Nos réseaux sociaux

BLOG

đŸ”” Opinion-Edouard BokagnĂ©: « La cardinal Tumi joue Ă  l’apprenti-sorcier

Edouard Bokagné est enseignant et libre penseur.

Publié

Le

APPRENTIS SORCIERS

J’ai lu sur Facebook – j’avoue, ne pas pouvoir rĂ©pondre de son authenticitĂ© – une capture d’Ă©cran provenant d’un livre attribuĂ© au Cardinal Christian Tumi, des propos d’une gravitĂ© qui m’a fait frĂ©mir. Il invitait en substance l’armĂ©e Ă  se saisir du pouvoir pour un bref temps, organiser des Ă©lections et regagner ses casernes.

Si ces propos sont de l’homme, alors convenons-en : ils sont sĂ©ditieux. Cette solution extrĂȘme et antidĂ©mocratique, dĂ©jĂ , (il est bon de le relever), aucun des leaders politiques ; pas mĂȘme le plus engagĂ© d’entre-eux, ne l’embrasse. C’est donc une thĂšse personnelle qui s’assume comme telle.

« l’armĂ©e, quand elle a saisi le pouvoir, ne l’a remis aprĂšs un terme aussi bref et aussi empreint d’altruisme ».

Sa praticabilitĂ© maintenant, telle qu’elle s’est vĂ©cue en Afrique: Rarement – sinon jamais – l’armĂ©e, quand elle a saisi le pouvoir, ne l’a remis aprĂšs un terme aussi bref et aussi empreint d’altruisme. Elle s’est installĂ©e. Le dernier exemple en date a Ă©tĂ© quelque part en Afrique de l’Ouest. Ce sont les masses – et pas un individu quelconque – qui l’ont invitĂ©e. Je crois que lĂ -bas, ils ne se retrouvent plus dans leurs comptes. Le Peuple souverain, pourtant, peut se dĂ©faire d’un rĂ©gime dont il ne veut plus. À condition qu’il soit encadrĂ© par des leaders mĂ©ticuleux, systĂ©matiques et bien organisĂ©s. Non pas de narcissiques prĂ©tentieux. Des rĂ©gimes autocratiques ont Ă©tĂ© balayĂ©s par les urnes. Pour cela, l’opposition s’est donnĂ© le mal de s’organiser et non celui d’injurier.

Si le rĂ©gime est – comme elle le dit – une affreuse dictature, le Peuple s’en est dĂ©jĂ  aperçu. Il n’aurait alors, lui le Peuple, que l’embarras de suivre un canevas que lui aurait tracĂ© ses chefs. OĂč sont-ils, ces chefs ? Leur guerre les uns contre les autres par fidĂšles interposĂ©s est encore plus fĂ©roce que contre le rĂ©gime. Mais l’armĂ©e qu’on invite si imprudemment, qu’est-elle ? L’Ă©manation de ce peuple. Elle ne serait pas une branche Ă  la pensĂ©e unique ; mais des citoyens de toutes ethnies unis par le serment de fidĂ©litĂ© aux institutions. Elle tenta, en 1984, de se saisir du pouvoir. Cela n’a pas rendu justice aux communautĂ©s d’oĂč provenaient les pustchistes. Cela a-t-il augmentĂ© la cohĂ©sion nationale ?

Edouard Bokagné

Le Cardinal joue lĂ  Ă  l’apprenti-sorcier. Tumi n’est pas un leader politique. C’est un religieux exaspĂ©rĂ© par le drame qui se vit dans sa rĂ©gion natale. Et un vieillard nonagĂ©naire qui rĂšgle ses comptes. De quelle maniĂšre !? Avec quelle leçon !? TirĂ© de quel Ă©vangile ? Quand on Ă©coute ce gĂątisme, on finit par croire que le temps influe sur les capacitĂ©s cĂ©rĂ©brales…Mais on le lui pardonnera. C’est un vieil homme et ses Ă©tats de service sont honorables…

Edouard Bokagné

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

BLOG

🔮 Opinion – Faustin Etouke : « Pourquoi la loi contre les homosexuels au Cameroun n’est pas appliquĂ©e ? »

Publié

Le

Par

IndĂ©pendamment de sa race et de son sexe, l’existence de chaque ĂȘtre humain sur la terre est assujettie, d’une part, au mĂ©tabolisme de son SYSTÈME RESPIRATOIRE, c’est-Ă -dire aspirer de l’oxygĂšne (O2) et rejeter du gaz carbonique (CO2), et d’autre part, au mĂ©tabolisme de son APPAREIL DIGESTIF, c’est-Ă -dire ingĂ©rer des aliments (eau, sels minĂ©raux, lipides, glucides, protides, vitamines) et rejeter des excrĂ©ments


Pourquoi les choses sont-elles ainsi ? À proprement parler, on ne peut qu’émettre des hypothĂšses, parce que CELUI qui a conçu l’Univers et les hommes, n’a pas cru bon, semble-t-il, de rendre publics les plans de construction de son Ɠuvre ! RĂ©sultats des courses, chaque civilisation humaine a imaginĂ© ses propres explications de l’existence de l’Univers. Le mot COSMOGONIE est celui qui fait rĂ©fĂ©rence Ă  de telles explications, et comme on peut s’en douter, il en existe un trĂšs grand nombre :

  • Cosmogonie de l’Égypte antique ;
  • Cosmogonie grĂ©co-romaine antique ;
  • Cosmogonie hindou ;
  • Cosmogonie abrahamique ;
  • Cosmogonie des AborigĂšnes d’Australie ;
  • Cosmogonie nordique ;
  • Cosmogonie dogon ;
  • Cosmogonie bambara ;
  • Cosmogonie peule ;
  • Cosmogonie Ă©sotĂ©rique ;
  • Cosmogonie scientifique ;
  • etc


S’agissant donc spĂ©cifiquement de l’homosexualitĂ©, tandis que certaines cosmogonies la rĂ©prouvent et la rĂ©priment totalement, notamment la cosmogonie abrahamique, d’autres cosmogonies lui prĂȘtent le flanc, notamment les cosmogonies grĂ©co-romaine et Ă©sotĂ©rique


Avec la cosmogonie abrahamique, de laquelle dĂ©coulent le judaĂŻsme, le christianisme et l’islam, L’HOMOSEXUALITÉ EST PUNIE DE LA PEINE DE MORT, et avec le Docteur Paul de Tarse, le principal Ă©pigone du christianisme, l’homosexualitĂ© est dĂ©crite comme un phĂ©nomĂšne anomique, c’est-Ă -dire comme un phĂ©nomĂšne pathologique, dont la cause prend naissance dans des dysfonctionnements structurels d’une sociĂ©té 

Cette approche du principal Ă©pigone du christianisme, rejoint celle du principal Ă©pigone du judaĂŻsme, Ă  savoir MoĂŻse, attendu que ce dernier a formulĂ© de sĂ©vĂšres mises en garde aux hommes qu’il guidait dans le dĂ©sert — les avertissant qu’ils seraient frappĂ©s de dĂ©lire, d’aveuglement, d’égarement d’esprit, et mĂȘme de maladies qui n’existaient pas encore — s’ils s’écartaient des dispositions lĂ©gislatives qu’il leur a transmises


Actuellement aux États-Unis, il y a un violent affrontement symbolique et idĂ©ologique entre les tenants de la cosmogonie abrahamique (dont fait partie Donald Trump), et, les tenants des cosmogonies grĂ©co-romaine et Ă©sotĂ©rique (dont font partie Joe Biden et Barack Obama), AVEC POUR POINT D’ORGUE L’HOMOSEXUALITÉ, qui par quel que bout qu’on la prenne est une pratique pathologique et contre-nature


Au Cameroun, entitĂ© politique fabriquĂ©e de toute piĂšce par les Allemands, les Britanniques et les Français, mais entitĂ© ayant accĂ©dĂ© Ă  la souverainetĂ© internationale par le jeu des intĂ©rĂȘts gĂ©opolitiques amĂ©ricains au lendemain de la seconde guerre mondiale, non seulement les cosmogonies des diffĂ©rents groupes ethniques rejettent et punissent l’homosexualitĂ©, mais bien plus, les orientations religieuses dominantes Ă©tant infĂ©odĂ©es Ă  la cosmogonie abrahamique, l’homosexualitĂ© ne devrait y avoir aucun droit de citĂ© !

MAIS IL Y A ANGUILLE SOUS ROCHE


En effet, le mot laĂŻcitĂ© n’est qu’un trompe-l’Ɠil, et l’éducation prĂ©tendument laĂŻque ne l’est pas, attendu que le SYSTÈME ÉDUCATIF est bĂąti sur des considĂ©rants attenants aux cosmogonies grĂ©co-romaine et Ă©sotĂ©rique, comme l’illustre Ă  suffisance le fait que les enseignements de philosophie accordent une place d’honneur Ă  Socrate, Platon et Aristote


Lorsqu’on ajoute Ă  cela le fait qu’il existe, au Cameroun, quelques Ă©lites acadĂ©miques, bureaucratiques et politiques qui ont fraternisĂ© avec des cercles Ă©sotĂ©riques, mais lorsqu’on sait surtout, Ă  la suite du Docteur Paul de Tarse que ces hommes, ayant abandonnĂ© l’usage naturel de la femme, se sont enflammĂ©s dans leurs dĂ©sirs les uns pour les autres, commettant homme avec homme des choses infĂąmes, et recevant en eux-mĂȘmes le salaire que mĂ©ritait leur Ă©garement, alors lĂ , il devient assez loisible de comprendre pourquoi l’homosexualitĂ© n’est pas pourchassĂ©e par l’État camerounais, avec la mĂȘme hargne par exemple qu’il pourchasse les opposants politiques


(Ă©) L’épistĂ©mologue
+237677173160
faustinetouke@yahoo.fr

Lire la suite

ABK ACTU

🇯đŸ‡Č JamaĂŻque: vers une pĂ©nurie de cannabis ?

La JamaĂŻque, pays de Bob Marley, du reggae et des rastas, fait face depuis quelques mois Ă  une baisse de production inĂ©dite. La crainte d’un manque de Marijuana grandit sur l’Ăźle.

Publié

Le

Par

Certes la JamaĂŻque n’est pas le plus gros producteur de cannabis au monde. Elle est mĂȘme trĂšs loin derriĂšre le Maroc ou le Mexique. Mais elle est sans doute l’un de ceux oĂč l’on fume le plus, question de culture. Aujourd’hui l’Ăźle s’inquiĂšte. La production n’a jamais Ă©tĂ© aussi basse. Alerte aux ruptures de stock sur la « ganja » !

En cause, le climat
 et le coronavirus

selon le media français France info: Deux explications. La premiĂšre est climatique: l’an dernier, la saison des ouragans en mer des CaraĂŻbes a Ă©tĂ© terrible. Les plantations ont Ă©tĂ© dĂ©truites par les vents, noyĂ©es sous les pluies
 avant de subir une sĂ©cheresse hors norme.

Dans certaines zones, il n’y a pas de route : il faut faire de trĂšs longs trajets Ă  pied pour chercher l’eau au puits ou Ă  la source et arroser les cultures. Pas simple quand les horaires sont contraints. Certains producteurs ont fini par tout arrĂȘter.

RĂ©sultat, la production est en chute libre, un JamaĂŻcain explique qu’au lieu de produire 300 kilos comme il l’espĂ©rait, il ne pourra en fournir que 180, quasiment deux fois moins. Les pertes pour le secteur se chiffrent Ă  plusieurs dizaines de milliers de dollars.

Un acteur mondial de l’exportation.

Manquer d’herbe au pays de Bob Marley pourrait prĂȘter Ă  faire sourire, pourtant l’enjeu financier est colossal. Chaque fois qu’Ă  travers le monde un pays assouplit sa lĂ©gislation, les perspectives d’exportations – et de profits – augmentent. La JamaĂŻque Â«Â doit devenir un acteur mondial » dit le ministre de l’Agriculture.

L’Ăźle a dĂ©jĂ  commencĂ© Ă  fournir le Canada en huile de cannabis concentrĂ©e. Elle vise d’autres marchĂ©s comme l’Australie et l’Allemagne. Des pays qui devront encore attendre un peu avant de profiter des plaisirs de la ganja.



Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES