Nos réseaux sociaux

CULTURE & SOCIÉTÉ

🔮 GABON : L’homme destituĂ© de son statut de chef de famille par un projet de loi

Publié

Le

Depuis le Mardi 23 mars 2021, le gouvernement a adoptĂ© un projet de loi modifiant le Code civil. Cette modification vise Ă  promouvoir l’égalitĂ© entre les sexes. Avec cette loi,les Gabonaises vont gagner en autonomie et aussi en responsabilitĂ©s.

Parmi les avantages que l’époux perd suite Ă  cette modification, il y a son rĂŽle de chef de famille. Il perd Ă©galement le monopole de l’administration lĂ©gale des biens d’un mineur non Ă©mancipĂ© pour le remplacer par un exercice commun.

Le mari perd aussi le choix de la rĂ©sidence familiale pour en faire un choix commun. Une autre disposition supprime l’obligation de notifier au mari par la banque, l’ouverture d’un compte et la balance dĂ©bitrice de celui-ci par la femme pour les remplacer par un principe Ă©galitaire, en modifiant la disposition qui incombe au mari sur les charges du mariage.

La rĂ©forme porte Ă©galement sur l’augmentation des droits du conjoint survivant et des nouvelles dispositions concernant le divorce.

Pour le cas du divorce, les rĂ©formes suivantes sont apportĂ©es : l’inscription dans le code civil des critĂšres identiques pour la femme et l’homme pour qualifier l’adultĂšre qui demeure une cause de divorce ; le cas de l’abandon Ă©tabli comme un cas de divorce pour faute et amĂ©nager le cas Ă©chĂ©ant la prĂ©somption de filiation ; l’inscription dans les cas de divorce pour faute tout fait de violence domestique Ă©tabli Ă  l’égard d’un conjoint ; l’instauration du divorce par consentement mutuel, avec ou sans l’intervention du juge, en permettant de dĂ©sencombrer les tribunaux et simplifier les divorces non contentieux.

Le projet met fin Ă  l’obligation d’obĂ©issance de la femme.

Ces dispositions ne sont pas cependant dĂ©jĂ  applicables. Le projet de loi doit ĂȘtre dĂ©battu Ă  l’AssemblĂ©e nationale et au SĂ©nat. Ces deux chambres sont actuellement dominĂ©es par le Parti dĂ©mocratique gabonais (PDG, le parti au pouvoir depuis 53 ans). Aucune loi soumise par le gouvernement n’a Ă©tĂ© sĂ©rieusement retoquĂ©e par le parlement

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CULTURE & SOCIÉTÉ

🔮 SociĂ©tĂ©: Ecobank Cameroun lance le programme « Ellever » pour dynamiser les entreprises fĂ©minines.

Ecobank Cameroun, filiale du groupe leader panafricain Ecobank, Ă  officiellement lancĂ© « Ellever », son programme phare dĂ©diĂ© aux femmes, pour stimuler et accompagner les entreprises dirigĂ©es par des femmes ou orientĂ©es sur les femmes en leur proposant des solutions financiĂšres Ă  valeur ajoutĂ©e qui permettront Ă  leurs entreprises d’atteindre leur plein potentiel et la rĂ©ussite.

Publié

Le


Les petites et moyennes entreprises (PME) reprĂ©sentant 90% des entreprises en Afrique et les femmes dĂ©tiennent environ un tiers des PME africaines immatriculĂ©es. Aujourd’hui, une femme sur quatre en Afrique (25,9%) crĂ©e ou dirige une entreprise. NĂ©anmoins, les femmes ne bĂ©nĂ©ficient pas d’un accĂšs Ă©gal Ă  des services financiers de qualitĂ© et on estime que le dĂ©ficit de financement des PME dĂ©tenues par une femme se chiffre Ă  42 milliards de dollars US, faisant de la difficultĂ© d’accĂšs au financement un obstacle majeur Ă  la croissance de ces entreprises.

Mme Gwendoline Abunaw, Directeur GĂ©nĂ©ral de Ecobank Cameroun, Ă  prĂ©cisĂ© : « le dĂ©veloppement des entreprises dirigĂ©es par des femmes et orientĂ©es sur les femmes a longtemps Ă©tĂ© entravĂ© par toutes une sĂ©ries d’obstacles, notamment l’accĂšs aux financements. Nous avons spĂ©cialement conçu « Ellever » pour rĂ©pondre aux besoins des femmes entrepreneurs en leur proposant des solutions complĂštes, personnalisĂ©es et sur mesure, en particulier des prĂȘts Ă  des taux avantageux, une meilleure gestion de la trĂ©sorerie et des services Ă  valeur ajoutĂ©e tels que la formation au leadership, le mentorat et des opportunitĂ©s de rĂ©seautage.

La Banque Commerciale Ecobank alloue au moins 10% de son portefeuille de prĂȘts aux entreprises fĂ©minines. « Les entreprises dirigĂ©es par des femmes constituent un marchĂ© trĂšs mal desservi et Ecobank Cameroun est dĂ©terminĂ©e Ă  les aider Ă  rĂ©aliser leur potentiel, Ă  saisir les opportunitĂ©s commerciales, Ă  pouvoir s’agrandir et Ă  devenir pĂ©rennes. Elles pourront ainsi jouer un rĂŽle majeur dans le dĂ©veloppement social et Ă©conomique du Cameroun, en plus de crĂ©er des emplois, nĂ©cessaires Ă  la gĂ©nĂ©ration actuelle et aux gĂ©nĂ©rations futures des camerounais » Ă -t-elle ajoutĂ©.


Le lancement officiel du programme « Ellever » par Ecobank Cameroun a eu lieu le 30 mars 2021 Ă  Douala en prĂ©sence des autoritĂ©s administratives et de plusieurs femmes leaders et chefs d’entreprises de toutes tailles et de divers secteurs de l’Ă©conomie Camerounaise. Ce fĂ»t Ă©galement un moment d’Ă©change avec un panel de discussion constituĂ© de femmes inspirantes dont la rĂ©ussite rayonne sur le plan national et international Ă  l’instar de Mme Reine MBANG ESSOBMADJE, Vice-prĂ©sidente du GICAM, modĂ©ratrice du dĂ©bat; Mme JJacqueline Dongmo – PDG du groupe Gracedom Invest; Mme Jacky Dioh Eko – Fondatrice de Dewey International School of Applied Sciences; Mme Horore Bell Bebga – Fondatrice de l’Association African Woman Iin Tech Start-ups et l’invitĂ©e d’honneur : Mme Kate Fotso – CEO Telcar Cocoa LTD.

CrĂ©e en 2001, Ecobank Cameroun est la filiale d’Ecobank Transnational Incorporated (ETI), le conglomĂ©rat financier panafricain dont le siĂšge se situe Ă  LomĂ©, au Togo, et qui opĂšre dans 33 pays d’Afrique Subsaharienne. Le groupe possĂšde un agrĂ©ment bancaire en France et dispose de bureaux de reprĂ©sentation Ă  Addis Abeba en Ethiopie, Ă  Johannesburg en Afrique du Sud, Ă  Beijing en Chine, Ă  Londres au Royaume-Uni et Ă  DubaĂŻ aux Emirates Arabe Unis. Le groupe offre une gamme complĂšte de produits, services et solutions bancaires notamment les comptes bancaires et de dĂ©pĂŽt, les prĂȘts, la gestion de la trĂ©sorerie, le conseil, les opĂ©rations de trading, la nĂ©gociation des valeurs et la gestion de patrimoine. ETI est cotĂ©e en bourse sur le Nigeria Stock Exchange Ă  Lagos, le Ghana Stock Exchange Ă  Accra et la Bourse RĂ©gionale des Valeurs MobiliĂšres Ă  Abidjan .
Pour de plus amples informations sur la filiale consulter le site www.ecobank.com.

Marie LĂ©onny SEN

Lire la suite

CULTURE & SOCIÉTÉ

🔮 ÉCONOMIE : Élaboration d’un plan triennal de relance face Ă  la rĂ©cession dĂ» au Covid-19

Publié

Le

Par

Pour relancer son Ă©conomie, entrĂ©e en rĂ©cession en 2020 (-2,6%) du fait de la pandĂ©mie de Covid-19, le gouvernement camerounais a Ă©laborĂ© un plan triennal (2021-2023) d’un montant de 871,8 milliards de FCFA. AnnexĂ© Ă  la loi de finance 2021, le document, intituler « Plan de relance Ă©conomique post Covid-19 », vise notamment Ă  apporter un soutien aux branches d’activitĂ©s fortement impactĂ©es par la crise et Ă  celles capables de favoriser une relance rapide du secteur productif.

À cet effet, « les mesures envisagĂ©es s’inscrivent entre autres dans le cadre de la politique nationale d’import-substitution et de promotion de la prĂ©fĂ©rence nationale, en vue de renforcer la capacitĂ© de rĂ©silience du tissu Ă©conomique local face aux chocs extĂ©rieurs », prĂ©cise le document. Objectif : « situer la croissance Ă©conomique sur le taux de rĂ©fĂ©rence de la Vision 2035 ». Il s’agit d’un taux de croissance moyen annuel de 4,7% entre 2020-2022, 7,7% entre 2023-2025 et 9,3% entre 2026-2030.

Dans le dĂ©tail, plus de 80 actions regroupĂ©es en quatre axes constituent l’ossature du plan. Le pays compte injecter 96,4 milliards au soutien Ă  la production et Ă  la transformation des produits de grande consommation ; 709,4 milliards dans le financement des entreprises ; 50 milliards dans les branches/filiĂšres de croissance et 21 milliards dans la compĂ©titivitĂ© des entreprises. Pour mobiliser le financement, le gouvernement envisage de mettre la main dans sa poche, mais aussi de solliciter ses partenaires financiers extĂ©rieurs.

Au niveau des ressources intĂ©rieures, il est prĂ©vu de recourir notamment Ă  une partie des ressources du compte d’affectation spĂ©ciale Covid-19 dotĂ© en 2021 d’un budget de 150 milliards, dont 50 milliards pour la relance de la production locale des produits de grande consommation ; aux ressources rĂ©siduelles des projets clĂŽturĂ©s dont l’évaluation du montant se fera en collaboration avec la Caisse autonome d’amortissement (CAA).

Au niveau des ressources extĂ©rieures, il est prĂ©vu la prise en compte des ressources relevant des conventions de financement en cours de nĂ©gociation, notamment avec la Banque arabe de dĂ©veloppement Ă©conomique en Afrique (Badea), des ressources Ă  mobiliser dans le cadre du « Basket Fund » Ă  mettre en place avec le Programme des Nations unies pour le dĂ©veloppement (PNUD), ainsi que la sollicitation d’une contribution de certains partenaires techniques et financiers Ă  savoir la Banque africaine de dĂ©veloppement, la Banque mondiale, Afreximbank, etc.

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES