Nos réseaux sociaux

ABK ACTU

🔴 Sûreté Nationale: Plus de 3 millions de Camerounais ont un souci avec leur identité !!!

Lors d’un point de presse, la Délégation Générale de la sureté Nationale s’est exprimée sur la situation qui entraine des revendications dans l’opinion publique au sujet de la disponibilité des cartes d’identités.

Publié

Le

En effet, la Délégation Générale à la Sûreté Nationale-DGSN, a constaté que l’ancien système de production des CNI présentait de nombreuses failles, la principale étant la possibilité d’établir plusieurs cartes d’identité pour une même personne, ce qui ouvrait la porte aux personnes qui pouvaient avoir plusieurs identités pour commettre des crimes, toucher les salaires des autres ou « naitre de nouveau ».

Plus de trois millions de personnes sont en situation de double, voire triple identité au Cameroun !

La police camerounaise explique qu’il a donc été urgent d’installer un nouveau système qui peut mieux protéger la nationalité camerounaise. Ce deuxième système vient résoudre ce principal problème, car actuellement au Cameroun, plus de trois (03) millions de personnes sont en situation de double voire triple identité. Ce qu’il faut noter est qu’en pareille circonstance, seule la première identité est la véritable. Mais, ceci pose plus loin un grand problème aux détenteurs de double identité qui ont déjà passé toute une vie avec la seconde identité. En effet, il travaillent avec cette identité, ont des diplômes et de multiples autres avantages avec celle-ci. Ces personnes restent donc attachées à leurs nouvelles identités et refusent totalement d’évoquer l’ancienne qui est pourtant reconnue par le système.

245 mille cartes en souffrances dans les différents commissariats

Lors ce point de presse, il a aussi été mentionné que les anciennes cartes restent valables jusqu’à leurs dates d’expiration.

Autre information, actuellement notre pays compte 280 postes d’identification et 50 postes mobiles pour une production de 10 mille cartes par jour. Il est annoncé pour très bientôt que le Cameroun passera à une capacité de 15 mille cartes par jour. La police Camerounaise fait néanmoins savoir qu’ on compte 245 mille cartes en souffrances dans les différents commissariats.

Le nouveau passeport plus sécurisé sortira dorénavant dans les 48 heures.

La DGSN reconnaît néanmoins qu’il y a encore quelques soucis techniques et des lenteurs dans la livraison du matériel, ce qui peut ralentir le processus de production. Le phénomène de réclamation des carte ne doit donc pas sombrer dans la récupération politique (comme c’est le cas avec les plaintes émises par des cadres de certains partis politiques).

Les responsables la DGSN recommandent par la même occasion a tous les citoyens de dénoncer les actes de corruption et d’arnaques dont il pourraient être victimes.

Au sujet des passeport, une annonce rassurante est faite, le nouveau passeport plus sécurisé sortira dorénavant dans les 48 heures.

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'INFO EN 89 SEC.

☕ Infos en 89 secondes du 16 Juin 2021

Publié

Le

Par

Precedent1 de 10
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Culture : La fête de la musique rend hommage à Manu Dibango

À l’occasion de la fête de la musique qui se célèbre le 21 juin prochain, les activités pour rendre hommage à papa Groove le talentueux saxophoniste Camerounais décédé le 24 mars 2020 de suite de Covid19 s’ouvrent ce jour. L’artiste Manu Dibango puisque s’agit de lui sera célébré ce 16 juin jusqu’au 28 juin prochain dans les espaces culturels de la ville de Douala. Ce mercredi à 18h le cabaret la petite métisse à Bonandjo ouvre le bal des hommage avec du « World » et du « soul World ».

Precedent1 de 10
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Lire la suite

ABK ACTU

⏯️ Dominique Yamb Ntimba : « Les enfants travaillent parce que c’est le seul moyen pour les parents de joindre les deux bouts »

Dominique Yamb Timba (PhD) est universitaire et consultant sur des questions d’économie et de politique? Il était notre invité dans le cadre de la matinale d’ABK Radio au micro d’Achille Assako.

Publié

Le

Par

Pour réécouter en intégralité l’interview, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous quelques attitudes fortes recueillies lors de cette interview:

Au sens de l’organisation Mondiale du Travail et de l’UNICEF, le travail des enfants c’est le travail salarié, également considéré comme exploitation de l’enfant. Travail salarié, c’est également une certaine pénibilité du travail c’est ce que nous pouvons appelé comme travail de l’enfant.

Un enfant est formé comment c’est ça la réelle question. Chez nous c’est sur les aspects techniques qu’on forme les enfants par exemple accompagner ses parents au champ.

Chez nous, on parle plus d’apprentissage et non du travail des enfants. Mais un enfant qui fait tout à la maison cela peut être considéré comme l’exploitation de même que ces enfants dans les mines et autres chantiers risqués.

Les enfants qui se livrent au commerce et autres tâches dans la rue pendant les vacances, c’est la faute au gouvernement. La manière dont un gouvernement traite ses enfants et ses femmes montre la gestion de ce gouvernement là

Les enfants sont dans la rue parce que c’est le seul moyen pour les parents de joindre les deux bouts. Les Camerounais travaillent beaucoup.

Chaque enfant qu’une moto renverse c’est la faute au gouvernement et il faudrait qu’on lui porte plainte.

Il faudrait que d’ici cinq ans, on ait plutôt les enfants dans les parcs et ateliers pour se divertir, pour apprendre. L’état doit prendre ses responsabilités en main.

La question de fond c’est pas les parents, il ne faut pas accuser les parents. C’est le travail du gouvernement de veiller à la sécurité de tout un chacun. C’est le peuple qui travaille pour le gouvernement et la moindre des chose c’est que celui-ci prenne soin de ce peuple.

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES