Nos réseaux sociaux

ABK ACTU

đź”´ Ali Bennaceur, l’arbitre du match de « la main de Dieu » parle de MARADONA

Trente quatre ans après, Ali Bennaceur, l’arbitre qui n’a pas vu la « main de dieu » de Maradona nous dit toute la vĂ©ritĂ©.

Publié

Le

L’arbitre tunisien du quart de finale de la coupe du monde 1986 qui opposait l’Angleterre Ă  l’Argentine(0-2) nous donne plus de dĂ©tails sur le but marquĂ© de la main par Diego Maradona.

Le monde entier et la planète du football en particulier n’oubliera pas de sitĂ´t ce quart de finale du mondial 1986, plus prĂ©cisĂ©ment la 51e minute de cette confrontation entre les anglais et argentins. Dans un duel palpitant le gardien anglais Peter Shilton s’incline face Ă  un but marquĂ© du poing gauche de Diego Maradona. MalgrĂ© la contestation de certains supporters Ali Bennaceur valide le but après avoir consultĂ© son arbitre assistant, le Bulgare Dotchev.

« Je n’ai pas vu la main,mais j’ai eu un doute » se souvient le premier tunisien Ă  arbitrer un match de quart de final en coupe du monde. Dotchev quant Ă  lui confie plus tard avoir « vu deux bras, et il ne savait pas si c’Ă©tait celui de Shilton ou de Maradona « . Revenant sur le deuxième but de ce match d’anthologie le tunisien de 76 ans reconnaĂ®t que sa plus grande « fierté » a Ă©tĂ© d’avoir accompagnĂ© l’incroyable course de Maradona sur le deuxième et dernier but de ce match, oĂą il dĂ©stabilisa toute la dĂ©fense anglaise.

« Je m’Ă©tais prĂ©parĂ© Ă  siffler un penalty en cas d’action dangereuse sur Maradona, je pensais qu’après 50 mètres d’efforts ils allaient l’abattre mais la balle a atterri dans les filets de Shilton » raconte l’ancien arbitre de football.

Après trente quatre ans Ali Bennaceur prĂ©cise qu’il ne se reproche de rien bien au contraire il indique qu’il est « fier » d’avoir arbitrĂ© un match Ă  ce niveau de la compĂ©tition.  » J’ai fait ce que je devais faire mais il y’a eu confusion  » renchĂ©rit t’il. Tout en dĂ©criant l’attitude raciste et mĂ©prisante des commentateurs de cette confrontation historique Ă  l’Ă©gard de son pays.

Ali Bennaceur a saluĂ© le fair-play des joueurs anglais. L’arbitre retraitĂ© se targue Ă©galement d’avoir entretenu de très bonnes relations avec la lĂ©gende argentin jusqu’Ă  sa mort. Il rĂ©vèle d’ailleurs qu’Ă  l’occasion d’un passage en Tunisie oĂą il tournait une publicitĂ©, le joueur lui a dĂ©dicacĂ© un T-shirt « To my eternal friend Ali » (« Ă€ Ali, mon ami pour l’Ă©ternitĂ© ») et a passĂ© l’après-midi avec son Ă©pouse Ă  son domicile.

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ABK ACTU

⏯️ HervĂ© Emmanuel NKOM : « C’est tout Ă  fait normal d’avoir peur de se faire vacciner mais il ne faut pas prendre le risque de contaminer les autres »

Hervé Emmanuel NKOM, Homme politique, chroniqueur permanent ABK Matin

Publié

Le

Par

Pour rĂ©Ă©couter en intĂ©gralitĂ© l’interview, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous quelques attitudes fortes recueillies lors de cette interview:

 » Au sujet du Drame de Buea, depuis avant hier il y a une version qui circule( … ). Nous devons prendre conscience de cette folie. Il faut respecter la vĂ©ritĂ© et ne pas profiter d’un drame pour dĂ©stabiliser le peuple. »

 » Il vaut mieux rentrer dans le chemin de la vaccination. Pour une immunité collective « 

 » Ceux qui ont peur de se faire vacciner, c’est tout Ă  fait normal. Mais ils ne doivent pas prendre le risque d’amener les autres Ă  ne pas se faire vacciner « 

Lire la suite

ABK ACTU

🔵 Tribune – Amadou Mohamed Fofana : « L’immobilier de rente asphyxie l’Ă©conomie Africaine »

Amadou Mohamed Fofana est Directeur associĂ© au Cabinet Conseil SIGMA , Jeune entrepreneur Africain symbole du leadership jeune en CĂ´te d’Ivoire. Motivateur – conseiller en communication – meilleur entrepreneur 2017- promoteur du Salon Africain de l Entrepreneuriat

Publié

Le

Par

Certains me traiterons de “fou” tout comme Galilée quand il disait que la terre était ronde a été condamné pour hérésie. Chaque immeuble construit est une entreprise abandonnée, quel mauvais échange !

Un bâtiment c’est en moyenne : 100.000.000 d’immobilisation pour une rente mensuelle de 3.000.000, un gardien et une femme de mĂ©nage pour les espaces communs sous payĂ©s dans la plupart des cas (et très souvent c’est la mĂŞme personne). Impact social : 0. Un amortissement qui s’annonce très long et pĂ©nible (sans compter la dĂ©gradation) mais surtout, sans crĂ©er de vĂ©ritables valeurs ajoutĂ©es.

La conscience collective aime à s’accorder à cette idée chimérique selon laquelle « l’immobilier de rente c’est la sécurité ! » Nonobstant, 100.000.000 bâtit une usine qui embaucherait en moyenne 50 personnes et donc impactera directement la vie de 50 familles soit environ 200 personnes. Bien gérée, sa rentabilité ne sera que croissante. Ses productions répondrons aux besoins de la population et améliorera les conditions de vie.

“CHAQUE IMMEUBLE QUI POUSSE EST UNE INDUSTRIE QUI NE VERRA JAMAIS LE JOUR”

On parle d’industrialisation pour notre dĂ©veloppement et contre la balance commerciale dĂ©ficitaire mais : chaque immeuble “qui pousse” est une usine qui ne verra jamais le jour ! L’économie d’un État est basĂ©e sur le secteur privĂ©e. Si tout le monde thĂ©orise et que personne n’investit, Ă  la fin de la journĂ©e on court tous droit vers l’asphyxie. Dans le meilleur des cas, la disparitĂ© sociale sera encore plus grande. Moins de riche et beaucoup plus de pauvre.

Comment peut on Ă©voluer dans une sociĂ©tĂ© et ĂŞtre si Ă©goĂŻste ?! Si vous ne donner pas la part de la sociĂ©tĂ©, elle viendra vous le rĂ©clamer et pas Ă  votre aise … Si il n’y a pas de travail et donc pas de travailleurs, qui va louer vos appartements ?

Ne mettons pas la charrue avant les bĹ“ufs … l’État doit rĂ©glementer (voir interdire) sur une certaine pĂ©riode, la construction des immeubles Ă  tout vents et imposer la crĂ©ation d’entreprise et d’industries pourvoyeuse de richesse et d’emplois pour la sociĂ©tĂ©.

Voyant venir vos nombreuses interrogations sur le sujet je souhaite préciser quelques points important pour comprendre cette problématique :

1- Je parle bien ici de l’immobilier de rente, c’est Ă  dire construire pour faire louer. On devrait pouvoir construire pour vendre et que certains mĂ©canismes Étatique puissent davantage faciliter l’accès Ă  la propriĂ©tĂ© pour tous.

2- Tout le monde ne devrait pas construire un immeuble à rente, le secteur devrais être reformé car un « nouveau riche » qui vient de faire une affaire, qui gagne 100.000.000 et qui les injecte directement dans une immobilisation à rente est un danger pour notre économie.

3- Cette reforme ne mettrait point en mal l’industrie du bâtiment, non seulement une usine ça se construit aussi, mais encore, il est toujours prĂ©fĂ©rable d’acheter ou de construire sa maison que d’en louer une : voici le vrai point !

4- Quant Ă  la question sur la sĂ©curisation du capital … Nous sommes au 21ème siècle, le monde a Ă©voluĂ©, Jeff Bezos ne vit pas de rente d’un immeuble !!!! Et il existe une multitude d’activitĂ©s gĂ©nĂ©ratrices de revenues plus attrayantes avec un meilleur impact social que l’immobilier de rente.

5- Et OUI, tu peux gagnes ton argent tout seul et l’État vient te dire ce que tu dois faire ou pas avec, c’est le rĂ´le de l’État de crĂ©er les conditions de dĂ©veloppement et de s’assurer de leur effectivitĂ©. Par exemple, tu peux acheter ta Lamborghini qui va Ă  400km/h mais quand tu roules Ă  Abidjan ou Ă  Douala et que tu dĂ©passes les 120Km/h tu es en infraction !

Mohamed Fofana
SIGMA – Cabinet Conseil
www.cabinet-sigma.com

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES