Nos réseaux sociaux

CULTURE & SOCIÉTÉ

🔴 Musique: Lesline, …sur le chemin du succès.

C’est une pépite, une jeune louve aux dents très longues qui confirme la maxime selon laquelle : « aux âmes bien nées la valeur n’attend point le nombre d’années »

Publié

Le

Après plusieurs collaborations avec les artistes Blaise B, Ewube, Galtic dans le titre « stand for peace », Lesline a décidé de se frayer son chemin dans le monde artistique et du show bizness.

« Elle pourra s’exprimer à travers sa musique, comme une artiste à part entière. Car, on ne la connaît aujourd’hui que par les chansons qu’elle a reprises »

Au demeurant, sans être dans une demeure mais sur la voie de l’excellence, elle a convié la presse le samedi 12 septembre  2020 à l’espace « La Vie Zoe » à Douala – Makepe pour présenter son single « I DO » et le visionnage en privé du clip de ce single dont la sortie officielle est prévue pour le 29 septembre courant sur sa chaîne Youtube et toutes les plateformes de téléchargement légal.

Pour la circonstance, la diva Lesline était accompagnée de Thierry Hiol représentant sa maison de production Niki Heat Entertaitment, de son manager Dibenja toujours au four et au moulin. La musique seule est un langage universel et n’a point besoin d’être traduite. C’est que par elle, l’âme parle à l’âme. Et Lesline l’a si bien compris.

« I DO »

Lors de la communion avec les hommes de médias, on a pu revivre à l’écran son parcours à « The voice Afrique Francophone  2016 » et aussi la reprise qu’elle a faite du son « My way » de Stanley Enow. Une vidéo qui engendre une pluie d’ovations dans la salle. L’événement se poursuit à travers la diffusion d’un film de 10 minutes qui présente les coulisses du tournage du titre en promotion : « I DO ». Par la suite, Thierry Hiol dans une brève allocution précise au nom du label qu’il représente leur souhait de donner, à travers Lesline, aux mélomanes ce qu’ils recherchent. « Elle pourra s’exprimer à travers sa musique, comme une artiste à part entière. Car, on ne la connaît aujourd’hui que par les chansons qu’elle a reprises », dit-il en substance.

Le visionnage privé et exclusif du son se fait dans un contexte particulier. C’est par vagues de 10 personnes qu’elle s’effectue dans une salle au premier étage. Pendant ce même moment, un casse-croûte et une boisson sont offerts à tous les invités. Après avoir répondu à quelques questions, Lesline a proposé un « live show », pour le bonheur des invités. La séance photo marquera la fin de ce rendez-vous.

Paul Marcel MBEMBE /Elvira EWANE (stagiaires)

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ABK ACTU

⏯️ Bassek Ba kobhio: « La compétition des films Camerounais au festival Ecrans Noirs va être très rude cette année »

Le cinéaste et directeur du festival Ecrans Noirs était l’invité d’ABK Matin et a répondu aux question d’Achille Assako.

Publié

Le

Pour réécouter en intégralité l’interview de Basseck Ba Kobhio dans ABK Matin, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous, quelques attitudes de Basseck Ba Kobhio recueillies lors de cette interview:

« La 24e édition du festival des Écrans Noirs de cette année se déroule dans un contexte de Covid-19 et je peux vous dire que la compétitions des films Camerounais va être très rude »

« Avec la Covid-19, il faut réinventer le cinéma africain. On aura un colloque qui va se tenir le 04 Novembre et le marché du film qui va se tenir pendant deux jours et non cinq comme d’habitude et cette année, in ne va pas recevoir les étrangers »

« Il y’a 100 Cinéastes Camerounais qui viennent des 10 régions du Cameroun qui vont prendre part au forum qui va déboucher sur la mise sur pied d’un livre blanc sur le cinéma Camerounais et bien. entendu la montée des marches »

« J’ai eu une frayeur au 10e anniversaire à cause de quelqu’un qui est devenu très grand ami, le ministre Ferdinand Léopold Oyono, qui avait pris une décision que le festival ne se tiendrait pas. Mais c’était purement politique et administratif, et après, tout s’est bien passé. On a aussi connu des années où financièrement, c’était une catastrophe, mais on continue de travailler »

« nous avons un très grand atout, la proximité du Nigeria, notre bilinguisme »

« La première grande mesure que nous avons pris pour que le Festival Ecrans Noirs perdure, c’est faire que le gouvernement s’implique et comprenne que son soutien compte. Au fin du compte, il y’a eu des périodes beaucoup plus de bonheur, plus de souvenirs heureux que de souvenirs malheureux »

« Nous avons tous, une chance inouïe d’être un pays de diversité et de différence, et nous devons en faire une force.La Covid-19 nous amène à penser le monde autrement et à s’intéresser d’abord à nous »

« Le cinéma Camerounais se porte bien et n’est pas mort. Il a été considéré comme mort, mais pour la première fois, nous avons trois films en compétition au niveau international ».

« Je fais actuellement un film sur le nationalisme Camerounais, je fais beaucoup des documentaires également et cette semaine des écrans noirs nous allons signer un acte de la création de l’institut du cinéma qui sera basé à Yaoundé »

« Le Covid-19 est une opportunité pour notre cinéma »

« Le Covid-19 est une opportunité pour notre cinéma parce qu’il faut créer (des films) pour notre pays et la sous-région, avant de penser à aller ailleurs. Nos films qui se font ici doivent être vus et nous avons un très grand atout, la proximité du Nigeria, notre bilinguisme »

« Arrivé à ce stade de la carrière, j’ai des devoirs de me mettre derrière les caméras pour produire les films…Cette année, il y’a beaucoup d’innovations et la Covid-19 nous a donné d’être plus intelligents et tout ce que nous ferons cette année seront retransmis sur les plateformes digitales »

« Au Cameroun,on commence à avoir de bons producteurs. Mais si on a de bons scénaristes, réalisateurs, acteurs aussi, il faut tout de même savoir que le cinéma est une question de culture et il y’a un minimum de formation à avoir si on veut faire du bon cinéma »

Transcription: Mireille Chimi

Lire la suite

CULTURE & SOCIÉTÉ

🔵 Tribune – Dieudonné Essomba: « Kamto est un objet de diversion gouvernementale »

D’après le chroniqueur de la chaîne de télévision Vision 4, « Pour masquer leur échec, divertir l’opinion publique et rafraichir leur image usée auprès de leur patron, l’entourage de Biya n’a trouvé mieux que de nous fabriquer un épouvantail appelé Maurice Kamto »

Publié

Le

Par

A les croire, le Pr Maurice Kamto représenterait un danger redoutable pour lequel il faut mobiliser toutes les ressources du pays. On lui prête d’inquiétantes connexions internationales tapies à l’Occident et il disposerait de groupes armés, disséminés à Yaoundé et Douala qui n’attendraient qu’un mystérieux signal pour en découdre avec les institutions.

Pour accroitre la crédibilité de leur thèse farfelue, le gouvernement a fait appel à des personnalités médiatiques célèbres pour leur éloquence dogmatique, comme le Ministre-avocat Momo, le vice-recteur Owona Nguini ou les activistes Banda Kani et Elimbi Lobé qui distillent la sinistrose à coups d’informations biaisées et alarmistes, donnant du Cameroun l‘image d’un pays sous la terreur d’un redoutable rebelle.

Tout cela c’est du pipo !

Le Pr Maurice Kamto ne représente rien au Cameroun ! C’est un imbécile qui été formé dans des cercles ultra-tribalisés issus de la pensée dévoyée de l’évêque Ndogmo. Il a grandi et évolué avec une idée particulière de sa communauté soi-disant la plus nombreuse et la plus dynamique, et dont la vocation est de prendre le pouvoir de l’État par la démographie ou par la force.

Nonobstant l’entêtement du noyau le plus extrémiste de ce groupe, les plus intelligents ont pris acte qu’ils vivaient dans une pure illusion et se sont tassés.

Le Pr Maurice Kamto n’a aucun groupe armé à Yaoundé, ni Douala ni partout ailleurs ! De toutes façons, ses ouailles savent qu’au moindre geste, ils se feraient tailler en pièces et anéantis.

Quant aux collusions avec les forces étrangères, c’est une pure fabrication. Les étrangers sont tout de même assez intelligents pour sélectionner l’individu sur qui s’appuyer pour déstabiliser un pays ! Ils ne choisiront pas n’importe quel tintin, notamment un imbécile qui porte les diplômes comme une antilope porte les cornes et prétend imposer les insurrections au mépris de la sociologie d’un pays !

En fait de soutien international, Le Pr Maurice Kamto ne peut compter que sur des rigolos comme lui à l’instar de cet imposteur appelé Amsterdam.

Le Pr Maurice Kamto a une idéologie dangereuse, mais du pont opérationnel, il ne représente aucun danger au Cameroun !

Évidemment que tout cela, le gouvernement le sait ! Ces Ministres sont beaucoup plus intelligents qu’on ne le croit, même si leur intelligence est essentiellement tournée vers des fins maléfiques.

Et comme ce gouvernement a échoué partout, il a besoin d’un thème de diversion, d’où un scénario sophistiqué fait de simagrées et de fake-news autour du Pr Maurice Kamto avec quatre objectifs :

  1. Entretenir dans l’opinion l’image du Pr Maurice Kamto comme un danger redoutable de manière à empêcher les Camerounais à réfléchir sur des problèmes importants comme la crise économique, la situation des Grands Projets, l’émergence promise en 2035 et la crise anglophone
  2. Aiguillonner l’égo de Kamto et de ses partisans les plus obtus en leur faisant croire qu’ils représentent quelque chose, de manière à les inciter à davantage de provocation et d’entretenir ainsi de manière itérative la diversion
  3. Se présenter aux yeux de Biya comme de grands défenseurs de son pouvoir dans l’espérance d’être appelés ou reconduits dans un poste ministériel
  4. Renforcer leurs poches à travers la distraction d’une partie d’argent mobilisé pour la prétendue lutte contre un dangereux ennemi.

Dieudonné ESSOMBA

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES