Nos réseaux sociaux

CULTURE & SOCIÉTÉ

đŸ”” Tribune – DieudonnĂ© Essomba: « Kamto est un objet de diversion gouvernementale »

D’aprĂšs le chroniqueur de la chaĂźne de tĂ©lĂ©vision Vision 4, « Pour masquer leur Ă©chec, divertir l’opinion publique et rafraichir leur image usĂ©e auprĂšs de leur patron, l’entourage de Biya n’a trouvĂ© mieux que de nous fabriquer un Ă©pouvantail appelĂ© Maurice Kamto »

Publié

Le

A les croire, le Pr Maurice Kamto reprĂ©senterait un danger redoutable pour lequel il faut mobiliser toutes les ressources du pays. On lui prĂȘte d’inquiĂ©tantes connexions internationales tapies Ă  l’Occident et il disposerait de groupes armĂ©s, dissĂ©minĂ©s Ă  YaoundĂ© et Douala qui n’attendraient qu’un mystĂ©rieux signal pour en dĂ©coudre avec les institutions.

Pour accroitre la crĂ©dibilitĂ© de leur thĂšse farfelue, le gouvernement a fait appel Ă  des personnalitĂ©s mĂ©diatiques cĂ©lĂšbres pour leur Ă©loquence dogmatique, comme le Ministre-avocat Momo, le vice-recteur Owona Nguini ou les activistes Banda Kani et Elimbi LobĂ© qui distillent la sinistrose Ă  coups d’informations biaisĂ©es et alarmistes, donnant du Cameroun l‘image d’un pays sous la terreur d’un redoutable rebelle.

Tout cela c’est du pipo !

Le Pr Maurice Kamto ne reprĂ©sente rien au Cameroun ! C’est un imbĂ©cile qui Ă©tĂ© formĂ© dans des cercles ultra-tribalisĂ©s issus de la pensĂ©e dĂ©voyĂ©e de l’évĂȘque Ndogmo. Il a grandi et Ă©voluĂ© avec une idĂ©e particuliĂšre de sa communautĂ© soi-disant la plus nombreuse et la plus dynamique, et dont la vocation est de prendre le pouvoir de l’État par la dĂ©mographie ou par la force.

Nonobstant l’entĂȘtement du noyau le plus extrĂ©miste de ce groupe, les plus intelligents ont pris acte qu’ils vivaient dans une pure illusion et se sont tassĂ©s.

Le Pr Maurice Kamto n’a aucun groupe armĂ© Ă  YaoundĂ©, ni Douala ni partout ailleurs ! De toutes façons, ses ouailles savent qu’au moindre geste, ils se feraient tailler en piĂšces et anĂ©antis.

Quant aux collusions avec les forces Ă©trangĂšres, c’est une pure fabrication. Les Ă©trangers sont tout de mĂȘme assez intelligents pour sĂ©lectionner l’individu sur qui s’appuyer pour dĂ©stabiliser un pays ! Ils ne choisiront pas n’importe quel tintin, notamment un imbĂ©cile qui porte les diplĂŽmes comme une antilope porte les cornes et prĂ©tend imposer les insurrections au mĂ©pris de la sociologie d’un pays !

En fait de soutien international, Le Pr Maurice Kamto ne peut compter que sur des rigolos comme lui Ă  l’instar de cet imposteur appelĂ© Amsterdam.

Le Pr Maurice Kamto a une idéologie dangereuse, mais du pont opérationnel, il ne représente aucun danger au Cameroun !

Évidemment que tout cela, le gouvernement le sait ! Ces Ministres sont beaucoup plus intelligents qu’on ne le croit, mĂȘme si leur intelligence est essentiellement tournĂ©e vers des fins malĂ©fiques.

Et comme ce gouvernement a Ă©chouĂ© partout, il a besoin d’un thĂšme de diversion, d’oĂč un scĂ©nario sophistiquĂ© fait de simagrĂ©es et de fake-news autour du Pr Maurice Kamto avec quatre objectifs :

  1. Entretenir dans l’opinion l’image du Pr Maurice Kamto comme un danger redoutable de maniĂšre Ă  empĂȘcher les Camerounais Ă  rĂ©flĂ©chir sur des problĂšmes importants comme la crise Ă©conomique, la situation des Grands Projets, l’émergence promise en 2035 et la crise anglophone
  2. Aiguillonner l’égo de Kamto et de ses partisans les plus obtus en leur faisant croire qu’ils reprĂ©sentent quelque chose, de maniĂšre Ă  les inciter Ă  davantage de provocation et d’entretenir ainsi de maniĂšre itĂ©rative la diversion
  3. Se prĂ©senter aux yeux de Biya comme de grands dĂ©fenseurs de son pouvoir dans l’espĂ©rance d’ĂȘtre appelĂ©s ou reconduits dans un poste ministĂ©riel
  4. Renforcer leurs poches Ă  travers la distraction d’une partie d’argent mobilisĂ© pour la prĂ©tendue lutte contre un dangereux ennemi.

Dieudonné ESSOMBA

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CULTURE & SOCIÉTÉ

âŻïž AurĂ©ole Tchoumi : « Oui Ă  la task force mais non Ă  l’illĂ©galitĂ© dans la passation des marchĂ©s »

Auréole TCHOUMI est journaliste chroniqueur politique et social permanent de la matinale.

Publié

Le

Par

Pour rĂ©Ă©couter en intĂ©gralitĂ© l’interview, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous quelques attitudes fortes recueillies lors de cette interview:

 » Une petite investigation nous permet de comprendre que la dame qui s’apprĂȘte Ă  jouir de 2milliards 929 millions FCFA n’en n’a pas qualitĂ©. Oui Ă  la task force mais non Ă  l’illĂ©galitĂ©. »

 » La transparence dans le processus voudrait que tout le monde soit libre de postuler pour ce marchĂ© mais on se rend compte qu’il y a eu du grĂ© Ă  grĂ©. Mais Mr Ngoh Ngoh le fait de maniĂšre illĂ©gale. »

Il y a des choses assez louches qui se passent. Dans un pays oĂč on traverse les moments difficiles, il a Ă©crit au ministre de la santĂ©, pourquoi le premier ministre est exclu de cette affaire ? Le ministre de la santĂ© est le patron de tous les cabinets mĂ©dicaux, pourquoi lui imposer des cabinets sans vĂ©ritable point de repĂšre ? »

 » Ce qui se passe Ă  BangangtĂ© c’est que des gens veulent prouver Ă  Niat qu’il est temps pour eux de gĂ©rer les affaires de cette commun. Certains pensent que le nom de Éric Niat vient de YaoundĂ© mais c’est faux! Mr Niat a tout simplement le profil de l’emploi, il a du poids dans la localitĂ©. On le connait, on l’a vu Ă  l’Ɠuvre sur le terrain mais qui connait Mme Nana? »

 » Concernant l’affaire Survie Cameroun, je ne croirais jamais Ă  cette affaire de bug. Certains Mrcistes veulent diaboliser Penda Ekoka, ça vole trĂšs bas. On n’a pas de bon mĂ©diateur au Cameroun ! J’avais pensĂ© au patriarche Albert Nzongang ou un autre qui pouvait mettre les deux parties ensemble pour une mĂ©diation. »

Propos retranscrits par Carine Hzeume

Lire la suite

CULTURE & SOCIÉTÉ

âŻïž Christelle Mouen : « Le chĂŽmage technique, le congĂ© annuel et de maternitĂ© peuvent conduire Ă  une rupture de contrat »

Christelle Mouen est cadre des services administratifs Ă  la DĂ©lĂ©gation RĂ©gionale du Travail et de la SĂ©curitĂ© Sociale du Littoral. Elle Ă©tait l’invitĂ© de la matinale sur ABK Radio au micro d’Achille Assako.

Publié

Le

Par

Pour rĂ©Ă©couter en intĂ©gralitĂ© l’interview, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous quelques attitudes fortes recueillies lors de cette interview:

 » Certains travailleurs comme employeurs sont encore ignorants de leurs droits. Le contrat de travail est un arrangement, un échange. « 

 » Le contrat Ă  durĂ©e dĂ©terminĂ©e est limitĂ© et peut tenir compte de la rĂ©alisation d’un projet. Tandis que le contrat a durĂ©e indĂ©terminĂ©e peut ĂȘtre rompu Ă  tout moment. Le contrat se nĂ©gocie, c’est du donnant donnĂ©, selon les compĂ©tences de tout un chacun. « 

Il y a des grilles salariales qu’on peut consulter et maitriser avant nĂ©gociation.

 » Au Cameroun le droit du travail n’exige pas qu’un contrat doit ĂȘtre Ă©crit . Toutefois, un contact verbal peut avoir des documents de preuves tel qu’un bulletin de paie. Des documents qui peuvent aider en temps de conflit. »

Le chĂŽmage technique, le congĂ© annuel, le congĂ© de maternitĂ© peuvent conduire Ă  une rupture de contrat. La rupture de contrat varie selon le type de contrat en lui mĂȘme.

 » Conseil, contrĂŽle et conciliation sont les trois termes qui lient l’administration au demandeur qui peut ĂȘtre l’employeur ou le travailleur. »

 » Il est toujours bon qu’un contrat de travail soit matĂ©rialisĂ© afin de prĂ©venir tout conflit. Le contrat de travail Ă©crit n’est pas timbrĂ©, chaque partie garde une copie aprĂšs signature. »

Propos retranscrits par Carine Hzeume & Laure Manga

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES