Nos réseaux sociaux

CULTURE & SOCIÉTÉ

⏯️ Alice MAGUEDJO : « Le marché Mboppi est l’espace marchand le plus cher dans la ville de Douala »

Alice MAGUEDJO est présidente du Syndicat des commerçants détaillants du Wouri – SYCODEW

Publié

Le

Pour réécouter en intégralité l’interview, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous quelques attitudes fortes recueillies lors de cette interview:

« Le préfet du wouri c’est lui qui est en tête du désordre Urbain. Les régisseurs perçoivent de l’argent à ces commerçants qui sont installés sur la voie publique »

« Parlant du désordre urbain à Mboppi, il faut retenir que les commerçants proprement dits n’acceptent pas que d’autres s’installent devant eux. »

« La Communauté urbaine veut récupérer le marché mais elle n’a même pas le plan de ce marché. »

« Le marché central qui était prévu pour 800 commerçants en a aujourd’hui plus de 1500. Les toilettes sont même déjà occupés par les commerçants. Le régisseur est là, il empoche l’argent et reste tranquille. »

« Ceux qui sont installés dans les couloirs du marché sont les plus protégés parce qu’ils sont indûment installés. Mais comme ils paient bien la Communauté urbaine, elle les laisse. Et c’est comme ça que l’anarchie s’installe. »

« Le marché Mboppi est l’espace le plus cher actuellement dans la ville de Douala. Quand un particulier n’arrive pas à obtenir un espace par la voie légale, il va voir les autorités et leur donne de l’argent. Elles viennent en suite nous chasser pour vendre »

« Nous payons chaque mois une somme de 4000 FCFA pour la place. Nous sommes environ 2000 commerçants et si on calcule, on se retrouve à 8 millions par mois qui rentrent dans les caisses de l’État. Malgré cet argent, nous n’avons même pas des lampes, et c’est récemment qu’on nous a construit une toilette après nos nombreuses plaintes. »

« Les commerçants ne dépendent pas uniquement du ministère du Commerce. Tous les ministères sont impliqués, même le ministère de la Santé publique. Dans un marché comme le nôtre, il faut au moins un point de santé pour s’occuper des commerçants ou acteurs du marché en cas de problème sanitaire. »

« Nous sommes dans un pays où l’étranger est plus chouchouté et choyé que le national. Prenons le cas des Chinois par exemple, ils sont la peste de toutes ces choses là. Quand nous achetons chez les Chinois, ils ne nous donnent pas de reçu et pendant les contrôles, ce sont les commerçants nationaux qui paient les peaux cassées pendant que les contrôleurs reçoivent leur pactole de la part de ces Chinois. »

« Il est plus difficile d’avoir un visa pour la Chine que pour les États-Unis. Parce que quand tu demandes un visa pour la Chine, on te demande ce que tu veux y faire. Si tu dis que tu veux acheter des marchandises, ils vont t’envoyer chez leurs frères ici au Cameroun plutôt que de vous donner le visa. »

« Le ministère du Commerce doit connaître son marché avant d’accuser les commerçants de spéculation. Prenons le cas du riz, on n’a pas besoin de 5 ans pour produire du riz. »

« Aucun commerçant ne peut accepter de vendre en dessous de son prix d’achat. Ces personnes ont des bouches à nourrir. Je ne peux pas acheter un sac de riz à 20 mille francs et revendre à 18 mille francs parce que c’est le prix homologué par le ministère du Commerce. »

« Je n’accuserai jamais un commerçant qui a acheté un bien qui n’est pas périssable et qui attend quand il sera rare pour le vendre plus cher. Il faut aussi regarder le temps d’attente qui a une incidence sur le capital de ce commerçant. C’est de bonne guerre et c’est une question de disponibilité de stocks sur le marché. »

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ABK ACTU

⏯️ Ludovic LADO : « Ce n’est pas parce qu’on est prélat qu’on représente l’Église catholique partout où on est »

Père Ludovic LADO SJ, Prêtre Jésuite

Publié

Le

Par

Pour réécouter en intégralité l’interview, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous quelques attitudes fortes recueillies lors de cette interview:

 » Comparer la polygamie et l’homosexualité est une comparaison malheureuse. L’homosexualité dans notre contexte africain est une déviance. »

 » Pour l’Église Catholique Romaine l’homosexualité est une déviance sur le plan moral, mais la même église enseigne qu’un individu quelque soit son orientation sexuelle mérite d’être respecté dans sa dignité. »

 » Le célibat sacerdotal a toute une histoire. Les prêtres se sont mariés pendant les premiers siècles pour une institution qui a presque deux mille ans d’existence, si on en est arrivé là, c’est pour des bonnes raisons. Je respecte l’histoire. »

 » On ne peut pas diaboliser la polygamie sinon on aurait diabolisé l’ancien testament. Il se trouve que dans l’évolution de la morale de L’Église, on en est venu pour dire que l’idéal du mariage c’est la monogamie. »

 » Si vous êtes polygame, vous pouvez venir à la messe mais vous ne pouvez pas communier car l’idéal moral de L’Église reconnaît la monogamie. Ces polygames sont en situation matrimoniale irrégulière mais on ne les diabolise pas. »

 » Sur cette photo il y avait deux hommes habillés comme des évêques, l’un de ces homme n’est pas évêque de l’Église Catholique Romaine mais plutôt d’une église que je dirai obscure. Ce monsieur était au séminaire, il a été renvoyé, il s’est affilié à cette église qu’on dit catholique Brésilienne, c’est de son droit. Par contre, l’autre homme est un évêque de l’Église Catholique Romaine à la retraite, j’ose croire qu’il a été invité par l’heureux élu du jour, c’est d’ailleurs le seul évêque catholique présent à ce mariage. Je ne connais pas l’histoire de sa relation avec le marié. »

 » Fallait-il pour cet évêque catholique d’assister à ce mariage en tenue d’apparat ? Je ne le pense pas, car ça prête à confusion pour ceux qui ne comprennent pas comment fonctionne l’Église catholique. Je n’ai pas à juger sa présence à cet événement, c’est de son droit, il a été invité comme ami mais je ne lui aurai pas recommandé de s’habiller en tenue cléricale, cela a semé le doute dans les esprits et tout de suite on a dit« voilà, l’Église catholique va célébrer le mariage polygamique». Non il ne célébrait aucun mariage religieux. »

 » Ce n’est pas parce qu’on est prélat qu’on représente l’Église catholique partout où on est. Il ne s’agissait pas d’un mariage religieux mais un mariage civil. »

 » Revoir le célibat sacerdotal ? Je dois dire que nous devons éviter des solutions rapides à des questions complexes. Si la pédophilie sévit aussi dans les familles, même étant marié on n’est pas l’abri de ce problème. »

 » Parlant des abus sexuels dans l’église, c’est abominable. Ce sont des dossiers traités dans la Commission Criminelle de l’Église (…) Il faut cependant noter que ce problème touche moins de 5% du clergé mondial. Ce qui démontre que c’est un phénomène marginal, dans l’église comme dans les familles « 

 » On ne peut pas diaboliser la polygamie sinon on aurait diabolisé l’ancien testament. Il se trouve que dans l’évolution de la morale de L’Église, on en est parvenu à dire que l’idéal du mariage c’est la monogamie. »

Lire la suite

BIOGRAPHIE

🔵 MÉMOIRES D’ARTISTES : A la découverte de Prince Ndedi Eyango

Publié

Le

Par

Pierre Adolphe NDEDI EYANGO est né le 27 avril 1960 a Nkongsomba. Il est originaire du département du Moungo dans la région du littoral, plus précisément de Ngalmoa. Issu du peuple Baneka, Prince Eyango chantait déjà à l’église du village à l’âge de 7 ans. Son père qui était pasteur décède alors qu’il avait à peine 10 ans.

À 16 ans, il se met à jouer de la guitare qui devient son instrument de prédilection. Il abandonne ses études pour aller à la conquête de la ville de Douala, chose qui ne plaira pas à sa famille qui va refuser de l’aider dans cet aventure. Livré à lui même dans la capitale économique, c’est sa grande sœur Blandine qui l’héberge et le soutien corps et âme.

À Douala Prince Eyango côtoie les mastodontes de la musique à l’époque tels que Nkotti François qui lui donne la chance, après avoir cru en son talent, de s’exprimer au sein de son orchestre les Black style dans le mythique cabaret Mermoz Bar. En plus d’être guitariste, Prince Eyango a été Barman dans un bar situé à l’époque près du collège de la salle.

Dans les années 80, Prince Eyango a accompagné à la guitare et réalisé des maquettes d’albums de plusieurs artistes tels que Dina Bell, Hoigen Ekwalla, Jacky DOUMBE ou encore Axel Mouna. En 1983, il sort son premier disque intitulé Nweringa /I won mwan, dont la maquette a été réalisée par Jean Marie Ahanda. Le disque passe malheureusement inaperçu.

Il va falloir attendre l’année 1985 pour le succès frappe à sa porte avec le 33 tours « SERVICE LIBRE » qui fait un tabac. Suivront « SALUT LES MARIÉS » EN 1985, « YOU MUST CALCULER » EN 1987, « SOUL BOTINGO » EN 1989 un album qui confirmera le statut international de l’artiste. Sans oublier LES PROBLÈMES » OU « NKONGSAMBA » EN 1991. « SI TU ME MENS » EN 1998, « ON TOURNE LA PAGE » EN 2007, OU ENCORE « ÉCOLE D’AMOUR » EN 2009

EN 1999, Prince Eyango met sur pied une maison de production dénommée PREYA MUSIC qui a révélé plusieurs talents à l’instar de : Tanus Foé, Longuè longuè, Marole Tchamba, Papa Zoé, Rosy Bush ou encore Jacky Kinguè. plusieurs de ces talents ont été repérés dans des cabarets .

Le Roi des Montagnes a été élevée au grade de chevalier de l’ordre de la valeur par le président de la République le 16 juillet 2009.

En plus de 30 ans de carrière solo, Prince Eyango c’est une discographie riche et plusieurs distinctions honorifiques. Il a su valablement représentent le Cameroun dans le monde entier et pour ça on peut lui dire Merci.

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES