Nos réseaux sociaux

CULTURE & SOCIÉTÉ

🔴 Musique: Lesline, …sur le chemin du succès.

C’est une pépite, une jeune louve aux dents très longues qui confirme la maxime selon laquelle : « aux âmes bien nées la valeur n’attend point le nombre d’années »

Publié

Le

Après plusieurs collaborations avec les artistes Blaise B, Ewube, Galtic dans le titre « stand for peace », Lesline a décidé de se frayer son chemin dans le monde artistique et du show bizness.

« Elle pourra s’exprimer à travers sa musique, comme une artiste à part entière. Car, on ne la connaît aujourd’hui que par les chansons qu’elle a reprises »

Au demeurant, sans être dans une demeure mais sur la voie de l’excellence, elle a convié la presse le samedi 12 septembre  2020 à l’espace « La Vie Zoe » à Douala – Makepe pour présenter son single « I DO » et le visionnage en privé du clip de ce single dont la sortie officielle est prévue pour le 29 septembre courant sur sa chaîne Youtube et toutes les plateformes de téléchargement légal.

Pour la circonstance, la diva Lesline était accompagnée de Thierry Hiol représentant sa maison de production Niki Heat Entertaitment, de son manager Dibenja toujours au four et au moulin. La musique seule est un langage universel et n’a point besoin d’être traduite. C’est que par elle, l’âme parle à l’âme. Et Lesline l’a si bien compris.

« I DO »

Lors de la communion avec les hommes de médias, on a pu revivre à l’écran son parcours à « The voice Afrique Francophone  2016 » et aussi la reprise qu’elle a faite du son « My way » de Stanley Enow. Une vidéo qui engendre une pluie d’ovations dans la salle. L’événement se poursuit à travers la diffusion d’un film de 10 minutes qui présente les coulisses du tournage du titre en promotion : « I DO ». Par la suite, Thierry Hiol dans une brève allocution précise au nom du label qu’il représente leur souhait de donner, à travers Lesline, aux mélomanes ce qu’ils recherchent. « Elle pourra s’exprimer à travers sa musique, comme une artiste à part entière. Car, on ne la connaît aujourd’hui que par les chansons qu’elle a reprises », dit-il en substance.

Le visionnage privé et exclusif du son se fait dans un contexte particulier. C’est par vagues de 10 personnes qu’elle s’effectue dans une salle au premier étage. Pendant ce même moment, un casse-croûte et une boisson sont offerts à tous les invités. Après avoir répondu à quelques questions, Lesline a proposé un « live show », pour le bonheur des invités. La séance photo marquera la fin de ce rendez-vous.

Paul Marcel MBEMBE /Elvira EWANE (stagiaires)

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CULTURE & SOCIÉTÉ

⏯️ François BINGONO : « Un sorcier nocif passe aux aveux s’il est frappé avec une seule tige de macabo »

François BINGONO BINGONO, Anthropologue, écrivain , chercheur

Publié

Le

Par

Pour réécouter en intégralité l’interview, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous quelques attitudes fortes recueillies lors de cette interview:

 » Parlant du prêtre catholique qui a administré une bastonnade à une personne du 3è âge à Mbalmayo, il s’est trompé de couloir. Il y aurait eu les Sacramento de l’église catholique pour détecter les pratiques de sorcellerie nocives. »

« Pour reconnaître un sorcier nocif, on peut employer la voie des ordalies (faire passé à l’accusé une épreuve physique décidant de son sort). Une seule tige de macabo est suffisante pour que le présumé sorcier passe aux aveux, torturé par les douleurs de cette tige de macabo. Dans le cas d’espèce, le prêtre a décimé tout un champs de macabo pour rien. »

« Tout le monde doit combattre la sorcellerie nocive. Pour le cas du prêtre, il n’a pas utilisé la bonne méthode »

« Le prêtre a donné 6 mois au vieux. Il peut mourir avant même les 6 mois pour au moins trois raisons : sa prostatite qui le fait souffrir et qui fait qu’il pissait déjà du sang, l’humiliation en mondovision et devant ses enfants. Voilà des raisons qui pourraient tuer le vieux et non pas parce que le prêtre lui a donné un délai de 6 mois »

« Je ne comprends pas pourquoi un presbytère est interdit aux populations alors que c’est la maison du Christ »

« Le papa fouetté a été autorisé de sortie de l’hôpital dans lequel il était par une infirmière. Il a donc décidé d’aller visiter la nouvelle chapelle et il ne savait pas que le presbytère était interdit aux visiteurs. Je ne comprends pas pourquoi un presbytère est interdit aux populations alors que c’est la maison de Jésus-Christ »

Lire la suite

CULTURE & SOCIÉTÉ

⏯️ Maurice Somo : « Amener des élèves en prison pour pornographie équivaut au médecin qui renvoie ses patients vers le marabout ».

Maurice Somo est psycho-sociologue. Il a été reçu comme invité de la matinale d’ABK Radio pour évoquer les cad de pornographie récurrente en milieu scolaire dans la ville de Kribi, ainsi que de l’affaire Macaire Waffo

Publié

Le

Par

Pour réécouter en intégralité l’interview de Maurice Somo, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous, quelques attitudes fortes recueillies lors de cette interview:

A propos de l’Affaire Macaire Waffo, animateur de télévision soupçonné de viol, inceste et pédophilie sur sa fille mineure:

« La famille n’est pas le lieu par essence pour régler ce genre de problème. Celles qui veulent cacher ce genre d’individu doivent être poursuivies et sanctionnées. »

« Longtemps on a pensé qu’il faut régler les affaires d’inceste et de pédophilie en famille mais on se rend compte que le faire protège les criminels »

« Un homme qui a couché sa fille est renié à tout avantage. Ce n’est plus sa fille, il ne peut par exemple plus percevoir la dot de cette fille plus tard, si elle se marie ».

« Autant on ne peut pas emmener les enfants devant les tribunaux pour pornographie, autant les adultes soupçonnés de pédophilie comme Macaire Woafo doivent affronter la justice ».

A propos des actes de pornographie récurrents dans les établissements scolaires de Kribi:

« La pornographie dans les établissements scolaires à Kribi s’explique; parce que Kribi est une ville balnéaire et est soumise au tourisme sexuel. »

« Pourquoi la ville de Kribi ? Parce que c’est une ville balnéaire ».

« Ce qui se passe au lycée bilingue de Kribi est une situation qui est récurrente et ce n’est pas la première fois que la ville de Kribi fait face à ce genre de scandale ».

« Amener des élèves en prison pour pornographie c’est exactement comme si le médecin renvoyait ses patients vers le marabout. »

« Lorsqu’un enfant pose un acte de pornographie dans une école, cette école doit pouvoir le corriger, le redresser, l’accompagner et non l’emmener à la police ou devant le juge ».

« Ces enfants ont un âge contenu entre 14 et 16 ans et c’est l’âge de la puberté. Et à cet âge, c’est une explosion sexuelle qui est déclenchée et puisque les gens s’embrassent partout et font l’amour à l’air libre, les enfants reproduisent cela à la moindre occasion ».

« Les enfants et adolescents assistent à la banalisation de l’acte sexuel à Kribi ».

« Il y en a parmi les touristes qui se livrent à des parties de jambes en l’air publiques parce qu’ils y vont pour ça »

Transcriptions: Laila Djamilatou et Cathy Mintsa

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES