Nos réseaux sociaux

ABK ACTU

🔴 FECAFOOT: Seidou Mbombo Njoya et la FIFA à la barre

Le TAS demande à SEIDOU NJOYA de justifier sa présence à TSINGA et exige de la FIFA qu’elle se détermine par rapport au chaos qui règne dans le Footbal Camerounais !

Publié

Le

Dans des courriers adressés ce jour à Seidou Mbombo Njoya et à la Fifa, le Tribunal arbitral du Sport vient de replacer les choses à l’endroit et entend siffler très prochainement (dans une dizaine de jours), la fin du désordre qui règne dans le football camerounais.

A Seidou Mbombo Njoya, pièces jointes à l’appui, le TAS demande de justifier le fait qu’il soit encore à Tsinga et qu’il signe des documents au nom de la FECAFOOT alors même que l’entièreté du processus électoral l’ayant conduit à la tête de l’instance faitière du football camerounais a été annulé par une sentence rendue le 15 janvier dernier.

Il lui est également demandé de donner son avis sur l’AG extraordinaire du 2 février dernier qui aboutit à la désignation d’un comité provisoire de gestion (CPG) avec à sa tête le Sénateur Albert Mbida. Les documents dans lesquels Seidou traite les membres de l’AG de 2009 de « personnes sans qualité » ont versés au dossier et Seidou est appelé à s’expliquer à ce sujet.

A la Fifa (Fatma Samoura), le TAS demande de se prononcer sur le désordre à la Fecafoot. Notamment le fait que malgré une sentence qui annulé le processus électoral qui a conduit à l’élection de Seidou Mbombo Njoya, la SG Fifa et Gianni infantino himself ont sciemment cru bon de laisser à penser que le TAS avait décidé que l’exécutif en place devait conduire la transition alors qu’il n’en a jamais été question dans la décision.

Le point 235 querellé n’étant rien d’autre que des commentaires des juges arbitres. La Fifa devra aussi, sous 10 jours, se déterminer sur l’AG extraordinaire du 2 février 2021 qui a aboutit à la mise sur pied d’un CPG conduit par le Sénateur Albert Mbida et dire qui fait exactement quoi à la Fecafoot.

Ainsi, aussi bien Seidou Njoya que la Fifa, chacun devra s’expliquer sur des faits qui, depuis la sentence du 15 janvier 2021, frisent le ridicule et contribuent juste à enfoncer un peu plus le football camerounais dans la tourmente.

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ABK ACTU

⏯️ Antoine DJOMO : « Les éditeurs locaux produisent à l’extérieur, c’est bénéfique pour eux car ils ne paient pas les taxes, les imprimeurs locaux si »

Antoine DJOMO, Président du Syndicat National des Employeurs des Industries, Arts Polygraphiques et Activités Connexes

Publié

Le

Par

Pour réécouter en intégralité l’interview, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous quelques attitudes fortes recueillies lors de cette interview:

« La pénurie de manuels scolaire sera toujours là tant que les pouvoirs publics ne changent pas de paradigme. On exporte le livre à l’extérieur et la pandémie de Coronavirus a accentué le déficit. »

« Le premier ministre ne doit pas se limiter aux recommandations, il doit accompagner les imprimeurs locaux »

« Les prix de manuels scolaires sont abordables. Les manuels qui sont faits à l’extérieur ne sont pas des papiers de qualité c’est pourquoi vous allez voir au bout de 3 ou 4 mois le manuel scolaire de l’enfant est abîmé. »

« Les difficultés auxquelles nous sommes confrontées : les matières premières taxées, les conventions signées par l’État ne sont pas respectées, la main d’œuvre locale n’est pas bien formée car le gouvernement et les éditeurs sont exigeant sur la qualité du livre »

« Après la crise du Covid il y a beaucoup d’imprimeries qui ont fermé. Il faut que l’État jette un coup d’œil pour développer l’industrie locale. »

« Si on avait des commandes fermes on pouvait avoir les études de finitions qui pourront nous aider à rivaliser avec les étrangers. Avec ça on va relever l’industrie locale. »

Lire la suite

L'INFO EN 89 SEC.

☕ Infos en 89 secondes du 16 Septembre 2021

Publié

Le

Par

Precedent1 de 8
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Santé : Une femme de 55 ans met au monde un enfant

Au Chracerh centre hospitalier des recherches et d’application en chirurgie endoscopique et reproduction humaine a enregistré deux nouvelles naissances hier mercredi. Parmi celles-ci, le bébé de sexe féminin d’une femme de 55 ans. Celle ci a pu découvrir les joies de la maternité grâce à la science, après six essais non concluant.

Precedent1 de 8
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES