Nos réseaux sociaux

ABK ACTU

⏯️ Pr Jean Bahebeck : « Fame Ndongo est le seul responsable du marasme dans les universités »

Nous avons reçu le Pr Jean Bahebeck dans notre matinale d’information et avec lui nous avons échangé sur l’actualité dans nos universités et le rôle de l’opposition camerounaise dans l’équilibre démocratique du pays.

Publié

Le

Pour réécouter en intégralité l’interview du Pr Bahebeck, cliquez sur le lien ci-dessous

Ci-dessous, quelques phrases chocs entendues lors de cette interview:

 »Il y a pas de démocratie dans la vérité. Cherchez des enseignants qui sauront défendre les arguments de Fame Ndongo et vous organisez un plateau de débat. »

 » L’Université de Yaoundé est l’Université mère. Elle a plus de 50 ans. Laissez faire, et on verra si les autres n’auront pas de problème. »

« Le Pr Fame Ndongo arrache le pouvoir du Chef de l´Etat dont il dit être la créature »

 »C’est à l’Université de donner le modèle, le savoir, le savoir-faire et le savoir être. Quand vous fusillez cela, vous avez tout fusillé. »

« Fame Ndongo est responsable du marasme et de la politisation des universités. Il arrache le pouvoir du Chef de l´Etat dont il dit être la créature »

 »Plusieurs journalistes sont complaisants par rapport à cette situation dans les universités. »

« Aboya Manasse qui enseigne en Sciences juridiques et politiques fait comment pour avoir le numéro d’une étudiante de philosophie? »

« Je n’ai rien contre tout le régime »

« Le régime du Président Biya a des bonnes personnes, parce que personnellement on connaît leur bilan et j’ai eu une bonne expérience avec eux. Je n’ai rien contre tout le régime… Je pense pas non plus que dans l’opposition il n’y ait que des anges… Ce que je reproche aux autres c’est le diabolisme dans les deux cas. »

« On ne doit pas réfléchir de comment on va écraser la rébellion. Nous devons réfléchir à comment on va mettre fin en tant que Universitaire à cette guerre… »

« Ça fait 4 ans qu’il n’y a pas de solution militaire dans la crise anglophone, il faut chercher d’autres solutions. Deux camps s’opposent celui de ceux qui pensent qu’il faut des solutions militaires et ceux qui pensent qu’il en faut une autre. »

Transcription : Morel Kamga

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ABK ACTU

🔴 Football: Mbombo Njoya n’est plus président de la FECAFOOT selon le Tribunal Arbitral du Sport !!!

La Fédération Camerounaise de Football se retrouve une fois de plus sans comité exécutif après la décision du TAS qui annule l’élection du comité exécutif de Décembre 2018.

Publié

Le

Par

C’était la journée la plus attendue du calendrier sportif de ce début d’année 2021 à coté du CHAN 2021.

À 24 heures exactement du début de ce regroupement du football Africain, le Tribunal Arbitral du Sport TAS vient d’annuler l’élection qui avait porté à la tête de la FECAFOOT Seidou MBOMBO NJOYA et son comité exécutif à la suite de la plainte déposée par AS MEIGANGA, notamment par l’Association des clubs de football amateur (Acfac) qui porte en arrière-plan la plainte d’OIympique de Meiganga.

« corruption lors de l’assemblée générale de validation des textes fondateurs le 10 octobre 2018 à Mbankomo »

Les contestataires faisaient état d’actes de corruption lors de l’assemblée générale de validation des textes fondateurs de la Fécafoot le 10 octobre 2018 à Mbankomo, près de Yaoundé.

Il avait également été reproché au Comité de normalisation dirigé par Me Dieudonné Happi, d’avoir violé plusieurs dispositions des statuts de mai 2009 qui étaient en vigueur avant le 10 octobre 2018.

Une nouvelle qui tombe comme une massue sur l’exécutif de TSINGA qui va certainement se porter vers des juridictions supérieures notamment le Tribunal Fédéral Suisse pour tenter d’invalider cette décision.

En attendant, un fait ne manque pas de captiver l’attention des observateurs.

Les noms de tous les membres du comité exécutif de la FECAFOOT ne faisaient pas déjà partie de la liste des personnalités attendues lors de diverses cérémonies de réception en terre camerounaise du président de la FIFA ce 15 Janvier. Un signe?

Lire la suite

ABK ACTU

⏯️ Hervé Nkom: « On doit sécuriser notre état civil avant les cartes nationales d’identité »

Hervé Emmanuel NKOM est consultant, ex banquier et homme politique.

Publié

Le

Par

Hervé-Emmanuel Nkom

Pour réécouter en intégralité l’interview de Hervé Emmanuel Nkom, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous, quelques attitudes de Hervé Emmanuel Nkom saisies lors de cette interview:

« Concernant les difficultés d’accession à la carte d’identité, je sais qu’on a l’art de banaliser ce qui est important. Nous avons la carte d’identité qui doit évoluer au Cameroun. nous avons un gros problème, parce qu’ une carte d’identité est plus qu’importante dans ce contexte d’insécurité nationale perpétuelle. Cette situation cause un ralentissement des activités économiques; on est donc face à un très gros problème de sécurité. »

« Concernant les actes de naissance , c’est même le document qu’il faut avoir avant les autres; car, c’est cette pièce qui permet de faire une carte d’identité ou encore un passeport…Il est indispensable pour la sécurité »

« une carte d’identité est plus qu’importante dans ce contexte d’insécurité nationale perpétuelle »

« Selon la logique, le document ultra essentiel à protéger c’est l’acte de naissance; mais, on se rend compte que pour qu’un camerounais puisse avoir un état civil, c’est très compliqué. La solution serait de recommencer tout dès le début, c’est à dire arranger premièrement la situation des actes de naissance et ensuite améliorer les conditions de délivrance des cartes nationales d’identité;

« La non possession de documents officiels affecte l’évolution de des citoyens. La question est très importante il s’agit de notre sécurité collective. »

Transcriptions: Laila Djamilatou

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES