Nos réseaux sociaux

ABK ACTU

⏯️ Edouard FOCHIVE : « Eric Niat a eu raison »

Edouard Fochive est Communicant pour le RDPC, Spécialiste des questions de logistique et de transport. il a été reçu en interview par Achille Assako

Publié

Le

Pour réécouter en intégralité l’interview, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous quelques attitudes fortes recueillies lors de cette interview:

A propos de la polémique sur le nouveau train express de Camrail:

« Les critères d’appréciation de tout mode de transport aujourd’hui sont la qualité et la sécurité. La réclamation des camerounais est juste ».

« La diversification des modes de transport au Cameroun est une bonne chose. La question est de savoir si les dysfonctionnement observés à Eseka ont déjà été réglés, toutes les victimes ont-elles été indemnisées? Le patrimoine ferroviaire a-t-il été revu ? Qu’on communique dessus pour rassurer les passagers ».

« La relecture de la concession des rails au Cameroun doit être revisitée de manière globale. La société du patrimoine ferroviaire doit faire une relecture technique du contrat avec le concessionnaire. L’état n’a absolument rien à voir dans la gestion des wagons et autres alors que le volet commercial qui a une valeur ajoutée est géré par un autre ».

A propos de l’élection de Eric Niat à la Mairie de Bangangté:

« Quel est le militant qui serait fier aujourd’hui de ce qui se passe à Bangangté? Quand les sanctions vont tomber, c’est vous les journalistes qui allez en parler ».

« Le travail d’équilibre se fait avant l’arrivée de comité central. Notre parti le RDPC reste discipliné et organisé. Qu’on apprenne à enlever cette histoire de patronyme dans notre pays ».

« A travers ses actes remarquables depuis plus de cinq ans dans la commune de Bagangté, Éric Niat mérite d’y être maire ».

« Aucun nom ne vient du comité central »

« Aucun nom ne vient du comité central. Je suis tout à fait d’accord avec Eric Niat qui n’accepte pas d’aller aux élections avec Mme Nana. Elle n’est pas passée par les primaires. C’est une guerre interne, ça ne concerne pas le parti dans son entièreté ».

Transcriptions : Carine Hzeume, Laila Djamilatou

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'INFO EN 89 SEC.

☕ Infos en 89 secondes du 31 Juillet 2021

Publié

Le

Par

Precedent1 de 5
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Société : 39 sacs de chanvre indien découverts dans un magasin dans l’Extrême-nord du pays.

Le gardien et le convoyeur d’un magasin ont été arrêtés à la suite de la perquisition de ce magasin à Laka à Kousseri dans le département du Logone et Chari, région de l’extrême nord. Les éléments de la brigade de gendarmerie en collaboration avec ceux du Bataillon d’intervention rapide y ont trouvé 39 sacs de 9 kilogrammes de chanvre indien en provenance de Douala. Les deux suspects sont devant la justice et une enquête a été ouverte dans le but de démanteler ce réseau.

Precedent1 de 5
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Lire la suite

ABK ACTU

⏯️ Paul Emmanuel AFANA TINA : « La loi donne 10 jours à l’employeur pour introduire son travailleur à la CNPS après l’embauche »

Paul Emmanuel AFANA TINA, élève administrateur du travail et de la prévoyance sociale à l’École nationale d’Administration et de la magistrature

Publié

Le

Par

Pour réécouter en intégralité l’interview, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous quelques attitudes fortes recueillies lors de cette interview:

« Selon la loi n° 77/11 du 13 juillet 1977 qui porte réparation des accidents de travail. L’article 17, on retient que lorsqu’un accident de travail survient et que l’employeur n’est pas inscrit à la CNPS, la CNPS peut prendre en charge le travailleur. Mais après, elle va récupérer les frais à l’employeur et pousser celui-ci à s’immatriculer. »

« L’immatriculation est importante pour répondre aux problèmes des la précarité une fois à la retraite ou alors à la suite d’un accident de travail qui lui coûte sa mobilité de travail »

« L’employeur, selon la loi, dispose de 10 jours pour introduire son travailleur à la Cnps. Mais si l’employeur ne le fait pas, le salarié peut lui-même aller se faire immatriculer. »

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES