Nos réseaux sociaux

ABK ACTU

⏯️ Jean Robert FEUYANG : « Seuls 10% des commerçants du marché ndogpassi possèdent des boutiques »

Jean Robert FEUYANG est Représentant et porte parole des commerçants du marché de Ndogpassi 3.

Publié

Le

Pour réécouter en intégralité l’interview, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous quelques attitudes fortes recueillies lors de cette interview:

 » Ce qui se passe actuellement, En 2015, la mairie de Douala 3e avait un projet de moderniser le marché de Ndogpassi… Et j’avais pris part à une réunion convoquée par le préfet… Ce dernier avait rassuré que nous seront associés à tous ces processus de modernisation, mais ce n’est pas le cas. »

En réalité, une boutique coûte près de 7 000 000 FCFA, donc 3000 000 n’est qu’une avance… Ce qui se passe au marché de Ndogpassi 3 c’est de la mafia organisée. »

 » Seuls 1/10 des commerçants du marché possèdent des boutiques, la majorité n’était pas considérée… On a signalé au préfet qu’il n’était pas possible pour nous de financer le projet … À présent nous sommes en train de payer cher car on nous oblige à payer 65% au GIC ASCOVEN . »

Nous avons fait une dernière requête au maire de Douala 3è où nous lui avons parlé de tous nos soucis. Ce dernier nous a fait savoir que le préfet est dans son droit, la loi le protège. »

 » Ceux qui ont déjà eu à payer 3 000 000 FRCS, sont les mêmes à qui on demande de payer 15 000 FCFA, 3000 FCFA afin de reverser les 65% au GIC. Presque tout le marché est scellé. Il y a quelques boutiques qui sont ouvertes actuellement pour des raisons stratégiques. »

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'INFO EN 89 SEC.

☕ Infos en 89 secondes du 31 Juillet 2021

Publié

Le

Par

Precedent1 de 5
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Société : 39 sacs de chanvre indien découverts dans un magasin dans l’Extrême-nord du pays.

Le gardien et le convoyeur d’un magasin ont été arrêtés à la suite de la perquisition de ce magasin à Laka à Kousseri dans le département du Logone et Chari, région de l’extrême nord. Les éléments de la brigade de gendarmerie en collaboration avec ceux du Bataillon d’intervention rapide y ont trouvé 39 sacs de 9 kilogrammes de chanvre indien en provenance de Douala. Les deux suspects sont devant la justice et une enquête a été ouverte dans le but de démanteler ce réseau.

Precedent1 de 5
Utilisez ← → (les flèches) pour naviguer

Lire la suite

ABK ACTU

⏯️ Paul Emmanuel AFANA TINA : « La loi donne 10 jours à l’employeur pour introduire son travailleur à la CNPS après l’embauche »

Paul Emmanuel AFANA TINA, élève administrateur du travail et de la prévoyance sociale à l’École nationale d’Administration et de la magistrature

Publié

Le

Par

Pour réécouter en intégralité l’interview, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous quelques attitudes fortes recueillies lors de cette interview:

« Selon la loi n° 77/11 du 13 juillet 1977 qui porte réparation des accidents de travail. L’article 17, on retient que lorsqu’un accident de travail survient et que l’employeur n’est pas inscrit à la CNPS, la CNPS peut prendre en charge le travailleur. Mais après, elle va récupérer les frais à l’employeur et pousser celui-ci à s’immatriculer. »

« L’immatriculation est importante pour répondre aux problèmes des la précarité une fois à la retraite ou alors à la suite d’un accident de travail qui lui coûte sa mobilité de travail »

« L’employeur, selon la loi, dispose de 10 jours pour introduire son travailleur à la Cnps. Mais si l’employeur ne le fait pas, le salarié peut lui-même aller se faire immatriculer. »

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES