Nos réseaux sociaux

ABK ACTU

⏯️ Jean BAHEBECK : « Le MRC devrait ouvertement assumer la B.A.S, c’est de bonne guerre!! »

Pr Jean BAHEBECK est chirurgien et cadre de l’UPC.

Publié

Le

Pour réécouter en intégralité l’interview, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous quelques attitudes fortes recueillies lors de cette interview:

« Je ne reconnais pas Pierre BALEGUEL NKOT comme étant Secrétaire Général de l’UPC, c’est un traître. Il y a une minorité mafieuse du RDPC et aussi celle de l’UPC qui se sont entendues pour qu’il y ait désordre au sein de l’UPC. »

 » Comme parti politique actuellement, il n’y a que l’UPC qui a le poids, les autres c’est le cinéma, les gens portent ce parti dans le cœur. Nous n’avons pas besoin de soulever le peuple avec la sardine »

« Parlant du dernier congrès de l’UPC, ce qui s’est passé est un véritable braquages et banditisme politique. Il n’avait pas le droit d’organiser ce congrès »

« Parlant de la mise sur pied des résolutions du grand dialogue, je crois qu’il (Joseph DION NGUTE) n’est pas à la hauteur. Il laisse les vrais membres de l’UPC pour discuter avec la mafia du parti. »

« On a fait un coup d’État à l’UPC. L’extrême majorité du comité directeur de l’UPC est contre BALEGUEL NKOT. »

« Lorsqu’on est dirigeant, on doit savoir discuter le vrai du faux. On est en train de terminer la cinquième année de ce conflit et le premier ministre ne connait même pas qui est le vrai parti UPC ou pas »

« Le dialogue qui a eu lieu a choqué. Dion Ngute n’est pas à la hauteur pour résoudre cette crise anglophone, il n’est pas un fondamentaliste de l’UPC mais je salue sa bonne volonté.

« Pour qu’il y ait réconciliation au sein de l’Union des populations du Cameroun: Il faut que l’administration fasse son travail en utilisant les outils que l’État lui a donné ( le respect de la loi) le parti État contrôle sa mafia et nous même. Nous sommes au tribunal avec Baleguel et sa bande. »

« Lorsqu’on est dirigeant, on doit savoir discuter le vrai du faux. On est en train de terminer la cinquième année de la crise anglophone et le premier ministre ne connait même pas qui est le vrai parti UPC ou pas. »

« Avant d’évoquer la forme de l’État qui est un problème secondaire, il faut d’abord avoir une bonne gouvernance. Il faut que tous nos dirigeants travaillent d’abord bien. »

« Avant d’évoquer la forme de l’État qui est un problème secondaire, il faut d’abord avoir une bonne gouvernance. Il faut que tous nos dirigeants travaillent d’abord bien. »

« Je ne crois pas que le gouvernement qui est là est à la hauteur de la bonne gouvernance. Il faut d’abord avoir un bon gouvernement avant de chercher à résoudre la crise »

 » Pour qu’il y ait réconciliation au sein de l’Union des Populations du Cameroun: Il faut que l’administration fasse son travail en utilisant les outils que l’État lui a donné (le respect de la loi), le parti État contrôle sa mafia et nous même. Nous sommes au tribunal avec BALEGUEL et sa bande. »

 » Le dialogue qui a eu lieu a échoué . DION NGUTE n’est pas à la hauteur pour résoudre cette crise anglophone, il n’est pas un fondamentaliste de l’UPC. Mais je salue sa bonne volonté.

 » Le MRC nie la BAS pourquoi ? L’UPC n’a pas nié Dynamo de Douala. On peut s’exprimer à l’église comme dans un concert. Le MRC devrait assumer ouvertement la BAS. C’est de bonne guerre. »

« Je ne crois pas que le gouvernement qui est là est à la hauteur de la bonne gouvernance. Il faut d’abord avoir un bon gouvernement avant de chercher à résoudre la crise. »

« Si j’étais du MRC, je ne nierais pas la BAS. Je pense que c’est de bonne guerre si le MRC utilise la BAS (Valsero et ses concerts) parce que chaque parti politique utilise des organisations pour s’exprimer (comme le Cerac pour le RDPC). »

« A un moment, nous dans l’UPC nous exprimions dans Dinamo (club de football). »

« Je ne sais pas ce qui s’est passé entre NKE et Bamkoui. Mais je dois reconnaître que NKE a beaucoup provoqué le colonel, ce n’est pas bon. NKE c’est un philosophe, il aurait dû utiliser son énergie pour produire des articles par exemple. »

« Parlant de la libération du Dr Fridolin NKE, elle a été prononcée pour l’une de ces deux raisons : soit le colonel lui-même a vu que ça va faire des remous, soit il a été appelé par des collègues qui lui ont demandé d’arrêter. Personne ne peut accepter ce qui s’est passé. »

« Lorsque vous avez une situation comme ça, appelez la personne concernée et discutez avec elle. Au lieu de mettre ça sur la place publique. A partir de ça, sur le plan international on retient que le SMIL peut torturer les citoyens. »

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ABK ACTU

🔴 Tribune – Alex SIEWE : Assemblée générale de la CAF, un voyage sur les bords du Nil

Alex SIEWE est le Directeur de la communication de la ‎Confédération Africaine De Football (CAF) الاتحاد الأفريقي لكرة القدم‎

Publié

Le

Par

En s’essayant aux pas de danse du légendaire Roger Milla, le Président de la Confédération Africaine de football (CAF) a remué une salle jusqu’ici bien sage. A sa façon, le Dr Patrice Motsepe se réjouissait déjà à l’idée de voir le Cameroun organiser la meilleure des éditions de la CAN car en visite dans ce pays, dit-il, il avait rarement vu ailleurs cette passion qu’ont les Camerounais pour le foot. Face à lui, le Président de la FIFA, Gianni Infantino fait de la tête un geste d’approbation en préparant son intervention.

« Le Cameroun est prêt à 95% » a t-il noté avant de rappeler que la CAF va continuer à soutenir les efforts de ce pays notamment au stade d’Olembe et à Garoua. A ce moment, le Pr Mouelle Kombi, Ministre des Sports et Président du COCAN, a laissé une lumière traverser son visage qui se décrispe enfin. A côté de lui, le patron de la Task Force n’exprime encore aucune émotion.

« Merci à tous et rendez-vous au Cameroun »

Dr Patrice Motsepe, Président de la CAF

C’est par cette invitation aux délégués que le Dr Patrice Motsepe clôture les travaux de la 13e Assemblée Générale Extraordinaire (AGE) de la CAF, à l’historique hôtel Marriott Mena House du Caire (1869), aux pieds des Pyramides de Gizeh. Le sommet du football Africain prenait ainsi date pour la grand-messe continentale qui s’ouvre à Yaoundé le 9 janvier 2022.

En quittant avec sa délégation les couloirs colorés de la salle de conférence de cet hôtel mythique, Ferdinand Ngoh Ngoh le Ministre d’État- Secrétaire Général à la Présidence de la République qui conduisait la délégation de son pays, affiche une mine plus épanouie, comme un signe de mission accomplie. Un long aparté avec le Président de la CAF à la fin des travaux et les propos sans ambiguïté du Dr Motsepe à la tribune, ont visiblement détendu l’atmosphère et clarifié les enjeux autour d’un événement qui nourrit fantasmes et scénarios des plus surréalistes. L’échange entre le Dr Motsepe et cet invité de marque s’est poursuivi bien au-delà de la salle et les paroles n’étaient pas que convenues.

L’Égypte, pays hôte de cette AGE avait multiplié les marques d’hospitalité. Le Cameroun pays invité, au titre d’organisateur de la CAN, repart du site la tête dans les étoiles. Le Directeur du tournoi de la CAN #TotalEnergiesCameroun2021, Michel Dissake plane. Il a déjà le regard tourné vers les pyramides en face qu’il veut visiter. Le Dr Mohamadou Labarang, le prévenant Ambassadeur du Cameroun en Égypte va peut-être lui sauver la mise. Car Seidou Mbombo Njoya le Président de la FECAFOOT et Vice-Président de la CAF ne peut rien faire pour lui, il s’envole le soir même pour Doha au Qatar.

« Tout cela mérite un bon verre M. le Ministre d’État »

Véron Mosengo-Omba, Secrétaire Général de la CAF

Lança le Secrétaire Général de la CAF, Véron Mosengo-Omba, à la délégation Camerounaise à qui il offra une tournée au Restaurant de l’hôtel. En levant leurs verres, les deux parties prononcent des vœux bruyants que seuls n’expliquent pas, la fraîcheur et le goût exquis des cocktails cairotes. Les Camerounais en ont besoin en tout cas. Le sommeil a été court et la matinée aux pas de course. Elle se termine sous les airs d’une reprise inspirée de l’anthologique « The Best is yet to come« , qui monte dans la salle. La légende fait de cet hôtel le préféré de Frank Sinatra au Caire.

Lire la suite

ABK ACTU

⏯️ Anicet Duprix MANI : « Il ne revient pas à Célestine KETCHA COURTÉS d’interpeller l’autorité administrative »

Anicet Duprix MANI, Communicant RDPC

Publié

Le

Par

Pour réécouter en intégralité l’interview, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous quelques attitudes fortes recueillies lors de cette interview:

[10:29, 22/11/2021] Ruffine Moghem: C’est un sujet converse . Il ne revient pas au ministre Célestine Ketcha d’interpeller l’autorité administrative en cas de défaillance constatée ,il y a eu une méprise de la procédure. Il y a eu un abus d’autorité je le concède sur votre plateau « 
[10:31, 22/11/2021] Ruffine Moghem:  » Célestine Ketcha Courtes a beaucoup donné au RDPC et continue de donner .Elle ne dérange pas

 » Célestine KETCHA COURTÈS a beaucoup donné au RDPC et continue de donner. Elle ne dérange pas. »

 » Au sujet du rapport final de la chambre des comptes sur la gestion des fonds Covid-19, il faut féliciter ce rapport. Cela dénote la volonté de notre Chef d’État de combattre la corruption. Un rapport d’audit, il ne nous est pas autorisé d’en faire un commentaire. Les juges s’en saisiront de ce rapport pour approfondir l’enquête, car un rapport d’audit n’est pas une bible. « 

 » Il ne revient pas au ministre Célestine KETCHA COURTÉS d’interpeller l’autorité administrative en cas de défaillance constatée. Il y a eu une méprise de la procédure. Il y a eu un abus d’autorité, je le concède sur votre plateau. »

 » Faisons attention avec les ministères épinglés dans ce rapport et les administrateurs, la justice va saisir ce dossier et établir les responsabilités. »

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES