Nos réseaux sociaux

BLOG

đŸ”” La minute ELECTRA : Trois bonnes raisons de ne plus porter de soutien-gorge

Publié

Le

Reconnu pour son aide au maintien et la valorisation des courbes d’une femme, particuliĂšrement les seins, le soutien-gorge est remis en cause et pointĂ© du doigt pour ces multiples dĂ©gĂąts. S’en libĂ©rer pourrait finalement amĂ©liorer l’esthĂ©tisme de la poitrine mais Ă©galement le bien-ĂȘtre.

Selon les chiffres, plus de 70% des femmes ne portent pas un soutien adapté à la taille de leur poitrine ce qui représente un danger supplémentaire. Voici donc quelques raisons de ne plus porter de soutien-gorge ou du moins ne plus en porter H24.

La premiĂšre raison est que les seins peuvent naturellement s’adapter Ă  la pesanteur car la poitrine est composĂ©e de ce qu’on appelle les ligaments de cooper, le fait donc de soutenir les seins sans raisons mĂ©dicales et ce Ă  tout moment peut devenir la cause d’une fragilitĂ© des tissus mammaires. Contrairement Ă  ce qu’on pourrait penser, le soutien-gorge ne protĂšge pas les tissus mammaires tout au contraire il les fragilise.

Plusieurs Ă©tudes dĂ©montrent que les poitrines des femmes qui n’ont jamais portĂ© de soutien-gorge ne prĂ©sentent aucun signe de dĂ©gradation.

La deuxiĂšme raison est que la compression de votre soutien-gorge bloque Ă©galement la circulation lymphatique. Les dĂ©chets contenus dans la lymphe restent bloquĂ©s au niveau de la poitrine dans les cellules graisseuses. Il faut donc libĂ©rer ces toxines de la poitrine via le non port de soutien-gorge ce qui peut Ă©galement prĂ©venir l’apparition de certaines pathologies.

Autre raison, sachez qu’au cours du cycle fĂ©minin, le volume des seins varie naturellement alors que la taille de soutien-gorge reste la mĂȘme. Lorsque les seins prennent du volume le phĂ©nomĂšne de compression augmente provoquant une augmentation de la tempĂ©rature du tissu mammaire ce qui peut entraĂźner l’apparition de kystes.

Ne pas porter de soutien-gorge c’est plus Ă©lĂ©gant et ça simplifie parfois la vie. Quoi de plus moche qu’une bretelle qui dĂ©passe ? Ou alors un dos nu gĂąchĂ© par un soutien-gorge. La liste des inconvĂ©nients est Ă©norme retenez juste que ne pas porter de soutien-gorge ou rĂ©duire son habitude d’en porter, allĂšge votre portefeuille, votre style et mĂȘme votre vie. N’hĂ©sitez donc pas Ă  redĂ©couvrir l’intĂ©rĂȘt d’évoluer seins-libres ceci non seulement pour votre santĂ© mais Ă©galement pour un meilleur confort au quotidien.

A trùs bientît pour d’autres astuces dans la minute ELECTRA avec Vanessa Esso tous les soirs dans la VESPERALPH du lundi au vendredi dùs 19h00

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

BLOG

đŸ”” Tribune – Michel Brizoua-Bi : Coups d’États, l’Afrique va-t-elle (enfin) tourner la page ?

La derniĂšre actualitĂ© en GuinĂ©e est l’illustration parfaite de ce que l’Afrique, 60 ans aprĂšs les indĂ©pendances, est vĂ©ritablement en zone de turbulences.

Publié

Le

Par

L’histoire de notre continent vient tristement rappeler ce dimanche 5 septembre 2021 à Conakry que le dirigeant public a un choix simple Ă  opĂ©rer dans l’exercice de tout mandat temporairement confiĂ© par le peuple : ĂȘtre un homme d’État ou ĂȘtre un homme de pouvoir.

Le coup d'Etat, apres des mois de crise politique et socioeconomique, aggravee par la pandemie de Covid-19, a suscite des explosions de joie a Conakry, ou de nombreux habitants acclamaient les militaires.
Le coup d’État, aprĂšs des mois de crise politique et socioĂ©conomique, aggravĂ©e par la pandĂ©mie de Covid-19, a suscitĂ© des explosions de joie Ă  Conakry, oĂč de nombreux habitants acclamaient les militaires. © CELLOU BINANI / AFP

Lorsque le viol des lois inviolables et sacrĂ©es est perpĂ©trĂ© au nom des plus forts pour s’imposer aux plus faibles comme une normalitĂ©, le sang des innocentes victimes et les rancƓurs superficiellement Ă©touffĂ©es viennent toujours comme un voleur embraser le vernis de paix et de stabilitĂ© dans lequel des pays baignent. La rĂ©alitĂ© des choses n’est pas ce qui apparaĂźt Ă  la surface du quotidien ni dans les arcanes du pouvoir administratif, mais dans le cƓur des femmes et des hommes, vraies Ăąmes de la vie d’une nation.

Des Ă©volutions fragiles

Celui qui ne sait pas Ă©couter et prendre le pouls des Ăąmes de son peuple est condamnĂ© Ă  perdre le gouvernail qu’il croit tenir. Au final, la vie devrait ĂȘtre simple pour celui qui veut faire du service de l’État un sacerdoce empreint d’un permanent oubli de soi. HĂ©las, le paysage sociopolitique africain met en Ă©vidence une gĂ©nĂ©ration de politiques dont l’action est handicapĂ©e par une quadruple maladie :

  • L’inhumation des rĂšgles de sĂ©paration des pouvoirs
  • La conviction de l’infaillibilitĂ© de la pensĂ©e unique
  • L’oubli de l’inclusivitĂ©
  • L’illusion d’un sentiment surhumain d’ĂȘtre devenu indispensable.

Nous pouvons continuer de prier avec ferveur pour une Afrique des valeurs animĂ©es par des femmes et des hommes dĂ©terminĂ©s Ă  offrir aux gĂ©nĂ©rations futures un destin radieux. Mais, pour y parvenir, il faudra toujours faire face Ă  la redoutable Ă©quation : comment bĂątir des institutions suffisamment fortes susceptibles de demeurer impermĂ©ables aux appĂ©tits et manƓuvres anticonstitutionnelles des humains que nous choisissons pour nous diriger.

Le vaccin magique anti-coups d’État, Ă  part quelques rares pays du continent qui s’illustrent notamment par des alternances apaisĂ©es, n’est pas encore trouvĂ© pour tourner Ă  jamais ces pages honteuses. Le bout du tunnel n’est donc pas proche. Mais, en attendant, il faudra se souvenir que l’homme de pouvoir est d’abord au service de son moi, alors que l’homme d’État est celui qui se soumet docilement comme un esclave au service exclusif de l’État. Lequel voulons-nous pour l’Afrique ?

Lire la suite

BLOG

đŸ”” Tribune – Djeukam Tchameni : Communautarisme, les Ă©lites divisent pour mieux rĂ©gner

Publié

Le

Par

Au Cameroun, les communautĂ©s vivent en paix entre elles. Ce sont les « élites » qui se battent pour des prĂ©bendes issus du pouvoir central. Elles essaient sans grand succĂšs d’ailleurs d’instrumentaliser les masses dans des batailles, sans enjeu pour ces derniĂšres.

En dehors des cas isolĂ©s orchestrĂ©s dans les rĂ©gions du centre et du sud par les pontes du pouvoir, dites moi oĂč le petit peuple s’attaque au petit peuple au Cameroun.

MĂȘme vos amis sĂ©cessionnistes ont tentĂ© sans aucun succĂšs Ă  crĂ©er la haine entre les masses francophones et anglophones. Cela n’a pas marchĂ©.

La preuve est que la population du Nord-Ouest et du Sud-Ouest ne va pas se rĂ©fugier en masse au Nigeria. 95% fuient les zones sous contrĂŽle ambazonien et s’installent en zone francophone, pourquoi ? Parce qu’elles y sont est reçues Ă  bras ouverts par toutes les autres communautĂ©s.

Il n’existe pas au Cameroun de haine au niveau des masses. Ce sont les Ă©lites qui luttent et tentent sans trop de succĂšs Ă  y entraĂźner leurs communautĂ©s.

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES