Nos réseaux sociaux

CULTURE & SOCIÉTÉ

⏯️ Gaston Kelman : « Macron veut remplacer la Françafrique politique par la Françafrique intellectuelle »

Gaston Kelman est écrivain. Il a été reçu en interview dans ABK Matin par Achille Assako.

Publié

Le

Pour réécouter en intégralité l’interview, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous quelques attitudes fortes recueillies lors de cette interview:

« J’aurai toujours mes deux nationalités et je ferai toujours les tours entre les deux, mais je ne compte pas retourner au Cameroun. »

« Je suis noir, j’aime pas le manioc. 20 ans après je me demande pourquoi beaucoup n’ont pas toujours compris le concept ».

« Dans une logique de prédateurs et de proies il faut aider la proie a de libérer mais la liberté s’arrache. Les raisons qui amènent Achille Mbembe à Macron sont préjudiciables! « 

« 85% de chinois sont contents de leur système politique contre 31% d’Américains. Travaillons pour que l’Afrique s’émancipe, telle est ma vision. La mutation ne peut venir que de l’Afrique a travers un système éducatif, économique, social qui lui est propre. »

« Le Cameroun n’est pas une nation. Il y a encore beaucoup de choses pour y arriver. Nos avons encore des relents monarchiques dans nos pensées ».

« Nous sommes dans une logique de la renaissance, nous sommes brutalisés par la modernité qui nous est tombée dessus il y a 50 ans. Que je sois pour ou contre la gestion père- fils, le plus important c’est que les intellectuels travaillent avec les politiques pour leur pays. »

« Penda Ekoka c’est un phénomène. Il sert un système et le combat mais ne démissionne pas. Il finit d’attaquer le lion Biya et il s’en va attaquer à l’autre lion Kamto. C’est une recherche de reconnaissance sublimée. Il monte, il descend, il monte, il descend. Quand un parti politique se mêle à l’argent, à l’humanitaire, ça finit mal. Au gouvernement Penda Ekoka a créé le clash, il sort il crée le clash. Je pense qu’il est au bout du rouleau. »

Propos retranscrits par Carine Hzeume

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CULTURE & SOCIÉTÉ

⏯️ Louis Marie KAKDEU : « La liberté économique a régressé en 2021 au Cameroun à cause de la pression fiscale »

Louis Marie KAKDEU, Universitaire, chroniqueur permanent ABK Matin

Publié

Le

Par

Pour réécouter en intégralité l’interview, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous quelques attitudes fortes recueillies lors de cette interview:

 » En ce qui concerne l’année 2021, la viabilité du budget n’a pas été respectée; cela passe par l’absence de la création des richesses au niveau national. Le gouvernement a eu moins de recettes fiscales pour pouvoir être à la hauteur de ses engagements. Le gouvernement a été obligé de s’endetter pour soutenir les caisses. »

 » Au sujet de la balance commerciale, si nous prenons les secteurs de l’agriculture et de l’élevage, toutes les exonérations accordées ont été essentiellement sur les produits importés (. ..) Beaucoup d’entrepreneurs économiques ont fermé pour se remettre à l’importation. Le riz Camerounais n’est pas promu, il est plus facile d’importer le riz que de le produire localement et cela va continuer ainsi en 2022. »

 » Parlant de la sécurité alimentaire en 2021 au Cameroun, la qualité de ce que nous mangeons s’est dégradée en 2021 et même la quantité. L’on assiste à la prolifération des produits contrefaits. La période des fêtes de fin d’année nous a permis de constater cela. Les produits qu’on retrouve sur les marchés sont essentiellement non contrôlés ; l’intoxication alimentaire est montée d’un train. »

 » La liberté économique a régressé en 2021 au Cameroun. Tout ce qui est produit au Cameroun subit une pression fiscale et une fermeture. »

Lire la suite

BIOGRAPHIE

🔵 MÉMOIRES D’ARTISTES : A la découverte de François MISSE NGOH

Publié

Le

Par

Né le 17 juillet 1953 à Mbonjo village situé sur les rives du Moungo, François MISSE NGOH n’a pas eu la chance de connaître son père car décédé alors qu’il n’avait que 11 mois. Mais il a eu la grâce d’avoir une mère vertueuse et valeureuse qui se battait pour élever ses enfants.

Après des études de sténographie (Écriture abrégée, formée de signes propres qui permet de noter la parole à la vitesse de prononciation normale.) Qu’il a dû abandonner par manque de moyens financiers, François MISSE NGOH débute sa carrière musicale en 1967 en tant que guitariste-chanteur. Il faut dire que François est un autodidacte, vu qu’il a appris les bases de la guitare tout seul avant de prendre des cours auprès d’un aîné.

En 1970 âgé de 17 ans, Il intègre le groupe Los Calvinos, orchestre que venait de quitter NELLE Eyoum l’un des pères du Makossa. Il va falloir attendre 1972 pour qu’il sorte son premier 45 tours «Wa Na Mba›› qu’il dédie à sa mère. Le disque est une production de Jico qui était un producteur basé à Douala.

En 1975, il contacte les studios Sonafric basés en France pour leur proposer d’enregistrer son premier album. La réponse du label sera positive et immédiate. Sauf que François n’avait pas l’argent pour se rendre à Paris car il lui fallait 120 000 FCFA . Il va donc conclure un arrangement financier avec le Producteur Mathias Njocka : le dit arrangement stipulait que François compose un 33 tours pour Mathias.

François MISSE NGOH a aligné plusieurs succès avec une très large discographie dont entre autre EA NDE LONGE / EYALA NDOLO , NGON’A SOUZA EN 1978, CHARLOTTE AMELIE EN 1979, MOUSSANGO EN 1985, FEU ROUGE EN 1991, ALPHA ET OMEGA, UN MARI AVANT TOUT OLÉ OLÉ OU ENCORE POUR L’AMOUR DU CIEL.

François MISSE NGOH est surtout un auteur compositeur remarquable à travers la profondeur et la sensibilité des textes contenus dans ses chansons.

Dans une interview qu’il a accordée au journal mutations en 2009, il témoigne :

« DANS MES CHANSONS, L’ÉCRITURE EST PRIMORDIALE, JE PRIVILÉGIE LA PLUME, UN PEU DE PHILOSOPHIE DE TEMPS EN TEMPS. C’EST CE QUI À MON AVIS, FAIT LA FORCE DE MES TEXTES ET DE MA MUSIQUE”.

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES