Nos réseaux sociaux

ABK ACTU

🔴 Jean Bruno TAGNE : « Être de l’opposition n’est pas un crime… »

Jean Bruno TAGNE est journaliste et auteur camerounais de 4 ouvrages dont le premier, « Programmés pour échouer » est paru en 2010. Il est aujourd’hui le Directeur Général adjoint NAJA TV, une télévision en ligne. Il répondait aux questions de Luc NGATCHA dans le cadre de la Matinale ABK Matin

Publié

Le

Ci dessous, quelques déclarations fortes saisies lors de cette interview

 » Actuellement je lis le livre « Au pays de si je savais … Cahier du séjour carcéral d’un marcheur pacifique Â» de Claude MOUAFFI, préfacé par Eric Chinje… Ce n’est pas de la provocation ; lire un livre c’est tout ce qu’il y’a de plus banal. On ne peut pas interdire à un journaliste de lire ou à un citoyen de lire un livre quel que soit le titre, et même si on avait interdit ce livre, je l’aurais lu « 

LE DON DE RIZ A POLEMIQUE DANS LA LUTTE CONTRE LE COVID19  

« Depuis que l’entreprise ORCA a offert 4 000 sacs de riz au gouvernement camerounais, tout le monde reste muet, personne ne dit rien sur cette histoire. Le seul qui a réagi, c’est le Ministre de la santé qui se bat comme il peut. »

« Le premier ministre doit prendre ses responsabilités pour nous dire où est passé le riz d’ORCA. Au cas contraire, on doit simplement considérer que ceux chargés de la répartition l’ont bouffé « 

« Le premier ministre est le Coordonnateur de la riposte camerounaise contre la Covid 19. Il doit donc en cette qualité nous dire où est passé le RIZ, et il n’avait pas que le Riz. Il y avait le lait, le savon, l’eau de javel…  »

« En quoi est-ce que demander les comptes au gouvernement est osé ? C’est le rôle des citoyens de demander des comptes à leurs dirigeants. On ne peut pas en être et ne pas demander. C’est un acte de citoyenneté qui n’a rien à voir avec la rébellion »

A PROPOS DE LA MISE EN GARDE DU PREFET AU CHEF SOKOUDJOU

« Il va être difficile que le Chef SOKOUDJOU Roi des Bamendjou change sa façon d’être. »

« Il est comme ça, il ne fait pas exprès. Il en a rencontré des vertes et des pas mûres, il a traversé des étapes et ce n’est pas un préfet zélé qui va le faire bouger »

« Le courrier du préfet manque de courtoisie, il n’a pas su choisir ses mots pour s’adresser au Roi. Il ne faut pas qu’il cherche sa propre humiliation, parce qu’il ne fera rien »

 » Être de l’opposition n’est pas un crime et dans les pays normaux, l’opposition a un statut. Le préfet a raté une belle occasion de se taire, c’est un excès de zèle regrettable. Si le préfet a été manipulé, c’est qu’il n’est pas à sa place « 

 Â«Â Nous sommes dans une société ou la violence est permanente et tout cela tient à l’impunité. Il faut condamner la violence, d’où qu’elle vienne. »

« La presse Camerounaise a raté le tournant du numérique, pourtant internet est incontournable aujourd’hui « 

 » Les autorités et les personnalités de ce pays fuient les médias comme la peste. Pourtant j’aimerai avoir les ministres sur mon plateau chaque semaine ».

Transcription Luc Ngatcha et Mireille Chimi

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'INFO EN 89 SEC.

☕ L’info en 89 secondes du 06 Août 2020

Publié

Le

Precedent1 de 10
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Lutte contre le désordre urbain et assainissement de la voie publique

Des agents de la police municipale ont fait une descente sur le terrain ce matin du jeudi 06 Août,  pour déguerpir les occupants illégaux de la voie publique sur le site qui dessert le stade Japoma encore en construction. L’objectif  de cette opération coup de poing est de libérer les lieux très fréquentés, à l’instar de Ndokoti, yassa, pk14, ange Raphaël, rond-point marché Ndogpassi. Hier, mercredis, les forces de l’ordre et la police municipale ont déguerpi les commerçants installés le long de l’université de Douala et au carrefour ange Raphaël. L’opération se poursuit.

Precedent1 de 10
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Lire la suite

ABK ACTU

🔴Emmanuel KUNGNE: « L’Économie Camerounaise se porte très mal, avec un affaissement »

Emmanuel KUNGNE : l’économiste et expert de la finance a répondu à nos question sur l’impact de la COVID 19 sur l’économie et les urgences de la relance. Un entretien mené par Luc Ngatcha. Suivre l’interview ci-dessous.

Publié

Le

Par

Pour réécouter en intégralité l’interview de Emmanuel Kungne, cliquez sur le lien ci-dessous

Ci-dessous, quelques phrases choc de cette interview:

« L’Économie Camerounaise se porte très mal, vu qu’on assiste à un affaissement  de l’économie  mondiale, pourtant à 80%, le Cameroun est dans l’économie informelle »

« Le secteur privé continue de faire des licenciements massifs  c’est le cas d’ Hevecam qui a mis à la porte le 06 juillet  1500 personnes sur 6000. »

« Nous sommes pris dans un choc, car l’économie Camerounaise est très faible et déstructurée. Il faut stabiliser les indicateurs, maîtriser ce qui se passe avant d’entrevoir des mesures de relance ».

« D’après  les derniers chiffres du Gicam, à ce jour, 13834 employés permanents ont été licenciés, les entreprises ont perdu 3 139 milliards et l’État  de son côté a perdu 521 milliards de recettes fiscales depuis le début de la crise. »

« Le secteur formel est plus touché  parce que  l’informel a l’habitude de la débrouillardise. Si la Covid-19 se poursuit encore pendant quelques temps, on va entrer  dans une très grande dépression et tout le tissu social risque de s’enflammer. Il faut miser sur le « made in Cameroun » parce que personne  n’a la solution, tout le monde est entrain de tâtonner. »

Transcription Mireille Chimi

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES