Nos réseaux sociaux

SANTÉ & BIEN-ÊTRE

đŸ”” La minute ELECTRA : Qu’est ce qu’une dĂ©pendance sexuelle et comment s’en affranchir ?

Publié

Le

VĂ©ritable trouble, la dĂ©pendance au sexe de la mĂȘme maniĂšre que l’alcool ou la drogue, peut rapidement dĂ©truire la vie d’une personne tant sur le plan personnel que relationnel. Masturbation compulsive, multiplication d’acte sexuel ou encore cyber sexe, beaucoup de personnes surtout les hommes se retrouvent piĂ©gĂ©s dans cette addiction qui au fil du temps devient une maladie.

Il faut dire que lorsqu’on est dĂ©pendant au sexe, la sexualitĂ© n’a plus rien Ă  voir avec le dĂ©sir mais devient plutĂŽt une pulsion permettant de calmer une angoisse. Cela peut effectivement devenir problĂ©matique pour le couple surtout si votre partenaire n’est pas au courant de votre addiction. Toujours est-il que plusieurs mĂ©thodes peuvent vous permettre de sortir de cette relation infernale entre vous et le sexe. PremiĂšre des chose

Rendre son accĂšs Ă  la pornographie plus difficile.

Beaucoup s’y lance pour soulager leurs envies sexuelles temporaire, mais finissent par s’y habituer et plus tard il est difficile de s’en dĂ©faire alors autant mieux Ă©viter.

Remplacer Ă©galement vos Ă©lĂ©ments sexuels dĂ©clencheur par d’autres pensĂ©es ou encore d’autres sujets trouver une façon personnelle de ne pas penser au sexe en vous concentrant sur autre chose comme le travail ou encore autre divertissement.

Engagez-vous envers vous-mĂȘme.

Posez-vous comme objectif de diminuer vos pensĂ©es sexuelles pour qu’elles ne soient pas une distraction pour vous. Vous pouvez pourquoi pas porter un bijou qui vous rappelle vos engagements. Discuter avec un ami Ă  qui vous faites confiance de vos efforts, parler Ă©galement Ă  votre partenaire cela vous donnera sans doute la force nĂ©cessaire pour vous surpasser.

Faites des plans.

Remplissez votre temps libre organiser votre journĂ©e de façon Ă  remplir vos temps libres afin de ne laisser aucune place pour l’ennui au risque de replonger Ă  vos envies sexuelles.

Autre mĂ©thode certainement la plus efficace, rencontrer un psychologue il vous aidera Ă  maĂźtriser et Ă  faire face a vos pulsions. Ce qu’il faut retenir est que, lorsqu’on fait face Ă  une dĂ©pendance sexuelle, il faut tout d’abord accepter qu’on a un problĂšme pour finalement trouver des solutions Ă  ce problĂšme qui peut nuire Ă  soi, aux autres et surtout Ă  son couple.

A trĂšs bientĂŽt pour d’autres astuces dans la minute ELECTRA avec Vanessa Esso tous les soirs dans la VESPERALPH du lundi au vendredi dĂšs 19h00

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ABK ACTU

âŻïž Dr Albert ZE : « On a l’impression que la crise est stable parce que le MINSANTE a abandonnĂ© son travail de comptage de bĂątonnets »

Albert ZE est Dr en Économie MathĂ©matique et ÉconomĂ©trie. Auteur de plusieurs ouvrages, ses recherches portent majoritairement sur l’Ă©conomie de la santĂ©.

Publié

Le

Par

Pour rĂ©Ă©couter en intĂ©gralitĂ© l’interview, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous quelques attitudes fortes recueillies lors de cette interview:

« Parlant du rapport du covidgate, qui n’a pas Ă©tĂ© publiĂ© par manque de traçabilitĂ©, je dirais que c’est un esprit de mĂ©pris qui est exprimĂ© envers les camerounais « 

« Parlant de l’enveloppe de 40 milliards de francs CFA, c’est pratiquement tout le budget allouĂ© au ministĂšre de la SantĂ© qui doit ĂȘtre justifié »

« Selon le dĂ©cret prĂ©cĂ©dant la mise Ă  disposition des fonds Covid, il devait y avoir un audit de contrĂŽle de gestion de ces fonds. Mais malgrĂ© cela, des personnes ont quand mĂȘme trouvĂ© le moyen de les dĂ©tourner . »

« On a donnĂ© beaucoup de temps Ă  tous ces gestionnaires pour apporter des justificatifs, c’est pour cela que le rapport a tardĂ© Ă  ĂȘtre publiĂ©. S’il n’y a toujours pas de justificatifs, c’est que l’argent a pris une autre route »

« Ce que les gens appellent aujourd’hui stabilisation de la pandĂ©mie c’est parce que le ministre de la santĂ© a abandonnĂ© son travail de comptage des bĂątonnets. On n’a plus les chiffres du ministĂšre »

« La crise n’a pas Ă©tĂ© bien gĂ©rĂ©e chez nous. Il n’y a pas eu de rĂ©flexion profonde et certains essaient de justifier cela en disant qu’on n’a pas eu trop de morts. Mais je dis dĂšs lors qu’il y a dĂ©jĂ  un seul mort dans une crise, c’est qu’elle a Ă©tĂ© mal gĂ©rĂ©e »

« Nous sommes en train de suivre une mouvance de façon moutonniĂšre. Si l’on avait Ă©tudiĂ© les profils de santĂ© et si nous regardons l’Ă©volution dans les autres sociĂ©tĂ©, nous comprenons qu’on a fait trop de bruit pour rien. On a accordĂ© trop d’importance au Covid alors qu’il y a d’autres maladies plus importante. Ceci fait que les gens ont une vision du Covid comme une maladie pour s’en mettre plein les poches »

« La Chambre des comptes a dit qu’elle n’est pas garante de cette synthĂšse. Cela veut dire que toutes les analyses faites de cette synthĂšse ne sont pas crĂ©dibles »

« On a passé le temps à dire que nous pouvons faire mieux, mais les gens ont passé le temps à faire mal »

« Je suis l’enfant mal aimĂ© du pays raison pour laquelle j’ai Ă©tĂ© mis Ă  l’Ă©cart de la rĂ©union de partage du budget covid-19 allouĂ© Ă  chaque dĂ©partement ministĂ©riel »

« Beaucoup de ceux qui prennent des dĂ©cisions savent que je pouvais ĂȘtre trĂšs bĂ©nĂ©fique dans les questions d’Ă©valuation des stratĂ©gies de lutte contre la Covid et de stratĂ©gies d’allocation des fonds. Ils ont pris des mĂ©decins au lieu des Ă©conomistes de la santé »

« Nos systÚmes de santé ne sont pas viables. Nous avons gardé un systÚme médiocre depuis 21 ans »

« Nous essayons de masquer les faiblesses de nos hĂŽpitaux en construisant les centres d’urgence. Mais comme je le dis toujours ce ne sont pas les bĂątiments qui soignent »

« Je pensais que le nouveau ministre ferait mieux que les autres. Mais vous avez un ministre concentrĂ© sur le buzz, ou un ministre qui au lieu de se reposer la nuit, pense plutĂŽt Ă  effectuer des visites inopinĂ©es dans des hĂŽpitaux qui sont dans l’agonie »

« Tous les ministres de la Santé depuis les dix derniÚres années sont en déphasage avec le discours du président de la République »

Lire la suite

SANTÉ & BIEN-ÊTRE

đŸ”” Tribune – Cathy MINTSA : Le monde serait-il entrain de s’acheminer vers une vaccination obligatoire ?

Publié

Le

Par

Corona virus le monde serait-il entrain de migrer vers un vaccin obligatoire ?

Pour rĂ©pondre Ă  cette question il faut partir des faits. L’actualitĂ© autours du corona virus n’est pas prĂȘte de s’estomper, le ton durcit face Ă  la rĂ©ticence de plusieurs citoyens Ă  travers le monde. Que ce soit en AmĂ©rique, en Asie, en Europe ou mĂȘme en Afrique, l’option vaccin n’est par l’apanage de tous, malgrĂ© la gratuitĂ© de celui-ci. Le corona virus quant Ă  lui, avec sa capacitĂ© Ă  muter donne du fil Ă  retordre aux gouvernants et aux chercheurs.

AprĂšs les variants indien, Alpha, Beta, Gamma, Epsilon c’est au tour du variant Delta de faire sa star remettant en question la politique des mesures barriĂšres et des confinements Ă  rĂ©pĂ©tition et mĂȘme du refus de se faire vacciner par plusieurs, handicapant ainsi l’immunitĂ© collective visĂ©e. Cette faible couverture vaccinale, pousse certains chefs d’États Ă  revoir leur stratĂ©gie.

Au Cameroun le ministĂšre de la santĂ© publique a optĂ© pour une intensification de la campagne de vaccination avec des acteurs vaccinĂ©s. Initialement prĂ©vu du 07 au 11 juillet, celle-ci s’est vue prolongĂ©e de 5 jours en plus.

En France, Emmanuel Macron a annoncĂ© dans son allocution du 12 juillet denier que la vaccination sera dĂ©sormais obligatoire dĂšs le 15 septembre prochain, pour le personnel soignant et non soignant des hĂŽpitaux. Ainsi le personnel soignant qui ne sera pas vaccinĂ© au 15 septembre ne pourra plus travailler et ne recevra plus de salaire. Par la mĂȘme occasion le « Pass » sanitaire sera lui aussi imposĂ© dans les restaurants, cafĂ©s et dans certains moyens de transport dĂšs le mois d’aoĂ»t, a Ă©galement annoncĂ© le prĂ©sident, pour inciter les Français Ă  se faire vacciner contre le Covid.

Aux philippines le prĂ©sident Rodrigo Duterte a menacĂ© le mois dernier lors d’un briefing tĂ©lĂ©visĂ©, de jeter en prison les Philippins qui refuseraient de se faire injecter l’un des vaccins anti-Covid.

Et Aux États-Unis les experts rĂ©clament que la vaccination anti covid-19 soit obligatoire.

De la sensibilisation aux menaces de sanctions, l’on n’est tentĂ© de dire qu’au fil du temps, avec un regard avisĂ© que l’on ne veule ou non le vaccin s’imposera plus ou moins Ă  tous.

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES