ONU soupçonnĂ©s de transporter des armes stoppĂ©s Ă  Carnot

Publié

Le

Par

Selon des informations rĂ©cemment reçues de la ville de Carnot, deux camions de la MINUSCA ont Ă©tĂ© stoppĂ©s au poste de contrĂŽle non loin de ladite ville sur l’axe de Berberati. Ces camions sont soupçonnĂ©s de transporter illĂ©galement des armes qui, selon la population locale, Ă©taient destinĂ©es aux rebelles de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC).

Le fait que les camions appartiennent Ă  la mission onusienne ne fait aucun doute, car ils ont Ă©tĂ© indiquĂ©s par des marques UN. En outre, selon la population locale, au moment oĂč ces vĂ©hicules ont Ă©tĂ© stoppĂ©s, d’autres camions de la MINUSCA sont arrivĂ©s dĂ©charger des cartons dans ceux stoppĂ©s en cachette.

ParticuliĂšrement suspect semble le fait que la MINUSCA n’a jamais utilisĂ© une telle procĂ©dure pour doter ses casques bleus. Il convient Ă©galement de noter que la mission onusienne a refusĂ© que les agents d’inspections puissent faire le contrĂŽle de ces vĂ©hicules.

Les habitants de la localitĂ© ne doutent pas que la MINUSCA ait ainsi transportĂ© des armes pour les rebelles de la CPC, car les casques bleus ont longtemps Ă©tĂ© reconnus comme coopĂ©rant avec ces bandits. La mission des Nations Unies est souvent critiquĂ©e pour son inefficacitĂ© et son appui aux groupes armĂ©s en RĂ©publique centrafricaine. Ainsi, il n’est pas rare que des casques bleus donnent leurs armes aux rebelles sans combat et Ă©tablissent leurs bases Ă  proximitĂ© des abris des rebelles, qui continuent de commettre des exactions en toute impunitĂ©.

La question se pose de savoir pourquoi les casques bleus coopĂšrent-ils avec les bandits qui ont causĂ© beaucoup de souffrances aux habitants de la RĂ©publique Centrafricaine? Trafic d’armes et de munitions, or et diamant, ce sont des business juteux qui lient souvent les casques bleus de la MINUSCA et les groupes rebelles en Centrafrique, pays oĂč ils sont dĂ©ployĂ©s pour ramener la stabilitĂ© et la paix.

Alors que l’enquĂȘte est en cours sur deux camions de la MINUSCA stoppĂ©s Ă  Carnot et qui auraient transportĂ© des armes, il reste Ă  espĂ©rer que le gouvernement centrafricain sera au courant de cette menace de la part de la MINUSCA, qui fournit des armes et des munitions aux rebelles

Lire la suite

ABK ACTU

âŻïž Eric YAKAM : « Mme Bibou NISSACK est dans le rĂŽle de dĂ©fendre l’intĂ©rĂȘt et l’image de son Ă©poux »

Eric YAKAM, Journaliste politique.

Publié

Le

Par

Pour rĂ©Ă©couter en intĂ©gralitĂ© l’interview, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous quelques attitudes fortes recueillies lors de cette interview:

« Mme Bibou NISSACK est dans le rĂŽle de dĂ©fendre l’intĂ©rĂȘt et l’image de son Ă©poux
 Elle a cru bon Ă  travers cette campagne (Free Bibou Nissack) susciter l’Ă©moi de nos autoritĂ©s gouvernementales qui ont pris sur elles d’appliquer une sentence dure « 

« Le fait que les mĂ©dias en parlent c’est dĂ©jĂ  quelque chose de positif. Mais est-ce que les autoritĂ©s vont succomber Ă  ce plaidoyer ? Pas si sĂ»r, parce qu’elles ont suffisamment montrĂ© que manifester dans notre pays est illĂ©gal. »

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES