Nos réseaux sociaux

ABK ACTU

⏯️ Denis Nkwebo: « La théatralisation est inacceptable en journalisme »

Denis Nkwebo est président du syndicat national des journalistes du Cameroun (SNJC). Il a été reçu en interview par Achille Assako dans le cadre de la matinale ABK Matin

Publié

Le

Pour réécouter en intégralité l’interview de Denis Nkwebo, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous, quelques phrases chocs entendues dans cette interview:

« Je suis choqué de voir une journaliste pleurer à l’antenne. C’est un manque de professionnalisme criard. Et le public a tort d ‘apprécier ce type de comportement.. Si une femme se promène nue dans la rue, tout le monde va regarder parce que ce n’est pas bien. Ce n’est donc pas parce que tout le monde applaudit que c’est bien »

« Face à la mise en demeure du Ministre de la communication à Equinoxe TV, je suis très surpris du silence des journaliste Camerounais. Ils oublient que la charte de protection des journalistes n’est pas facultative. »

« Le ministre de la communication a nommément accusé la journaliste Esther Maëlle mais ce n’est pas du ressort du ministre de mettre en accusation la journaliste. Il ne sait pas comment l’émission a été préparée »

« Il faut que les journalistes qui veulent faire carrière refusent le théâtre. Dans le champ journalistique il faut la controverse mais l’interviewer ne doit pas agresser les gens, il ne sert pas des intérêts égoïstes ou un parti pris. Le seul parti pris pour un journaliste ce n’est que la vérité. »

« Je ne peux pas accepter qu’on fasse une fixation sur Equinoxe Tv. Nous avons sur canal2 avec l’Arène, la rubrique -le duel- où on fait venir un invité qui va poser des questions à un autre. En journalisme ce format n’existe pas. On a pas encore trouvé ce type de format où un profane interroge l’invité qui est généralement un spécialiste.. Lorsque vous faites venir des gens pour ce type de Duel on aboutit aux bagarres.. Même au Pakistan les gens ne bagarrent pas jusqu’au sang à la télé. C’est de la théâtralisation. Le public veut de la dérive verbale. La Télé, la radio, c’est des endroits où il faut du sérieux. »

Transcription Morel Kamga et Achille Assako

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ABK ACTU

🔴 Football: Mbombo Njoya n’est plus président de la FECAFOOT selon le Tribunal Arbitral du Sport !!!

La Fédération Camerounaise de Football se retrouve une fois de plus sans comité exécutif après la décision du TAS qui annule l’élection du comité exécutif de Décembre 2018.

Publié

Le

Par

C’était la journée la plus attendue du calendrier sportif de ce début d’année 2021 à coté du CHAN 2021.

À 24 heures exactement du début de ce regroupement du football Africain, le Tribunal Arbitral du Sport TAS vient d’annuler l’élection qui avait porté à la tête de la FECAFOOT Seidou MBOMBO NJOYA et son comité exécutif à la suite de la plainte déposée par AS MEIGANGA, notamment par l’Association des clubs de football amateur (Acfac) qui porte en arrière-plan la plainte d’OIympique de Meiganga.

« corruption lors de l’assemblée générale de validation des textes fondateurs le 10 octobre 2018 à Mbankomo »

Les contestataires faisaient état d’actes de corruption lors de l’assemblée générale de validation des textes fondateurs de la Fécafoot le 10 octobre 2018 à Mbankomo, près de Yaoundé.

Il avait également été reproché au Comité de normalisation dirigé par Me Dieudonné Happi, d’avoir violé plusieurs dispositions des statuts de mai 2009 qui étaient en vigueur avant le 10 octobre 2018.

Une nouvelle qui tombe comme une massue sur l’exécutif de TSINGA qui va certainement se porter vers des juridictions supérieures notamment le Tribunal Fédéral Suisse pour tenter d’invalider cette décision.

En attendant, un fait ne manque pas de captiver l’attention des observateurs.

Les noms de tous les membres du comité exécutif de la FECAFOOT ne faisaient pas déjà partie de la liste des personnalités attendues lors de diverses cérémonies de réception en terre camerounaise du président de la FIFA ce 15 Janvier. Un signe?

Lire la suite

ABK ACTU

⏯️ Hervé Nkom: « On doit sécuriser notre état civil avant les cartes nationales d’identité »

Hervé Emmanuel NKOM est consultant, ex banquier et homme politique.

Publié

Le

Par

Hervé-Emmanuel Nkom

Pour réécouter en intégralité l’interview de Hervé Emmanuel Nkom, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous, quelques attitudes de Hervé Emmanuel Nkom saisies lors de cette interview:

« Concernant les difficultés d’accession à la carte d’identité, je sais qu’on a l’art de banaliser ce qui est important. Nous avons la carte d’identité qui doit évoluer au Cameroun. nous avons un gros problème, parce qu’ une carte d’identité est plus qu’importante dans ce contexte d’insécurité nationale perpétuelle. Cette situation cause un ralentissement des activités économiques; on est donc face à un très gros problème de sécurité. »

« Concernant les actes de naissance , c’est même le document qu’il faut avoir avant les autres; car, c’est cette pièce qui permet de faire une carte d’identité ou encore un passeport…Il est indispensable pour la sécurité »

« une carte d’identité est plus qu’importante dans ce contexte d’insécurité nationale perpétuelle »

« Selon la logique, le document ultra essentiel à protéger c’est l’acte de naissance; mais, on se rend compte que pour qu’un camerounais puisse avoir un état civil, c’est très compliqué. La solution serait de recommencer tout dès le début, c’est à dire arranger premièrement la situation des actes de naissance et ensuite améliorer les conditions de délivrance des cartes nationales d’identité;

« La non possession de documents officiels affecte l’évolution de des citoyens. La question est très importante il s’agit de notre sécurité collective. »

Transcriptions: Laila Djamilatou

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES