Nos réseaux sociaux

BLOG

🔵 Opinion-Charles MONGUE-MOUYEME: « La Fécafoot c’est le Cameroun en miniature, pas de quoi en être scandalisé! »

Charles Mongue-Mouyeme est un observateur averti de la scène footbalistique du Cameroun.

Publié

Le

1- Causez toujours, nous on avance

Je suis étonné que les gens soient si scandalisés par ce qui se passe à la FECAFOOT. Quand comprendrons-nous que le foot est la meilleure vitrine du Cameroun? Cette vitrine ne montre que ce qu’est devenu notre pays! Oui, la FECAFOOT, c’est le Cameroun en miniature. Tenez, vous souvenez-vous que des consultations avaient été lancées récemment pour savoir ce que l’opposition et la société civile avaient comme propositions pour le calendrier électoral? La tendance générale qui s’était dégagée de cette large concertation était que les sénatoriales se déroulent après les municipales et les législatives. Qu’est-ce qui a été fait par ceux qui dirigent? Eh bien, n’est-ce pas ce que la Fédé a reproduit?

2- Combien coûtent vos consciences?

La candidate à la présidence de la FECAFOOT a porté plainte contre des délégués à l’assemblée générale de la Fédé du 19 juin 2013 pour, dit-elle, abus de confiance. Elle explique que des membres du comité exécutif sont allés la voir pour lui dire que, en raison du blocage des comptes de la Fédé, les délégués venus des régions sont sans abris à Yaoundé, et n’ont rien à manger. Grand cœur, elle a donc donné de l’argent (20 millions de francs CFA environ), pour leur venir en aide. « J’ai agi en mécène », déclare-t-elle dans une interview diffusée à la radio. Seulement, après les « élections », elle exige que son argent lui soit remboursé, et porte donc plainte pour abus de confiance. Drôle de mécène qui attend une contrepartie, n’est-ce pas? Mais quelle contrepartie attendait-elle?

Eh bien, c’est le « secrétaire général » de la Ligue de Football du Littoral qui apportera la réponse dans une autre interview qu’il accorde à une radio, après avoir été relaxé du SED (Secrétariat d’Etat à la Défense) où il était interpellé, suite au remboursement effectué par le « nouveau président » de la Ligue du Littoral. Cet argent, avoue-t-il, était destiné aux délégués des régions, dans le cadre du « lobbying » des élections. En français facile, il s’agissait d’acheter les votes des délégués en faveur de la candidate.

Cela ne vous rappelle-t-il pas les sacs de riz et de maquereau, les billets de banque qui sont distribués aux populations électrices lors des consultations électorales de la scène politique au Cameroun? L’achat des votes et des consciences, pourtant interdit par les lois du pays, est un sport très pratiqué au Cameroun. Impunément! Le foot, notre vitrine, ne fait que l’exposer. Pouah!

3- Qui est la créature de qui?

Le culte de la personnalité a atteint les sommets. Même privé de liberté, le président sortant de la Fédé était obligé de se présenter à « l’élection », parce qu’aucun de ses sujets ne s’estimait avoir assez de carrure pour s’asseoir sur son trône. Des magistrats supposés de haut vol torpillent allègrement le droit, des responsables d’organismes internationaux donneurs de leçons de bonne gouvernance à nos républiques dites « bananières » prennent part à des sortes d’orgies de corruption à ciel ouvert, des jeunes gens hypothèquent ce qu’il leur restait de crédibilité et donc leur avenir, pourvu que leur dieu leur maintienne sa « bénédiction ». On ment éhontément, on tronque le savoir scientifique, on s’humilie publiquement, on pose des actes suicidaires, pour célébrer celui qui est devenu un véritable gourou. Oui, au niveau où se trouve notre foot, ces gens qui semblent avoir subi un lavage de cerveau, affirment, pince-sans-rire, que le football se porte bien au pays de Mbappè Lépé! C’est fou!

Tenez, mais c’est vrai qu’au Cameroun, il y a des hommes qui sont les créatures d’autres hommes! C’est vrai que des docteurs en doctorats et autres « élites » n’ont aucune retenue à aller dans les médias affirmer que le Cameroun se porte très bien aujourd’hui. C’est vrai que le président du Sénat au Cameroun peut nommer un Secrétaire Général, et ce dernier se retrouve à remercier plutôt Son Excellence … Oui, c’est vrai qu’en 2013, il se trouve des esprits très éclairés qui demandent déjà au Chef de l’Etat de se représenter à l’élection présidentielle de …2018!

Le foot vient encore d’étaler à la face du monde les cimes de l’ubuesque que notre pays a atteint aujourd’hui avec le culte de la personnalité. Où sont nos psys pour diagnostiquer cette maladie peu ordinaire? SOS!

4- « Observateurs ndolè »

Chaque fois qu’il y a des élections « politiques » au Cameroun, on nous annonce l’arrivée d’observateurs internationaux, et le pouvoir en place en parle à satiété, pour utiliser ces présences « neutres » comme gage de la transparence du scrutin. Et à la fin du vote, ces observateurs recherchent les micros et caméras des médias pour accorder des interviews dans lesquelles ils affirment tous, comme une leçon bien apprise, que « les élections se sont bien déroulées dans l’ensemble, malgré quelques irrégularités qui ne peuvent pas entacher le résultat final ». Ces déclarations sont reprises en boucle dans tous les médias, pendant plusieurs jours, en tout cas suffisamment longtemps pour noyer les plaintes de l’opposition relativement à l’organisation du scrutin. Et certain porte-parole peut alors monter au créneau pour « démontrer » le caractère irréprochable des élections, « d’ailleurs relevé par la communauté internationale qui a tout observé ».

Que croyez-vous que les envoyés spéciaux de la FIFA ont fait le 19 juin dernier au sortir de « l’élection » à la FECAFOOT? Eh bien, la même chose. Ils se sont volontiers prêtés aux interviews, pour déclarer qu’ils ont assisté à une élection correcte, malgré quelques récriminations qui ne manquent jamais en pareille circonstance. Et que croyez-vous que les dirigeants de la Fédé ont fait d’autre que de présenter ces interviews dans les médias comme caution à la transparence et à la crédibilité du « scrutin ».

Le Cameroun est bien l’un des champions du monde la corruption, et il n’est pas jusqu’aux étrangers (même venant des pays « civilisés ») qui ne s’y piquent quand ils s’y frottent. La crise du foot camerounais agit donc comme un révélateur puissant. Vous avez dit « observateurs ndolè »?

Charles MONGUE-MOUYEME
21 juin 2013

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

BLOG

🔴 Opinion – Faustin Etouke : « Pourquoi la loi contre les homosexuels au Cameroun n’est pas appliquée ? »

Publié

Le

Par

Indépendamment de sa race et de son sexe, l’existence de chaque être humain sur la terre est assujettie, d’une part, au métabolisme de son SYSTÈME RESPIRATOIRE, c’est-à-dire aspirer de l’oxygène (O2) et rejeter du gaz carbonique (CO2), et d’autre part, au métabolisme de son APPAREIL DIGESTIF, c’est-à-dire ingérer des aliments (eau, sels minéraux, lipides, glucides, protides, vitamines) et rejeter des excréments…

Pourquoi les choses sont-elles ainsi ? À proprement parler, on ne peut qu’émettre des hypothèses, parce que CELUI qui a conçu l’Univers et les hommes, n’a pas cru bon, semble-t-il, de rendre publics les plans de construction de son œuvre ! Résultats des courses, chaque civilisation humaine a imaginé ses propres explications de l’existence de l’Univers. Le mot COSMOGONIE est celui qui fait référence à de telles explications, et comme on peut s’en douter, il en existe un très grand nombre :

  • Cosmogonie de l’Égypte antique ;
  • Cosmogonie gréco-romaine antique ;
  • Cosmogonie hindou ;
  • Cosmogonie abrahamique ;
  • Cosmogonie des Aborigènes d’Australie ;
  • Cosmogonie nordique ;
  • Cosmogonie dogon ;
  • Cosmogonie bambara ;
  • Cosmogonie peule ;
  • Cosmogonie ésotérique ;
  • Cosmogonie scientifique ;
  • etc…

S’agissant donc spécifiquement de l’homosexualité, tandis que certaines cosmogonies la réprouvent et la répriment totalement, notamment la cosmogonie abrahamique, d’autres cosmogonies lui prêtent le flanc, notamment les cosmogonies gréco-romaine et ésotérique…

Avec la cosmogonie abrahamique, de laquelle découlent le judaïsme, le christianisme et l’islam, L’HOMOSEXUALITÉ EST PUNIE DE LA PEINE DE MORT, et avec le Docteur Paul de Tarse, le principal épigone du christianisme, l’homosexualité est décrite comme un phénomène anomique, c’est-à-dire comme un phénomène pathologique, dont la cause prend naissance dans des dysfonctionnements structurels d’une société…

Cette approche du principal épigone du christianisme, rejoint celle du principal épigone du judaïsme, à savoir Moïse, attendu que ce dernier a formulé de sévères mises en garde aux hommes qu’il guidait dans le désert — les avertissant qu’ils seraient frappés de délire, d’aveuglement, d’égarement d’esprit, et même de maladies qui n’existaient pas encore — s’ils s’écartaient des dispositions législatives qu’il leur a transmises…

Actuellement aux États-Unis, il y a un violent affrontement symbolique et idéologique entre les tenants de la cosmogonie abrahamique (dont fait partie Donald Trump), et, les tenants des cosmogonies gréco-romaine et ésotérique (dont font partie Joe Biden et Barack Obama), AVEC POUR POINT D’ORGUE L’HOMOSEXUALITÉ, qui par quel que bout qu’on la prenne est une pratique pathologique et contre-nature…

Au Cameroun, entité politique fabriquée de toute pièce par les Allemands, les Britanniques et les Français, mais entité ayant accédé à la souveraineté internationale par le jeu des intérêts géopolitiques américains au lendemain de la seconde guerre mondiale, non seulement les cosmogonies des différents groupes ethniques rejettent et punissent l’homosexualité, mais bien plus, les orientations religieuses dominantes étant inféodées à la cosmogonie abrahamique, l’homosexualité ne devrait y avoir aucun droit de cité !

MAIS IL Y A ANGUILLE SOUS ROCHE…

En effet, le mot laïcité n’est qu’un trompe-l’œil, et l’éducation prétendument laïque ne l’est pas, attendu que le SYSTÈME ÉDUCATIF est bâti sur des considérants attenants aux cosmogonies gréco-romaine et ésotérique, comme l’illustre à suffisance le fait que les enseignements de philosophie accordent une place d’honneur à Socrate, Platon et Aristote…

Lorsqu’on ajoute à cela le fait qu’il existe, au Cameroun, quelques élites académiques, bureaucratiques et politiques qui ont fraternisé avec des cercles ésotériques, mais lorsqu’on sait surtout, à la suite du Docteur Paul de Tarse que ces hommes, ayant abandonné l’usage naturel de la femme, se sont enflammés dans leurs désirs les uns pour les autres, commettant homme avec homme des choses infâmes, et recevant en eux-mêmes le salaire que méritait leur égarement, alors là, il devient assez loisible de comprendre pourquoi l’homosexualité n’est pas pourchassée par l’État camerounais, avec la même hargne par exemple qu’il pourchasse les opposants politiques…

(é) L’épistémologue
+237677173160
faustinetouke@yahoo.fr

Lire la suite

ABK ACTU

🇯🇲 Jamaïque: vers une pénurie de cannabis ?

La Jamaïque, pays de Bob Marley, du reggae et des rastas, fait face depuis quelques mois à une baisse de production inédite. La crainte d’un manque de Marijuana grandit sur l’île.

Publié

Le

Par

Certes la Jamaïque n’est pas le plus gros producteur de cannabis au monde. Elle est même très loin derrière le Maroc ou le Mexique. Mais elle est sans doute l’un de ceux où l’on fume le plus, question de culture. Aujourd’hui l’île s’inquiète. La production n’a jamais été aussi basse. Alerte aux ruptures de stock sur la « ganja » !

En cause, le climat… et le coronavirus

selon le media français France info: Deux explications. La première est climatique: l’an dernier, la saison des ouragans en mer des Caraïbes a été terrible. Les plantations ont été détruites par les vents, noyées sous les pluies… avant de subir une sécheresse hors norme.

Dans certaines zones, il n’y a pas de route : il faut faire de très longs trajets à pied pour chercher l’eau au puits ou à la source et arroser les cultures. Pas simple quand les horaires sont contraints. Certains producteurs ont fini par tout arrêter.

Résultat, la production est en chute libre, un Jamaïcain explique qu’au lieu de produire 300 kilos comme il l’espérait, il ne pourra en fournir que 180, quasiment deux fois moins. Les pertes pour le secteur se chiffrent à plusieurs dizaines de milliers de dollars.

Un acteur mondial de l’exportation.

Manquer d’herbe au pays de Bob Marley pourrait prêter à faire sourire, pourtant l’enjeu financier est colossal. Chaque fois qu’à travers le monde un pays assouplit sa législation, les perspectives d’exportations – et de profits – augmentent. La Jamaïque « doit devenir un acteur mondial » dit le ministre de l’Agriculture.

L’île a déjà commencé à fournir le Canada en huile de cannabis concentrée. Elle vise d’autres marchés comme l’Australie et l’Allemagne. Des pays qui devront encore attendre un peu avant de profiter des plaisirs de la ganja.



Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES