Nos réseaux sociaux

ABK ACTU

⏯️ Auréole TCHOUMI: « C’est grave, un préfet qui menace un Roi. »

Auréole TCHOUMI est Chroniqueur de l’émission ABK MATIN (7H-9H) sur ABK Radio. Le journaliste a répondu aux questions de Luc Ngatcha sur les sujets d’actualité nationale.

Publié

Le

Pour réécouter en intégralité la chronique d’Auréole Tchoumi, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous, quelques phrases choc entendues lors de cette chronique:

« Les chefferies traditionnelles depuis 1977 sont un domaine privé et n’appartiennent pas à l’État. Le préfet des Hauts-Plateaux  a cité les textes en omettant certains articles. »

« C’est un acte grave de la part de Monsieur le préfet qui menace un Roi. »

« Chez les Bantous que nous sommes, le Roi est une divinité devant lequel on se prosterne. Et j’apprends que c’est un fils d’un Roi (Bamoun) qui s’adresse à un autre Roi. Le préfet a-t-il pesé ses mots, ses actes, son parti pris? »

 » On a tellement politisé les choses que les chefs traditionnels sont achetés. Un chef traditionnel incarne une autorité traditionnelle  et n’est pas un auxiliaire de l’administration »

A PROPOS DES FUITES D’EPREUVES AU BACC SCIENTIFIQUE:

 « Concernant les fuites d’épreuves au Baccalauréat scientifique, on s’attend à ce que les autorités compétentes prennent des mesures et sanctionnent. Le problème au Cameroun a toujours été l’impunité et quand on veut punir, c’est au faciès, ou on punit as comme il faut. Si les magistrats faisaient leur travail comme il faut, on verrait dans les prochains jours que les responsables de l’Office du Baccalauréat ont démissionné « 

« Le système éducatif a été perverti et le fait de passer à l’approche par les compétences n’aide pas, de même que les passages collectifs »

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'INFO EN 89 SEC.

☕ L’info en 89 secondes du 06 Août 2020

Publié

Le

Precedent1 de 10
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Lutte contre le désordre urbain et assainissement de la voie publique

Des agents de la police municipale ont fait une descente sur le terrain ce matin du jeudi 06 Août,  pour déguerpir les occupants illégaux de la voie publique sur le site qui dessert le stade Japoma encore en construction. L’objectif  de cette opération coup de poing est de libérer les lieux très fréquentés, à l’instar de Ndokoti, yassa, pk14, ange Raphaël, rond-point marché Ndogpassi. Hier, mercredis, les forces de l’ordre et la police municipale ont déguerpi les commerçants installés le long de l’université de Douala et au carrefour ange Raphaël. L’opération se poursuit.

Precedent1 de 10
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Lire la suite

ABK ACTU

🔴Emmanuel KUNGNE: « L’Économie Camerounaise se porte très mal, avec un affaissement »

Emmanuel KUNGNE : l’économiste et expert de la finance a répondu à nos question sur l’impact de la COVID 19 sur l’économie et les urgences de la relance. Un entretien mené par Luc Ngatcha. Suivre l’interview ci-dessous.

Publié

Le

Par

Pour réécouter en intégralité l’interview de Emmanuel Kungne, cliquez sur le lien ci-dessous

Ci-dessous, quelques phrases choc de cette interview:

« L’Économie Camerounaise se porte très mal, vu qu’on assiste à un affaissement  de l’économie  mondiale, pourtant à 80%, le Cameroun est dans l’économie informelle »

« Le secteur privé continue de faire des licenciements massifs  c’est le cas d’ Hevecam qui a mis à la porte le 06 juillet  1500 personnes sur 6000. »

« Nous sommes pris dans un choc, car l’économie Camerounaise est très faible et déstructurée. Il faut stabiliser les indicateurs, maîtriser ce qui se passe avant d’entrevoir des mesures de relance ».

« D’après  les derniers chiffres du Gicam, à ce jour, 13834 employés permanents ont été licenciés, les entreprises ont perdu 3 139 milliards et l’État  de son côté a perdu 521 milliards de recettes fiscales depuis le début de la crise. »

« Le secteur formel est plus touché  parce que  l’informel a l’habitude de la débrouillardise. Si la Covid-19 se poursuit encore pendant quelques temps, on va entrer  dans une très grande dépression et tout le tissu social risque de s’enflammer. Il faut miser sur le « made in Cameroun » parce que personne  n’a la solution, tout le monde est entrain de tâtonner. »

Transcription Mireille Chimi

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES