Nos réseaux sociaux

ABK ACTU

🔴 Sûreté Nationale: Plus de 3 millions de Camerounais ont un souci avec leur identité !!!

Lors d’un point de presse, la DĂ©lĂ©gation GĂ©nĂ©rale de la suretĂ© Nationale s’est exprimĂ©e sur la situation qui entraine des revendications dans l’opinion publique au sujet de la disponibilitĂ© des cartes d’identitĂ©s.

Publié

Le

En effet, la DĂ©lĂ©gation GĂ©nĂ©rale Ă  la SĂ»retĂ© Nationale-DGSN, a constatĂ© que l’ancien système de production des CNI prĂ©sentait de nombreuses failles, la principale Ă©tant la possibilitĂ© d’Ă©tablir plusieurs cartes d’identitĂ© pour une mĂŞme personne, ce qui ouvrait la porte aux personnes qui pouvaient avoir plusieurs identitĂ©s pour commettre des crimes, toucher les salaires des autres ou « naitre de nouveau ».

Plus de trois millions de personnes sont en situation de double, voire triple identité au Cameroun !

La police camerounaise explique qu’il a donc Ă©tĂ© urgent d’installer un nouveau système qui peut mieux protĂ©ger la nationalitĂ© camerounaise. Ce deuxième système vient rĂ©soudre ce principal problème, car actuellement au Cameroun, plus de trois (03) millions de personnes sont en situation de double voire triple identitĂ©. Ce qu’il faut noter est qu’en pareille circonstance, seule la première identitĂ© est la vĂ©ritable. Mais, ceci pose plus loin un grand problème aux dĂ©tenteurs de double identitĂ© qui ont dĂ©jĂ  passĂ© toute une vie avec la seconde identitĂ©. En effet, il travaillent avec cette identitĂ©, ont des diplĂ´mes et de multiples autres avantages avec celle-ci. Ces personnes restent donc attachĂ©es Ă  leurs nouvelles identitĂ©s et refusent totalement d’Ă©voquer l’ancienne qui est pourtant reconnue par le système.

245 mille cartes en souffrances dans les différents commissariats

Lors ce point de presse, il a aussi Ă©tĂ© mentionnĂ© que les anciennes cartes restent valables jusqu’Ă  leurs dates d’expiration.

Autre information, actuellement notre pays compte 280 postes d’identification et 50 postes mobiles pour une production de 10 mille cartes par jour. Il est annoncĂ© pour très bientĂ´t que le Cameroun passera Ă  une capacitĂ© de 15 mille cartes par jour. La police Camerounaise fait nĂ©anmoins savoir qu’ on compte 245 mille cartes en souffrances dans les diffĂ©rents commissariats.

Le nouveau passeport plus sécurisé sortira dorénavant dans les 48 heures.

La DGSN reconnaĂ®t nĂ©anmoins qu’il y a encore quelques soucis techniques et des lenteurs dans la livraison du matĂ©riel, ce qui peut ralentir le processus de production. Le phĂ©nomène de rĂ©clamation des carte ne doit donc pas sombrer dans la rĂ©cupĂ©ration politique (comme c’est le cas avec les plaintes Ă©mises par des cadres de certains partis politiques).

Les responsables la DGSN recommandent par la mĂŞme occasion a tous les citoyens de dĂ©noncer les actes de corruption et d’arnaques dont il pourraient ĂŞtre victimes.

Au sujet des passeport, une annonce rassurante est faite, le nouveau passeport plus sécurisé sortira dorénavant dans les 48 heures.

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ABK ACTU

đź”´ Football: Mbombo Njoya n’est plus prĂ©sident de la FECAFOOT selon le Tribunal Arbitral du Sport !!!

La Fédération Camerounaise de Football se retrouve une fois de plus sans comité exécutif après la décision du TAS qui annule l’élection du comité exécutif de Décembre 2018.

Publié

Le

Par

C’était la journée la plus attendue du calendrier sportif de ce début d’année 2021 à coté du CHAN 2021.

À 24 heures exactement du début de ce regroupement du football Africain, le Tribunal Arbitral du Sport TAS vient d’annuler l’élection qui avait porté à la tête de la FECAFOOT Seidou MBOMBO NJOYA et son comité exécutif à la suite de la plainte déposée par AS MEIGANGA, notamment par l’Association des clubs de football amateur (Acfac) qui porte en arrière-plan la plainte d’OIympique de Meiganga.

« corruption lors de l’assemblée générale de validation des textes fondateurs le 10 octobre 2018 à Mbankomo »

Les contestataires faisaient état d’actes de corruption lors de l’assemblée générale de validation des textes fondateurs de la Fécafoot le 10 octobre 2018 à Mbankomo, près de Yaoundé.

Il avait également été reproché au Comité de normalisation dirigé par Me Dieudonné Happi, d’avoir violé plusieurs dispositions des statuts de mai 2009 qui étaient en vigueur avant le 10 octobre 2018.

Une nouvelle qui tombe comme une massue sur l’exécutif de TSINGA qui va certainement se porter vers des juridictions supérieures notamment le Tribunal Fédéral Suisse pour tenter d’invalider cette décision.

En attendant, un fait ne manque pas de captiver l’attention des observateurs.

Les noms de tous les membres du comité exécutif de la FECAFOOT ne faisaient pas déjà partie de la liste des personnalités attendues lors de diverses cérémonies de réception en terre camerounaise du président de la FIFA ce 15 Janvier. Un signe?

Lire la suite

ABK ACTU

⏯️ HervĂ© Nkom: « On doit sĂ©curiser notre Ă©tat civil avant les cartes nationales d’identité »

Hervé Emmanuel NKOM est consultant, ex banquier et homme politique.

Publié

Le

Par

Hervé-Emmanuel Nkom

Pour rĂ©Ă©couter en intĂ©gralitĂ© l’interview de HervĂ© Emmanuel Nkom, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous, quelques attitudes de Hervé Emmanuel Nkom saisies lors de cette interview:

« Concernant les difficultĂ©s d’accession Ă  la carte d’identitĂ©, je sais qu’on a l’art de banaliser ce qui est important. Nous avons la carte d’identitĂ© qui doit Ă©voluer au Cameroun. nous avons un gros problème, parce qu’ une carte d’identitĂ© est plus qu’importante dans ce contexte d’insĂ©curitĂ© nationale perpĂ©tuelle. Cette situation cause un ralentissement des activitĂ©s Ă©conomiques; on est donc face Ă  un très gros problème de sĂ©curitĂ©. »

« Concernant les actes de naissance , c’est mĂŞme le document qu’il faut avoir avant les autres; car, c’est cette pièce qui permet de faire une carte d’identitĂ© ou encore un passeport…Il est indispensable pour la sĂ©curité »

« une carte d’identitĂ© est plus qu’importante dans ce contexte d’insĂ©curitĂ© nationale perpĂ©tuelle »

« Selon la logique, le document ultra essentiel Ă  protĂ©ger c’est l’acte de naissance; mais, on se rend compte que pour qu’un camerounais puisse avoir un Ă©tat civil, c’est très compliquĂ©. La solution serait de recommencer tout dès le dĂ©but, c’est Ă  dire arranger premièrement la situation des actes de naissance et ensuite amĂ©liorer les conditions de dĂ©livrance des cartes nationales d’identitĂ©;

« La non possession de documents officiels affecte l’Ă©volution de des citoyens. La question est très importante il s’agit de notre sĂ©curitĂ© collective. »

Transcriptions: Laila Djamilatou

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES