Nos réseaux sociaux

ABK ACTU

⏯️ Franck Essi (CPP): « Notre parti est devenu faible, mais c’est la faute du RDPC »

Franck Essi est Secrétaire Général du CPP (Cameroon People’s Party). Il était l’invité de la Matinale sur ABK Radio, pour une interview avec Achille Assako.

Publié

Le

Franck Essi

Pour réécouter en intégralité l’interview de Franck Essi sur ABK Radio, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous, quelques attitudes de Franck Essi saisies lors de cette interview

« Le CPP a été mis sur pied pour servir le peuple camerounais…. Mais quand on a les discours de haine et de tribalisme, on se pose la question de savoir si on est encore un peuple ».

« Faire la même chose et s’attendre à des résultats différents, c’est de la folie ! C’est pourquoi on a cessé d’accompagner le régime en place en boycottant les élections. S’il faut se mobiliser pour la paix dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, ce n’est pas au CPP de le faire. Notre rôle est de mettre en place des mécanismes pour la bonne marche du pays . »

« La politique ce n’est pas seulement se faire élire. C’est aussi tirer des leçons sur ce qui se passe au pays. »

« Avant octobre 2016, nous avons attiré l’attention sur la transition politique. Pourquoi ? Car il y’a une impasse politique et une impasse sur le développement… L’état est pris en otage par une oligarchie politique et militaire. Il arrive un moment où on se demande: est ce que la gouvernance telle qu’elle fonctionne est à la hauteur des défis? »

« La liberté d’expression n’est pas respectée au Cameroun… Il faut qu’on se réaccorde sur les valeurs ».

« C’est quoi être Camerounais ? Pour nous, simplement, c’est avoir certains droits: le droit de m’engager dans un parti politique, le droit de m’exprimer…Or la liberté d’expression n’est pas respectée à mon avis… Il faut qu’on se réaccorde sur les valeurs. La vie est sacrée , Nous dénonçons les arrestations arbitraires et les tortures sur les populations ».

« Un ensemble de facteurs a contribué à ce que notre parti ait un fonctionnement qui n’est pas normal… On a opéré a travers le congrès de 2014 une sorte de révolution interne. C’est de là qu’est né le mouvement Stand Up For Cameroon »

Transcriptions Laila Djamilatou et Laure Manga

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ABK ACTU

🔴 Football: Mbombo Njoya n’est plus président de la FECAFOOT selon le Tribunal Arbitral du Sport !!!

La Fédération Camerounaise de Football se retrouve une fois de plus sans comité exécutif après la décision du TAS qui annule l’élection du comité exécutif de Décembre 2018.

Publié

Le

Par

C’était la journée la plus attendue du calendrier sportif de ce début d’année 2021 à coté du CHAN 2021.

À 24 heures exactement du début de ce regroupement du football Africain, le Tribunal Arbitral du Sport TAS vient d’annuler l’élection qui avait porté à la tête de la FECAFOOT Seidou MBOMBO NJOYA et son comité exécutif à la suite de la plainte déposée par AS MEIGANGA, notamment par l’Association des clubs de football amateur (Acfac) qui porte en arrière-plan la plainte d’OIympique de Meiganga.

« corruption lors de l’assemblée générale de validation des textes fondateurs le 10 octobre 2018 à Mbankomo »

Les contestataires faisaient état d’actes de corruption lors de l’assemblée générale de validation des textes fondateurs de la Fécafoot le 10 octobre 2018 à Mbankomo, près de Yaoundé.

Il avait également été reproché au Comité de normalisation dirigé par Me Dieudonné Happi, d’avoir violé plusieurs dispositions des statuts de mai 2009 qui étaient en vigueur avant le 10 octobre 2018.

Une nouvelle qui tombe comme une massue sur l’exécutif de TSINGA qui va certainement se porter vers des juridictions supérieures notamment le Tribunal Fédéral Suisse pour tenter d’invalider cette décision.

En attendant, un fait ne manque pas de captiver l’attention des observateurs.

Les noms de tous les membres du comité exécutif de la FECAFOOT ne faisaient pas déjà partie de la liste des personnalités attendues lors de diverses cérémonies de réception en terre camerounaise du président de la FIFA ce 15 Janvier. Un signe?

Lire la suite

ABK ACTU

⏯️ Hervé Nkom: « On doit sécuriser notre état civil avant les cartes nationales d’identité »

Hervé Emmanuel NKOM est consultant, ex banquier et homme politique.

Publié

Le

Par

Hervé-Emmanuel Nkom

Pour réécouter en intégralité l’interview de Hervé Emmanuel Nkom, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous, quelques attitudes de Hervé Emmanuel Nkom saisies lors de cette interview:

« Concernant les difficultés d’accession à la carte d’identité, je sais qu’on a l’art de banaliser ce qui est important. Nous avons la carte d’identité qui doit évoluer au Cameroun. nous avons un gros problème, parce qu’ une carte d’identité est plus qu’importante dans ce contexte d’insécurité nationale perpétuelle. Cette situation cause un ralentissement des activités économiques; on est donc face à un très gros problème de sécurité. »

« Concernant les actes de naissance , c’est même le document qu’il faut avoir avant les autres; car, c’est cette pièce qui permet de faire une carte d’identité ou encore un passeport…Il est indispensable pour la sécurité »

« une carte d’identité est plus qu’importante dans ce contexte d’insécurité nationale perpétuelle »

« Selon la logique, le document ultra essentiel à protéger c’est l’acte de naissance; mais, on se rend compte que pour qu’un camerounais puisse avoir un état civil, c’est très compliqué. La solution serait de recommencer tout dès le début, c’est à dire arranger premièrement la situation des actes de naissance et ensuite améliorer les conditions de délivrance des cartes nationales d’identité;

« La non possession de documents officiels affecte l’évolution de des citoyens. La question est très importante il s’agit de notre sécurité collective. »

Transcriptions: Laila Djamilatou

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES