Nos réseaux sociaux

ABK ACTU

đź”´ Jean Bruno TAGNE : « Être de l’opposition n’est pas un crime… »

Jean Bruno TAGNE est journaliste et auteur camerounais de 4 ouvrages dont le premier, « ProgrammĂ©s pour Ă©chouer » est paru en 2010. Il est aujourd’hui le Directeur GĂ©nĂ©ral adjoint NAJA TV, une tĂ©lĂ©vision en ligne. Il rĂ©pondait aux questions de Luc NGATCHA dans le cadre de la Matinale ABK Matin

Publié

Le

Ci dessous, quelques déclarations fortes saisies lors de cette interview

 » Actuellement je lis le livre « Au pays de si je savais … Cahier du sĂ©jour carcĂ©ral d’un marcheur pacifique Â» de Claude MOUAFFI, prĂ©facĂ© par Eric Chinje… Ce n’est pas de la provocation ; lire un livre c’est tout ce qu’il y’a de plus banal. On ne peut pas interdire Ă  un journaliste de lire ou Ă  un citoyen de lire un livre quel que soit le titre, et mĂŞme si on avait interdit ce livre, je l’aurais lu « 

LE DON DE RIZ A POLEMIQUE DANS LA LUTTE CONTRE LE COVID19  

« Depuis que l’entreprise ORCA a offert 4 000 sacs de riz au gouvernement camerounais, tout le monde reste muet, personne ne dit rien sur cette histoire. Le seul qui a rĂ©agi, c’est le Ministre de la santĂ© qui se bat comme il peut. »

« Le premier ministre doit prendre ses responsabilitĂ©s pour nous dire oĂą est passĂ© le riz d’ORCA. Au cas contraire, on doit simplement considĂ©rer que ceux chargĂ©s de la rĂ©partition l’ont bouffĂ© « 

« Le premier ministre est le Coordonnateur de la riposte camerounaise contre la Covid 19. Il doit donc en cette qualitĂ© nous dire oĂą est passĂ© le RIZ, et il n’avait pas que le Riz. Il y avait le lait, le savon, l’eau de javel…  »

« En quoi est-ce que demander les comptes au gouvernement est osĂ© ? C’est le rĂ´le des citoyens de demander des comptes Ă  leurs dirigeants. On ne peut pas en ĂŞtre et ne pas demander. C’est un acte de citoyennetĂ© qui n’a rien Ă  voir avec la rĂ©bellion »

A PROPOS DE LA MISE EN GARDE DU PREFET AU CHEF SOKOUDJOU

« Il va ĂŞtre difficile que le Chef SOKOUDJOU Roi des Bamendjou change sa façon d’ĂŞtre. »

« Il est comme ça, il ne fait pas exprès. Il en a rencontrĂ© des vertes et des pas mĂ»res, il a traversĂ© des Ă©tapes et ce n’est pas un prĂ©fet zĂ©lĂ© qui va le faire bouger »

« Le courrier du prĂ©fet manque de courtoisie, il n’a pas su choisir ses mots pour s’adresser au Roi. Il ne faut pas qu’il cherche sa propre humiliation, parce qu’il ne fera rien »

 » ĂŠtre de l’opposition n’est pas un crime et dans les pays normaux, l’opposition a un statut. Le prĂ©fet a ratĂ© une belle occasion de se taire, c’est un excès de zèle regrettable. Si le prĂ©fet a Ă©tĂ© manipulĂ©, c’est qu’il n’est pas Ă  sa place « 

 Â«Â Nous sommes dans une sociĂ©tĂ© ou la violence est permanente et tout cela tient Ă  l’impunitĂ©. Il faut condamner la violence, d’oĂą qu’elle vienne. »

« La presse Camerounaise a ratĂ© le tournant du numĂ©rique, pourtant internet est incontournable aujourd’hui « 

 » Les autoritĂ©s et les personnalitĂ©s de ce pays fuient les mĂ©dias comme la peste. Pourtant j’aimerai avoir les ministres sur mon plateau chaque semaine ».

Transcription Luc Ngatcha et Mireille Chimi

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ABK ACTU

⏯️ Modeste Ngono (MRC): « Le MRC n’a pas peur d’ĂŞtre dissout, il a peur de l’injustice »

Modeste Ngono est MĂ©decin et SecrĂ©taire de la fĂ©dĂ©ration rĂ©gionale MRC du Littoral1. Il Ă©tait l’invitĂ© d’Achille Assako dans le cadre de la matinale d’ABK Matin.

Publié

Le

Pour rĂ©Ă©couter en intĂ©gralitĂ© l’interview du Dr Modeste Ngono, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous, quelques phrases choc entendues lors de cette interview:

« Il n’y a pas de MRCistes qui soit prĂŞt Ă  rejoindre les ambazoniens. Rappelons nous par rapport Ă  la crise du corona, on craignait pour les pays africains quand il y a eu retournement de situation nous mĂ©decins Ă©tions contents. C’est la mĂŞme chose par rapport Ă  la crise du NOSO nous ne sommes pas contents. Le MRC a toujours pointĂ© du doigt le problème anglophone. »

« Il faut toujours prendre en compte les avis des autres et c’est ce que nous recommandons au pouvoir en place atteint d’autisme ».

« Pour ce qui est du cas du professeur Maurice Kamto, ce dernier rend le pouvoir en place fou … Une stratĂ©gie de dĂ©capitation du MRC est mise en place car nous disons ce qui devrait ĂŞtre fait et ce qui n’est pas fait… »

« Lorsque le MRC appelle Ă  la manifestation ce n’est pas de la rĂ©bellion »

« La peur fait partie de l’être humain… On a la peur de la justice et la peur de l’injustice et c’est dans la peur de l’injustice que le MRC s’inscrit… Nous sommes dans un rĂ©gime dictatorial au regard de ce que le pouvoir en place mène comme action »

« Le MRC continue de faire son travail de parti politique sur le terrain. Nous sommes dans un affrontement politique pacifique nous arrivons malgrĂ© toute les intimidation Ă  faire ce qu’il y’a a faire. »

« Aux vu des faits nous pouvons dire que nous sommes dans un régime dictatorial »

« La peur fait partie de l’ĂŞtre humain mĂŞme les hĂ©ros les plus distinguĂ©es ont peur. Le MRC se retrouve dans le cadre de la peur de l’injustice nous transcendont cette peur lĂ  et c’est pourquoi le MRC est toujours debout. »

« Aux vu des faits nous pouvons dire que nous sommes dans régime dictatorial »

« Pour ce qui est de Maurice kamto c’est un monsieur qui rend le rĂ©gime fou. Dans une stratĂ©gie de dĂ©capitation du MRC un parti qui leur dit ce qu’il ne veulent pas entendre. »

« Les manifestations populaires sont garanties par la constitution camerounaise. A quel moment le MRC n’a pas respectĂ© le cadre de la loi? »

« le MRC n’est pas un parti des rĂ©seaux sociaux. »

« L’essentiel est de savoir si ce que nous faisons entre dans le cadre de la RĂ©publique oĂą en sort et le seul juge est le peuple. »

« Les personnes qui sont en prison en ce moment ne sont pas des personnes virtuelle et le MRC n’est pas un parti des rĂ©seaux sociaux. »

« Les manifestations sont un moyen d’interpeller la population camerounaise ».

« Le MRC est un parti rĂ©flĂ©chi c’est pourquoi le rĂ©gime nous porte une certaine haine. »

« Les Camerounais et les noirs aiment les hĂ©ros morts. Nous voulons que les camerounais commencent Ă  aimer les hĂ©ros qui ont bâtis, qui sont vivant et oublier ceux qui sont morts. N’attendez pas toujours nos sacrifices »

Transcription Morel Kamga

Lire la suite

ABK ACTU

⏯️ Boney Philippe: « Ahmad Ahmad manquait de diplomatie »

Boney Philippe est journaliste et analyste sportif. il a Ă©tĂ© reçu en interview par Achille Assako dans le cadre de la matinale d’ABK Radio, Ă  propos de la suspension de cinq ans infligĂ©e au prĂ©sident de la CAF Ahmad Ahmad.

Publié

Le

Par

Pour réécouter en intégralité cette interview de Boney Philippe, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous, quelques phrases choc entendues lors de cette interview:

« C’est un tremblement de terre. C’est la première fois que l’on assiste Ă  ça en Afrique. On aura jamais cru que la coupe d’Afrique serai discrĂ©ditĂ©e Ă  la suite d’un scandale pareil. »

« Peut-ĂŞtre que les casseroles d’Ahmad Ahmad on fait trop de bruit. Il manquait de diplomatie. On ne peut pas dire que c’Ă©tait un mandat clean. »

« Ahmad a laissé la FIFA avoir une trop grande influence sur la CAF

« La CAF pourrait se redresser si on considère que le mandat d’Ahmad Ă©tait au cĹ“ur de plusieurs scandales. Donc il en possible que l’un des candidats qui se prĂ©sentent Ă  cette Ă©lection puisse redorer l’image de cette confĂ©dĂ©ration africaine. »

« Ahmad a laissĂ© la FIFA avoir une trop grande influence sur la CAF. On a Ă©tĂ© en plein cĹ“ur d’une action de nĂ©ocolonialisme de cette organisation sur les compĂ©titions africaines. »

« DĂ©caler la CAN de 4 ans pourrait affecter l’acquisition des sponsors pour cette compĂ©tition. Ce serait une très mauvaise dĂ©cision de la part du prochain dirigeant. »

Transcription Laure Manga / Morel Kamga

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES