Nos réseaux sociaux

CULTURE & SOCIÉTÉ

⏯️ Joseph Claude Biligha : « Dire qu’il y a eu détournement des fonds Covid ne veut pas forcément dire qu’il y a eu vol »

Me Joseph Claude Biligha est un homme politique, Communiquant pour le RDPC. Il était l’invité de la matinale au micro d’Achille Assako.

Publié

Le

Pour réécouter en intégralité l’interview, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous quelques attitudes fortes recueillies lors de cette interview:

On peut se nourrir avec 500 FCFA par jour au Cameroun, plusieurs famille de Cinq personnes réussissent à vivre avec une ration alimentaire de 1500, 2000 FCFA par jour, voir moins. C’est une réalité même si c’est pas toujours chose aisée.

Avant la prise du pouvoir par le président Biya, il y avait dans le système éducatif camerounais la colle, qui permettait de filtrer et donner accès aux meilleurs. En ouvrant les universités, on a permis aux camerounais d’apprendre mais ce fut une ouverture extrême.

Gestion de fonds covid, je ne pense pas que ce soit ce le FMI qui ait demandé des comptes!

Le Cameroun est l’un des rares pays au monde, peut-être le second après la Chine où les détournements de deniers publics sont sévèrement punis.

Une procédure ayant une seule personne inculpée passe plus rapidement qu’une autre qui a plusieurs coaccusés. Pour les hommes de loi, le renvoi à plusieurs reprises est une chose banale, il dépend de plusieurs paramètres.

Le détournement ne veut forcément pas dire qu’il y’a eu vol. Tant que la justice ne s’est pas encore prononcée, il faut être très prudent.

Déclaration de biens ou non, les services spécialisés savent ce que quiconque possède.

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CULTURE & SOCIÉTÉ

⏯️ Houajié Nkouonkam : « Les spectacles et concerts sont interdits au Cameroun mais les marchés les écoles et autres lieux publics sont ouverts »

Houajié Nkouonkam est Expert en ingénierie culturelle. Il était l’invité de la matinale au micro d’Achille Assako.

Publié

Le

Par

Pour réécouter en intégralité l’interview, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous quelques attitudes fortes recueillies lors de cette interview:

Les réformes concernant le spectacle vivant notamment la licence d’entrepreneur désormais exigée sont bizarres. Comment comprendre que les spectacles et concerts sont interdits alors que les marchés les écoles et autres lieux publics sont ouverts.

Entreprendre dans le secteur culturel n’est pas du tout facile de nos jours au Cameroun. L’état essaie de réguler mais c’est pas toujours facile.

Il y a un flou artistique assez gênant ! La suspension des spectacles n’est toujours pas levée au Cameroun mais on observe les prestations dans certaines structures.

Nous avons fait des propositions telle que l’organisation des spectacles virtuels ou la levée de suspension même si elle dépend de plusieurs ministres. Ces propositions sont en cours d’étude.

Lire la suite

CULTURE & SOCIÉTÉ

⏯️ Dominique Yamb TIMBA : « Ceux qui ont des enfants partout ne sont pas des parents chez nous, ce sont des bandits »

Dominique Yamb Timba (PhD) est universitaire et consultant sur des questions d’économie et de politique? Il était notre invité dans le cadre de la matinale d’ABK Radio au micro d’Achille Assako.

Publié

Le

Par

Pour réécouter en intégralité l’interview, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous quelques attitudes fortes recueillies lors de cette interview:

Avant de dire qui est parent, il faut savoir qu’est-ce c’est qu’être homme ou femme ? Être homme ou femme en Afrique c’est être majeur, mariés, avoir des enfants dans ce cadre du mariage et s’occuper de sa famille.

Dans la société traditionnelle africaine, le parent était celui qui s’occupait de l’éducation d’un enfant. Être parent chez nous concernait tout le monde, les frères et sœurs des parents directs beaucoup plus ceux de la maman. D’ailleurs les mots oncle et tante n’existent pas dans nos langues.

Il n’y avait pas d’orphelin parce que l’enfant se sentait équilibré, aimé de tous et sans distinction. De même que les maisons pour vieux n’existaient pas.

Aujourd’hui, on a des enfants rois, qui n’écoutent pas, qui dictent leurs lois. Ces enfants sont généralement à l’image des parents.

Les enfants doivent être punis, corrigés. Les lois c’est papa et maman qui les fixent. Des règles simples qui apportent l’harmonie, la paix dans la famille et dans la société.

Nous avons tellement copié mais nous sommes devenus plus blanc que le blanc. Le traitement qu’on réserve à nos parents est observé par nos enfants.

Les musulmans parlent d’Allah, les chrétiens parlent de Jésus Christ, nous en Afrique on a le Dieu de nos ancêtres qui sont d’autres ancêtres. Nos parents sont donc les futurs dieux, des êtres suprêmes, c’est cette valeur que nous devons transmettre à nos enfants.

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES